Gamescom 2017 - Escape from Tarkov

Escape From Tarkov, développé par Battlestate Games, est actuellement en production et a pour ambition de faire ressentir la réalité du terrain au joueur. Alors, pari réussi ? 

Gamescom 2017 - Escape from Tarkov

Escape from Tarkov a une ambition simple : faire ressentir aux joueurs la réalité du terrain. C'est un hardcore shooter, orienté simulation pure, qui pourrait aussi être un peu apparenté à un RPG via ses "loots", mais en fait c'est surtout dû a une optimisation extrêmement pointilleuse possible de votre équipement et de votre inventaire.

Mais quand je dis pointilleux... c'est pointilleux

Celui-ci semble très compliqué à gérer et ce n'est pas une impression. Le jeu n'est clairement pas fait pour vous prendre par la main et vous guider tout au long de votre progression. Tout ce que vous ramassez, que ça soit par terre ou sur vos ennemis abattus, est susceptible de modifications. Chaque pièce posséde ses caractéristiques propres, tant par ses statistiques que par son gameplay. Mettez une poignée verticale à votre arme : vous aurez moins de recul in game. Mettez un canon long et augmentez votre précision à longue portée, mais le poids de votre arme la fera pencher en avant, être moins réactive ,etc. Et ça, c'est seulement le b.a.-ba de ce que le jeu apporte. Le côté esthétique est présent aussi, chaque modification étant visible à l'écran. 

Et il faut faire quoi ?

eb5701de996ef4093ef78f9f466f0c4a.jpg

Actuellement, on peut choisir entre 2 factions. Le but du jeu est simple : extraire un maximum de matériel dans des zones ravagées, tout en survivant et en atteignant le point d'extraction. Le décor est posé dans la cité (fictionnelle) de Tarkov, en Russie, aux alentours de 2030. Dans la version finale, le joueur pourra explorer le mode histoire qui expliquera ce qui s'est passé à Tarkov et pourquoi elle est dans cet état, mais ce mode n'est pas encore présenté actuellement. Quand vous aurez atteint la fin du mode histoire, les "limitations" des cartes sauteront et vous pourrez rejoindre des parties open world qui iront jusqu'à 64 joueurs.

Des modes arènes sont aussi prévus, que ça soit en 1v1 ou en 2v2, pour contenter un maximum de joueurs. 

e989cfe8497918beb1e687b9895089f5.jpg
f0a09659d6456607dd66b34ab0089205.jpg

Bon, testons la bête

Après quelques minutes de présentation du jeu, je mets les mains sur la bête.

Ma première impression : ah ouais, il ne rigole pas quand il me dit que c'est hardcore.

5c0e869b5f3190feb15b6b0d81b75eca.jpg

Le système d'équipement n’est pas évident à prendre en main ; je vais me contenter du matériel équipé pour éviter de perdre trop de temps. Je commence à me déplacer, j'ai vu qu'il y avait un système de petites quêtes à accomplir, pour corser un peu la chose, mais ici, absolument aucun HUD pour s'orienter dans le jeu. Tout doit être réalisé de visu. Il faudra donc mémoriser les moindres recoins de la carte pour être efficace à long terme. On se déplace dans un vieil entrepôt en ruine : les décors, réalisés sous Unity 5, sont superbes et emplis de détails. Je repère un ennemi, j'essaye de lui tirer dessus, mais je ressens le recul de mon arme. Après quelques passes d'armes, j'arrive à éliminer l'autre joueur et me dirige vers son cadavre pour récupérer le matériel. 

La fouille... prend du temps ! C'est un truc tellement logique, mais tellement peu utilisé que je suis surpris. Plus on passe du temps sur le corps, plus on découvre du matériel... mais plus on reste exposé aux ennemis potentiels, évidemment. 

Une explosion au loin ! Je ne suis pas seul dans le coin. Impacts de balles autour de moi, je me tire et vais me cacher dans les couloirs, pour essayer de semer mes poursuivants, car je ne vois absolument pas où ils se situent. 

Actuellement, il peut y avoir jusqu'à 20 joueurs sur la carte et rien que ça, ce n’est déjà pas évident à gérer. Je pense qu'il faudra vraiment prévoir de jouer en escouades pour s'en sortir sur la version finale.

63a6d0e3dc2414f33b007a9496d9bd42.jpg

Le développeur m'explique qu'entre 2 parties, il y a un système de base à développer, un peu comme dans XCOM2, si vous préférez, avant de repartir sur le terrain. Par exemple, vous pourrez construire une cuisine, qui vous permettra d'avoir la possibilité de vous soigner sur le terrain ou vous donnera des bonus latents (comme une meilleure récupération de l'énergie ou de la fatigue, etc.). 

Je continue à arpenter les ruines de l'entrepôt, cherchant un peu de matériel (mais sans grand succès, ne sachant pas trop à quoi servent les différents objets) et la zone d'exfiltration. Mais je me fais tirer dessus au détour d'un conduit... fuite, je suis blessé... je continue a perdre de la vie, je dois me soigner au plus vite, mais je suis traqué et je ne vois pas mes ennemis. Les décors sont tellement chargés de détails... ils peuvent être n'importe où. Je me cache dans ce qui semble être des égouts... je me rafistole vite fait... je ressors plus loin, vois mes ennemis qui se rapprochent de là où je m'étais faufilé. J'en abats un rapidement et l'autre essaye de se cacher. À son tour d'essayer de voir d'où ça vient. 

Du coup, j'en pense quoi ?

00f0571ac8c3de86de7d7b2124509cf8.jpg

Le jeu est prenant, intense et on prend plaisir à recommencer et à essayer de prendre en main le jeu. Mais il faudra de nombreux essais pour parvenir à gérer, un tout petit peu, le côté simulation du jeu.

Devant cette difficulté apparente de prise en main, je m'interroge : y aura-t-il un véritable public pour un jeu si chaud à contrôler dans un milieu dont les jeux se casualisent ? Le développeur se montre rassurant à ce sujet et prend en exemple Dark Souls 3. C'est vrai que l'univers du jeu vidéo apprécie la simplification, mais il y a un public pour le hardcore, pour la difficulté. Il veut que les joueurs se sentent vraiment impliqués dans l'action et cherchent à s'améliorer. Tout ce qu'on peut trouver en jeu doit être difficile à trouver... mais encore plus difficile à garder, car quand on meurt, on perd son matériel.

Toutefois, il est possible d'assurer son matériel. Si on se fait tuer, qu'un autre joueur récupère son matériel, on peut récupérer la valeur en monnaie (pas en matériel, ça serait trop facile) dans les 24 heures. Le matériel dans le jeu est limité, certains items sont rares, très très rares même, voire uniques ! Il serait trop simple de le dupliquer si on récupérait du matos avec l'assurance. 

Il y a aussi différents marchands, chez qui on peut acheter/vendre du matériel, selon leurs spécialisations. Armes, customs, soins... on ressent l'ambiance un peu "post-apo" de l'univers, tout le monde a l'air dans un sale état et cherche à survivre dans cet univers si dur, en tirant son épingle du jeu. Un marché de vente aux enchères est aussi prévu pour le commerce entre joueurs. 

126140?centre

Ma démonstration se termine doucement. J'ai découvert un jeu qui est un peu à cheval sur de nombreux genres, mais qui se veut vraiment destiné à un public qui cherche quelque chose d'inédit, ce qui dans l'univers du shooter/FPS n’est vraiment pas évident, de nos jours. Stressant, prenant, le jeu a du potentiel devant lui. Je ne sais pas si la sauce peut prendre, mais le bouche-à-oreille peut faire son effet et le jeu peut clairement avoir une place privilégiée dans le jeu multijoueur. 

Une bêta est en cours depuis fin juillet, pour les personnes qui ont précommandé le jeu. Donc n'hésitez pas à farfouiller le net si vous voulez plus d'informations ou que vous êtes curieux à propos du jeu. Il est actuellement en bêta fermée, mais une bêta ouverte devrait arriver vers le mois d’octobre/novembre donc il ne faudra plus trop attendre pour pouvoir l'explorer ! 

Réactions (10)


  • En chargement...