Test de Vanquish : 135,3 dB

Belle époque que vivent les joueurs PC. Voilà que de nombreux jeux oubliés des éditeurs
arrivent enfin sur Steam. Après Bayonetta premier du nom, Sega et PlatinumGames nous offrent une nouvelle pépite venue des contrées nippones : Vanquish.

Attention.
Ce test comporte des lumières clignotantes ou des effets susceptibles de provoquer des crises d'épilepsie ou une perte de conscience temporaire chez une minorité de lecteurs sensibles aux stimulations lumineuses ou aux écrans de télévision. Les lecteurs ayant présenté de tels symptômes doivent consulter leur médecin avant toute lecture du test.
Si le test vient à provoquer ces effets, il faut cesser immédiatement sa lecture et consulter un médecin.

Test de Vanquish : 135,3 dB

What a time to be alive.

Sorti pour la première fois en octobre 2010 sur PlayStation 3 et Xbox 360, Vanquish est un TPS (acronyme de Third Person Shooter - ou en français un jeu de tir à la troisième personne) dans la lignée de ce que pouvait proposer Gears of WAR. Sauf qu'ici, Marcus Fenix a placé des turboroquettes sur son armure pour mieux affronter des méchas dans une colonie spatiale et prend un malin plaisir à fumer des indus' entre deux fusillades. Vous l'aurez compris : nous sommes bien dans un jeu PlatinumGames.

Dans un monde futuriste « cyber-techno-urbain » où la population dépasse les 10 milliards d'êtres humains, les pays luttent pour l'appropriation des rares ressources encore à disposition. Les États-Unis d'Amérique subsistent grâce à une colonie spatiale nommée Providence, qui fournit alimentation et carburant au continent. Le gouvernement de Russie, renversé par un coup d'état d'un groupe terroriste, atomise alors la ville de San Francisco et lance une attaque pour s'accaparer Providence, menaçant les États-Unis de réitérer leur attaque sur New-York s'ils ne capitulent pas.
La guerre est déclarée.
C'est dans ce contexte que vous incarnez Gideon Emery, membre du groupe militaro-scientifique D.A.R.P.A. Votre mission est d'épauler les marines américains dans la reprise de Providence et d'en profiter pour tester la nouvelle création de la D.A.R.P.A : l'Armure à Réaction Sur-développée.


Ce scénario, qui doit faire frémir de jalousie Michael Bay, sert avant tout de prétexte aux choix de game design. Comme le précise le directeur du jeu, Shinji Mikami, dans une interview, placer l'action de Vanquish dans un univers futuriste permet de « prendre beaucoup de liberté au niveau du scénario, mais aussi du design général ». Les personnages archétypaux, les méchants charismatiques et la mise en scène à la fois explosive, kitsch et épique sont d'autant d'éléments au service d'un gameplay qui se veut être l'essence de l'expérience vidéo-ludique que propose Vanquish.


Robot Unicorn Attack.

L'armure portée par notre héros Sam est l'essence même du jeu de PlatinumGames. Grâce à elle, vous pouvez utiliser vos fusées pour glisser à toute vitesse sur le champ de bataille tout en ralentissant le temps à la manière des bullet time. Attention toutefois à ne pas surcharger le réacteur de l'armure, ce qui vous empêcherait d'utiliser vos capacités pendant un labs de temps. Avec un peu de pratique, vous voilà à même d'esquiver les tirs ennemis en passant de couverts en couverts, contournant vos adversaires pour mettre à profit le level design des niveaux. Le rythme est effréné, le gameplay est nerveux, le jeu est jouissif. À vous de gérer au mieux le momentum de chaque situation. Et attention à la prise de risque inconsidérée, car nombreux sont les ennemis à pouvoir vous one-shot si vous vous retrouvez trop exposé.

Si la difficulté peut paraître élevée au début du jeu, c'est en prenant la pleine mesure des capacités de l'armure et du rythme qu'impose la gestion de la surchauffe du réacteur que le joueur parviendra à dépasser ces obstacles. Les différentes armes sont également des outils indispensables à votre réussite. On retrouve les classiques fusils, sniper, shotgun et autres lance-roquettes, auxquels viennent s'ajouter un canon laser, différentes grenades, un lanceur de disque ou encore un émetteur EMP. Trois armes peuvent être transportées en même temps et il est possible d'en changer à n'importe quel moment, vous permettant une fois de plus de gérer chaque situation comme bon vous semble. Un système d'upgrade vient couronner le tout, permettant d'améliorer vos armes favorites.

L’enchaînement des événements et des différents champs de bataille peut paraître répétitif. Le bestiaire des ennemis est assez pauvre et les environnements restent dans des tons très gris, rehaussés par les nombreux effets de lumières et explosions. Notons quand même le soin apporté à la modélisation de l'armure de Sam Gideon. De même, certaines missions pêchent vraiment par rapport à d'autres : poursuites en véhicules volants, séquence sur tapis roulant ou en ascenseur, infiltration de nuit... Ces moments brident un peu trop les possibilités du joueur malgré une mise en scène toujours impressionnante. Enfin, cette redondance pourra se faire ressentir contre les Boss. Certains seront remployés plusieurs fois, mais les affrontements resteront toujours spectaculaires et exigeants.

Petit bémol donc, mais ces répétitions participent aussi à cette volonté de maîtrise que demande le jeu. Chaque niveau vous sanctionne d'un score dépendant de vos actions : headshots, morts, rapidité, diversité des armes employées... La dimension scoring pousse à la perfection. D'autant qu'il faudra compter entre 6 et 8 heures en difficulté normale pour finir le jeu une première fois. Mais l'on se replonge toujours avec un grand plaisir dans Vanquish, que ce soit pour parfaire notre score, pour participer au mode défi ou pour simplement détruire du robot soviétique propulsé par nos turboroquettes.

La rejouabilité est vraiment un plus.

All of the lights.


Pour télécharger le jeu sur votre PC depuis Steam, il vous en coûtera 16 Go d'espace disque. Le test a été réalisé avec une manette Xbox 360 et bien qu'il soit également possible de jouer au clavier, l'usage d'une manette est recommandée. Malheureusement, la manette Dualshock 4 n'est pas directement reconnue.

Graphiquement, le jeu répond présent. Malgré des problèmes de fps à la sortie du jeu chez certains, un petit patch est venu rapidement régler tout ça. On apprécie également le rehaussement des textures par rapport à la version console. C'est fluide, c'est propre, c'est tout ce qu'on doit attendre d'un portage PC. De même, les nombreuses options graphiques vous permettront d'optimiser le jeu par rapport à votre matériel.

Finalement, et cerise sur le gâteau, il est possible de choisir entre VF et VO pour les voix des personnages, l'interface du jeu et les messages qui apparaissent à l'écran.

If you're reading this, it's not too late.

Proposé au prix de 19,99€, Vanquish est un portage réussi. Voilà l'opportunité pour tous ceux passés à côté du jeu sur PlayStation 3 et Xbox 360 d'enfin goûter aux joies du TPS de PlatinumGames. C'est également un bon moyen de redécouvrir cette petite boule de nerf survitaminée. Vanquish vous garantira votre dose d'adrénaline quotidienne et exigera de vous maîtrise et vivacité. Et malgré ses quelques bémols et en particulier sa durée de vie, il serait vraiment dommage de se priver de ce TPS qui s'inscrit comme un des meilleurs du genre.

Test réalisé par Jeremy_Cheveux à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Vanquish ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.