Test d'Armikrog sur Xbox One

Armikrog, de Pencil Test Studios, est un jeu d’aventure à base de personnages et de décors en pâte à modeler. Si le nom du studio ne vous parle pas, c’est normal. Néanmoins, sachez que ce sont les créateurs d’Earthworm Jim que l’on retrouve derrière ce titre. Le jeu avait été proposé en 2013 sur Kickstarter et après une campagne réussie, levant près de 1 million d’euros, le jeu a fini par sortir le 30 septembre 2015 sur PC. Presque un an plus tard, le 23 août 2016, le jeu est porté sur consoles de salon.

Test d'Armikrog sur Xbox One


Vous avez dit old school ?

L’histoire d’Armikrog est relativement simple. Vous y incarnez Tommynaut, un explorateur spatial à la recherche d’une source d’énergie tellement puissante qu’elle pourrait sauver sa planète d’origine. N’étant pas vraiment un vaillant guerrier solitaire, vous êtes accompagné de votre animal Beak-Beak, un chien de l’espace. Malheureusement, votre atterrissage sur une planète inconnue ne se passe pas forcément tel que vous l’auriez prévu… Par chance, une étrange forteresse se trouve à proximité !

Voilà pour la base. Accompagné par une animation en stop motion vraiment sympa et agréable, rappelant de toute évidence la grande époque de Wallace & Gromit, le jeu se présente comme un véritable retour aux sources du Point & Click à l’ancienne ! En voilà une nouvelle qui me fait frémir d’excitation !

1427469089-4474-capture-d-ecran.jpg

Cube.

Je vous vois déjà vous demander pourquoi ce titre de partie. C’est assez simple en fait. Vous vous souvenez du film Cube ? Si, avec l’enchaînement de salles avec chacun une énigme… Ça y est ? Et bien, vous avez saisi tout le déroulement de l’aventure. Armikrog est un enchaînement de salles avec des énigmes d'un niveau totalement enfantin par moment, abominables voire sans logique dans d’autres. Tristesse supplémentaire ? Il n’y a pratiquement aucun autre personnage en pâte à modeler dans le jeu. Votre route ne croisera que 3 PNJ. Ce qui fait d’Armikrog un jeu aussi que mou qu’ennuyeux à jouer. Vous avez des troubles du sommeil ? Une partie d’Armikrog vaut un bon somnifère ! Par chance, vous viendrez à bout du titre en 5 heures maximum, pour peu que vous traîniez un peu sur certaines énigmes.

1427469090-7478-capture-d-ecran.jpg

Bonjour, j’aurais besoin d’une manette neuve s’il vous plait.

Je ne m’étendrais pas plus que ça sur la partie histoire ou énigmes dans cette partie, mais sur le gameplay du jeu. Je n’ai pas joué à la version PC, mais je me doute parfaitement de sa facilité d’utilisation à la souris. Par contre, en ce qui concerne la version Xbox One qui m’a été fournie pour ce test… Comment vous dire… J’ai failli casser volontairement ma manette pour passer ma frustration quasi-permanente. Pour vous résumer tout ça, sachez que pour commencer, il n’y a aucun tutoriel. Vous êtes lâché directement dans le jeu, sans la moindre explication sur les touches. Et ne cherchez pas dans les options, vous ne trouverez rien. C’est donc avec grand plaisir que j’ai fini par comprendre que quand j’appuie sur Y, le curseur qui était bleu devient rose et que donc, cela me permet de contrôler Beak-beak. De quoi rester bloqué 10 minutes dans une salle. Autre exemple qui me vient en tête, le déplacement dans la forteresse sur des gondoles. Si cela doit être très aisé sur PC, cela tient du supplice sur console, car une fois sur deux, votre gondole décidera de reculer sur son axe plutôt que d’avancer. Et ce n’est pas comme si la forteresse était séparée en 4 parties, obligeant donc l’usage de ces gondoles à chaque fois. Ultime épreuve qui ferait frémir les bourreaux ? L’ouverture des différentes parties. Un puzzle assez rudimentaire, demandant de déplacer des pièces pour former un dessin. C’est le moment où j’ai hésité à jeter ma manette sur la télé. 30 minutes pour les réaliser quand 5 seraient amplement suffisantes sur PC. Vous devez tourner la pièce manuellement au millimètre près avec votre joystick. Et si vous vous ratez ? Aucun souci ! La pièce revient d’elle-même dans sa position de départ. Un plaisir rare pour les nerfs de tous les joueurs.

Oh et petit détail mais pas des moindres : le jeu est doublé en anglais. Cependant, une cinématique sur deux n’est pas sous-titrée. Alors si tu n’es pas bilingue, bon courage pour suivre le scénario.

 

1427469090-1147-capture-d-ecran.jpg

Peut-être est-ce moi qui me fais vieux ?

Du coup, c’est un peu ma conclusion après cette « expérience ». Où est le plaisir que je tirais d’un Point & Click ? Bon sang, rendez-moi Monkey Island, Full Throttle, Day of the Tentacle ou encore Grim Fandango ! Oui, je sais, j’ai un amour inconditionnel pour LucasArts (RIP). Mais là, juste non. Avec toute la bonne volonté du monde, ce n’est juste pas envisageable comme qualité de jeu sur console. C’est un calvaire sans nom. Pourtant, faire un bon Point & Click n’est pas si difficile. Les Chevaliers de Baphomet : La Malédiction du Serpent ou encore Broken Age (tiens, deux jeux que j’ai backé sur Kickstarter !) en sont de parfaits exemples ! Le gameplay, l’ambiance, l’humour, l’histoire… Tout y transpire la nostalgie et les années 90. Tout ce qui a fait briller mes yeux de gosses devant mon vieux PC bien trop bruyant. Alors je suis perplexe après cet Armikrog. Parce que ça m’a donné l’impression d’être trop vieux pour ces conneries. Mais d’un autre côté, ça m’a motivé à lancer une partie de Grim Fandango Remastered sur PS4… Et là, le plaisir est clairement plus au rendez-vous. Alors Pencil Test Studios, proposez à Manny Calavera et Glottis de faire le voyage à la place de Tommynaut et Beak-beak la prochaine fois.

 Test réalisé par Dunta à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Armikrog ?

0 aime, 0 pas.

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.