Test de Machinika Museum - Faites fonctionner des machines extraterrestres

Êtes-vous, comme moi, du genre à déballer un gadget techno inconnu et à le faire fonctionner sans prendre la peine de lire le mode d’emploi ? Si la réponse est oui, Machinika Museum est peut-être fait pour vous.

machinika.jpg

Le mode d’emploi, quel mode d’emploi ?

Dans Machinika Museum, vous êtes le responsable de la réception des nouvelles pièces découvertes lors de fouilles. Votre tâche est de découvrir comment fonctionnent les technologies que vous recevez, de les réparer si besoin et éventuellement de comprendre à quoi elles sont destinées. Ce soir, votre travail s’annonce pourtant différent. Un grand nombre de pièces vous ont été livrées et un grand secret entoure leur provenance. À vous de découvrir les secrets qui se cachent derrière ces technologies qui ne sont clairement pas humaines.

Une certaine idée du secret
Une certaine idée du secret
Même ouvrir la boite de l'objet est une énigme
Même ouvrir la boite de l'objet est une énigme

The Lab

Le plus proche parent auquel on pense lorsqu’on découvre ce Machinika Museum est incontestablement la série des The Room. Comme dans ces derniers, Machinika Museum va à l’essentiel : il n’y a que vous, votre labo et les technologies que vous devez analyser. Le jeu fait donc des objets à analyser le point focal de son écran. N’espérez donc pas pouvoir vous déplacer librement dans votre labo. Vous pouvez juste faire tourner l’objet pour l’observer sous toutes les coutures. Un double-clic vous permet de zoomer sur un point précis tandis qu’un clic droit vous ramène à une vue plus distante. Le reste des interactions se font simplement à la souris de manière assez intuitive. Notez que le jeu est également prévu pour être jouable au pad, même si je ne le recommande pas.

20210312213419_1.jpg
20210312213512_1.jpg

L’interface se montre dans l’ensemble peu envahissante et se résume aux pièces que vous découvrez pendant vos observations (à droite) et aux outils qui vous aident dans votre travail (à gauche). Car vous ne plongez pas dans l’inconnu sans équipement. Vous disposez ainsi d’une imprimante 3D qui vous sert à remplacer diverses pièces défectueuses, d’une caméra endoscopique pour observer les entrailles des objets et d’un tournevis dont vous devez adapter à la tête aux vis que vous croiserez. Dans le lot, seule la caméra semble apporter un petit plus dans la manière de résoudre les énigmes, en vous aidant par exemple à découvrir le code à introduire sur un clavier.

Qui aurait crû que retirer une vis donnerait lieu à une énigme ?
Qui aurait crû que retirer une vis donnerait lieu à une énigme ?

Et la difficulté dans tout ça ?

L’aventure proposée par Machinika Museum se révèle assez agréable à parcourir. Tout le long des sept chapitres composant le jeu pour autant d’objets à étudier, le jeu fait appel au sens de l’observation du joueur ainsi qu’à quelques énigmes assez simples à comprendre (à une exception près). La difficulté reste donc assez abordable tout le long du jeu. En fait, le jeu souffre plus de la lourdeur de certaines de ses actions que de la difficulté de ses énigmes. Mais cette relative simplicité se ressent sur la durée de vie. Il m’a ainsi fallu moins de trois heures pour arriver au terme du jeu et constater qu’il se termine sur l’annonce d’un second épisode à venir. Syndrome The Room, à nouveau.

Le seul puzzle que j'ai trouvé peu clair
Le seul puzzle que j'ai trouvé peu clair

Le point technique

Techniquement, le jeu ne cherche pas à mettre votre machine sur les rotules. Avec un peu plus d’un giga d’espace disque occupé, on ne doit pas s’attendre à des miracles au niveau des textures même si le résultat en jeu me semble un poil meilleur que le rendu des images qui accompagnent ce test. Cette petite occupation sur le disque se ressent également sur la partie sonore, qui se contente d’une ambiance sonore minimaliste. Aucun doublage pour les quelques remarques que fait notre personnage qui sont exprimées via un panneau en plein centre de l’écran. J’aurais aimé une solution plus élégante. Notez d’ailleurs que le jeu est disponible en français. Par contre, je me dois de vous signaler que notre version de test contenait son lot de bugs plus ou moins gênants. Entre autres, on croise un curseur de souris qui ne s’affiche pas si un pad est branché sur le PC.

Conclusion

Machinika Museum réussit son pari de nous placer devant une machine étrange en nous demandant de la faire fonctionner sans autres indications. Le tout sans tomber dans l’inutilement cryptique. Reste la question de son prix, inconnu au moment de l’écriture de ce test. Avec un placement tarifaire proche de celui de la série The Room, nul doute que Machinika Museum a des arguments pour convaincre les fans de cette dernière de lui donner sa chance. Et pourquoi pas de convaincre de nouveaux joueurs. Sortie prévue le 23 mars sur Steam et en avril sur IOS et Android.

Test réalisé par Grim sur PC grâce à une version fournie pour l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.