Test de Ragnarock - vous allez vous faire des bras

J'ai pu sortir mon casque VR pour aller tester Ragnarock, un jeu de rythme de metal sur une thématique viking... ca fait du bien de dépoussiérer un peu son casque ! 

Vous savez, je fais partie de ces irréductibles qui pensent toujours que la VR est une solution d’avenir pour le jeu vidéo. Malheureusement, ce n’est pas évident de continuer à le dire, car les bons jeux sont assez rares, la VR étant de plus en plus considérée comme un « gadget » plutôt que comme une véritable révolution. Pourtant, je pense que plus tard, la donne changera. Petit à petit, la technologie mûrira et ça ne sera plus une curiosité, mais bien tout un pan du jeu vidéo qui basculera dessus. Et pour ça, il faut de bons ambassadeurs pour que ça s’installe. Beat Saber en a été un, révélant que le VR est une véritable merveille pour les jeux de rythmes. Immersion, poste fixe, c’est l’idéal avec les jeux où l’on est dans un cockpit ou baquet de pilote.

T7yijIaA.jpeg

Les petits gars de chez WanadevStudio l’ont aussi compris et se sont engouffrés dans la brèche ouverte par Beat Saber en proposant un jeu de rythme musical à la musique effrénée, le power metal, dans une thématique viking allant de pair avec l’univers musical.

Ragnarock map 2

Dans Ragnarock, nous embarquons à bord d’un langskip (je ne dis pas drakkar, c’est une erreur historique que de les nommer ainsi. Allez voir l’épisode dédié de Nota Bene pour en savoir plus) à la place d’un donneur de rythme. À l’arrière du navire, on se retrouve devant 4 tambours différents, des marteaux dans chaque main et 2 gongs sur les côtés. Devant nous, des Vikings, de chaque côté du banc de rame, prêts à ramer frénétiquement au rythme que vous leur donnerez. Devant vous aussi, vous verrez défiler les frappes à effectuer au moment où elles arrivent au niveau des tambours, exactement comme dans Guitar Hero, pour donner le rythme aux rameurs. Les successions de frappes sans erreurs vous permettront de charger les marteaux d’énergie, à peu à l’instar du marteau de Thor dans l’univers visuel bien connu qu’on a actuellement du dieu du tonnerre, sur deux niveaux. Énergie que vous pouvez relâcher d’un coup pour donner un bon gros coup de boost à vos rameurs, en frappant sur les gongs se trouvant sur vos flancs.

Gameplay 6
Gameplay 5

Dis comme ça, rien de plus simple. C’est même extrêmement basique et il n’y a rien de nouveau. Et vous avez raison, c’est vraiment classique et déjà vu, en soi. Sauf que… ça marche. Dès les premiers niveaux, nous sommes embarqués dans la musique et pour peu qu’on aime le genre (vous devinerez que j’en fais partie), ça parle tout de suite aux amateurs du genre. De plus, les groupes représentés sont des groupes connus et pas des groupes « générique », comme on peut le voir ailleurs, dans le jeu de base. Alestrom, Gloryhammer, Wind Rose pour les très connues, mais aussi Paddy and the Rats, The Sidh, Sons of O’Flaherty. Et le public français n’est pas oublié avec Ultra Vomit et Sabordage, il y en a pour tout le monde (à défaut de pour tous les goûts, vous l’aurez compris :p).

Gameplay 3

Mais Ragnarock ne se limite pas à une bande-son, il est aussi un excellent jeu. Les musiques et le rythme qu’on joue sont très fidèles à leurs chansons respectives. Pour peu qu’on ait une oreille musicale, on peut s’en sortir avec le rythme de la chanson pour les percussions, car oui, le jeu est endiablé. Si les premiers niveaux de difficulté (allant de 1 à 10) sont abordables, bien qu’ils représentent déjà un petit challenge, ce n’est qu’une très petite mise en bouche pour ce qui arrive plus tard. La vitesse est hallucinante et terriblement fidèle. Au final, ce qu’il manque, et je pense que tout ceux qui ont joué de la batterie un jour me comprendront, c’est que le fait de taper dans le vide : faute de contact avec le tambour, cela ralentit succinctement la vitesse à laquelle on peut enchaîner. Bien que la petite vibration dans les poignées donne un simili semblant, appréciable, c’est un petit truc qui peut gêner. Mais c’est un véritable détail.

Et si la playlist ne vous suffit pas, vous pouvez jouer vos propres morceaux dans le titre, avec un peu d’efforts… mais gageons que la communauté s’y attellera rapidement.

Niveau jeu vidéo en lui-même, Ragnarock est visuellement sympa, avec pas mal de décors que l’on traverse durant les morceaux, le navire avançant le long de l’eau et des fjords. Ce n’est pas un monstre graphique, on est d’accord, mais la thématique des différents niveaux donne un plus. Dommage qu’on n’ait pas vraiment le temps de l’apprécier, vu qu’on est concentré sur ce qui nous arrive dessus.

Ragnarock map 2
Ragnarock map 3

Plus vous allez loin dans le niveau, plus vous collectez de médailles, chacune ayant son objectif de distance. Chaque chanson a 3 niveaux de difficulté. Petit détail appréciable, vous pouvez déplacer les tambours et les gongs à votre convenance (et je vous le conseille pour les gongs, ce n’est pas évident avec leur emplacement par défaut).

De plus, et ça, c’est vraiment une fonctionnalité très appréciable, il y a un mode multijoueur !

Et non, il n’est pas déserté, il y a du monde dessus. Pas des centaines de joueurs, mais tout de même ! Et ça se singularise simplement par plusieurs navires mis côte à côte qui doivent parcourir la plus grande distance possible en insufflant de l’énergie aux rameurs. Ça a un côté stressant de voir les navires concurrents avancer plus vite (faudrait que je pige un jour comment ils font pour démarrer plus vite que moi) ou au contraire surveiller derrière soi où se trouvent les concurrents sans pour autant perdre le rythme. De plus, quand on lance une dose d’énergie aux rameurs, ceux-ci s’écrient un bon « AHOUU » qui est tout aussi audible chez les rameurs des autres navires, ce qui est, je vous assure, perturbant quand on est concentré !

Gameplay avatar

Voici la sélection de titres présents dans le jeu :

  • Alestorm – Chomp chomp
  • Alestorm – No grave but the sea
  • Alestorm – Mexico
  • Alestorm – Tortuga
  • Celkilt – Dewey
  • Celkilt – Next One Down
  • Celkilt – Whaole
  • Feuerschwanz – Metfest
  • Feuerschwanz – Kampfzwerg
  • GloryHammer – Hootsforce
  • GloryHammer – Masters of the galaxy
  • GloryHammer – Universe on Fire
  • Manaberry – Welcome to asgard (exclusivité créé pour Ragnarock!)
  • Nanowar of Steel – Valhalleluja
  • Niklas Johansson – Call of the North
  • Paddy and the Rats – Join the Riot
  • Sabordage – Au petit matin (exclusivité créé pour Ragnarock!)
  • Sabordage – The Great Pirate Bottle (exclusivité créé pour Ragnarock!)
    Ragnarock main room
  • Saltatio Mortis – Loki
  • Saltatio Mortis – Löwenherz
  • Sons Of O’Flaherty – Dead and Gone
  • Sons Of O’Flaherty – Red Wine Teeth
  • The SIDH – Heroes
  • The SIDH – Iridium
  • The SIDH – Nitro
  • Ultra Vomit – Evier Metal
  • Ultra Vomit – Kammthaar
  • Wind Rose – Drunken Dwarves
  • Wind Rose – Mine Mine Mine!
  • Wind Rose – To Erebor

On pourrait regretter l’absence de groupe de viking metal, qui serait totalement thématique ici, mais je ne vais pas bouder mon plaisir, car je suis ultra fan d’Allstrom, GloryHammer et autre Wind Rose. Espérons que d’autres groupes rejoindront le casting prochainement, via DLC ou non (on peut comprendre avec les droits d’auteurs…).

Bref, Ragnarock est un très bon jeu de rythme. Je militerai encore en fin d’année pour qu’on rajoute ma p’tite section VR au JOL d’or pour pouvoir le placer ! Car il mérite qu’on s’attarde dessus. Si vous avez un casque qui prend la poussière, c’est le moment de le sortir.

Jeu testé par Seiei sur un Oculus Rift avec une version fournie par l’éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Plateformes Oculus Rift, Oculus VR, Windows
Genres Action, rythme, fantasy, nordique

Sortie 15 juillet 2021

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.