Test de Yakuza 6, un épilogue teinté de nostalgie

Conclusion des aventures de Kazuma Kiryu, Yakuza 6 sort enfin dans nos contrées et s'offre un baroud d'honneur pour mettre un point final à une histoire qui dure depuis une décennie. Désormais avec un gamin sous le bras, le yakuza doit replonger une énième, et dernière fois, dans l'enfer de Kamurocho pour protéger ses proches. 

Tout juste sorti de prison, ayant enfin purgé sa peine, notre héros Kazuma Kiryu fait son retour dans la vie civile après avoir mis derrière lui son passé de yakuza. Malheureusement, sa fille adoptive, Haruka, est victime d'un accident en pleine guerre des gangs qui anime l'éternel quartier de Kamurocho. Comme un baroud d'honneur, le héros doit vivre une dernière aventure afin de mettre définitivement ses proches à l'abri.

The Song of Life

YAKUZA6 TheSongofLife 20180329172002
Le précédent épisode de la série, Yakuza 5, était marqué par une hystérie générale, mais aussi par une générosité à toute épreuve. Avec ses nombreux personnages jouables - dont Haruka, devenue idole de J-pop - le jeu nous emmenait vers divers facettes d'une gigantesque histoire tentaculaire qui impliquait la plupart des personnages aperçus depuis des années dans la série. Ce sixième épisode apparaît alors comme un véritable épilogue : après l'immensité du précédent opus, celui-ci se veut bien plus calme et posé. Moins de villes, moins de personnages, mais une histoire plus que jamais personnelle pour le héros. Les joueurs ont pu s'attacher au fil des années à Kazuma Kiryu et à Haruka, un tandem au centre des débats alors que le yakuza avait juré de protéger celle qu'il a recueilli lors du premier épisode. Alors, cet épilogue se révèle plus intimiste, plus personnel que jamais en se concentrant véritablement sur le héros et sa fille. Exit les complots pour le pouvoir au sein du clan Tojo, exit les courses poursuites endiablées sur l'autoroute et les investigations improbables. Place à une balade entre Kamurocho et une bourgade d'Hiroshima, sur les traces de la nouvelle vie de Haruka, mais également sur les raisons qui l'ont poussée à cacher cette vie. 

Dans sa structure, Yakuza 6 reprend tous les éléments qui ont fait la particularité de la série. Au travers d'une dizaine de chapitres, on arpente les rues de Kamurocho, l'équivalent du quartier tokyoïte de Kabukicho plus fidèlement reproduit que jamais, afin d'enquêter et d'essayer de comprendre la situation. Les choses ont bien changé depuis notre dernière visite et quelques zones ont été modernisées : exit le fameux "Champion District" et place à un quartier chinois de toute beauté, dirigé par des triades assez peu accueillantes. De même, l'avenue principale de Kamurocho est plus animée que jamais. Une modernité que l'on retrouve aussi dans l'interface du jeu : plus claire et plus accueillante, celle-ci propose notamment d'accéder aux différentes options via le smartphone du héros (quand on ne l'utilise pas pour prendre un selfie avec les passants). L'occasion de découvrir un système d'expérience revu et corrigé puisque l'on gagne désormais des points d'expérience en combattant et en participant à diverses activités. Ces points doivent être redistribués entre statistiques principales (vie, force, défense...), mais aussi diverses techniques de combat. L'autre grande nouveauté, c'est un inventaire plus large et plus clair, qui n'est plus limité à une poignée d'objets.
Le jeu n'oublie pas en outre de nous abreuver d'activités secondaires en tout genre, des missions les plus sérieuses aux plus loufoques qui vous mettront par exemple dans la peau d'une mascotte improbable ou les parties de pèche qui vous feront affronter un calamar géant. À côté de ces missions secondaires, on trouve les habituelles activités telles que le karaoke, les bars à hôtesses ou même les cages de baseball. Cependant, le jeu n'est pas avare en nouveautés, puisque vous aurez l'occasion de découvrir un "cat café" où il sera possible de passer du temps avec les chats retrouvés dans la rue au fil de l'aventure ; vous pourrez aussi discuter avec des jeunes femmes peu vêtues dans des salons de chat avant d'aller parfaire le corps d'athlète de Kiryu dans la salle de sport.

YAKUZA6 TheSongofLife 20180318150913
Néanmoins, la principale nouveauté de Yakuza 6 réside dans son mode "clan creator". Un nouveau mode de jeu mélangeant gestion des troupes et phases de stratégie en vue du dessus qui permettent de prendre le contrôle des deux quartiers disponibles. Améliorer le clan nécessite de recruter des gars ici et là, mais aussi d'augmenter leur niveau grâce à l'expérience amassée. Très honnêtement, cette activité est assez peu passionnante, tant par le bout d'histoire qu'elle accompagne que dans ses mécaniques. C'est dans l'ensemble extrêmement simple et la seule stratégie est de balancer le plus de troupes possible, sans trop s'attarder sur les compétences de chacune d'entre elles. Heureusement, les autres activités secondaires sont plutôt fun et rattrapent le coup, d'autant plus que les missions annexes continuent d'étonner et offrent de vrais bons moments en complément de l'histoire.

YAKUZA6 TheSongofLife 20180306133449
YAKUZA6 TheSongofLife 20180312123927
YAKUZA6 TheSongofLife 20180319150154

Une dernière aventure sincère mais sans folie

Une histoire assez passionnante, d'autant plus pour les fans de la première heure. Si le pari semble osé dans nos contrées tant le nombre de joueurs ayant découvert la série avec Yakuza 0 l'année dernière est conséquent, force est d'avouer que cet épilogue sied parfaitement à la saga. En faisant le choix de se poser et d'offrir un récit plus intimiste, les développeurs s'approprient véritablement les forces de la licence, à savoir les relations des personnages, quitte à ne toucher véritablement que ceux qui ont vu évoluer ces héros et héroïnes au fil des épisodes. Le jeu fait sans arrêt référence aux événements des précédents opus, mais parvient tout de même à offrir une histoire assez facilement compréhensible pour ceux qui n'auraient pas joué aux épisodes sortis sur PlayStation 2 et PlayStation 3. D'autant plus qu'ils proposent, avant de débuter l'aventure, de regarder plusieurs résumés des histoires de tous les épisodes principaux de la série. Si le format est assez indigeste, c'est une étape importante pour véritablement saisir les liens qui unissent tous les personnages. En effet, on trouve là des personnages qui ont bien vieilli, qui ont un vécu important et qui sont très loin de ceux que l'on a redécouvert dans Yakuza 0 et Yakuza Kiwami ces derniers mois. 
La plus grande force de l'histoire principale réside probablement dans les zones où le jeu nous emmène. Si on ne retrouve malheureusement pas Osaka, au contraire de son prédécesseur, l'histoire n'en est que plus charmante grâce à la nouvelle ville, Onomichi, près d'Hiroshima. Entre le temple Senkô-ji et son port, elle nous propose un cadre plus traditionnel et éloigné de l'euphorie de Tokyo. On y trouve un calme bienvenu et surtout de nouveaux alliés plutôt sympathiques, dirigés par un patriarche incarné par Takeshi Kitano. Le célèbre acteur et réalisateur prête ici ses traits et sa voix à un personnage important, en compagnie notamment de l'acteur Shun Oguri. On se retrouve ainsi plus que jamais dans un des films auxquels la saga des Yakuza n'a cessé de rendre hommage, ces films de gangsters japonais et toutes leurs particularités. La présence de Takeshi Kitano, pour cet épilogue, n'en est que plus savoureuse tant il a inspiré les développeurs du jeu au fil des années.

YAKUZA6 TheSongofLife 20180315124833
YAKUZA6 TheSongofLife 20180319150154

Néanmoins, et c'est là où le bât blesse, le contenu de Yakuza 6 semble un peu chiche alors qu'il passe après le très généreux cinquième épisode. Plus court et avec moins de contenu secondaire, le jeu ne nous met aussi dans la peau que d'un personnage. Si on comprend tout à fait ce choix tant le ton se veut intimiste, il n'en reste pas moins que le jeu pourrait se révéler assez décevant pour ceux qui y espèrent la folie des précédents épisodes. Le sérieux général laisse assez peu de place à certains personnages importants comme Majima et on perd aussi quelques villes au passage puisque l'action se limite à Tokyo et à Onomichi. La force de Yakuza 5 était aussi de nous amener aux quatre coins du Japon et quitte à rester dans un récit très personnel au héros, on peut être déçu de voir qu'Okinawa, ville importante dans la construction du personnage, soit largement zappée. D'autant plus que le jeu se révèle aussi assez radin du côté du système de combat. On oublie les nombreux styles de combat de Yakuza 0 et place à un style unique, qui. même avec les coups spéciaux à débloquer. reste assez basique. On tourne du coup rapidement en rond et on regrette rapidement les combats endiablés de Yakuza 0. Un choix assez incompréhensible tant le nouveau système de combat avait eu du succès et offrait un panel de coups conséquent et bienvenu dans un jeu où les affrontements sont très nombreux.

Pour finir, disons un mot sur la technique. Le jeu se fonde sur un nouveau moteur de jeu qui offre des visuels d'une formidable qualité en ce qui concerne le visage et les animations des personnages. D'autant plus que cette fois-ci, l'ensemble du jeu est animé et doublé, exit donc les personnages stoïques et les cases de dialogue lors des missions annexes. Néanmoins, les décors - bien qu'ils soient parfois de toute beauté - restent empreints d'un très lourd aliasing tandis que le jeu peine parfois à maintenir les 30 images par seconde. Les développeurs ont préféré la qualité graphique à la fluidité, ce qui peut dans les premières heures surprendre après les excellents Yakuza 0 et Yakuza Kiwami qui n'avaient pas de mal à doubler ce nombre d'images par seconde.
Néanmoins, le principal intérêt du nouveau moteur réside dans son côté seamless. En effet, fini les temps de chargement à chaque combat de rue et lorsque l'on entre dans les bâtiments : désormais, tout se fait de manière fluide, sans chargement, permettant même de commencer un combat dans la rue et de le continuer en projetant un ennemi dans la façade vitrée d'un magasin. Bon, le gérant nous invitera gentiment à ne plus jamais y remettre les pieds (jusqu'à votre prochaine sauvegarde du moins), mais au moins on se sera bien amusé. 
Ainsi, si Yakuza 6 n'est pas irréprochable techniquement, il reste assez agréable à parcourir tant les chargements pouvaient être pénibles dans les précédents épisodes, d'autant plus que le jeu nous force à faire de nombreux aller-retour.

YAKUZA6 TheSongofLife 20180316182757
YAKUZA6 TheSongofLife 20180323134610

Conclusion

Yakuza 6 met un terme aux aventures de Kazuma Kiryu, ce charismatique yakuza que l'on a découvert il y a près de quinze ans. Après des péripéties incroyables au fil des épisodes, ce sixième et dernier opus conclut avec une étonnante sobriété ce qui aura été une formidable aventure. Celui qui a longtemps été considéré comme l'héritier de Shenmue s'en rapproche ici plus que jamais : avec une aventure plus calme, plus posée, comme le symbole d'un héros qui a bien vieilli, Yakuza 6 emmène le joueur dans une aventure plus personnelle que jamais. Certes, on pourra lui reprocher un contenu moins généreux que le cinquième épisode de la série ; certes, le jeu n'est pas irréprochable techniquement, mais Yakuza 6 est la conclusion qui ravira les fans, un baroud d'honneur où le héros livre ses dernières forces pour protéger tous les personnages auxquels on s'est attaché au fil des années. 

Test réalisé par Hachim0n à partir d'une version fournie par l'éditeur.


Que pensez-vous de Yakuza 6 ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.