Test Samurai Warriors 4 Empire : le musô de la stratégie ?

Nouveau mois nouveau musô de la part de Koei. Le mois dernier nous avons droit au musô tiré de l'univers de « The Heroic Legend of Arslan » ; seulement un mois plus tard, Koei Tecmo publie un autre musô issu de la franchise des Samurai Warriors, si vous êtes un habitué de cette série, les Samurai Warriors se déroulent à la fin du XVème siècle au Japon, durant la fameuse époque Sengoku. Préparez-vous à incarner ou à combattre les fameux Oda Nobunaga, Masamun Date, Hanzo Hattori ou autres Sanada Yukimura.

Après un Samurai Warrior 4-II qui mettait en avant le scénario et l'histoire des différents personnages qu'on peut interpréter, ce nouveau volet ajoute une dose stratégique à la licence.

Mais est-ce que cet opus apporte suffisamment de nouveauté pour justifier son achat ?

Samuraï Warriors 4 Empire est disponible en Europe depuis le 11 mars en boîte pour la version PS4 et uniquement sur le PlayStation Network pour les versions PS3 et PS Vita.

Ce nom ne vous est pas forcement inconnu, car l'an dernier nous avons eu droit à Samurai Warrior 4-II. Si ce dernier mettait en avant la carte scénaristique à travers des très nombreuses missions plus ou moins difficiles, Samurai Warriors Empire 4 met, lui, le scénario de côté pour faire la place belle et se concentrer sur les aspects stratégiques lorsque les phases de musô s’arrêtent.

Test Samurai Warriors 4 Empire :  le musô de la stratégie ?

 

On prend les mêmes et c'est reparti pour la conquête du Japon !

Tout comme Samuraï Warriors 4-II, Samurai Warriors 4 Empire se déroule lui aussi durant l'époque Sengoku. On retrouve toujours le même nombres de personnages à notre disposition c'est-à-dire cinquante-six.

Comme le titre le dit si bien, on prend la même chose et on recommence, sauf que là, on peut dire au revoir au mode histoire du 4-II et dire bonjour à la stratégie et à la conquête. Bien évidemment le copier-coller ne s'arrête pas là, car on retrouve le même moteur graphique, mais rassurez-vous, car ceci est normal dans la série des Warrriors.

 

En effet, on retrouve généralement un épisode « normal » pour les amoureux fous des musô et par la suite un épisode « Empire » qui propose aux joueurs des phases de tactiques et de gestion entre les hordes d’ennemis que l'on décimera.

 

Les environnements seront toujours vides et cela peut sembler insuffisant pour de la PS4, mais on peut saluer les efforts des développeurs pour améliorer l'aspect graphique en général, notamment lors des attaques spéciales durant lesquelles on peut apprécier la modélisation des personnages et leurs visages réussis.

 

Si on ne retrouve pas vraiment de mode histoire, c'est parce que c'est vous qui allez écrire celle-ci. En effet, dans la mode conquête, vous aurez droit à plusieurs cartes se déroulant à des années différentes de l'époque Sengoku. Ces dernières vous proposerons plusieurs territoires avec différents personnages à la tête de chaque clans et différents objectifs pour chaque clan, comme unifier une région, marcher vers la capitale, détruire un clan rival, etc.

 

Le second mode de jeu se prénomme Genesis et permet au joueur de créer son propre scénario. Il lui est permis de prendre comme base une histoire de base du mode conquête, puis de la customiser à 100%. Une map vierge est proposée, dans laquelle le joueur peut déposer des clans avec leurs Daimyô et leurs officiers comme bon lui semble ainsi que leur donner un but

 

Enfin, le dernier mode est l'éditeur de personnages, qui nous permet de créer nos héros et héroïnes de la tête au pied ; il existe un large choix de coiffures, bouches, vêtements, et de possibilités diverses, comme de choisir le lien de parenté de nos parents, de choisir le blason de notre clan ou encore d'importer nos images personnelles, ce qui laisse courre à votre imagination.

 

Un gameplay identique

Samurai Warriors 4 Empire nous offre le même gameplay que Samurai Warrior 4-II, entendez par-là qu'on effectue toujours des affrontements face à des milliers d'hordes ennemis, avec comme armes le bouton carré pour les coups normaux et le bouton triangle pour les coups puissants. Les combos s'enclenchent en commençant soit par carré soit par triangle, puis c'est à vous des combiner les touches carré et triangle afin de découvrir les différents enchaînements. La touche rond quant à elle sert à enclencher votre attaque musô dévastatrice une fois la barre dédiée remplie.

 

Toujours addictif et varié si on prend en comptes les différentes armes du jeu, que ce soient les épées, les massues, les armes à distance en tous genres et même parfois des armes surprenantes, il y en a pour tous les goûts.

 large.jpg

La jauge d'esprit est de nouveau de la partie et permet, en appuyant sur la touche croix, d'esquiver ou de s'en servir pour attaquer. Si vos réflexes vous le permettent, en consommant un point de la jauge d'esprit, vous avez la possibilité de contre-attaquer suite à une attaque adverse. Enfin, en accumulant tous les points de la jauge d'esprit, appuyer sur R3 vous fera passer en mode rage et lorsque votre barre sera presque vide, il faudra lancer votre musô frenzy qui est plus dévastateur que votre musô normal.

 

Au cours des batailles, il est possible de switcher avec d’autres personnages. Deux manières s'offrent à vous. Premièrement, au fil des batailles, vos personnages vont entretenir des relations et à un moment donné ils seront suffisamment proches de vous afin de pouvoir switcher avec eux. L'autre option est que, pendant la bataille, des objectifs secondaires interviennent, comme d'éliminer deux officiers adverses précis ou d'effectuer 200 KO en quelques minute ; en pressant la touche option, vous vous retrouvez dans la peau de l'un de vos héros et une fois l'objectif remplis, il est possible pour vous de finir la mission avec.

 

Mais heureusement la stratégie apporte un nouveau souffle

En plus des combats, une des particularité de ce spin-off est la dimension stratégique de son empire, ce qui est une très bonne chose, car cela casse la monotonie et la répétitivité des jeux de types musô.

Dans les deux modes de jeu, votre château est votre base, votre centre de commandement où, en tant que Damiyô, vous prenez les décisions pour le bien de votre empire et donnez des ordres à vos officiers.

Le château nous permet de voir l'intérieur de toutes les salles dans lesquelles les personnages résident. Il est également possible, en changeant la bannière, d'avoir accès à différents bonus comme l’augmentation de la puissance de vos troupes, parant ainsi votre château de nombreuses couleurs. Vous avez en outre la possibilité de le faire évoluer en rajoutant de nouvelles pièces, comme une pièce pour les diplomates, une pour les stratèges, une pour le commerce, etc.

 1-15-1447411644.jpg

De plus, vous avez la possibilité de placer deux officiers dans chaque pièce, qui travailleront ensemble et vous feront diverses propositions à chaque tour de jeu. Par ailleurs, en étant dans la même pièce, vos officiers peuvent sympathiser et créer des relations, ce qui peut être un avantage sur les champs de batailles ; attention cependant : il a un risque que les deux personnages ne s'entendent pas et ne puissent pas se supporter.

Chaque personnage à un certain niveau en politique, militaire, diplomatie, relations humaines, etc., qui détermine l'efficacité des personnages que vous placez dans les salles.

 

À chaque tour de jeu, il est possible de faire un certain nombre d'actions. Ce nombre est limité à deux au début, puis ce chiffre augmente au fil du jeu. Parmi ces actions, vous pouvez notamment développer votre commerce, former des alliances, recruter des soldates ou encore lever des taxes supplémentaires.

 

Les possibilités offertes par le château ne s'arrêtent pas là. Il existe également des stratagèmes, qui offrent un appui durant les batailles, par exemple en faisant baisser la défense des bases ennemies ou en les empêchant d'appeler des renforts auprès de leur alliés. De même, vous pouvez aussi créer des formations militaires, offrant des bonus durant les batailles, comme la formation « Wing » qui donne +cinq de défenses aux alliés. Plus tard dans le jeu de nouvelles possibilités se débloquent encore, comme assassiner un officier adverse, saboter les défenses adverses ennemies, faire des pots de vin ou désigner les quatre gardiens de votre Damiyô.

Une fois les décisions politiques prises, vous pouvez commencer à croiser l fers face à vos ennemis, mais comme dans tous jeux stratégiques, l'argent et les ressources sont les nerfs de la guerre. En effet, chaque ajout de héros coûte de l'or et la durée de votre bataille dépend de vos provisions, donc il faut attendre pour renflouer les caisses afin d'avoir suffisamment d'argent et de ressources pour pouvoir attaquer une province ennemie afin de voir grandir votre empire ou de défendre une de vos provinces.

Avant chaque bataille, il est possible de voir les forces ennemies en présence ce qui un impact pour les captures des bases ennemies si vous êtes sur nombres il sera plus facile de capturer les bases ennemies et si c'est l'inverse il y a de forces de chance qu'un game over apparaît et que vous sonner l'ordre de retraite car en étant en sous nombres les forces ennemies ont droit à des bonus comme être plus résistants, la puissance de leurs coups est plus fortes.

 

En cas de victoire, vous avez le droit de vie et de mort sur les seigneurs et officiers vaincus, tel un seigneur de guerre. Ainsi, trois possibilités s'offrent à vous : recruter les officiers et seigneurs vaincus, les relâcher ou les exécuter. Dans le premier cas, il faut également les répartir dans les différents châteaux que vous possédez afin de protéger vos domaines et attaquer les clans frontaliers une fois assez nombreux.

 

Tous les chefs d'unité que vous embauchez et placez sur les territoires peuvent évoluer, que ce soit au niveau de grades, de leur leadership, de leur sagesse, de leur charisme ou de leur politique.Des liens et des affinités se font entre eux : chaque personnage peut avoir un ami, un maître, un protégé, un Némésis, une épouse, etc.

 

À chaque fin de tour, un bilan est proposé. Il regroupe nos actions, mais aussi celles des autres clans, ce qui vous indique s'ils ont formé des alliances ou conquis de territoires. Cet écran affiche aussi les catastrophes naturelles ou les maladies qui touchent vos territoires, octroyant des malus.

 

 

Samurai Warriors 4 Empire n'est pas forcément mauvais ou meilleur que Samurai Warrior 4-II, il vise simplement un autre public et dépend des goûts de chacun.

Avec ses modes conquête et genesis, la durée de vie du jeu est presque illimitée. Le système de switch entre les persos et sle gameplay sont toujours aussi efficace. Enfin, il propose une approche gestion et stratégique avec un château haut en couleurs et évolutif.

De plus, l’interface est vraiment intuitive et marque de nombreux points en comparaison au dernier épisode Empire de chez Dynasty Warriors.

Malheureusement, même si nous avons droit aux voix japonaises, ce volet est encore uniquement en anglais, ce qui peut rebouter certaines personnes.

En somme, Samurai Warriors 4: Empires est très loin d’être un mauvais jeu ; il est au contraire sacrément addictif, ce que renforce encore à son mode deux joueurs en écran scindé. Les soirées de conquête avec un ami seront un vrai plus et si vous parvenez à faire l’impasse sur le fait qu’Omega Force ait oublié les fans de la première heure, le soft vous occupera tout de même pendant de très longues guerres.

 


  • En chargement...

Que pensez-vous de Samurai Warriors 4: Empires ?

0 aime, 0 pas.

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.