Chronique du joueur itinérant - Premiers pas sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Figure de proue de la console Nintendo Switch, le jeu d'aventure The Legend of Zelda: Breath of the Wild propose avec son monde ouvert de vivre bien des aventures, voire de raconter quelques histoires.

Chronique du joueur itinérant - Premiers pas sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Au commencement, le réveil

Si j'ai l'habitude de me réveiller avec une amnésie plus ou moins prononcée, il s'agit de ma première vidéo-ludique dans une baignoire installée au fond d'une caverne. La propriétaire de la douce voix qui m'a extirpé de mon sommeil est aux abonnées absentes, autre source de désappointement. J'effectue donc mes premiers pas à la recherche d'une demoiselle en détresse et de quelques vêtements, car je suis en caleçon. L'exploration en culotte courte a ses limites. Aucune inquiétude finalement : j'entends toujours la voix dans ma tête et je trouve rapidement de quoi me vêtir dans des coffres.

Je rencontre néanmoins un premier obstacle -- trois mètres de haut -- que je dois escalader. Je reste dubitatif en assistant à la descente de ma jauge d'endurance en parallèle de mon ascension, moi qui avais plus pour habitude de buter face à ce type de paroi. Je saisis donc le concept de grimper partout, similaire à la fois où une technologie me permettait d'explorer ma mémoire génétique entre deux sauts, une sombre histoire d'assassin. J'en reviens à ce monde coloré où je peux sauter d'une simple commande, autre découverte surtout quand on est habitué à bondir automatiquement au moindre obstacle. Il faut décidément que j'arrête avec mes habitudes et me laisser porter par les événements.

En sortant de la caverne, je viens justement de perdre le contrôle de mes jambes, qui m'entraînent comme un dératé vers le bord de la falaise. Ouf, il s'agissait juste de m'offrir une vue imprenable sur un monde ouvert s'étendant à perte d'horizon, plutôt une bonne perspective. Cela valait visiblement le coup de sortir de ma caverne vidéo-ludique. Un signe apparaît en bas à droite de mon écran : je suis sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild, merci de me le préciser.

Ouverture sur le monde

Prélude

Quelques minutes suffisent après mon réveil pour vivre ma première grande désillusion. Alors que j'espérais rencontrer une princesse, le seul habitant de cette contrée est un vieux barbu. Je lui lance quelques lignes de dialogues obligatoires et je taille la route à la recherche de ma dulcinée. Elle m'appelle justement à force de courir tout droit, me signalant enfin un point sur la carte à rejoindre. Je me doute que le bruit de mes pas heurtant le sol rythmera mon aventure, en attendant de mettre la main sur une monture digne de ce nom, Epona pour ne pas la nommer.

J'écharpe au passage quelques créatures hostiles avec des armes en tout genre ramassées sur le sol, dont la durabilité me laisse rapidement sans arme. Je termine finalement mon escapade avec une épée et un bouclier, la base de toute aventure. J'appose ma tablette aux multiples usages dans le socle dédié, déclenchant l'érection spontanée d'une immense tour sous mes yeux. Je précise au passage que les événements en cours sont classifiés PEGI 12. Mon réveil était visiblement l'avènement de nombreux changements dans le monde, toujours sans princesse. Le vieux croûton est d'ailleurs de retour pour frimer avec un paravoile, qui me permettrait de m'extraire de la première carte du jeu.

Avant de mettre la main sur le précieux objet, je suis missionné pour explorer les différents donjons de la contrée. Et pour les découvrir, il me suffit de prendre de la hauteur et de scruter, scruter et encore scruter l'horizon. Le donjon au pied de la tour est le plus évident, j'y rentre avec une petite appréhension. J'en ressors au bout de cinq minutes avec un nouveau pouvoir sur ma tablette : la capacité de mouvoir à distance des objets métalliques digne de Magnéto. Je note l'absence notable d'un boss ; un sanctuaire n'est finalement pas le mot adéquat pour désigner un donjon dans ce monde. Je pars donc explorer la contrée pour dénicher d'autres pouvoirs.

Début de l'exploration

Le prochain sanctuaire se trouve dans un champ de ruines à l'image du reste de cette contrée dévastée, où des robots pas si rouillés se réveillent parfois pour me désigner du bout du viseur laser dans l'intention de me faire mal. Je cours un peu plus vite pour sortir de leur champ de vision et enfin parvenir au sanctuaire, dont l'entrée est malheureusement bloquée par des roches. Je n'ai pas de bombes sous la main et je tente désespérément d'attirer l'attention d'un robot sur l'obstacle pour me l'exploser. Bref, je me souviens que je peux escalader les murs et je saute tout simplement l'obstacle. L'ironie du paragraphe est que je vais obtenir dans le sanctuaire en question le pouvoir de disposer à volonté d'engins explosifs, programmant ma vengeance dès la sortie du lieu.

Vision

La suite de l'histoire se complique, car le dernier sanctuaire se trouve dans les montagnes, suffisamment hautes pour disposer de neige éternelle. Si j'apprécie d'écouter le son distinctif de mes pas dans la neige, ma vie disparaît avec mon émerveillement. La solution à mon problème sera évidente : il s'agira simplement de tomber sur une recette de cuisine dans la cabane d'un vieux barbu, d'en déduire les ingrédients et de les récolter pour lui cuisiner le plat en question. Dans la récolte, on notera une chasse au sanglier dans la forêt où l'on prendra soin -- pendant au moins vingt minutes pour ma part -- de s'accroupir et de faire attention au sens du vent. Au bout de l'exaspération, on utilisera des flèches de feu qui permettront de suivre les traces du sanglier en fuite, sobrement indiquées par de l'herbe brûlée, tout en assurant la précuisson de la viande. Je vous fais l'impasse sur le passage de la pêche à l'engin explosif directement inspiré de Crocodile Dundee, référence cinématographique ultime. J'obtiens en échange de mon plat l'équipement nécessaire pour affronter le froid, sans fioriture.

Au bout de mes efforts et des sanctuaires de la région, ma tablette est chargée avec les pouvoirs de geler l'eau, d'invoquer des engins explosifs, de jouer avec l'énergie cinétique ou de mouvoir les objets métalliques. Le sentiment de puissance commence à être au rendez-vous. Je dois d'ailleurs me rendre à un point précis de la carte, indiqué par le mystérieux barbu, qui doit me raconter une histoire sombre. Je vous le donne en mille, c'est le moment de la révélation, quand j'apprends que j'ai beaucoup trop dormi et qu'une princesse m'attend désespérément. Il est donc grand temps de déployer un paravoile désormais en ma possession, pour mieux voler vers d'autres aventures.

Réactions (107)


Que pensez-vous de Zelda: Breath of the Wild ?

8 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (10 évaluations | 0 critique)
6,3 / 10 - Prometteur