Test de Necromunda : Underhive Wars - Felindra Tête de tigre

Rogue Factor (Mordheim) revient sur le devant de la scène avec Necromunda: Underhive Wars. Inspirée du jeu de plateau éponyme, le jeu propose une expérience dans l'univers de Warhammer 40k avec un gameplay qui n'est pas sans rappeler Mordheim. Nous avons eu l'occasion de partir à la recherche de trésors dans cet univers plus que sombre !

Tous ensemble, tous ensemble !

S'inspirant de l'univers de Warhammer 40k, Necromunda nous propose une virée dans son univers sans forcément reprendre l'ensemble de ses codes. Ainsi, le pitch est simple : de merveilleux trésors sont disponibles au plus profond du monde. Des gangs de punks se battent pour conquérir les différents territoires et obtenir un maximum de richesse. Voila quel sera votre objectif durant la campagne. Simple et efficace.

necromuna-underhive-wars-trailer-gameplay-889x500.jpg

Necromunda ne brillera certainement pas par son scénario et ce n'est pas l'objectif. La campagne sert principalement à vous mettre dans le bain, à vous apprendre les mécaniques du jeu et à vous familiariser avec. En effet, d'autres modes de jeu disponibles vous permettront ensuite d'enchainer les missions, de construire votre propre gang et de le faire évoluer petit à petit. Certains joueurs qui accrocheront au titre n'auront aucun mal à enchaîner de nombreuses heures via les escarmouches.

Let's go Boyz and Girlz !

Le mode escarmouche est assez intéressant dans sa structure de base. Il vous permet de créer votre gang en personnalisant les personnages jusqu'à leur personnalité. Une personnalisation plutôt complète qui vous offre les moyens de vraiment obtenir le gang que vous voulez. Si beaucoup d'éléments ressemblent à Mordheim dans le gameplay, la principale différence vient notamment du fait que l'univers vous offre bien plus l'opportunité des attaques distances face aux attaques de mêlée. Ces dernières sont toujours présentes bien entendus et chaque classe de personnage peut en user, mais les armes à distance ont tendance à être plus mise en avant. Plusieurs classes sont disponibles pour vos personnages allant du saboteur à l'ingénieur en passant par le bourrin au corps à corps et celui à distance. Classique, mais efficace.

D'ailleurs, pour rester dans le classique, vous devez compléter un ensemble de missions vous permettant de faire évoluer votre gang et de tâter des missions plus dangereuses. Le point qui est plus intéressant, c'est notamment le fait que dans vos escarmouches, vous combattez deux des autres gangs disponibles. Si sur certaines cartes, un seul gang vient vous chercher des noises, il arrive que les deux gangs arrivent en même temps. Dans ces cas, vous n'êtes pas seul face aux deux gangs : cela devient un 1vs1vs1. L'occasion de vous offrir des batailles plutôt intéressantes en matière de mécaniques.

images.jpg

Vis à vis des mécaniques justement, les joueurs de Mordheim et de jeu de rôle tactique en générale ne seront pas dépaysés. On retrouve les éléments de base comme les points d'attaques vous permettant d'utiliser des compétences ou d'attaquer, les points de mouvement permettant de réaliser différents actions (saut, tyrolienne, obstacle, ...). Chaque tour débute par le choix d'un de vos personnages. En fonction de son initiative, il agira avant l'ennemi ou pas. Il est donc intéressant de bien retenir l'ordre de jeu des ennemis pour gérer votre stratégie et ne pas vous faire prendre au dépourvu. Utiliser le terrain et la vigilance (attaque sur l'ennemi qui se déplace dans votre ligne de vue) est primordial pour éviter des dégâts inutiles.

Petit point noir au tableau, les combats sont généralement longs. Entre les animations de déplacements, d'attaques et d'utilisation de compétence et ce pour l'ensemble des personnages et des ennemis, un tour prend vite du temps. Cela prend d'ailleurs encore plus de sens au niveau de l'IA qui est aux fraises par moment. En effet, on a parfois l'impression que l'ennemi se déplace pour le plaisir et il n'hésite pas à tourner en rond autour de vous avant de vous attaquer. Certes, ce n'est pas toujours le cas, mais ça peut vraiment être dérangeant par moments.

Punk à chien à la Warhammer 40k

Necromunda propose une ambiance vraiment intéressante grâce à l'univers sombre de Warhammer 40K et a un outil de personnalisation de personnages poussés. Une immersion qui permet de mettre un peu de côté les quelques défauts du jeu (lenteur, IA,...) via un level design bien réfléchi et qui offre des options de verticalité intéressante.

Toutefois, à l'instar de Morhdeim, Necromunda trouvera certainement son public de niche, composés des fanas du genre, mais aura du mal à attirer de nouveaux joueurs par son manque de structure et sa répétition. On regrette un peu que le studio n'ait pas tirer plus d'expérience de son aîné.

MLj89FsdrDXKtEWAJoKPZ3.png

Soyons clair : Necromunda grandira avec le temps et au fur à et mesure de ses mises à jours comme c'était le cas pour Mordheim. Si vous avez aimé ce dernier, il apparaît clairement difficile, à moins de ne pas accrocher à l'univers, de ne pas apprécier Necromunda. Le jeu est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Ce test a été réalisé par Glaystal grâce à une version offerte par l'éditeur.

Réactions (2)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Necromunda: Underhive Wars ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.