Test de Rise of the Tomb Kings, premier DLC de Total War : Warhammer 2

The Creative Assembly poursuit sa politique d'extension du nombre de races proposées dans l'univers Total War : Warhammer. C'est au tour des Rois des tombes de rejoindre le jeu, sous la forme d'un DLC payant pour Total War : Warhammer 2.

Gratis

C'est la question habituelle, l'éternel point de passage de tout test de la licence : les Rois des tombes sont-ils réellement différents des autres races ? À nouveau, la réponse est positive. En effet, les Rois des tombes disposent d'une particularité importante : la gratuité. Leurs unités peuvent être recrutées sans frais et ne demandent aucun coût d'entretien, ce qui est une situation originale pour la licence, en comparaison des coûts d'entretien élevés des unités de toutes les autres factions. Des unités sont endommagées ? Ce n'est pas grave : fusion, recrutement et c'est reparti.

Test de Rise of the Tomb Kings, premier DLC de Total War : Warhammer 2

Bien évidemment, une limite existe pour empêcher d'abuser de la situation. Si les deux unités de base - épéistes et lanciers - sont gratuites, toutes les autres demandent de construire un bâtiment spécifique. La situation habituelle, en somme, mais une spécificité existe : chaque bâtiment ne permet d'obtenir qu'un nombre précis d'unités. Par exemple, les tombes ouvertes permettent de recruter quatre archers squelette. Ce nombre est important, mais diminue de plus en plus : pour les unités avancées, chaque bâtiment ne permet de recruter qu'une ou deux unités de ce type.

Finie l'époque de la spécialisation de quelques provinces dans le domaine militaire. Pour les Rois des tombes, chaque construction est intéressante. Il peut même être judicieux d'en faire plusieurs au sein d'une même province. Néanmoins, les quelques bâtiments civils apportant des revenus sont également essentiels : si les unités ne coûtent rien, les constructions sont, elles, très onéreuses, tandis que les revenus des Rois des tombes sont nettement plus faibles que ceux des autres factions. Il est donc indispensable de veiller à maintenir une bonne économie.

2.jpg
3.jpg

Milich

Sur le plan militaire, ce recrutement gratuit se paie : les unités d'infanterie sont parmi les plus faibles du jeu. Les victoires sont souvent coûteuses, ce d'autant plus qu'à l'image des comtes-vampires, les Rois des tombes ne peuvent fuir : quand leur moral flanche, les unités se désagrègent. Il n'est ainsi pas rare de voir la ligne de front souffrir, voire céder.

Pour compenser cela, la faction dispose d'une polyvalence impressionnante. Unités lance-projectile, artillerie, cavalerie, chars, unités volantes et monstrueuses : de nombreuses stratégies sont possibles. Les unités sont assez lentes, mais leur gestion est intéressante. Les chars, par exemple, peuvent facilement être détruits par des adversaires préparés. En revanche, s'ils ont l'occasion de charger de dos ou de traverser les lignes ennemies, le résultat est dévastateur. L'erreur se paie très cher, mais la stratégie est toujours récompensée.

De même, les Rois des tombes disposent d'une barre similaire à celle des Elfes noirs. Elle se remplit progressivement, permettant de régénérer les points de vie des combattants, avant de permettre d'invoquer une unité supplémentaire. Celle-ci peut faire la différence... ou être rapidement écrasée. À nouveau, tout dépend de son utilisation par le joueur.

Vil

En campagne, les Rois des tombes intègrent également une mécanique qui leur est propre. En Vortex, ceux-ci ne doivent pas réaliser des rituels, mais récupérer cinq des neuf livres de Nagash. Ceux-ci sont répartis sur la carte de campagne et peuvent être obtenus de deux façons différentes : soit en capturant des colonies, soit en affrontant une armée hétéroclite. Ces affrontements sont intéressants, car ils apportent une touche d'originalité, les armées combinant des unités de plusieurs races.

5.jpg

Après l'obtention de chaque livre, une petite cinématique est lancée. Le travail est intéressant, mais malheureusement les quatre premières cinématiques sont extrêmement similaires les unes par rapport aux autres : le texte change et une rune différente est affichée, mais c'est tout. En comparaison des cinématiques de la campagne du Vortex, celles de ce DLC sont un net cran en-dessous.

6.jpg

Le juste prix

Un autre élément fâche cependant : l'absence de campagne propre aux Rois des tombes, contrairement aux deux DLC du premier Total WAR : Warhammer. Les développeurs ont justifié cela par les critiques des joueurs envers ces DLC et ont indiqué avoir préféré inclure quatre sous-factions distinctes cette fois.

L'affirmation tient cependant au mieux du mauvais discours marketing, au pire de la mauvaise foi. La critique des joueurs concernant les deux races ajoutées à Total War : Warhammer ne concernait pas la campagne, mais le prix. Or, Creative Assembly avait justifié le tarif par l'inclusion d'une campagne spécifique, parce qu'il fallait bien faire travailler l'équipe dévolue à cette tâche. Néanmoins, pour ce DLC, le tarif n'a pas changé : il est toujours de 17€, alors que la campagne a disparu. Le DLC contient certes quatre sous-factions, bien différentes les unes des autres, mais le Royaume des elfes sylvains en contenait, lui, deux. Deux sous factions justifient-elles l'absence d'une campagne ? À mon avis non, surtout que celle-ci aurait pu raconter la lutte contre Nagash - ou, à l'inverse, celle de Nagash -, grand absent de ce DLC.

L'explication ne se trouve donc pas dans une supposée volonté des joueurs, mais probablement davantage dans le développement de deux autres Total War prévus cette année : Throne of Britannia et Three Kingdoms. Une explication compréhensible, mais il est regrettable que Creative Assembly n'ait pas privilégié l'honnêteté au discours marketing sur ce plan.

Longue vie aux Rois !

Cet aspect ne saurait cependant masquer les qualités de ce DLC. La faction est agréable à jouer et sa version du Vortex plus intéressante que la proposition initiale, même si l'absence de cinématiques réellement originales est regrettable. Les mécaniques des Rois des tombes sont à nouveau bien différentes de celles des autres factions, réalisant la promesse fondamentale de Total War : Warhammer. Aussi, l'offre est intéressante ; à vous ensuite de déterminer si elle justifie les 17€ exigés ou s'il est préférable d'attendre une période de soldes.

Test réalisé par Alandring à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (46)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Total War Warhammer II ?

5 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (6 évaluations | 0 critique)
6,0 / 10 - Assez bien

1 jolien y joue, 1 y a joué.