Okhlos - Power to the people

Homère est un poète qui a choisi la spé "épopée" à la création de son personnage. Après l'Illiade et l'Odyssée, il vient maintenant nous raconter l'histoire d'une foule en colère. #NuitDebout #Manifpourtous

Les dieux grecs sont globalement des gros trolls. Pour un oui ou pour un nom, ils tuent les hommes et détruisent leurs villes. Un jour, un philosophe en a marre et décide de rassembler une foule hétéroclite pour aller leur casser la gueule. Déjà parce qu'il vient de voir son auditoire massacré sous ses yeux et aussi parce qu'il ne va pas aller au charbon lui-même. La guerre par personnes interposées, c'est tellement plus épique.

Okhlos (qui signifie populace en grec ; l'instant culture est terminé, rassurez-vous) nous met aux commandes de ce leader qui voyage dans toute la Grèce pour se livrer au déicide de masse. Ville après ville, dieu après dieu, il tente de libérer les hommes du joug divin. Accompagné de héros légendaires qui viendront épauler la chair à canon, il affronte soldats, mages, créatures mythologiques et enfin divinités dans un chaos frénétique.

Okhlos - Power to the people

Vous recrutez différentes personnes pour composer votre foule en jouant à chat : il suffit de les toucher, avec votre leader ou avec n'importe quel membre de la foule déjà recruté. Il existe différentes catégories : les philosophes, qui servent de "vies" supplémentaires et prendront la relève si votre personnage meurt, les citoyens, sans capacité particulière, les esclaves, pouvant porter des objets à usage unique, et des guerriers.

Tous ont des stats d'attaque, de défense, des points de vie… Difficile de choisir avec précision : vu les déplacements chaotiques de votre foule, vous recrutez un peu au pif les mecs qui se tournent les pouces sur le bord du chemin.

N'avoir que des guerriers n'est pas synonyme de succès même si ça vous assure une bonne force de frappe, car entre chaque tableau vous aurez la possibilité de "vendre" des personnages pour en recruter d'autres ou même des héros. Ces derniers vous apporteront à leur tour des bonus (des % d'attaque, de défense, ou même une augmentation de la capacité de votre foule), mais il vous faudra disposer par exemple de cinq esclaves ou de dix guerriers pour les attirer.

 

20160820105404_1.jpg

La composition de votre foule ne fera donc qu'évoluer au fil du temps, entre les morts et les échangés. Vous pouvez également ajouter des animaux qui serviront de boucliers vivants, n'ayant aucune capacité d'attaque.

Concrètement, vous déplacez votre leader au clavier tandis que la souris vous sert à diriger la foule. Clic gauche pour attaquer, clic droit pour se défendre, rien de bien sorcier à première vue… Gardez à l'esprit que vous ne pouvez rien seul : la foule est votre seule force de frappe. Si vous vous retrouvez seul, vous ne pourrez que recruter de nouveaux adhérents… s'il y en a de disponibles sur la carte.

Le voyage commence à Delphes contre des ennemis peu puissants, ce qui vous permet de vous faire la main. Je qualifierais la première stratégie qui vient naturellement de mode berserk : on court partout en cliquant frénétiquement pour tout casser sur le trajet. Amusant et efficace… pour le moment.

 

20160820105628_1.jpg

De nombreux environnements vous attendent, entre Sparte, l'Atlantide, Athènes… Chacun venant avec ses ennemis, ses pièges, ses bâtiments à détruire et ses créatures mythologiques à affronter. Les boss sont l'occasion de combats épiques avec chacun un pattern précis ; l'attaque frontale ne sera pas toujours la bonne stratégie.

On est en présence d'un pixel art de qualité accompagné de quelques éléments plus finement dessinés ; un mélange réussi bien que souvent confus au vu du mouvement permanent qui anime le décor et votre foule. Le niveau de zoom est assez rapproché, centré sur votre leader, mais la minimap vous permet de savoir où se trouvent les ennemis dans ces niveaux invariablement carrés.

Les effets sonores sont simples et plutôt clairs, mais la musique est une vraie réussite. Composée par A Shell in the Pit, qui n'est pas le premier venu avec déjà à son actif la magique OST de Rogue Legacy, mais également à l'affiche des bandes sons de Duelyst, Viking Squad, Parkitect, Wandersong, Bunker Punks et j'en passe… Une superbe ambiance.

 

20160820111314_1.jpg

Au fur et à mesure que l'on prend de l'expérience, on tente de mieux contrôler sa foule, d'esquiver les pièges, d'utiliser les objets à usage unique au bon moment, bref : de résister à la tentation du bordel ambiant pour limiter les pertes ou au contraire pour se débarrasser volontairement de certains membres de la foule afin de les remplacer par d'autres.

Après chaque run, vous débloquez de nouveaux personnages à choisir au début de votre quête pour vous accompagner, ce qui devrait vous faciliter les premiers tableaux, mais le chemin est long et la Grèce peuplée de nombreux dieux, de plus en plus vicieux. Il y a également des mots cachés à découvrir et à murmurer à l'oreille d'un mec encapuchonné pour débloquer des succès et des secrets, mais chut...

La traduction française est d'une remarquable qualité, ce qui est assez rare dans le jeu vidéo pour être apprécié. Cela permet de profiter à plein de l'humour loufoque qui accompagne chacune des phases de ce jeu, que ce soit la narration d'Homère, les "Rekt !" et autres "42 !" criés par la foule pendant les combats ou les clins d'oeils lors des rencontres avec les héros légendaires (Isaakos est un bonheur).

À l'origine de ce foutoir jouissif où se mêlent mythologie et références geeks se trouvent les deux Argentins qui composent Coffee Powered Studios. S'il n'avait jusqu'ici que le seul Gravity Fleet à son actif (un jeu mobile), le studio, épaulé par Devolver pour la sortie d'Okhlos, fait une entrée remarquée et remarquable sur Steam. Pour un prix complètement dans la norme indé de 12,99€, c'est sans hésitation que je vous conseille de foncer dessus comme un poulet sans tête.

Test réalisé par Ruvon à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Okhlos ?

0 aime, 0 pas.

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.