Aperçu de Northgard - L'hiver vient

Northgard est un jeu de stratégie en temps réel basé sur la mythologie nordique, développé par les Français de Shiro Games. Mixant avec habilité les différentes mécaniques du genre, Northgard promet de belles choses pour sa sortie.

 

Aperçu de Northgard - L'hiver vient

Northgard est donc un jeu qui évolue dans un univers, ma foi fort tendance, mais très peu usité dans le domaine du jeu de stratégie/gestion. Le jeu, produit par les Bordelais de Shiro Games, est accessible en accès anticipé depuis le 22 février, date idéale pour refaire un petit tour d’horizon du jeu qui avait été présenté par Adau dans son article présentant le studio, publié il y a quelques mois et que je vous invite à relire :

Les Vikings ?

Le jeu nous met aux commandes d’un clan viking qui désire prendre possession de Northgard, une nouvelle terre, remplie de mystères, mais aussi de richesses. C’est ainsi que les développeurs présentent le Lore du jeu. Une présentation simple, mais totalement efficace pour le contexte : on ne s’embarrasse pas de chichis. Au jour d’aujourd’hui, pour cette présentation, nous n’avons pas encore accès à la campagne du jeu, donc au niveau de l’histoire il nous est impossible d’en dire beaucoup plus. Mais le peu qu’on en sait justifie amplement les différents aspects du jeu.

Nous avons actuellement le choix entre trois factions disponibles, dans l’accès anticipé, sur les cinq qui le seront à la date de sortie finale :

  • Fenrir, le clan du Loup
  • Eikthyrnir, le clan du Cerf
  • Heidrun, le clan de la Chèvre
20170224180840_1.jpg
20170224180850_1.jpg
20170226164224_1.jpg

Si, visuellement, le jeu est limité par son contexte plus « historique » que certains autres jeux, les différences d’aspects au niveau gameplay entre les différentes factions permettent largement d’aborder les parties de différentes manières.

Par exemple, le clan du Loup possède une série de bonus militaires qui peuvent inquiéter les voisins assez vite, mais le clan du Cerf pourra lui compter sur une production accrue des ressources qui lui permettront d’avoir des bases plus saines et mieux équilibrées, tandis que la Chèvre, elle, profitera de ses forces au niveau de la colonisation pour asseoir son hégémonie sur le territoire.

Trois visions très différentes donc pour aborder le jeu !

Un gameplay simple et innovant

Northgard s’accapare, dans son gameplay, toute une série de mécaniques classiques du RTS, mais aussi quelques excellentes idées novatrices qui pimentent un peu la gestion générale du jeu. De plus, le studio a été à l’écoute des retours de sa communauté pour régler les quelques petits problèmes de gameplay qui avaient été relevés lors des sessions de bêta test.

Dans le très classique, on a donc la production des ressources nécessaires à son expansion, tant territoriale qu’humaine, et on retrouve donc la gestion en temps réel des unités qui, avec l’aspect visuel général, ne sera pas sans nous rappeler feu Age of Empire, ce qui n’est pas pour déplaire. Mais la comparaison s’arrête là, car Northgard possède une identité qui lui est propre par le reste de ses mécaniques.

 Par exemple, la Maison Commune, qui est le centre névralgique du domaine, crée automatiquement la population. Pas besoin de dépenser des ressources pour produire des péons. « Assez simpliste comme système » me direz-vous ? Détrompez-vous. Cet aspect de gameplay offre une dimension très particulière au jeu, car premièrement, vous ne produirez des naissances que si votre dose de bonheur est positive, et deuxièmement, toute troupe, unité, forgeron, éclaireur, bûcheron, druide, etc. que vous créerez seront des « péons » que vous aurez affectés à une tâche précise. La difficulté réside du coup dans la gestion de la population de façon a toujours avoir une production positive (tant en ressource qu’en bonheur) pour pouvoir acquérir plus de population, pour pouvoir les assigner à différentes tâches, pour pouvoir étendre son territoire, etc. Bref, il faut trouver un cycle, un équilibre, très souvent précaire, pour continuer à évoluer tout en défendant son territoire.

Le territoire, parlons-en : dans un RTS classique, on envoie des gars explorer la carte pour découvrir des zones ou trouver des ressources et le « brouillard de guerre » cache toute activité dans les zones explorées sans présence du joueur à proximité. Ici, cela ne fonctionne pas ainsi non plus. Le territoire est subdivisé en « zones », dans lesquelles le nombre de constructions est limité. Il faut donc acquérir de nouvelles zones pour pouvoir construire de nouveaux bâtiments et pour découvrir de nouvelles zones, il faut avoir formé un éclaireur qui lui ira explorer la région automatiquement en se rendant en bordure de la zone qu’il explore. Passé une trentaine de secondes, il aura exploré ladite zone, que vous pourrez observer, ainsi que son activité, même si l’éclaireur part découvrir une autre zone. Ensuite, il vous faudra éventuellement la débarrasser de ses « occupants » s’il y en a (meute de loups, des Draugr (zombies de la mythologie nordique et autres créatures déplaisantes) pour ensuite pouvoir coloniser la région en dépensant de la nourriture et de fait étendre le territoire de votre clan et donc pouvoir construire d’autres bâtiments.

Alors comme ça, l’hiver vient ?

Tout cet équilibre est malgré tout mis à mal par une autre mécanique introduite par Northgard : les saisons. En effet, les saisons défilent dans le jeu et du coup, si en printemps/été/automne la production de ressources est classique, en hiver c’est une autre histoire : les denrées se font rares, le bois est utilisé en partie pour se chauffer, le bonheur dégringole. Bref, il faut prévoir durant les périodes fastes une réserve de bois et de nourriture pour survivre à l’hiver, de peur de voir sa population mourir et le bonheur être en chute libre. Une complication à prendre en compte durant votre recherche de cycle pour faire avancer votre clan. Et ce n’est pas la seule complication que vous allez devoir affronter, car des évènements aléatoires peuvent subvenir aussi : une tempête de neige, un hiver plus rude, une invasion de Draugr, etc.

Ce que vous considériez comme acquis peut très vite dégringoler si on n’y prend pas garde.

Toutes ces mécaniques de jeu font que l’aspect gestion est légèrement mis en avant à côté du genre stratégie, mais c’est malgré tout de ce dernier que le jeu puise ses forces, car il possède un dynamisme qui est étranger au genre de la gestion et privilégie des parties assez nerveuses qui n’excéderont que rarement 1 heure. Parfait donc pour le mode multijoueur à venir.

Et pour le reste ?

Visuellement, le jeu est soigné et très agréable a l’œil. Son aspect « toon » rend le jeu attirant et on sent que le studio médite sur la possibilité d’adapter leur jeu à des supports tablette et smartphone, mais cela ne gâche pas l’expérience de jeu. Ce qui est plus gênant, par contre, c’est qu’en étant limités par l’aspect « historique » des Vikings, les différents clans se ressemblent entre eux. Les couleurs ne sont pas extrêmement prononcées non plus sur les modèles de personnage, ce qui parfois rend des situations très ambiguës et on se rend compte parfois trop tard qu’on est victime d’une attaque ou autre événement désagréable de ce genre. Les différents modèles aussi ne sont pas toujours faciles à repérer, quand on cherche visuellement sur la carte. Il vaut mieux passer par les raccourcis qui se trouvent en bas à droite de l’écran pour trouver des personnages précis. De plus, le décor, bien que joli et chargé, est parfois très touffu et malgré qu’on voie sur la minimap que quelque chose se passe dans une région précise (avec un clignotement rouge sur la région), on perd parfois quelques secondes à trouver de quoi il s’agit quand on met la camera sur la zone. Mais ce défaut est peut-être le seul que j’ai découvert en explorant le jeu et il est très mineur.

La bande-son, quant à elle, est agréable et met bien dans l’ambiance Viking. Elle est accompagnée de bruitages très bien réalisés (l’océan, les bûcherons qui travaillent, etc.)

  

  

Bref, pour le coup et malgré que ce ne soit qu’un accès anticipé, le jeu est vraiment une bonne surprise. Dans un genre qui se perd quelque peu ces derniers temps, Northgard est une bonne source d’air pur. J’ai hâte que la campagne et le multijoueur arrivent, car ce jeu a un excellent potentiel de fun entre amis ! Je vous le conseille.

 Aperçu réalisé par Seiei à partir d'une version fournie par le développeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Northgard ?

5 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (7 évaluations | 0 critique)
5,7 / 10 - Assez bien

2 joliens y jouent, 2 y ont joué.