Test de Machiavillain

Conçu et développé par WildFactor, petit studio indépendant français, Machiavillain fait partie de ces quelques jeux qui vous placent dans la peau des méchants plutôt que du héros. Financé par une campagne Kickstarter, le jeu est finalement sorti sur Windows, Mac et Linux.

Six règles pour les cuisiner tous.

 

20180510145615 1
Dans Machiavillain, donc, vous n'êtes pas le vaillant héros défenseur de la veuve et de l'orphelin, ni même le taciturne chasseur de monstres antisocial. Non, vous êtes un ancien sbire qui en a eu marre de bosser pour un grand méchant pas sympa et qui décide de devenir lui-même le grand méchant et de montrer à tous ce qu'est la Vilainie avec un grand V. Du moins, une fois passée l'épreuve interminable de l'administration des forces du mal. Vous avez de grandes ambitions, mais vous devrez toutefois commencer petit, avec un lopin de terre, une poignée de sbires et de quoi survivre quelques jours, le temps de bâtir une sombre demeure dans laquelle vous attirerez d'innocentes victimes afin de les tuer en suivant quelques règles bien définies.

 

Disons le tout de suite : Machiavillain ne s'adresse pas à tout le monde. Si vous êtes amateur de films d'horreurs, vous devriez apprécier d'y retrouver tous les codes et poncifs dont le jeu s'amuse allègrement. Si, toutefois, l'idée de trucider des familles entières pour nourrir vos sbires vous répugne, autant passer votre chemin. En effet, vos sbires ne demandent pas à être payés. Ils exigent juste d'avoir de quoi manger et d'être raisonnablement bien traités. Et leur régime alimentaire à tous figure intégralement sur la victime humaine moyenne, qu'il s'agisse de chair humaine, de cerveau, de sang ou même d'os.

 

20180510150313 1
Le jeu est macabre, mais avec un second degré très présent et un style graphique très bd visant à dédramatiser le fait qu'il vous faudra tuer, découper et cuisiner vos victimes. Malgré tout, on comprendra que cet aspect puisse en rebuter plus d'un. Le scénario du jeu tient sur un timbre poste, mais il s'agit avant tout de rendre hommage et de s'amuser des classiques et clichés des films d'horreurs.

 

En effet, le but est d'une part de survivre, mais aussi d'engranger une ressource malfaisante, dont vous récompense l'administration maléfique si vous suivez certaines règles, telles que tuer le ou la vierge en dernier, tuer vos victimes quand elles sont isolées, ne jamais tuer le chien et ainsi de suite. Vous êtes libre d'ignorer ces règles, bien sûr (et certaines ne pourront être observées que par de la chance, puis par des équipement spéciaux venant plus tard), mais il vous sera alors plus difficile et plus long de débloquer de nouveaux monstres et d'en recruter de nouveaux déjà compétents.

Oh mon chateauhohohooooo.

 

20180510185136 1
Le gameplay est très largement inspiré de Rimworld, pour ceux connaissant déjà ce titre. Tout passe par nos sbires, mais pour que ces derniers bossent un minimum, il faudra leur attribuer des taches dans le tableau des travaux et chacun sera plus ou moins efficace dans un ou plusieurs domaines bien précis. Il faudra donc décider qui construira, qui abattra des arbres, qui cuisinera, qui nettoiera les tâches de sang laissées par vos victimes et ainsi de suite. Les sbires s’acquitteront automatiquement de leur tâche en fonction de ce qu'il y a à faire et des priorités. Ainsi, même si les couloirs de votre manoir sont tachés de sang, vos sbires ne feront le ménage que s'ils y sont affectés et qu'aucune autre tâche plus importante d'après le tableau est en souffrance.

 

Mine de rien, cet aspect gestion est cruciale. En effet, vos victimes ne seront pas franchement à l'aise à l'idée de rester dans votre manoir s'il reste des bouts de vos précédents visiteurs qui traînent par terre. Il faudra donc s'assurer que tout soit propre avant le prochain arrivage.

 

Le jeu peut se découper en deux grandes phases : la phase de travail et la phase de victimes. Durant la phase de travail, vous laisserez vos sbires bosser tranquillement afin de construire votre demeure, cuisiner vos précédentes victimes, construire du mobilier, dormir, écrire des lettres. Ces dernières sont d'ailleurs cruciales puisque c'est en envoyant ces lettres que vous attirerez de nouvelles victimes fraîches en leur faisant miroiter un séjour au calme dans un manoir isolé, le gain d'un fabuleux prix qu'ils devront venir récupérer chez vous et ainsi de suite. Ces lettres frauduleuses détermineront le type et le nombre de victimes venant chez vous et, si vous maintenez un flux régulier de lettres, vous verrez des victimes pointer chez vous quotidiennement.

 

20180510224009 1
Quand elles arrivent, vous serez prévenus à l'avance, afin de vous y préparer. Cela signifie généralement stopper toutes les activités en cours et positionner vos sbires soit dans une salle, soit planqués stratégiquement dans plusieurs salles ou alentours. Certains seront même capables de se déguiser, de se transformer ou de se cacher dans une salle. Une fois que vos victimes arrivent, vous pouvez soit vous jeter dessus pour les massacrer sans fioritures, soit tenter de suivre les règles. Dans ce dernier cas, il faudra distraire vos victimes de manière à les séparer sans susciter leur méfiance et frapper judicieusement. Pour ce faire, vous disposez de pièges, comme des tableaux pivotant projetant vos victimes dans la salle adjacente, ainsi que d'objets tels que télévisions et bibliothèques qui attireront vos victimes et les distrairont un certain temps.

 

Ce dernier point est important puisque si vos victimes ont peur (en voyant un de vos sbires, du sang ou l'un des leur disparaître subitement via un piège), elles tenteront de prévenir leurs proches, voire de prendre la fuite. S'ils y parviennent, le niveau de suspicion de votre manoir augmentera et s'il dépasse un certain seuil, des héros viendront vous rendre visite afin de vous apprendre les bonnes manières. À l'inverse, si vous parvenez à distraire vos victimes, elles appelleront leurs proches afin de leur exprimer à quel point leur séjour est génial, diminuant la suspicion à votre endroit.

 

La foire aux monstres

 

20180510185601 1
Vos sbires sont donc d'une grande importance puisque tout passe par eux. Vous avez accès à différentes sortes de monstres, allant du squelette au loup-garou en passant par les vampires, zombies et autres monstres de Frankenstein. Chaque type de monstre à des capacités propres, comme immobiliser les victimes, se changer en chauve-souris, lancer du gaz, etc... qui vous aideront soit à piéger vos victimes, soit à affronter les chasseurs de monstres. Chacun a également ses préférences alimentaires qu'il vous faudra donc récolter sur les carcasses encore chaudes de vos victimes.

 

L'un des challenges du jeu est justement de maintenir un influx constant de nourriture via le meurtre, surtout au début du jeu où vous n'avez aucun moyen de préserver la nourriture. Les carcasses comme les aliments pourrissent au fil du temps et finissent par être impropres à la consommation. Rapidement, vous voudrez donc rechercher des méthodes pour conserver la nourriture et remplir votre garde-manger... tout en évitant que vos victimes ne farfouillent dans vos frigos pour y trouver un bout de cervelle dans un tupperware.

 

Pour débloquer des monstres, il faudra s'acquitter d'un coût en evilium, puis passer une annonce dans un journal, avec la même ressource. Les candidats se manifesteront par la suite et vous pourrez choisir lequel recruter.

 

Les ressources sont à la fois abondantes et limitées. Vous aurez besoin de bois, de pierre, de fer, etc... pour construire votre manoir et le mobilier qui va avec. Vous trouverez un peu de tout en abondance au début du jeu, mais à mesure que vous vous étendez, les ressources s'épuisent, même si certaines reviennent avec le temps. Heureusement, vous aurez la possibilité plus tard de construire un téléphone pour faire venir des marchands disposés à vous vendre ressources, nourriture et monstres en échange d'argent. Toutefois, certains composants ne seront disponibles que grâce à vos victimes.

 

20180511155202 1
Afin de rompre avec la routine, vous aurez de temps en temps des événements sous forme de quêtes, d'effets (comme une réduction chez les marchands) ou de services. Ces événements manquent encore de variété, mais peuvent être un moyen de se débarrasser de surplus tout en gagnant un peu d'argent.

La torche et la fourche

 

Visuellement, c'est joli, avec un style collant vraiment bien à l'ambiance du soft, pas trop coloré et suffisamment stylisé pour que la violence inhérence au jeu ne soit pas trop rebutante. L'artiste a fait du bon travail à ce niveau. Les musiques en revanche sont assez quelconques, mais ne détonnent pas non plus. On appréciera également que le jeu soit traduit en diverses langues, dont le français, permettant de passer de l'une à l'autre à la volée dans le menu.

 

Le jeu pèche par divers petits défauts qui, espérons-le, seront corrigés avec le temps. L'un des plus impactant est que, mine de rien, on tourne vite en rond. Passés les premiers jours dans le jeu durant lesquels on passe surtout notre temps à construire les bases de notre manoir, on finit par tomber dans une sorte de routine alternant entre massacrer de victimes, puis nettoyer, cuisiner et écrire des lettres avant la fournée suivante, tout en développant le manoir au fil du temps. On a un rang qui augmente avec certaines conditions, mais celles-ci consistent globalement à construire un certain nombre et type de salles, puis à tuer un nombre minimum de victimes. Les rangs offrent essentiellement de l'or et des slots de monstre supplémentaires, mais dans l'ensemble, on finit par ressentir un manque d'objectif sur le long terme. Le jeu en lui-même est amusant pour peu que l'on soit sensible à la thématique, mais sa durée de vie  dépendra très fortement de la capacité du joueur à se fixer des objectifs et à s'intéresser à un jeu fondamentalement de type sandbox.

 

Verdict

 

20180520142911 1
Au final, Machiavillain est un jeu sympathique qui devrait plaire aux amateurs de films d'horreur, dont il s'inspire ouvertement. Il lui manque hélas une capacité à renouveler l'intérêt du joueur au fil du temps pour vraiment s'imposer comme un incontournable. On ne peut que lui souhaiter de se bonifier avec le temps.

 Test réalisé par Chantelune à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Machiavillain ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.