Gamescom 2017 - Ancestors, un RTS qui impressionne

Il y a des jeux, comme cela, qui nous tombent dessus sans crier gare et qui nous accrochent immédiatement alors qu’on n’en avait jamais entendu parler. Il y a des jeux qui nous charment au premier coup d’œil, ou à peine la souris prise en main. Ca m'est arrivé... avec Ancestors. 

Gamescom 2017 - Ancestors, un RTS qui impressionne

Alors qu’à la fin de la première journée, je rejoignais les autres membres de notre petite délégation Jolienne au stand de la 1C Company, un studio de développement et d’édition russe qui présentait toute une flopée de jeux très prometteurs, un écran faisait tourner un jeu qui a tout de suite attiré mon regard… tellement que le lendemain matin, avant mon premier rendez-vous, je me suis pressé d’y retourner pour demander une présentation. Il s’agissait du jeu « Ancestors », un RTS médiéval développé par les Polonais de Destructive Creations.

2017-04-04_-_1C-DC_new-title-ARTs.jpg

Peut-être les connaissez-vous déjà : ils ont beaucoup fait parler d’eux à la sortie de Hatred, avec une communication fort douteuse, ou plutôt dilettante, pour un shooter qui semblait être porté sur une très grosse violence (à tort, ce n’est pas pire qu’un GTA…), suivi par IS Defense, un autre shooter où on défend l’Europe contre une invasion islamique, un sujet tout aussi… sensible on va dire. Pour ma part, je ne les connaissais pas, pas du tout intéressé par ce genre de buzz. Mais le responsable qui me présentait le jeu m’a dit vouloir revenir à un processus plus honorable et classique, avec Ancestors, au niveau de la sensibilité du public, et faire un jeu sur un thème qu’ils affectionnent en général, un bon RTS médiéval.

Il faut dire que le genre n’étouffe pas par son nombre donc il y a de la place pour ce genre de titre dans la scène vidéoludique aujourd’hui. Mais pour ce que j’en ai vu, le titre pourrait clairement être une excellente surprise pour les amateurs de RTS, un peu délaissés depuis quelques années.

Mais parlons un peu du jeu

Ancestors_05-2017_01_05.jpg

Dans Ancestors, il y a 4 factions : les Germains, les Slaves, les Vikings et les Anglo-saxons. Chacun possède une campagne qui lui est propre et la vidéo que le membre de l’équipe de Destructive Creation ont lancée à mon arrivée était l’introduction des Vikings. Très belle intro, bien dynamique, jusqu’au moment où je vois la caméra faire un zoom arrière et bifurquer sur une vue traditionnelle pour un RTS… et que je me rends compte qu’il n’y a eu aucune coupure. Le jeu est entièrement réalisé avec le moteur Unreal Engine 4 et le niveau de précision est impressionnant. Un rendu graphique aussi poussé pour un RTS, ce n’est pas banal. Et là, il m’explique que le jeu, en plus d’être un RTS, peut nous permettre de passer en vue 1ere personne pour sortir un peu du « god-mode » pour se sentir concerné par l’action, voire y participer (je n’ai pas essayé ^^).

Ancestors_05-2017_01_15.jpg
Ancestors_05-2017_01_09.jpg

OK, belle claque, mais dans ma tête, peut-être un peu gadget. J’adore les jeux de stratégie et je me sens un peu en manque… et l’annonce par Microsoft de la résurrection d’Age of Empire n’arrange rien, vu qu’on n’a rien vu sur le salon. J’ai besoin de ma dose ! On démarre sur une plage, la flotte viking ayant subi de plein fouet une tempête dans la, très connue, zone de grands troubles climatiques mer du nord, débarque comme elle sur les côtes anglo-saxonnes… pas très original comme contexte. Mais on m’explique que c’est normal, car dans les 4 campagnes, des morceaux réels de l’histoire des peuples qu’on incarne sont présentés donc ils se basent sur des faits historiques pour leurs campagnes, tout en incluant des personnages fictifs dans la trame. OK.

Ancestors_05-2017_01_24s.jpg

Pour les Vikings, on incarne Ulf Ironbeard, qui fait partie des rescapés, donc, et mène des hommes qu’il regroupe sur la plage à l’assaut d’un camp/village ennemi qui se trouve en aplomb. Les premiers contacts avec les ennemis sont classiques : des archers bloquent un accès, il faut faire le tour pour les attaquer… ce qui est fait rapidement. Premier contact, je remarque que du texte apparaît à l’écran, mais trop furtivement pour que j’aie le temps de lire. J’arrive dans le village ennemi : il faut détruire les bâtiments susceptibles d’apporter du renfort pour arriver à prendre la place centrale. J’élimine les quelques ennemis sur place et m’occupe des bâtiments. Les Vikings lancent des torches et les incendient. On se dirige vers la place, bien gardée. Et là, je fais plus attention. Des alliés attaquent les groupes ennemis de front, je parviens à me faufiler et j’attaque de flanc ; je vois alors des indications qui apparaissent sur l’écran avec « charge » et « attaque de flanc » (en anglais dans le jeu). J’appelle le présentateur qui s’occupait d’un autre journaliste et il me dit qu’il y a tout un système de bonus à prendre en compte selon le genre de troupes qu’on dirige, me montre quelques fonctions des troupes que l'on possède, la façon dont on attaque, etc.

Paf, double baffe

Bim, seconde claque… le jeu est beaucoup plus riche qu’un RTS lambda au gameplay. Mais je m’emballe, j’attends la suite. Je boucle la mission, j’enchaîne la seconde qui est une mission « furtive ». Ulf et quelques compagnons doivent essayer de se faufiler à travers la carte pour trouver des survivants et des vivres. Là, petit jeu de camouflage et … embuscade, enquête, recherche. Encore une fonction de gameplay à ne pas négliger. Les zones de visions (on joue de nuit) sont très bien représentées grâce à la qualité du moteur. Ce n’est pas un « fog of war », mais simplement, on voit ce que nos gars voient. La gestion du terrain, de l'environnement et des décors est très bien effectuée et très intuitive (se cacher derrière un arbre, au coin d’un bâtiment, dans les herbes hautes, la distance, etc.). Du coup, un jeu du chat et de la souris qui termine sur la destruction d’un poste avancé ennemi. Troisième mission disponible (et dernière) : une mission plus complète, qui représente plus le gameplay du jeu, mais j’ai dû interrompre ma session, mon rendez-vous suivant s’approchant dangereusement ; j’ai cependant eu le temps de voir qu’il y avait de la construction et de la gestion de troupe comme un bon vieux RTS old-school.

Ancestors_Art-Splash-screenp.jpg

Bref, on a du bon RTS classique, avec un gameplay riche, un visuel de très grande qualité, réalisé par des gars un peu en marge des productions classiques, mais qui font ce qu’ils aiment faire et ça se ressent.

Attention, toutefois...

Tout ceci ne sont évidemment que des impressions d’un hands on d’une quarantaine de minutes, mais personnellement, Ancestors est le jeu qui m’a le plus marqué sur la Gamescom. Pas spécialement parce que c’est le meilleur que j’ai vu dans le salon, il y a d’autres titres que j’ai adoré, mais parce qu’il m’a surpris. Je ne l’attendais pas, il était planqué sur un PC dans un enclos où étaient présenté une bonne douzaine de jeux et avait un seul écran de présentation. Fallait tomber dessus. Surpris aussi, parce que c’est un genre pour lequel je suis assez exigeant et tout ce que je recherche semble y être, au niveau gameplay. Évidemment, j’attends d’avoir une vraie version dans les mains pour pouvoir essayer le jeu plus en profondeur, voir ce que donnent les campagnes de jeu, découvrir un peu les autres factions, appréhender l’équilibrage et peut-être le mode multijoueur.

Il y a juste un détail, qui a quelque peu refroidi mon enthousiasme : le jeu est développé en parallèle sur console, sur PlayStation 4 pour être plus précis. Et je suis de ces vieux rétrograde qui prétend qu'aucun RTS digne de ce nom ne peut être joué avec une manette (je n'en démordrai pas). Du coup, j'ai peur de la simplification des commandes, mais... malgré pour ce que j'en ai vu, ce n'est pas le cas... Encore beaucoup d’inconnues qu’il faudra effacer dans les mois à venir, mais pour ma part, j’ai rajouté en tête de liste des jeux que j’attends un jeu qui m’est… tombé dessus de nulle part !


  • En chargement...

Que pensez-vous de Ancestors ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Prometteur