Football Manager 2017, une valeur sûre forgée dans l'acier

Football Manager fait partie de ces quelques rares licences qui, chaque année à la même période, sort sa nouvelle mouture, légèrement bonifiée par rapport à la précédente. Mais il fait aussi partie de ces quelques rares licences qui, chaque année, voient son lot de fidèle augmenter et acheter la nouvelle version, quoi qu’il en coûte ! C’est ça FM… des accrocs qui redemandent leur dose, édition après édition… car FM est créé par des fans, pour des fans ! Présentation.

Il était une fois... 

Football Manager… un jeu qui possède une véritable histoire. Rappel pour les plus jeunes d’entre nous. Sports Interactive, la boîte des développeurs de Football Manager, a été créé en 1994, peu après la sortie de leur premier jeu : Championship Manager (L’Entraîneur, en français).  La série connaît déjà un grand succès et s’installe clairement comme le leader sur le marché du management footballistique. En 2004, après une dizaine de versions de leur jeu, Sports interactive quitte Eidos, qui éditait les jeux du studio, et rejoint Sega pour continuer son travail.

Toutefois, Eidos, qui a gardé les droits du nom, engage un autre studio (Beautiful Game Studios) pour poursuivre la production de l’Entraîneur, toujours leader sur le marché. Mais Sports Interactive a gardé toute la base de données, qui a fait le succès du jeu, et produit Football Manager 2005, que beaucoup considèrent (à raison) comme étant le véritable héritier de L’Entraîneur.

La lutte entre Eidos/Beautiful Game Studios d’un côté et Sega/Sports Interactive de l’autre tourne rapidement à l’avantage des seconds. Eidos impose à Beautiful Game Studios de recréer un tout nouveau jeu pour concurrencer Football Manager, fort de 10 ans de recherches… La première édition de l’entraîneur « next gen » arrive plus tard que son homologue, est bourré d’erreurs et essuie une critique extrêmement négative. Il faut 2 ans et 3 jeux pour que l’entraîneur arrive à sortir son jeu à peu près en même temps que son concurrent direct… mais le mal est fait, les fans sont passés à « la concurrence » et les éditions 2007 et 2008 sont boudées… Eidos tente une ultime tentative en 2009 avec « L’entraîneur 2010 », mais en vain… Eidos arrête les frais et cesse la lutte. Football Manager l’emporte haut la main.

Pendant ce temps, la licence a continué à se bonifier, avec quelques années plus fastes que d’autres, telle l’édition 2015 qui a apporté un bon lot d’améliorations et qui sert toujours de base aujourd’hui avec cette édition 2017.

Voilà pour la rétrospective. Rentrons maintenant dans le vif du sujet.

Késako...

Football Manager est donc un jeu de gestion footballistique extrêmement complet, réaliste et doté d’une base de données gigantesque, créée sur plus de 20 années d’expérience. Le jeu nous met aux commandes d’un club en tant qu’entraîneur principal, les objectifs de jeu concordant avec le choix de club que nous avons effectué. Mais comme tout bon jeu de gestion, le but final est… de faire ce que bon vous semble ! Vous pouvez très bien redonner son ancienne gloire à un club du subtop, comme monter une équipe locale vers les sommets ou simplement partir d’un club au hasard et réaliser une carrière personnelle…

Le menu principal est divisé en 4 parties :

  • Le mode carrière, qui est le mode de jeu principal, est le mode classique de jeu.
  • Le Fantasy Draft vous permet de jouer en ligne contre des amis en « choisissant » des joueurs à intégrer dans votre équipe, à tour de rôle.
  • La carrière en ligne, le mode principal en multijoueur.
  • La création de clubs, qui permet de créer votre équipe de A à Z (couleur, logo, joueurs, etc.)

Intéressons-nous au mode carrière.

On commence le jeu par la création de son profil et par extension de son avatar de manager. Et bon… le résultat est assez… folklorique lorsqu’on essaye d’utiliser les outils mis à disposition pour modéliser « votre » visage ou un autre… mais les modèles préexistants sont honnêtes. À vous de voir.

Vient ensuite le choix du club que vous allez diriger. Le choix est vaste, avec plusieurs divisions par pays. Petit bémol, souvent rappelé par les détracteurs du jeu : il manque quelques licences au jeu. Pas de championnat japonais, pas d’équipe d’Allemagne (enfin, pas la vraie), pas de logo ou maillots des clubs anglais et allemands… mais bon c’est très peu de choses par rapport au reste et des packs de logos sont aisément dénichables sur le net pour combler ces quelques manquements, voire même pour donner une petite plus-value au jeu. Une fois votre choix fait, le jeu suggère un niveau de coach, qui donne quelques caractéristiques à votre manager. Quant à l’influence que celle-ci a dans le jeu, c'est une autre histoire… Bref, voilà, vous êtes calife à la place du calife. Le Président s’adresse à vous, vous donne les objectifs de la saison, vous présente les moyens mis à votre disposition. Votre adjoint présente l’équipe, organise une petite réunion avec les joueurs pour les mettre au parfum, et vous vous retrouvez aux commandes du navire.

Si pour un néophyte, le jeu semble être très compliqué au niveau de sa présentation générale, l’impression est vite dissipée. Le jeu se découpe en une série de pages, renseignées via un menu vertical qui est aisément pris en main et qui a fait ses preuves depuis 3 opus à présent. Sports Interactive a beaucoup travaillé cette interface. Toute décision, importante ou non, est accessible rapidement, avec un minimum de clics. Ils ont d’ailleurs insisté dans cette version sur l’importance de la boîte de réception, véritable centre névralgique du jeu. C’est là que toutes les infos sont recueillies.

Chaque page possède aussi ses possibilités de filtres, pour centraliser vos efforts dans vos recherches. Que ça soit dans votre propre effectif (ne voir que l’équipe A, que les défenseurs, que les joueurs évoluant à gauche, etc.) ou dans les recherches générales en dehors du club, ça fonctionne et c’est efficace.

Le match comme vous y étiez

Le déroulement des matchs est bien réalisé. On peut mettre le jeu en pause, reculer pour revoir une action, donner des ordres « en direct », comme si vous étiez sur le bord du terrain ; vous pouvez rassurer vos joueurs, les engueuler, le pousser à se dépasser, changer la tactique, changer l’occupation du terrain, réagir au cas par cas sur les joueurs adverses... Bref, Sports Interactive a vraiment essayé de dynamiser ce qui était auparavant une série de résultats statistiques et de calculs aléatoires. Pour cette édition 2017, les développeurs ont annoncé des mouvements en plus par centaines, mais honnêtement la différence à ce niveau-là ne se fait pas vraiment sentir. Il faut les croire sur parole. Tout comme la promesse d’adaptation des joueurs à des situations de jeu… bah… possible, mais ça se noie dans le flot de données et dans le déroulement du match, difficile à dire si c’est vraiment présent et/ou efficace.

 Former une équipe

Car c’est là l’intérêt majeur du jeu : de former une équipe en fouillant l’énorme base de données du jeu. Chaque saison, des « regens » apparaissent dans tous les clubs mondiaux, des milliers de nouveaux joueurs qui, année après année, progresseront et feront une carrière. Savoir dénicher les bijoux avant qu’ils ne deviennent des champions, les faire progresser pour atteindre le panthéon du football, suivre les joueurs après le départ de votre club : FM17 permet tout cela.

Rechercher des joueurs n’est pas toujours évident, il faut faire confiance à son staff, chercher par soi-même avec divers trucs et astuces qu’on finit par acquérir à force d’expérience ou « tricher » avec des programmes tiers pour connaître le potentiel des joueurs. Car chaque joueur, outre ses stats, possède des stats cachées, comme son niveau de progression potentiel, son risque de blessure, etc. Bref, tomber sur une perle, ce n’est pas toujours évident, surtout que nos recruteurs ne sont pas toujours « justes » dans leurs observations. Votre connaissance, et donc les joueurs que vous pouvez observer, dépend de vos recherches antérieures et de la connaissance générale de vos recruteurs. Essayez de recruter votre staff en conséquence, sinon vous allez passer à coté de très bons joueurs.

Mais tout ça je connais, qu’apporte donc ce Football Manager 2017 ?

Bah, à ce niveau-là… FM17 n’apporte pas de grande révolution. On a connu des éditions qui apportaient plus de nouveautés que celle-ci. Je vous invite à visionner la vidéo présentée dans un article publié ici "Football Manager 2017 nous présente ses nouveautés", il y a quelques semaines, qui présentait les nouvelles features du jeu.

Mais dans les faits ce qui est le plus flagrant, c’est effectivement l’apport des réseaux sociaux dans l’actualité du club… et franchement je ne vois vraiment pas en quoi c’est utile.  Par contre, la présence accrue de la presse est vraiment importante. Il vous faudra jongler entre les déclarations, car elles peuvent influencer grandement votre vestiaire, et, par extension, vos résultats.  

Les promesses faites à de potentielles futures recrues pour les inciter à négocier un contrat auprès de votre club est aussi une nouveauté qui est mise en avant cette année, ainsi que les agents, encore plus difficiles à gérer de par leurs exigences concernant leurs poulains.

Et petit apport supplémentaire, le fait d’avoir de l’aide de votre staff sur toutes les pages du jeu (conseils, détails sur la situation du club, etc.), ce qui n'est pas négligeable comme nouveauté. Cela permet de ne pas oublier des détails sur l’évolution de votre club

Sinon, en toute honnêteté, les améliorations ne sont pas réellement visibles. Tous les aspects du jeu ont été renforcés, la base de données mise à jour. On peut noter la disparition de FM Touch, dans les créations de parties, ce mode la étant devenu un jeu à part (vendu 30 euros), mais offert pour ceux qui ont précommandés FM17.

Bref, on a une bonne licence qui sort cette année encore un bon produit, avec un suivi sérieux même si parfois on aimerait des nouveautés en plus… je pense que l’absence de concurrent ne pousse pas Sports Interactive à prendre des décisions qui pourrait mettre en péril le jeu, car il est, en état, une valeur sûre.

Mais, d'un point de vue personnel, je reste sur ma faim… Peut-être un système de navigateur pour garder plusieurs pages accessibles facilement et ne pas devoir « reculer » et « avancer » à chaque fois dans les menus. Plus de profondeur dans la gestion de la presse, surtout vu que celle-ci devient plus influente, c’est un aspect du jeu assez rébarbatif.

Ah si, FM17 apporte tout de même une donnée importante dans le jeu, surtout pour les habitués de la Premier League : le Brexit. Sports Interactive a intégré une donnée aléatoire dans le jeu, car au jour d’aujourd’hui on n'a encore aucune idée de comment va être géré le Brexit au niveau footballistique. Ils ont donc imaginé plusieurs scénarii possibles, la plus dure étant la limitation d’étrangers dans le club (donc comme maintenant, mais en y intégrant les joueurs de l’Union européenne). C'est au joueur de choisir la version qu'il préfère.

En conclusion, Football Manager est effectivement une valeur sûre forgée dans l'acier : impossible d'y faire de grands changements. Si les habitués peuvent à juste titre quelque peu râler sur le peu d’améliorations de cet opus par rapport au précédent, cela ne les empêchera pas malgré tout de mettre la main au portefeuille ; les nouveaux joueurs, quant à eux, trouveront en FM17 un jeu extrêmement complet, accessible et de qualité, que je ne peux que conseiller.

Test réalisé par Seiei à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (22)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Football Manager 2017 ?

0 aime, 0 pas.