Aperçu de For The King, un jeu de stratégie/RPG/rogue-like. Oui, oui, tout cela en un

For The King est un jeu à l’ancienne. Pour le coup, IronOak Games, le développeur du titre, n’a pas menti sur sa communication ! Voyons ça de plus près !

Aperçu de For The King, un jeu de stratégie/RPG/rogue-like. Oui, oui, tout cela en un

« Vous là… oui vous ! Le péquenot, la… oui oui, toi… tiens, voilà une arme, un bâton, quelques gadgets, et fonce, va sauver le royaume de l’invasion du chaos ! Et prend deux copains avec toi, ça sera utile, on ne sait jamais… trois fois pas grand-chose c’est toujours mieux qu’un seul pas grand-chose… ».

En gros, voilà un extrait du synopsis dans lequel on est balancé au début. On démarre une quête qui a pour finalité de sauver le royaume et, par extension, le monde du chaos. Le royaume connaissant depuis longtemps une ère de prospérité et de calme, tous les vieux héros qui ont engendré cet âge d’or sont sur la pente descendante niveau forme et vitalité et bon… ce qui devait se passer s’est passé : ils se sont fait tuer à l’apparition des premières menaces du chaos. Bref… il fallait du sang neuf et c’est tombé sur nous.

Sans-titre-3.jpg

Le jeu, développé par IronOak Games, un studio canadien, est un jeu qui a trouvé son financement via Kickstarter. Le succès de la campagne (plus du triple de l’attente initiale qui était de 30 000 euros à peu près) a permis au studio de voir ses ambitions se réaliser : tenter du faire du neuf avec du vieux.

Pour leur premier titre, IronOak Games a donc été chercher des mécaniques de jeu démodées et tente de leur faire un lifting. For The King est un jeu de stratégie / rpg, mais pas que, car il emprunte aussi des mécaniques de rogue-like et de JRPG, mode console. Un mélange anarchique, mais qui donne un jeu assez bien pensé en soi.

Lorsque vous lancez le jeu, vous devez créer 3 personnages, que vous allez contrôler. Ces trois personnages doivent être sélectionnés dans un panel de classes disponibles. Certaines le sont dès le début de l’aventure, d’autres peuvent s'acquérir ultérieurement via des points gagnés en jeu. N’oubliez pas de les nommer, ne faites pas comme moi qui pensais au début que l’on devait choisir un des trois et qui me suis retrouvé à jouer avec Seiei McDarsh, accompagné de ses acolytes Player 2 et Player 3 !

Le jeu se déroule au tour par tour, avec un système de cases hexagonales pour la carte du monde, pour les déplacements. Un peu comme civilization, si vous vous voulez visualiser. Sur ces cases se trouvent divers points d’intérêts, allant des villes ou villages, aux forêts, grottes, donjons, curiosités et, bien entendu, des monstres qui arpentent les terres. Un système jour/nuit est aussi présent avec les conséquences que ça implique, comme les risques d’embuscades et des ennemis plus nombreux.

Le joueur doit déplacer, successivement, ses 3 personnages sur la carte. Si un personnage se fait attaquer, ou qu’il attaque un ennemi, tandis que ses compagnons sont éloignés de plus de trois ou quatre cases, ces derniers ne participeront pas au combat. Il faut donc déplacer ses personnages avec intelligence, pour que chacun puisse accourir à l’aide si nécessaire.

Lorsqu’un des personnages croise la case où se trouve un ennemi, plusieurs choix s’offrent au joueur. Il peut l’affronter, tenter de passer sans se faire repérer, dans le cas d’un déplacement ou tenter de l’embusquer, de façon à avoir un tour d’initiative. Une fois le choix effectué, un système de dés détermine si l’action est réussie ou non. À savoir qu’on peut donner des bonus, appelés focus, à ses jets pour améliorer le taux de réussite. Ces focus sont néanmoins en nombre limité, à utiliser avec parcimonie.

Une fois le combat engagé, on passe en système de JRPG (japanese rpg) old school : une barre d’initiative en haut de l’écran, la tête de nos personnages et ceux des ennemis qui défilent et détermine l’ordre d’action lors du combat, diverses options disponibles entre les attaques physiques ou magiques, des objets, la fuite. Bref, très classique : on trouve facilement nos repères, le jeu est facile à prendre en main.

On a un jeu qui se veut facile à prendre en main et qui semble accessible… mais c’est sans compter sur, à mon goût, un équilibrage qui doit encore être revu.

En effet, le point d’orgue de l’aventure est l’invasion du chaos dans le royaume et pour endiguer le flot chaotique, il faut réussir des missions en un nombre de tours de jeu donnés… et ça casse complètement le gameplay qu’on pensait avoir acquis, car il n’est plus ici question de prendre son temps. Il faut foncer, aller à l’essentiel, ne pas explorer. Et c’est dommage, dans un sens. De plus, le jeu est difficile, même en mode « facile », car très punitif. Il faut être prêt pour s’aventurer dans un donjon, par exemple, car c’est une succession de salles dont il faut voir le bout pour pouvoir sortir. Si vous n’avez pas assez d’équipement pour atteindre la dernière salle et vaincre le boss, vous n’en sortirez jamais vivant… et une fois mort… on est mort ! On recommence du début !

Cet équilibrage mal fichu est ce qui, d'après moi, gâche le plus l’expérience à ce jour. Sans cela, le jeu est vraiment bon et possède de nombreux atouts, de quoi passer de nombreuses heures à s’amuser. Mais ce problème est un retour fréquent des joueurs et je ne doute pas que quelque chose sera fait d’ici la sortie officielle du jeu.

Sans-titre-2.jpg
ae5aa1f1476222537af987650447c08c_original.png

L’esthétique du jeu est étrange et pourra déplaire à certains, mais il est élégant et coloré. D’un point de vue personnel, il est agréable à l’œil mais je regretterais juste, à la rigueur, que l’apparence des personnages soit moins soignée que celle des monstres.

Comme sous-entendu plus haut, le jeu est actuellement en accès anticipé, et ce depuis le 28 février pour être précis, mais n’ayez pas trop de craintes, car à part le souci d’équilibrage qui ne pouvait être détecté qu’avec des retours de joueurs, le succès du Kickstarter a permis à IronOak de produire un jeu avec une excellente finition, bien loin de certaines autres productions qui sont passées par la même plate-forme pour se lancer. Les derniers patchs sont majoritairement des questions d’équilibrage et de petites animations supplémentaires, voire de nouveaux objets de loot. Au final, je suis curieux de voir ce que cela va donner après un bon coup de polish pour finaliser.

Le jeu n'est actuellement qu’en anglais, mais une version française est prévue à sa sortie.

Pour info, le jeu est disponible sur Steam au prix de 14.99 euros en suivant ce lien : http://store.steampowered.com/app/527230/

 Aperçu réalisé par Seiei à partir d'une version fournie par le développeur.

Réactions (16)


  • En chargement...

Que pensez-vous de For The King ?

3 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Prometteur

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.