Daggerfall Unity. An 1996, en mieux

Daggerfall Unity est une recréation du jeu de Bethesda sorti en 1996, The Elder Scrolls II : Daggerfall, sur le moteur Unity 3D. Ce "nouveau" jeu est disponible gratuitement en version jouable depuis 2019. Il supporte les mods, et une communauté très active s’affaire à rendre l’expérience la meilleure possible.

Voici quelques anecdotes sur mes aventures.

Note : Daggerfall Unity est jouable gratuitement (Daggerfall est officiellement gratuit depuis son 15e anniversaire), pour Windows, Mac et Linux. Le recréation est complète à 99%. Le jeu est jouable dans son intégralité, tous les systèmes sont en place et même plus encore, car la communauté a corrigé des bugs de la version originale. Pour ma part, je joue avec une quarantaine de mods activés. J’ai aussi publié plusieurs vidéo sur ma chaine YouTube des Jeux1d100, présentant le jeu en général, et relatant quelques-unes des nombreuses aventures possibles.
À part la première image tirée du site officiel et illustrant Daggerfall 1996, toutes les captures sont issues de ma partie.

La guilde des cartographes, et celle des archéologues, toutes les deux ajoutées par des mod, je les aime bien.

Au début, comme j’étais un vulgaire inconnu de passage, les quêtes visaient seulement à s’assurer de ma motivation. Il fallait se rendre à un point directement et revenir faire un rapport. Ça prenait à peine quelques jours, le temps de faire le trajet. C’est-à-dire quelques minutes réelles. Maintenant que j’ai pris du grade, je ne peux plus me téléporter sur la carte immense de Daggerfall, il me faut suivre des instructions pour découvrir les lieux ciblés.

Par exemple, aller à Tel Lieu, dans Telle Région pour démarrer. Puis, à monture de cheval, prendre la direction Ouest pendant environ 80 secondes (autrement, en jeu, ce n’est pas vraiment possible de doser le temps aussi précisément), puis aller vers le Nord. Continuer jusqu’à voir une ruine entourée de quatre piliers. Le tout en moins de XX jours, souvent un délai plus court que le temps nécessaire pour faire le trajet à pied ou via le voyage rapide sur la carte, qui malgré son nom fait tout de même avancer l’horloge du jeu. Du coup, faut payer le bateau, l’auberge etc, ou utiliser un sort de rappel pour faire un aller simple, ou autre, afin d’arriver à temps, mais aussi penser au retour. Bref.

J’y vais. Je peux revenir faire mon rapport, mais je peux explorer et trouver des donjons parfois bien louches. J’ai découvert un convent de sorcières une fois. Elles m’ont envoyé chasser des vampires. Trop pour moi, obligé d’abandonner, mais ce n’est que partie remise. Une autre fois, c’était un temple abandonné qui en fait ne l’était pas tellement...

En soulevant les couvercles des différents cercueils, j’ai trouvé un passage, allant très loin sous terre. Puis, alors que je pensais avoir fait le tour du lieu, je suis tombé sur une grande caverne avec ce qui semble être une guilde de nécros. Ils me parlaient, mais ne voulaient rien me communiquer, car ils ne m’aimaient pas. En sortant, je me suis perdu et j’ai découvert une autre caverne, mais un vampire trop fort que je n’arrivais pas à toucher m’a bloqué, alors je suis ressorti...

Autre détail sympa : un trône en bois avec un levier à côté. Normal, j’active le levier et je vois un mur qui bouge juste derrière : une porte secrète ! Et le trône recule pour se mettre à la place du mur. Donc, pour passer dans le secret, il faut se mettre d’abord derrière le trône, puis activer le levier. OK, j’ai pigé, pas difficile.

J’active et le trône me pousse évidemment. Et... Un trou ! Profond ! Genre en bas tu t’éclates. Heureusement, j’avais assez de Climbing et je me suis rattrapé en chemin. Ensuite, en bas, un dédale qui un moment rejoint un système caché pour remonter.

Un autre exemple de donjon.

À l’auberge, le gérant me dit que sa fille est kidnappée, au secours. Faut donner une gemme à un voleur, mais c’est mieux si on évite la caution... J’y vais. Je vois le voleur dans une maison, dialogue, donner la rançon oui/non ? Non ! Je pète la face à un autre voleur qui arrive. Sur lui, une lettre qui mentionne le lieu de captivité et un ultimatum de 30 jours pour se débarrasser du corps si besoin. J’y vais, je suis un héros.

Une grande salle avec un levier visible et une dalle différente. Cette fois je me méfie, j’active le tout avec prudence.
Rien à signaler, mais la dalle descend très loin en dessous et je ne vois pas le fond, car la dalle cache la vue du coup. Bon, je suis un mage, j’y vais avec Lévitation activée, au cas où...

Arrivé en bas, c’est une fosse organisée, avec trois géants qui se jettent sur moi. Après avoir fui et domestiqué un géant grâce à mon Étiquette, je me débarrasse des deux autres. Je peux admirer le paysage : en haut de la fosse, une "planche à pirate" pour pousser les victimes dans la fosse sûrement, et des bancs tout autour. Excellent. Une porte dans la fosse mène à différents couloirs qui finissent par remonter, en passant par différentes pièces dont un mini labyrinthe avec 6-8 géants qui s’y promènent. Dans le tas, une porte que je défonce à coups de pieds et la demoiselle en détresse derrière.

Bref, ça donne simplement envie d’explorer encore.

Source : https://www.dfworkshop.net/

Réactions (29)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Que pensez-vous de The Elder Scrolls II: Daggerfall ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

1 jolien y joue, 1 y a joué.