Test du multi de Doom : rapide, sanglant, addictif

Doom est sorti le 13 mai 2016. Un test sur la campagne solo vous avait été proposé à sa sortie. Mais qu'en est-il du contenu multijoueur? Nous avons testé ce mode de jeu et vous livrons nos impressions avant la sortie du premier DLC, attendu pour cet été.

Test du multi de Doom : rapide, sanglant, addictif

Modes de jeu

DOOM propose quatre modes de jeu par objectifs :

  • Match à mort par équipes : Éliminez un maximum d'adversaire de l'équipe ennemie pour accumuler des points. La victoire revient à l'équipe ayant atteint le score prédéfini ou à celle qui s'en est le plus rapproché au bout du temps imparti.
  • Moissons d'âmes : Très similaire au match à mort par équipes, sauf qu'ici les éliminations ne rapportent pas de points. Il faudra récupérer les âmes des ennemis tombés au combat pour remporter la victoire.
  • Domination : Dans ce mode de jeu, les deux équipes s'affrontent dans de la capture de zones. Trois emplacements doivent être défendus afin d'engranger un maximum de points.
  • Sentier de la guerre : Cette fois, il n'y a qu'une seule zone à défendre, mais celle-ci est mobile. L'itinéraire du sentier est visible et l'équipe qui saura le garder le plus longtemps l'emportera.

Ainsi que deux modes par manches :

  • Freeze tag : Un mode de jeu plutôt original, car ici il n'est pas question de tuer ces ennemis, mais de les geler sur place. Il est également possible de dégeler ses coéquipiers, mais il faut rester sur ses gardes pour éviter de subir le même sort. La manche s'achève quand tous les membres d'une équipe se sont fait congelés et la partie se termine quand une équipe remporte trois manches.
  • Arène de clans : Pas de bonus sur la carte et pas de respawn. La manche est remportée quand tous les membres de l'équipe adverse sont morts. Comme pour le Freeze tag, la première équipe qui remporte trois manches gagne la partie.

Mention spéciale pour les modes "Sentier de la guerre" et "Freeze tag" qui ont un concept intéressant et très différent de ce qu'on à l'habitude de voir dans d'autres jeux. Néanmoins, il est important de souligner qu'actuellement, la recherche de partie pour certains modes de jeu impose des temps d'attente excessivement long. C'est surtout le cas pour ceux par manches, ce qui est plutôt dommage. Id Software a décidé de proposer des modes de jeux variés et, parfois, originaux, ce qui est très agréable pour le joueur. Malheureusement, cette richesse disperse également la communauté, rendant plus compliqué le matchmaking.

Il est actuellement possible de jouer à tous ces modes de jeux sur un total de neuf cartes ; le prochain DLC enrichira davantage ce panel avec trois nouvelles maps.

Le gameplay

Tout comme son mode solo, le multijoueur de Doom se présente comme un défouloir dont la violence est omniprésente. Une fois arrivé dans une partie, on choisit le kit d'armes et d'équipements qui s'adapte le plus à son style de jeu, puis la boucherie commence.

La première chose que l'on remarque, c'est l'énergie et la fluidité dans les déplacements. En effet, on retrouve ici un "fast-fps" relativement fidèle au genre que propose habituellement id Software. Sprint permanent et doubles sauts sont donc au rendez-vous et il faut reconnaître que les différentes maps proposées s'adaptent très habilement à cette approche.

Hélas, même si ce premier aspect est simple à prendre en main, ce n'est pas forcément le cas pour le combat en lui-même. Bien que le gameplay soit nerveux et intuitif, il est indispensable de bien gérer sa barre de santé, d'armure et de munitions pour ne pas mourir en chaîne. En effet, on retrouve dans toute la map de nombreux bonus permettant de booster ces trois caractéristiques. Négligez-les et votre sort sera probablement funeste.

Rien qui ne choquera les adeptes des précédents opus ou même des Quake, car, là encore, il s'agit d'une mécanique fréquemment utilisée dans les titres d'id Software. Cependant, si comme moi vous n'êtes pas un accoutumé du genre, il se peut que votre première expérience de jeu soit plutôt déplaisante.

Mais Doom ne se repose pas sur ses acquis et ajoute à son gameplay les runes démoniaques. Celles-ci apparaissent quelques minutes après le lancement de la partie et permettent à celui qui la récupère de se transformer en monstre surpuissant pendant un certain laps de temps. Bien évidemment, cet événement attire tous les joueurs et donne lieu à une lutte extrêmement violente et sauvage dont il faut sortir vainqueur si l'on veut obtenir la rune.

Doom

Actuellement, il est possible d'incarner quatre démons ayant chacun un style de combat différent ainsi que des forces et des faiblesses (santé, vitesse, dégâts, etc.). Dans tous les cas, prenez le contrôle de l'un d'entre eux et l'équipe adverse vous redoutera. Il s'agit donc d'une nouveauté qui apporte davantage de fun et de dynamisme aux parties et qu'il faut incontestablement inscrire parmi les points forts de ce mode multijoueur.

Un nouveau démon devrait être jouable cet été pour les possesseurs du premier DLC. Il sera intéressant de voir quel impact il aura sur les parties.

Progression et customisation

On retrouve dans Doom un système de progression classique. On monte des niveaux pour débloquer de nouvelles armes à intégrer aux kits d'équipement ainsi que des éléments d'apparence ou des emotes. D'ailleurs, si vous êtes sensible à l'aspect cosmétique, vous ne risquez pas d'être déçu.

Avatar.jpg

Toute l'armure de votre avatar est personnalisable et le choix des pièces est extrêmement varié. Là encore, le season pass proposera d'élargir encore plus le choix de personnalisation en incorporant de nouvelles pièces d'équipements.

SnapMap

Si il y a bien quelque chose qui augmentera significativement la durée de vie du multijoueur, c'est bien le mode SnapMap. Il s'agit d'un outil puissant et plutôt simple d'accès permettant à la communauté de créer du contenu et de le partager via un hub. De cette façon, il vous sera possible de jouer sur de nouvelles maps et à des modes de jeux inaccessibles dans le multijoueur de base.

SnapMap.jpg

On y retrouve des modes de jeux en solo, coopératif et versus. Malheureusement, le contenu SnapMap est limité à quatre joueurs quel que soit le mode. On espère que le développeur sera à l'écoute de la communauté et que l'outil permettra un jour d'inclure plus de monde aux parties.

Actuellement, le contenu est plus que raisonnable et ne cesse d'évoluer. Après avoir essayé une création, il est possible de l'évaluer pour que celle-ci gagne en visibilité sur le hub.

Conclusion

Pour ma part, le plaisir n'a pas été immédiat. Ma première expérience avec le jeu a été une longue série de décès. Si vous n'aimez vraiment pas mourir, je ne peux vous conseiller ce jeu ! En revanche, pour peu qu'on prenne le temps d'assimiler toutes les mécaniques de base, le jeu devient particulièrement jouissif.

Une fois que l'on a passé cette étape et que l'on a exploré la majorité du contenu (armes, maps, démons) le jeu prend une toute autre allure.

Avant de me lancer dans ce test, j'ai pu observer que de nombreuses critiques de Doom (autant pour son mode solo que pour son mode multijoueur), sont basées sur le passé de la licence et des autres produits phares de id Software. On se retrouve alors avec des situations plutôt paradoxales.

Là où certains se réjouissent d'un retour aux sources et le considèrent comme un hommage réussi (après un troisième volet plutôt axé survival horror), d'autres se plaignent qu'il ne va pas assez loin dans cette démarche (c'est plus mou que Quake).

Bien que le multijoueur ne soit pas dénué de défauts, je préfère m'abstenir de comparaisons et le prendre pour ce qu'il a l'ambition d'être : un défouloir violent et nerveux avec des mécaniques intéressantes (et nouvelles) venant enrichir le gameplay. Pour moi ce pari est amplement réussi.

Test réalisé par GremlinsXL à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de DOOM ?

13 aiment, 5 pas.
Note moyenne : (18 évaluations | 0 critique)
6,4 / 10 - Assez bien

3 joliens y jouent, 3 y ont joué.