Gamescom 2017 - Call of Cthulhu - La folie est au rendez-vous

Tout juste de retour de la Gamescom, c’est avec empressement que nous vous proposons un article sur le nouveau projet de Cyanide : Call of Cthulhu.

Gamescom 2017 - Call of Cthulhu - La folie est au rendez-vous

Je dis « nous », car pour le cas de Call of Chtulhu, tous vos envoyés spéciaux JeuxOnLine sur place ayant assisté à la présentation n’ont pu résister à l’envie de vous partager leur ressenti. Ce n’est donc pas un, mais plusieurs avis que vous aurez exceptionnellement dans cet article !

Pour rappel, Call of Cthulhu est un jeu développé par Cyanide et édité par Focus avec un moteur Unreal Engine 4. Il se base sur l’univers bien particulier créé par H. P. Lovecaft et bien connu par les rôlistes : L’appel de Cthulhu.

L’appel de Cthulhu est une nouvelle écrite de manière non linéaire, mais compilant des séries de documents retrouvés à la mort de Francis Wayland Thurston, suivant la piste d’un mystérieux culte. Au-delà de la nouvelle, c’est tout un univers horrifique et mystérieux qui a été constitué pendant près d'un siècle autour de Chtulhu et que ce jeu vient compléter.

call_of_cthulhu-01.jpg
call_of_cthulhu-02.jpg

L'avis d'Aeria :

call_of_cthulhu-03.jpg

L’histoire du jeu Call of Cthulhu proposée par Cyanide n’est pas issue de la mythologie existante, mais bien une histoire inédite coécrite par Mark Morrisson, actuellement game designer, mais qui avait notamment écrit de nombreux scénarios du jeu de rôle papier Call of Cthulhu dans les années 90.

La présentation commence et nous sommes tout de suite dans l’ambiance de cette seconde étape de l’enquête de notre personnage Edward Pierce, vétéran devenu enquêteur arrivant tout juste sur l’île glauque de Darkwater, suite à une enquête préliminaire à Boston sur l’incendie de la résidence de Hawkins, une riche famille de Darkwater, mais dont la fille Sarah a trouvé la mort dans l’incendie.

La première force pour moi de cette présentation de Call of Cthulhu est tout d’abord un univers de Lovecraft bien retranscrit. On est tout de suite parfaitement dans l’ambiance sombre, mystérieuse et oppressante de Lovecraft. Est-ce le jour ou la nuit ? Première interrogation et on frôle déjà l’irréel et la folie sans même avoir mis pied à terre. Le rendu visuel est impeccable, le moteur Unreal Engine 4 est ici très bien utilisé.

Côté gameplay, le titre de Cyanide se veut une enquête / exploration basée sur un monde ouvert et un grand nombre de choix. Libre au joueur de mener son enquête comme bon lui semble, à la force de ses poings ou avec subtilité, grâce à un nombre très important d’interactions avec l’environnement. Plus le joueur enquêtera plus les interactions seront nombreuses et ainsi plus les possibilités de faire évoluer l’histoire seront importantes. Un échec d'une action de signifie pas forcément un game over, qui d'ailleurs n’existe pas dans le jeu. Il faudra au joueur trouver d’autres moyens d’arriver à ses fins comme, par exemple, espionner des gardes pour en apprendre plus sur eux ou ce qu’ils gardent.

Rapidement dans cette séquence de gameplay, nous nous trouvons face à un autre aspect très important de l'univers de Cthulhu : la folie. Le jeu prend l'évolution de la santé mentale de notre personnage via une jauge de folie qui évoluera en fonction de nos choix. Finirons-nous totalement fous ou réussirons-nous à garder encore un peu de santé mentale ? Telle est la question. Entre cette santé mentale et les choix du joueur, le jeu nous amènera à 4 fins possibles bien différenciées. Mais attention : entre folie et choix cartésien, il n’y a pas de bon choix. La progression se veut non linéaire, le but étant d'amener le joueur à résoudre l'enquête sans pour autant lui en imposer la manière.

Bref une présentation qui en tant qu’ancienne rôliste dans l'univers de Cthulhu m’a vraiment séduite. Le jeu propose une durée d’une quinzaine d’heures, un timing un peu court à mon goût, mais il est certain que je me laisserai tenter pour y jouer et peut-être me ferais-je envoûter par la folie de l’histoire proposée.  

 

call_of_cthulhu-04.jpg
call_of_cthulhu-05.jpg

L'avis de Seiei McDarsh :

call_of_cthulhu-06.jpg

Arrivé au stand Focus, on est tout de suite prévenus niveau ambiance : 2 jeux sont présentés : Vampyr et Call of Cthulhu. 2 jeux sombres, avec un thème… assez proche, mais malgré tout très différent. Le premier pour lequel j’ai été voir la bande-annonce, c’est Call of Chtulhu. On se retrouve dans une pièce « isolée » (si on peut l’être dans un salon aussi grand et aussi bruyant) pour suivre une présentation de 30 minutes du jeu.

Je vais zapper la présentation de la licence, Aeria s’en est chargée au-dessus, mais je préciserai néanmoins qu’étant un amateur de jeu de rôle en général, le jeu qu’on a dans les mains est plus basé sur le jeu de rôle papier que sur les livres de Lovecraft.

Call of Cthulhu suit l’enquête d'Edward Pierce, un ancien vétéran de guerre devenu détective. Celui-ci enquête sur l’incendie de la maison des Hawkins, incendie qui a vu la mort de la fille de la famille : Sarah.

Sur les 30 minutes qu’on a vus, au niveau du gameplay, le jeu semble très orienté sur l’enquête et sur la façon dont les éléments récoltés peuvent ouvrir ou fermer certaines portes. La façon dont on mène l’enquête incitera aussi les locaux à s’ouvrir à vous ou au contraire à vous être hostile. Ce qui est certain, c’est que l’ambiance spécifique à l’univers de Cthulhu est présente. La folie rôde sur cette île. Ça se ressent dès les premières minutes du jeu : quand on débarque sur l’île, on voit un attroupement de badauds réuni autour ce qui semble être le cadavre d’un orque (le poisson, pas le fantastique), complètement mutilé. N’ayant pas de prédateurs connus, le mystère est déjà présent : qu’est-ce qui a pu tuer l’animal ?  Selon vos compétences, vous pourrez faire des analyses sur le cadavre et découvrir, ou non, des éléments qui pourraient s’avérer utiles ultérieurement. En tout cas, vous voilà dans le bain !

Au niveau du gameplay, j’ai dit juste au-dessus que selon les compétences de votre personnage, vous pouvez avoir des résultats sur des éléments que vous découvrez au fur et à mesure de votre progression dans le jeu. Edward Pierce possède 10 compétences et 4 branches d’aptitudes, chacune améliorant les probabilités de votre enquêteur de trouver des choses, démêler des situations, etc., car, comme je l’ai précisé en haut, non seulement il se base sur le jeu de rôle pour son univers, mais il se base aussi dessus pour son « gameplay ». Avoir beaucoup de points dans une compétence ne vous garantit donc pas de réussir une action ou une recherche et ne pas en avoir ne vous garantit pas non plus d’échouer dans votre test. Car il s’agit simplement d’améliorer, ou pas, votre pourcentage de réussite. Comme un jeu de rôle, quoi…

call_of_cthulhu-07.jpg

Visuellement, le jeu évolue sur l’Unreal Engine 4, un moteur très en vogue pour le moment et qui possède d’énormes qualités, surtout pour mettre l’ambiance dans le décor. Les effets de flou et de brouillard propre à ce genre de petit village côtier sont vraiment bien rendus dans le jeu. Lors de certains passages, où la folie prend le dessus sur la raison, l’image se tord, se difforme, faisant apparaître des choses qui ne sont pas réelles. Le passage de l’un à l’autre se fait parfois sans crier gare. Le résultat en est saisissant. Et nécessaire, parfois. Certains éléments n’apparaissent que lorsqu’on est dans une situation proche de la folie.

Au niveau du jeu, le présentateur nous promet au minimum une douzaine d’heures de jeu, la moyenne tournant autour des quinze pour en arriver à bout. Mais il faut savoir que le jeu n’est absolument pas linéaire et que vous pouvez aborder l’enquête de multiples façons. Vous pouvez aussi en arriver à bout sans avoir nécessairement trouvé tous les éléments de l’investigation. Mais la folie guette et elle vous atteindra, tôt ou tard ! L’appel de Cthulhu ne connaît jamais de fin heureuse.

Ma petite conclusion est donc qu’on a à faire ici à un jeu dont l’ambiance de la licence Cthulhu est bien rendue et réaliste, agrémenté d’un gameplay basé sur un système qui a fait ses preuves auprès des rôlistes depuis des dizaines d’années, pour cet univers.

  

call_of_cthulhu-08.jpg
call_of_cthulhu-09.jpg


  • En chargement...

Que pensez-vous de Call of Cthulhu : The Official Video Game ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Prometteur