Test de Monster Hunter Generations (3DS)

C'est désormais avec l'habituel retard de plusieurs mois que le dernier titre de la série développée par Capcom débarque en Occident sous le nom de Monster Hunter Generations (ou X au Japon, lire “Cross”) sur 3DS et new3DS de Nintendo. Au croisement des 4 précédentes générations de jeux Monster Hunter, MH Generations ne fait pas que recycler. Nouvelles capacités spéciales, différents styles de jeu pour chacune des armes, possibilité de jouer un chasseur felyne, nouveaux monstres et équipements, Capcom ne s’est pas reposé sur le succès de MH4U en Occident et continue d’améliorer sans cesse une de ses séries phares. Il est donc plus que temps de ressortir son attirail de Chasseur, polir ses armes et se préparer à affronter moults dangers.

Test de Monster Hunter Generations (3DS)

Un jour je serai le meilleur Chasseur

Si vous n’êtes pas encore familier avec la fantastique série des jeux Monster Hunter, récapitulons l'essentiel avant de se lancer dans l’analyse de ce nouvel opus. Monster Hunter est une série de jeux d’action à la troisième personne dont le but est d’affronter de gigantesques monstres dans un environnement fermé. Toutes les informations vitales de notre personnages sont clairement visibles à l’écran : barre de vie et d’endurance, état de notre arme ou de nos munitions, accès rapide à l’inventaire et affichage de la carte si vous le désirez (même si la plupart des gens préfèreront l’avoir dans l’écran inférieur de la 3DS). Inversement, vous n’avez aucune information visuelle sur vos ennemis, aucune barre de vie apparente par exemple. En véritable jeu “de traque”, vous êtes dans l’obligation d’étudier le comportement de votre cible pour estimer l’avancement du combat. Le monstre crie et prend une position d’attaque ? Il est en mode rage et plus dangereux. Il fait de longues pauses et bave ? Il est fatigué, car il a utilisé trop d’énergie et va probablement partir à la recherche de nourriture. Il boite et tente de fuir la zone de combat ? Il est grièvement blessé et la chasse touche à sa fin.

Les différentes quêtes se déroulent dans des cartes prédéfinies, divisées en petites zones connectées entres elles. Même si la Guilde des Chasseurs vous fournit gracieusement le strict nécessaire au début de chaque quête (une carte et quelques potions), c’est à vous de préparer au mieux votre mission en choisissant les objets dont vous aurez besoin : marqueurs pour connaître la position du monstre sur la carte pendant une dizaine de minutes, soins supplémentaires, pièges et tranquillisants pour capturer le monstre, pierres à affûter pour aiguiser vos armes émoussées par les combats, munitions pour les artilleurs. Le jeu vous pousse à bien préparer vos chasses et, très vite, vous vérifierez méticuleusement votre inventaire avant chaque mission pour éviter les éternels “et zut, j’ai oublié les potions de résistance au froid”. Avec une taille d’inventaire limitée (24 emplacements, plus 8 dédiées au munitions et 8 supplémentaires uniquement pendant les quêtes), les choix seront parfois cornéliens.
Le maniement des armes est au cœur du gameplay : chacune des 14 armes différentes du jeu a un panel de mouvements et des avantages qui lui sont propres. La grande épée utilise des coups lents, mais très puissants et vous permet de vous protéger de certaines attaques, alors que les doubles lames enchaînent très rapidement des petites attaques et vous laissent vous déplacer beaucoup plus librement. N’hésitez pas à passer du temps à tester toutes les armes dans l’arène des débutants pour trouver celle qui vous convient le mieux !

Le personnage que vous incarnez dans les Monster Hunter ne gagne pas de niveaux comme dans la plupart des autres action-RPG. L’amélioration du personnage passe donc par la fabrication d’un meilleur équipement grâce aux ressources obtenues par la récolte et, surtout, en combattant des grands monstres. En règle générale, chaque grand monstre vous permet de crafter une nouvelle arme et un nouvel ensemble d’armure (tête, torse, gants, ceinture et bottes). Chaque partie d’armure possède un certain nombre de points de compétences associés et si vous en cumulez suffisamment un nouveau talent se débloque. Par exemple, cumuler au moins 10 points en “Ouïe” sur votre armure vous donne la compétence Protège-Tympan qui annule l’effet de certains cris de monstres. Montez la compétence jusqu’à 15 et vous débloquez Bouche-Oreille qui vous rend résistant à tous les cris de monstres du jeu. Chaque armure possède ses propres compétences, mais vous pouvez aussi associer différentes parties d’armures et ainsi créer votre choix de talents “à la carte”. Tous les équipements peuvent être améliorés afin d’augmenter les valeurs d’attaque ou de défense, mais chaque niveau supplémentaire requiert des objets de plus en plus rares et difficiles à obtenir.

Alors le bleu...

Fraîchement débarqué de la Wycadémie, vous êtes promu Chasseur du petit village de Bherna. Comme à son habitude, la Guilde des Chasseurs, qui régit tout ce qui touche aux Monstres, ne veut pas vous plonger immédiatement dans le grand bain et vous envoie faire des quêtes pas toujours des plus captivantes : collecte de ressources (herbes ou minerais), livraison d’œufs en tous genres et chasse de petits monstres afin de vous acclimater à votre nouvelle condition de Chasseur officiel. Mais les événements se précipitent : on signale un Grand Maccao dans les environs du village. Une quête urgente est déposée par la Guilde vous demandant de régler le problème et vous voilà en route pour votre premier véritable combat !

Après votre glorieuse (ou pas, d'ailleurs) victoire, la Guilde vous donne l'autorisation de vous lancer dans les quêtes 2 étoiles et d'autres villages demandent eux aussi votre aide. Les nouveaux joueurs vont alors découvrir les villages de Kokoto, Pokke et Yukumo alors que les vieux baroudeurs arpenteront une larme à l’œil les trois villes principales de, respectivement, Monster Hunter Freedom, Monster Hunter Freedom Unite et Monster Hunter Portable 3rd. Un coup direct, droit dans la nostalgie. Et il ne laisse pas de marbre.
Avouons-le, le scénario de MH Generations fait pâle figure en comparaison des événements de Monster Hunter 4U, qui relataient la traque du Gore Magala, du Seregios et enfin du Kushala Daora qui menaçaient alors la ville de Dundorma. MH Generations propose un déroulement à l'ancienne : la résolution des quêtes-clés vous débloque l’accès à une “quête urgente”. Une fois réussie, vous accédez aux quêtes d'un niveau plus élevé : de 1 à 6 étoiles pour le mode solo, 1 à 7 étoiles pour le multijoueur. Si les anciens joueurs pardonneront facilement ce retour aux sources, les nouveaux arrivants regretteront probablement que l'immersion dans le scénario soit si faible. D’autant plus si l’on compare au travail de mise en scène fourni pour MH4U.

Des nouveautés à l’ancienne

Les armes mises à disposition de notre chasseur sont déjà connues des vétérans : le jeu copie sans vergogne la panoplie complète des armes de MH4U, dont l'insectoglaive et la volto-hache fraîchement débarqués dans la génération 4.

Mais Capcom ne s'est toutefois pas contenté de copier-coller les armes. Cet opus introduit ainsi quatre styles de combat différents et de nouvelles capacités spéciales appelées Hunter Arts, sortes de coups spéciaux qui peuvent être déclenchés lorsque la jauge dédiée atteint son niveau maximum. Les styles de combat influent à la fois sur les attaques de votre armes et sur le nombre de Hunter Arts que vous pouvez équiper. Les débutants, ainsi que ceux qui recherchent la puissance brute, apprécieront le maniement simplifié du style Guerrier et ses trois Hunter Arts. Les fanatiques de la roulade d'évasion pourront tirer partie du style Bushido pour bénéficier d'esquives facilitées et de contre-attaques dévastatrices. Les déçus du rodéo de Monster Hunter 4 Ultimate, trop rare si l'on n'utilisait pas l'insectoglaive, pourront désormais en profiter pleinement grâce au style Voltigeur. Vous ne voulez pas changer vos habitudes et le gameplay de votre arme est déjà parfait dans les anciens opus ? Le style Guilde est pour vous et vous offre 2 Hunter Arts en plus, sans frais supplémentaires.

Ajout inédit de cet opus de Monster Hunter, on a désormais la possibilité d'incarner un chasseur felyne, la race des petits chats qui combattent à nos côtés depuis la génération 3. Ces “Miaroudeurs” bénéficient d’un gameplay simplifié par rapport à leurs camarades humains (pas de gestion d‘objets par exemple), mais sont tout de même dotés d’équipements dédiés et de capacités spéciales, actives et passives, qui définissent leur rôle : combattant au corps à corps ou à distance, poseur de piège, soigneur, dédié à la récolte d’objets et bien plus encore. Ces felynes sont particulièrement efficaces dans les quêtes de collecte puisqu’ils ont une quantité infinie de pioches et de filets à papillons et pas d’inventaire à gérer. Loin d’être uniquement relégués à la basse besogne de la récolte, ils peuvent aussi combattre des grands monstres de façon très efficace, pour peu que vous ayez un felyne équipé des bonnes capacités. Si vous êtes sceptique, jetez donc un coup d’œil aux Miaroudeurs spécialisés dans l’utilisation des boomerangs. Ces chasseurs felynes peuvent être considérés comme une nouvelle arme dans l’univers des Monster Hunter, ayant son gameplay dédié et sa propre méthode d’évolution.

Autre grand changement dans la vie du chasseur, il n'est désormais plus nécessaire de se relever après chaque ramassage d'objet ou dépeçage d'un monstre. Même si les plus initiés avaient pris l'habitude de se baisser avant de récolter / dépecer pour éviter l'animation de relevée du personnage, il suffit désormais de laisser appuyé le bouton A pour enchaîner les actions sans temps mort. Difficile de rendre honneur comme il se doit à ce que certains considèrent déjà comme la meilleure chose qui soit arrivée à Monster Hunter depuis la possibilité de caresser de notre cher cochon domestique : Poogie.

Il voit un truc qui bouge, il tire

Le bestiaire de Monster Hunter Generations fleure bon le “best of” des jeux précédents : 52 monstres déjà connus partagent l'affiche avec une vingtaine de nouveaux monstres et d’espèces rares encore jamais vus. Un exemple parmi d’autres : le Malfestio ressemble à un hibou géant et possède la capacité de désorienter le chasseur en inversant les contrôles du personnage pendant quelques (interminables) secondes. Inutile d’aller plus loin dans les spoilers de nouveaux monstres, vous les rencontrerez bien assez tôt. Et parfois dans les circonstances inattendues !

Chaque nouveau monstre apporte de nouveaux équipements à fabriquer avec les récompenses de quêtes et les parties de monstres prélevées directement “à la source” à grands coups de couteau de dépeçage. Nouvelles armes évidemment, mais aussi nouvelles armures et capacités associées, comme la possibilité d'augmenter sa puissance dans les zones froides ou encore la protection aux nouvelles altérations d'état. Les collectionneurs en auront pour leur argent, les vrais complétionnistes en auront pour des mois de jeu...

Arrivés en mode multijoueur, les chasseurs auront aussi la possibilité d’affronter des variantes de certains grands monstres, les “déviants”, qui nécessitent un permis de chasse spécial que l’on peut se procurer avec une des monnaies utilisées dans le jeu. Ces grands monstres sont beaucoup plus puissants et agressifs et permettent de fabriquer des armes et armures aux capacités inédites. Ces armes “déviantes” permettent de charger la barre de Hunter Art 25% plus vite, ce qui les rend très efficaces si vous avez décidé d’utiliser un style de chasse qui se base sur ces capacités spéciales.

Loup solitaire ou la fine équipe ?

Au niveau de sa durée de vie, ce Monster Hunter n’a pas à rougir de ses prédécesseurs. Vous pouvez compter entre 40 et 50 heures de jeu pour terminer l'aventure 100% solo (pour un joueur aguerri). À cela s’ajoute le multijoueur qui, comme dans les précédents Monster Hunter sur 3DS, permet de se lancer dans des quêtes plus difficiles seul ou accompagné d'1 à 3 camarades de jeu, en ligne ou en réseau local par Wifi. La difficulté du mode multijoueur est progressive, tout comme celle du mode solo. Vous commencez votre périple avec un niveau de chasseur 1 et avez accès uniquement aux quêtes de rang inférieur. Après avoir prouvé votre valeur dans les quêtes 1, 2 et 3 étoiles, une quête urgente vous demande de repousser un terrible ennemi qui menace la Wycadémie. Réussissez cette épreuve et la guilde vous autorise à entreprendre des quêtes de rang élevé : 4, 5, 6 et enfin 7 étoiles. Nouveau challenge qui semble impossible, mais contre toute attente, votre équipe réussit le combat ! Vous pensez en avoir enfin terminé ? La guilde lève la limitation de votre niveau de chasseur et vous laisse entendre que d'autres monstres plus terribles encore vous attendent... Il est impossible d'estimer la durée de vie du mode multijoueur de Monster Hunter Generation, mais entre la progression normale des quêtes du multijoueur, versions "Hyper" des monstres extrêmement dangereux, les tous nouveaux montres "Deviants" et les quêtes spéciales posées par les PNJ des différents villages, l'aventure multijoueur peut largement dépasser plusieurs centaines d'heures. Si jamais vous n'en avez pas assez, de nouveaux contenus à télécharger gratuitement débarquent régulièrement sur l'eShop de Nintendo : compagnons félynes, nouveaux titres, packs d'objets et surtout de nouvelles quêtes de chasse ou d'arène permettant de fabriquer des équipements inédits.

Contrairement aux deux derniers Monster Hunter sortis en Europe (MH3U et MH4U), MH Generations ne comporte que 2 difficultés (rang inférieur et supérieur, pas de rang G) et le challenge est légèrement moins relevé que sur Monster Hunter 4 Ultimate. Le jeu reste quand même très exigeant et bien au dessus de la moyenne de difficulté des autres productions vidéo-ludiques. Pour les plus acharnés qui regrettent de ne pas retrouver la même difficulté que dans les quêtes de niveau 140 de MH4U, sachez que les dernières itérations des quêtes déviantes, les versions “Hyper” des monstres et les nombreuses quêtes-marathon avec 3, 4 ou même 5 monstres à affronter à la suite vous donneront tout de même beaucoup de fil à retordre, mais en contrepartie vous permettent d'accéder aux meilleures améliorations d’armes et armures du jeu.

Nota Bene : Pour les amateurs de challenge, sachez que la plupart des quêtes du mode multijoueur sont équilibrées pour être faisables avec un chasseur solo, mais attendez vous à dépasser les 30 voire 40 minutes de combat d'affilée. Vous voilà prévenu !

Le bon ou le mauvais chasseur ?

Monster Hunter Generations assume sans gêne son côté “best of”, au croisement des précédents opus. Les anciens joueurs adoreront les clins d’oeil fan service, comme les anciens villages, et les nouveautés de gameplay de leurs armes préférées. Les nouveaux joueurs entreront directement dans l’univers Monster Hunter avec la version qui possède le plus de changements de “qualité de vie”, le gameplay le plus étoffé et bénéficieront également d’une des meilleures progressions de difficulté de toute la série. Un excellent cru Monster Hunter, avec suffisamment de nouveautés pour raviver la flamme des anciens joueurs et un excellent pied à l’étrier pour ceux qui désirent enfin s’essayer à cette géniale série.

Test réalisé par Kanon à partir d'une version commerciale.

Réactions (192)


Que pensez-vous de MHGen ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.