Test d'AER Memories of Old

Présenté il y a déjà quelques années, AER Memories of Old, le titre de Forgotten Key et édité par Daedalic Entertainment, promettait beaucoup de choses : de l’exploration, de l’onirisme, des énigmes. Les mêmes promesses, de salon en salon et d’année en année. Sans toutefois voir vraiment l’évolution du jeu à travers le temps à tel point qu’on à l’impression, alors que le jeu est enfin disponible depuis le 25 octobre, d’avoir toujours une alpha de présentation sous la main. Certaines choses sont présentes, mais… mais je spoil, allons doucement dans l’explication.

Test d'AER Memories of Old

Mon introduction est un peu cynique, mais elle est plus due à la frustration qu’autre chose. Parce qu’AER est sympa et tient certaines de ses promesses, mais c’est frustrant, car le jeu se contente de trop peu. Dans AER, on incarne Auk, une jeune fille qui possède le pouvoir de se transformer en oiseau. Pouvoir extrêmement utile dans le jeu, car on découvre très vite que notre héroïne vit dans un monde empli d’îles célestes. Notre pouvoir nous permet donc de voyager d’île en île facilement et en toute quiétude. Ce sentiment de liberté qu’on peut avoir dans le jeu en volant est grisant et fait partie des points forts du jeu.

Lorsque j’ai mis la main sur le jeu, lors de la dernière Gamescom, pour la première fois, c’est ce que j’ai fait quasiment exclusivement : voler, tout en écoutant la présentation du responsable sur place. À tel point que j’ai failli en oublier pourquoi je volais : on est en pèlerinage. Pourquoi ? Aucune idée… mais on découvre une lanterne, un ancien artefact qui aurait appartenu à un genre de demi-déesse qui a réussi à sauver le monde d’un cataclysme. On la récupère, tout s’écroule autour de nous (on est dans une grotte), on s’enfuit en suivant la lumière (on nous le précise, même, des fois qu’on n’aurait pas compris) et on sort.

Mais une fois dehors... 

Cette première zone d’introduction nous sert un peu de tuto pour les commandes du jeu. Mais le côté dramatique de la séquence et de la situation… est complètement zappé une fois que notre héroïne est sortie de la caverne en question. On tombe nez à nez avec un vieil homme, qui est étonné… genre une seconde et demie, qu’on sorte de la grotte qui s’effondre (c’est censé être un lieu important, où la personne qui a sauvé l’humanité est vénérée) avec un artefact super connu. Genre « Ah ! Tu as la lanterne ? C’est bien. Tu vois les cerf-volants là-bas? C'est joli, n'est ce pas ? ». Le gars, pas plus étonné que cela... Ensuite, tout ce qu’on sait, c’est qu’on doit explorer, dans l’ordre que l’on souhaite (c’est du monde ouvert) une série de temples pour y récupérer des clefs. Pas bien difficile de les trouver, le monde n’étant pas immense et à la vitesse où on peut battre des ailes (c’est vraiment agréable, j’insiste), on aura vite fait de dévoiler la carte dans son entièreté. Du coup, les temples sont repérables de loin. Reste à trouver comment y entrer. Et là… ben c’est bizarre… on vit dans un monde d’îles célestes. Les temples sont plantés la, au final pas loin les uns des autres, et autour de ça… quelques villageois qui habitent de petites îles à gauche à droite et rien d’autre. De ce fait, s’il existe une quelconque interaction à réaliser avec un objet ou une personne, c’est (trop) facilement discernable.

02WM.png
04WM.png

Une fois qu’on a trouvé le moyen d’entrer dans un des temples, nous voilà dans un autre jeu. Malheureusement. Impossible de voler dans les zones intérieures et le gameplay au sol est mauvais. La caméra, qui est vraiment superbement bien gérée en vol, est ici un fardeau pour le jeu. Ce qui ne facilite clairement pas le gameplay plate-forme du jeu en intérieur. Heureusement qu’on n’est pas obligé d’être super précis dans nos déplacements, parce que ça serait terriblement compliqué de passer certains passages si c’était le cas. Les énigmes dans les temples sont terriblement classiques et prévisibles (voire évidentes), ce qui du coup ne donne pas un énorme challenge. De plus, les rares dialogues qu’on a dans le jeu sont tellement évasifs qu’on ne sait pas vraiment suivre une histoire, une narration.

20171108002737_1.jpg

Alors, je veux bien qu’on prenne les choses un peu de loin, qu’on est dans l’onirisme et tutti quanti. Néanmoins, je dirais plus que c’est de la poudre aux yeux pour justifier un manque d’inspiration énorme. Et pour enfoncer le tout… c’est trop court… le premier temple par exemple, 5/10 minute pour trouver comment y entrer, 2 minutes pour l’énigme, 30 secondes pour ressortir. Voilà, c’est fait…

Et oui... c'est tout

20171108000721_1.jpg

Et là… c’est assez triste au final, car le jeu qui a demandé tant d’années de développement se boucle en l’espace de quelques heures à peine. Voilà pourquoi je suis frustré. L’univers semble charmant. Ils devaient avoir une vraie idée derrière la tête en le conceptualisant. Idem pour l’histoire. Néanmoins, pour une raison que j'ignore, on ne voit rien dans le jeu. Alors que dire ? C’est un beau simulateur de vol, avec une jolie bande-son, une bonne atmosphère et un très joli esthétisme, pour reprendre les points clefs de la présentation du titre, mais clairement pas un jeu d’exploration dans un grand monde ouvert avec ses secrets. Ni même un pèlerinage à travers des mystères ou de véritables énigmes avec les puzzles dans les temples, comme indiqués aussi dans leur présentation. Enfin… dans un sens si : c’est un mystère vu qu’on ne nous explique que le strict minimum.

Alors peut-être que je ne suis pas assez rêveur et trop terre à terre et peut-être que je ne suis pas le bon public pour ce genre de jeu. Les critiques sur Steam sont très positives, ne vous fiez pas à mon seul jugement, mais je me sens juste frustré… ce jeu possède un potentiel qui n’est pas exploité. Pourtant, ce genre d’univers me branche en général. Un monde poétique, des îles volantes, un sentiment de liberté que j’ai rarement ressenti en jouant à un jeu. Toutefois, l’exercice qui consiste, pour un développeur, à parvenir à faire travailler l’imagination du joueur pour compléter la narration est loupé. On est plus dans l’incompréhension que dans l’imagination.

Bon, vais retourner me balader dans les nuages, parce que ça, c’est vraiment chouette.

Fly safe !

 

06WM.png
20171108000703_1.jpg

Test réalisé par Seiei à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de AER ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Intéressant