Epicinium. Guerre au naturel

Dans Epicinium, en fin de partie, le score correspond au nombre de cases "nature" encore présentes sur la carte.

Jeu de stratégie multijoueurs avec possibilité de jouer en solo contre des IA, Epicinium se déroule au tour par tour jusqu'à la conquête ou la destruction des villes ennemies. Infanteries, blindés, dirigeables, il faudra gérer à la fois le développement économique et militaire, et garder un œil sur l'état de la nature, au risque de devoir en plus des adversaires, affronter tempêtes de feu et hivers polaires.

Développé par Daan Mulder et Sander in 't Veld, Epicinium est à l'heure de cet article en phase de Beta publique et gratuit pendant cette période. Le prix final n'est pas encore connu. Pour jouer, il suffit de se rendre sur la plateforme itch.io et de télécharger les quelques 22Mo du jeu sur votre PC, qu'il tourne avec Windows, OSx ou Linux.

Le lien vers la page itch : https://unarmedlad.itch.io/epicinium-beta#download

 

Une fois dans le lobby, on peut très simplement assigner des IA au jeu pour jouer en solo, ou gérer les joueurs humains pour des parties entre futurs-ex-potes. Quelques cartes permettent déjà de se faire la main sur le jeu, à partir de 1vs1 jusqu'à du 8ffa (free for all, chacun pour soi)

Le jeu démarre alors et présente une carte découpée en cases carrées. Chaque case peut contenir un sol, une unité terrestre et une unité aérienne simultanément, au maximum. Sur l'image suivante, le joueur est en bleu et l'adversaire en rouge.

L'objectif est de capturer ou de détruire toutes les villes ennemies et de protéger les siennes. Le score final est directement lié au nombre de cases de nature encore intactes. Les chars détruisent les terrains en roulants, les tempêtes de feu ravagent les cultures et la guerre transforme les prairies en terres stériles.

On commence avec deux villes et quelques unités. Le clic droit de la souris ouvre un menu contextuel pour donner des ordres : construire un colon, de l'infanterie, fonder un village, bombarder une zone... Il faut agir vite et bien : seul cinq ordres par tour sont cumulables et au bout de quelques dizaines de secondes, le tour s'achève pour laisser la main au joueur suivant.

Le temps passe à chaque tour et les saisons défilent. Entre chaque tour, le jeu calcule le gain en énergie de chaque bâtiment, en fonction de différents facteurs. Par exemple, une ville avec des champs et des terres naturelles sera plus heureuse qu'une ville entourée de ruines. À l'opposé, une usine bénéficiera de la proximité des villes.

Il est possible d'améliorer au niveau 3 la plupart des infrastructures. Une caserne de niveau 1 produira au maximum une unité par escouade, tandis qu'une caserne de niveau 3 produira jusqu'à trois unités par escouade. Une escouade de trois unités est beaucoup plus puissante que trois escouades d'une unité. On ne peut pas fusionner les escouades ; il n'est par exemple pas possible de mettre deux soldats avec un autre soldat isolé. Cela récompense les joueurs les plus patients et stratèges, qui gèrent au mieux la charge des bâtiments, puisqu'il faudra attendre plusieurs tours pour (ré)générer une charge maximale.

On peut connaitre la charge en regardant la lumière des bâtiments. Éteints, ils sont épuisés et ne produiront rien. Allumés, ils produiront alors autant d'unités que possible.

L'hiver, la neige ralentie les troupes. L'été, le feu peut faire des ravages. Le dérèglement climatique n'arrangera évidemment rien et c'est souvent la nature qui aura raison des troupes en fin de partie, si l'on n'a pas pris soin de préserver un minimum son environnement.

Vous l'aurez compris : Epicinium vous incite à détruire, piétiner, bombarder, empoisonner, bref annihiler vos voisins, tout en faisant attention aux petites fleurs.

Et ça fonctionne très bien.

Source : https://epicinium.nl/

  • En chargement...

Que pensez-vous de Epicinium ?

3 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Prometteur

1 jolien y joue, 1 y a joué.