Test de Just Dance 2018

Cela fait 8 ans que nous avons droit à une version annuelle de Just Dance, mais c’est la première fois qu’un jolien s’y colle pour le tester. Compte-rendu de son exsudation.

Beaucoup de jeux sortent tous les ans, beaucoup de simulations de sport, notamment. Just Dance est sorti pour la première fois en 2009 et a eu droit à une version par année depuis lors. Il ne démérite pas, trouve toujours son public et même si les ventes sont en légère baisse, il rassemble à chaque événement sur lequel il est présenté une énorme communauté de danseurs de tous niveaux. Il faut dire que le jeu ratisse large, car, cette année encore, le jeu est disponible sur la quasi-intégralité des consoles du marché : PC, PlayStation 4, Xbox One et Switch côtoient les ancêtres PlayStation 3, Xbox 360, Wii U et, encore plus surprenant en 2017, Wii.

Après avoir retourné la version 2017 dans quasiment tous les sens, il était temps pour nous (ce nous implique le rédacteur, gros sac incapable de coordonner ses bras et jambes malgré des années de danse en couple avec sa compagne, ancienne danseuse professionnelle, grande adepte de danse rythmique et de Zumba) de passer sur cette toute nouvelle mouture et ses quelques nouveautés.

Minute ! C’est quoi Just Dance ?

Pcypilmnplgv2nh0bc3t

Petit rappel pour les béotiens : Just Dance est un jeu qui vous invite à bouger votre derrière en rythme sur des chorégraphies plus ou moins dures, sur des titres plus ou moins récents, en compagnie plus ou moins bonne. Vous avez plus ou moins compris ? En gros, c’est un jeu vraiment pensé pour être joué à plusieurs, dans le cadre d’une soirée en familles ou entre amis. Toutes les chansons disponibles sont jouables à plusieurs (jusqu’à 6 joueurs), y compris celles où un seul personnage apparaît à l’écran. La seule différence est qu’au lieu d’avoir chacun une chorégraphie différente qui interagit avec celle des autres, tout le monde dansera la même et je peux vous assurer que danser la version extrême de Animals à 4 dans un salon tient de l’exploit.

Comment on joue ? Ben en fait, vous avez l’embarras du choix. Sur notre Xbox One de test, on a pris le parti d’utiliser le bon vieux Kinect, malgré sa vasectomie des dernières semaines. Vous pouvez aussi jouer en utilisant les manettes Move de la PlayStation 4, les JoyCons de la Switch ou les WiiMotes pour Wii et WiiU. Mais une solution un peu plus universelle et fort pratique dans le cadre des soirées à plusieurs reste la combinaison smartphone et application Just Dance. Alors, quand on vous dit un peu plus pratique, c’est sur le papier, parce que pour une raison obscure, on n’a absolument jamais réussi à faire en sorte de connecter notre téléphone à notre console et ce malgré un test avec pas moins de quatre téléphones différents… Peut-être un simple souci de réseau WiFi trop protégé.

Des menus propres et simples

Un des principaux reproches que nous avions pu formuler pour la version 2017 était une multiplication des activités et des modes de jeu qui prêtait à confusion. A fortiori, c’était encore plus prise de tête pour une demoiselle qui s’était mis en tête de faire progresser son français en laissant le jeu dans la langue de Molière. Jeu normal, Fitness, Dance Machine, jeu en ligne, tournois, il y avait de tout. Force est de constater que cette année, Ubisoft Paris a opté pour une approche totalement inverse, avec des interfaces les plus simples possibles et une plus grande retenue dans les modes de jeu. Cela a rendu le jeu beaucoup plus facile et accessible et les mêmes options sont utilisées pour danser seul devant votre écran à la maison ou pour passer du bon temps avec des amis.

Dans le menu principal, vous ne pouvez accéder qu'à votre carte de danseur et aux trois modes: Kids, Just Dance et World Dance Floor. Le premier, la nouveauté la plus importante, est comme le nom l’indique dédié aux enfants. Le jeu a toujours été très grand public et les petits bouts se retrouvaient à danser des chorégraphies qui n’étaient pas forcément pensées pour eux. Bien sûr, il y avait toujours quelques chorégraphies plus accessibles que d’autres, mais elles n’étaient pas forcément facilement identifiables. Dans cette mouture 2018, avec le mode Kids, les parents peuvent tranquillement laisser leurs bambins jouer à ce mode en sachant que toutes les chorégraphies ont été conçues pour les enfants de 3 à 6 ans par une chorégraphe et psycho-motricienne, Martine Curtat-Cadet si vous voulez tout savoir. À la manière de “Let It Go” l’an passé, c’est encore une chanson de Disney qui sert de porte-étendard au jeu pour conquérir le jeune public, mais les horizons sont un peu moins glacés cette année, puisque c’est Vaiana et son “How Far I’ll Go” qui rejoignent la setlist. Le mode propose en tout et pour tout 8 chansons, aux genres assez variés, avec des décors enfantins bourrés de fantaisie, des danseurs qu’on peut facilement associer à la chanson et les étoiles tombent facilement, sans doute pour ne pas frustrer les bambins qui apprennent ainsi facilement le b.a.-ba du jeu.

Bouge ton boule de mec

Q4kz88xd1sdkmswecohl
Le mode Just Dance rassemble sous sa houlette les principales autres options, dont certaines qui avaient droit l’an passé à leur propre menu principal. Les chansons sont réparties en différentes catégories, vous permettant d’identifier facilement l’une ou l’autre. Un module de recherche et un classement alphabétique sont aussi disponibles. Dans cette nouvelle version, on trouve environ 45 nouvelles chansons, dont 24K Magic de Bruno Mars, Bubble Pop de Hyuna, qui rappellera des souvenirs aux fans de la première heure de League of Legends, ou encore John Wayne de Lady Gaga. Bien évidemment, la touche de folie et l’humour du jeu sont encore bien présents, avec des chorégraphies dans un univers Mario (merci le nouveau partenariat avec les Lapins Crétins ?) ou des remises au goût du jour de morceaux de musique classique. Certains titres ont d’ailleurs droit à plusieurs versions alternatives : on ne pouvait pas y échapper, Despacito de Luis Fonsy et Daddy Yankee a le droit à deux versions, une normale et une extrême, quand Chantaje de Shakira et Maluma a en plus de sa version normale une version “Métro” qui n’est pas sans rappeler les chorégraphies “Voiture” de la version 2017. Dans le domaine des versions alternatives, nos plus sincères félicitations à celui qui a trouvé le moyen de faire passer la version “Tomato” pour Automaton de Jamiroquai.

Les chorégraphies ont bien évolué par rapport à la dernière mouture ou ce qui a pu se faire avant : de l’aveu même de ma compagne, les chorégraphes se sont un peu éloignés de la mouvance Zumba et sont revenus sur de saines bases de réelle chorégraphie, avec des mouvements plus fluides, moins hachés, moins saccadés et qui viennent plus naturellement, quitte à vous faire brûler un peu moins de calories. Attention, le jeu n’est pas pour autant facile et certains mouvements vous demanderont de répéter encore et encore une même chanson pour pouvoir la finir en Megastar, un nouveau rang introduit au delà du statut de Superstar traditionnel. On pensera par exemple avec une haine farouche à une certaine transition dans la chanson Swish Swish de Katy Perry avec un mouvement de balancier des plus costauds (que vous pouvez voir en toute fin de la vidéo ci-après).

C’est d’ailleurs encore dans cette version 2018 un des principaux points noirs du titre : il n’y a toujours pas de studio de répétition qui permette de travailler tel ou tel mouvement d’une chorégraphie et c’est particulièrement frustrant en plus d’être totalement irréaliste. Dans un vrai studio de danse, tu apprends les chorégraphies mouvement par mouvement et tu recommences le mouvement à la moindre erreur, jusqu’à ce que tu passes chacun des pas ou gestes parfaitement. Dans Just Dance, c’est marche ou crève : tu rates, tu refais tout, en entier, sans te plaindre. Peu importe que tu n’aies même pas eu le temps de voir où tu t’es planté parce que tu fais plus attention à la chorégraphie qu’au scoring. C’est d’autant plus bizarre qu’Ubisoft avait développé des solutions d’apprentissage parfaitement adaptées et progressives pour Rocksmith et qu’absolument rien de tout cela n’a été introduit sur Just Dance, qui représente pourtant une toute aussi bonne introduction à la danse que son collègue l’était pour la guitare ou la basse.

Shake your moneymaker, Ubisoft

Just dance 2018 mojo automat

Toujours dans le mode Just Dance, parmi les éléments de l’an passé qu’on retrouve cette saison, on a les fameux points mojo, la monnaie en jeu qui vous permet de débloquer du contenu supplémentaire. Vous les gagnez en dansant n’importe quelle chanson, dans une quantité qui varie en fonction de votre performance, mais aussi en montant en niveau ou en menant à bien les défis quotidiens proposés par le jeu. L’an passé, vous les accumuliez pour acheter des chorégraphies alternatives. Cette année, le principe est un peu le même, mais est bien plus contraignant et ennuyeux sur le long terme. En gros, au lieu d’acheter directement ce qui vous intéresse (en gros, les chorégraphies), vous devez tenter votre chance dans une machine à gachas (lootbox much ?) qui contient pas moins de 200 balles, qui contiennent en tout et pour tout une douzaine de chorégraphies alternatives et le nouvel hymne officiel du jeu, perdus au milieu de dizaines d’avatar et de stickers dont la très grande majorité des joueurs n’aura rien à faire. Mais surtout, l’animation pour ouvrir le gacha est juste interminable : non seulement vous avez le droit à une animation pour le tomber et l’ouverture de la boule, mais en plus, pour chacun des avatars ou des fonds d’avatar, le jeu vous proposera de l’appliquer directement en lieu et place du vôtre… Quelle perte de temps, surtout quand vous faites des bons scores et que la moindre chanson vous rapporte l’équivalent de 6 boules à ouvrir… Prévoyez les manettes programmables pour les ouvertures…

Au niveau des options ayant connu leur heure de gloire l’an passé, mais reléguée maintenant au rang de sous-menu, on retrouve la possibilité de danser pour brûler des calories. Vous pouvez associer un compteur de calories à la playlist de votre choix ou utiliser une liste conçue spécialement pour faire bosser votre coeur. Ne vous en faites pas : on ne parle pas ici d’un gigantesque compteur, il est très bien intégré dans l’interface et ne gêne aucunement la lisibilité de la chorégraphie.

Tpnkzofmxw5wcmqgyftl

La Just Dance Machine de 2016 et 2017 a elle aussi fait son temps et devient le Dance Lab. Vous déverrouillez les sept épisodes, qui consistent chacun en cinq expériences de “danse”, via la machine à gachas. Au menu, des danses plutôt loufoques inspirées de situations étranges ou de personnages improbables. Vous voulez vous prendre pour un flamant rose ? Vous vous sentez l’âme d’un Cédric Pioline ? Vous voulez devenir un ninja ? Le Dance Lab réalisera vos souhaits en vous proposant des petites séries de mouvements de danse complètement déjantés et déroutants, parfaits pour accompagner une soirée un peu arrosée et faire finir vos convives à quatre pattes sur la moquette du salon.

Troisième et dernier mode de jeu, World Dance Floor rassemble l’aspect jeu en ligne de Just Dance, dans lequel vous affrontez tout d’abord d’autres joueurs avant de vous retrouver tous ensemble face à un boss final dont vous devrez venir à bout, vos étoiles de score faisant office d’armes. C’est tout bête, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais la recette marche et est même relativement prenante. On notera d’ailleurs que l’intégration au mode normal Just Dance est plutôt réussie, car vous voyez directement dans les menus de ce dernier quelle chanson est actuellement en cours dans le mode en ligne et vous pouvez rejoindre la partie sans avoir à trop naviguer dans les menus.

Lrcdqtmkpuyqxrfuhjzl

Un petit mot enfin pour parler de Just Dance Unlimited. Kézako ? Un abonnement annuel qui vous permet d’accéder à la quasi-intégralité des chorégaphies sorties dans les jeux Just Dance, y compris les plus vieux. Une connexion à Internet est obligatoire pour les utiliser. Elles ne sont pas téléchargeables en local, elles sont streamées en direct depuis les serveurs d’Ubisoft (ce qui peut parfois causer des chorégraphies un peu floues sur les premières secondes pour les plus petites connexions). Qui dit abonnement dit coût, mais il est relativement raisonnable. Vous payez une trentaine d’euros pour 12 mois de chorégraphies illimitées, y compris des mises à jour de chorégraphies ou des nouveautés exclusives, et il existe des abonnements pour un et trois mois. C’est dommage qu’à la manière d’un Rock Band, Just Dance ne propose pas à un joueur de la première heure d’importer gratuitement ses chansons d’une année sur l’autre, mais ils ont le mérite de proposer à de nouveaux joueurs la possibilité d’accéder à un petit prix à l’ensemble de leur contenu.

Crache ton tutu, Myrhdin

Just Dance 2018 est un jeu qui ne paye pas de mine, mais qui s’avère pourtant aussi drôle à jouer, aussi bien en solo qu’en groupe, qu’un Rock Band ou un Guitar Hero. Si vous arrivez à passer outre le fait que vous aurez sans doute du mal au début avant de faire des bons scores et que vos potes se foutront sans doute de votre bille à tour de rôle, il est certain que vous passerez un bon moment. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les niveaux : malgré des années de danse, ma compagne ne tente certaines chorégraphies que très rarement, car trop physiques ou trop intenses (même si c’est un peu moins le cas dans cet opus) pour être faites dix fois dans une journée.

Le seul réel problème, au final, de cette licence est que, à l’instar des jeux de rythme musicaux, les possibilités d’évolution sont très limitées. Just Dance est un jeu de danse, soit, il a cet aspect fitness, mais quelle nouveauté pourrait venir lui proposer un nouveau souffle ? Les sorties annuelles de nouvelles chansons ne suffisent pas vraiment à renouveler l’intérêt des joueurs, qui peuvent très bien au final décider de rester sur l’une ou l’autre des versions antérieures parce que la nouvelle sélection de chansons à elle seule ne justifie pas, à leurs yeux, l’achat d’un nouveau jeu.

Y aura-t-il un Just Dance 2019 ? Sans doute. Mais on ne voit vraiment pas Ubisoft réinventer la roue et proposer quelque chose de totalement novateur. On ne demande qu’à se tromper, car on adore bouger notre popotin sur des rythmes plus ou moins pop, cela change du métal, mais pour le coup, on est quand même en droit de se demander si l’attrait sera toujours le même. Force est de constater que pour l’instant, Ubisoft réussit toujours plus ou moins à nous vendre tous les ans un gros pack de DLC en format boîte grâce sans doute à d’excellentes relations avec les maisons de disques pour se permettre de rassembler autant de tubes internationaux.

Test réalisé par Myrhdin à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Just Dance 2018 ?

1 aime, 2 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
4,7 / 10 - Moyen

1 jolien y joue, 1 y a joué.