Test de Youtubers Life OMG! Edition - dans l'univers sombre des vidéastes

Amour, gloire et beauté, telle est la vie des youtubeurs ou en tout cas ceux de Youtubers Life. Sorti il y a deux ans sur PC, le simulateur de vie de youtubeurs nous propose en cette fin d'année un portage sur consoles de salon. L'occasion pour nous d'y jeter un oeil et de voir s'il suffit d'une chemise à fleurs pour rouler sur le youtube game.

Un youtubeur, une chambre chez notre maman et un PC un peu cassé : voilà ce qu'il nous faut pour nous lancer dans l'aventure. Néanmoins, le premier choix sera le plus terrible : choisir entre les jeux vidéo, la musique ou la cuisine. Un choix limité, mais néanmoins suffisant pour devenir de véritables stars.

Test de Youtubers Life OMG! Edition - dans l'univers sombre des vidéastes

Cartes et vidéos

Les premiers pas sont les plus simples ; il faut ouvrir sa chaîne et créer le personnage qui deviendra une étoile dans le petit monde de YouTube. Comme on m'a toujours dit que l'actualité constitue une bonne accroche et que nous sommes ici sur un site de jeux vidéo, ma première partie est celle d'un youtubeur "gaming", fondateur de la chaîne "Article 13 Gaming".
Armé d'un PC en fin de vie et d'un micro d'une autre époque, notre héros lance la production de sa première vidéo de gameplay. Une vidéo qui n'attire pas les foules, à peine quelques dizaines d'abonnés, pas la moindre rémunération, mais peu importe. Rome ne s'est pas faite en un jour. Et puis, après des années de galère, le succès est à notre porte : on peut bien attendre quelques jours de plus.

YoutubersLife 20181129174042
La création de vidéos commence d'abord par choisir son type. Dans le cas d'une chaîne gaming, il faut choisir s'il s'agit d'une critique, d'un gameplay ou encore d'une collaboration ou d'un unboxing. Pour la cuisine, on parle surtout de recettes. Ensuite, la création elle-même obéit à un curieux jeu de cartes. Peu importe le domaine choisi à la création de la chaîne, il faut pendant la production d'une vidéo choisir des cartes de réaction - blague, réflexion philosophique ou même encore énervement - qui permettent à la vidéo de gagner dans différents domaines : la qualité du script, de l'acting, du son et enfin de la post-production. Des caractéristiques représentées par des couleurs, qu'il faut combiner pour gagner le maximum de points. On a par exemple des cartes qui permettent de passer du vert (script) au mauve (son) en toute fluidité et de gagner encore plus de points. Ces combinaisons représentent l'essentiel du travail de création vidéo et s'il est impossible d'avoir un score parfait en début de partie, on gagne de nouvelles cartes au long de l'aventure afin d'étoffer notre deck et d'atteindre une certaine réussite.

YoutubersLife 20181129201652
Une fois la vidéo produite, il ne nous reste plus qu'à attendre sa mise en ligne, période pendant laquelle le PC que l'on a utilisé est inaccessible, et donc s'occuper de différentes manières. S'il faut avant tout surveiller la barre de fatigue et de faim de notre héros, le jeu nous offre aussi la possibilité d'étudier pour ne pas énerver notre mère, de faire des petits boulots pour se payer de nouveaux jeux, PC et consoles à la mode (et donc faire des vidéos plus populaires), mais aussi de sortir en soirée avec ses amis et d'assister à des projections presse de films ou à des conférences pour apprendre à briller en société. La vie sociale du youtubeur devient même essentielle par la suite, puisque ce sont les bonnes relations avec les autres youtubeurs qui permettent de faire grossir la chaîne et son nombre d'abonnés avec des collaborations, tandis que d'excellentes relations avec les éditeurs de jeux vidéo servent à gratter des jeux gratuitement.

Enfin, et une fois arrivé à un nombre d'abonnés suffisant qui nous permette de gagner une poignée de dollars par vidéo, on peut déménager et commencer à bosser sérieusement sur notre chaîne. Exit le temps perdu à étudier et à manger, la startup nation n'a pas le temps pour ça. Désormais, ça sera la colocation avec son meilleur pote, puis des duplex avec vue sur la ville, la coke et les... Non pardon, le youtubeur ne fera jamais rien d'illégal et se contentera juste de jouer aux jeux vidéo dans son immense duplex entre deux soirées, pendant que ses larbins fraîchement recrutés créent des vidéos à sa place en lui reversant l'intégralité des revenus, moyennant un salaire de misère.

YoutubersLife 20181129163727
YoutubersLife 20181129165354

Célébrité et larbins

En effet, rapidement, Youtubers Life délaisse ce côté qui rappelle pratiquement les Sims pour virer à une simili-gestion. Pendant que l'on s'amuse en soirée pour développer notre carnet de contacts et pour avoir plein de choses à raconter sur Pipper (le Twitter local), les quelques larbins que l'on a recrutés au passage moyennant quelques centaines de dollars s'efforcent de travailler jour et nuit sur des vidéos pour faire grossir notre chaîne. Si de temps en temps ils rentrent chez eux pour manger un peu, on a quand même le sentiment d'exploiter ces braves gens, mais peu importe, la célébrité n'attend pas et ce n'est pas en travaillant seul dans sa chambre qu'on sera acclamé lors des photocall des conférences d'annonce de consoles et jeux vidéo. Très franchement, cette gestion d'une micro-entreprise rappelle énormément les jeux mobile de Kairosoft, avec cette même manière de calculer la qualité de la vidéo, avec les différentes caractéristiques dont je parlais plus tôt, qui gagnent des points selon la combinaison de cartes ainsi qu'en fonction de la popularité de la console utilisée ou du jeu sur lequel on crée une vidéo. Et si ce système fonctionnait plutôt bien pour de courtes sessions sur mobile, il faut malheureusement avouer que le genre peine à convaincre sur console.

YoutubersLife 20181130133001
En effet, la répétitivité des actions provoque une certaine lassitude et atteindre les derniers niveaux du jeu à base de déménagement dans un manoir spatial est une corvée. Sans véritable difficulté, malgré des obstacles tout à fait artificiels comme des concurrents qui viennent voler vos employés sans que vous ne puissiez réagir à aucun moment, Youtubers Life est une sorte de mélange un peu limité entre les Sims et les jeux Kairosoft où chaque genre aurait été amputé d'une bonne partie de son contenu, ainsi que de son intérêt. Si les premiers pas de notre micro-entreprise ont du bon, avec une dynamique de gameplay qui change radicalement (on passe d'acteur à gestionnaire), c'est aussi l'étape où tout devient répétitif. Aller en soirée devient rapidement barbant tant les options de dialogue avec les autres personnages sont limitées, les décors sont toujours les mêmes et le jeu ne nous surprend plus jamais.
Le jeu tente péniblement de nous raconter que notre popularité lors des soirées dépend aussi de la manière dont nous nous présentons, avec des caractéristiques qui sont aussi présentes sur les vêtements (sport, chic, décontracté...) mais force est d'avouer que mis à part une poignée d'événements où la tenue chic est exigée, le reste du temps, vous pourriez vous balader en jogging que personne n'en tiendrait compte. Le plus terrible dans l'histoire cependant, c'est l'absence de chemise à fleurs dans le magasin de vêtements.
Rapidement, on n'ira plus à ces soirées, sauf aux conférences pour obtenir un jeu gratuit. Le reste du temps, cela ne ressemble qu'à une perte de temps puisque si le jeu inclut une barre de satisfaction des fans, qui intègre notamment la présence sur les réseaux sociaux et en public, nous avons noté que que ne jamais sortir de l'appartement et ne jamais envoyer de message sur Pipper n'empêche pas de faire de très gros chiffres d'audience.

Claim ton bug

YoutubersLife 20181201143128
C'est dans cette manière de ne jamais vraiment aller au bout de ses idées que Youtubers Life se plante lamentablement. Ni très intéressant en tant que simulation de vie à cause du nombre très limité d'options, ni très passionnant dans la création vidéo à cause de combinaisons que l'on identifie trop vite et qui ne laisse aucune place à l'expérimentation, Youtubers Life propose un contenu bien trop limité pour tenir sur la durée. Les premiers pas sont sympathiques, puis on se lasse face à l'évidence : nous sommes condamnés à toujours faire la même chose, à produire les mêmes vidéos de la même manière, jusqu'à arriver à déménager dans le manoir spatial. Après quoi il ne se passe plus grand chose. D'autant plus que le système de création de vidéos, avec les cartes de réactions, semble parfaitement inadapté à la plupart du contenu que l'on peut produire. Que l'on fasse une vidéo d'unboxing, de gameplay ou une interview d'un youtubeur populaire, les cartes de réaction sont les mêmes et nous n'avons aucun mal par exemple à utiliser la carte qui consiste à "crier sur le jeu" en pleine interview. Pourtant, crier sur la personne que l'on interroge, ce n'est jamais une très grande idée. 
De manière générale, le jeu est assez désagréable à parcourir sur consoles, le curseur de la souris étant remplacé par un curseur à utiliser au stick. Assez lent et imprécis (même avec la sensibilité la plus élevée), il est parfois mal positionné par le jeu. En effet, on reçoit des invitations à aider un ami ou à assister à des conférences dans des pop-up en premier plan, mais parfois le curseur reste en arrière plan et il est impossible d'aller dessus faire notre choix. Seul moyen de s'en sortir, appuyer sur une touche pour supprimer la pop-up et refuser, par défaut.

YoutubersLife 20181201150858
Plus encore, Youtubers Life se plante dans un portage assez scandaleux. Plutôt qu'énumérer les nombreux bugs auxquels j'ai fait face durant le test, il suffirait de dire qu'il est injouable dans la version PlayStation 4, ici testée. Injouable, car des employés se bloquent parfois en marchant vers le bureau, auquel cas il faut espérer que leur parler débloque le script, sinon il ne reste plus qu'à les virer (et ainsi être détesté par cette personne - une conséquence terrible pour le youtubeur narcissique que l'on nous pousse à incarner). L'autre bug le plus significatif est véritablement bloquant puisqu'arrivé au niveau 22, dans un jeu où gagner des niveaux permet notamment de débloquer de nouveaux types de vidéos grâce à un arbre de compétences, j'ai eu l'incroyable surprise de voir mon youtubeur retomber au niveau 1. Avec un arbre de compétence rempli au tiers, je n'avais donc qu'une petite moitié du type de vidéos débloquées et il était impossible de gagner à nouveau de l'expérience puisque malgré les vidéos réussies, la barre d'expérience ne s'est plus jamais remplie.
Impossible de savoir ce qui a provoqué ce bug puisqu'une deuxième partie m'a permis d'aller plus loin, mais dans une troisième partie j'ai eu à nouveau ce bug, cette fois-ci vers le niveau 14.
Le problème de ne pas pouvoir débloquer l'intégralité des types de vidéo, mais aussi des cartes, est l'impossibilité de progresser à partir d'un certain point : les fans détestent que l'on fasse toujours le même genre de vidéos et la liste d'objectifs finit par nous demander de créer des vidéos que l'on ne sait pas faire (et qu'on ne peut donc plus débloquer) pour pouvoir passer à l'étape suivante.

YoutubersLife 20181201154740
YoutubersLife 20181201212112

Sorti dans un tel état, et avec un framerate asthmatique qui passe souvent bien en-dessous des 30 images par seconde, Youtubers Life dans sa version console est une aberration technique qu'il est bien impossible de conseiller à qui que ce soit. Si le jeu ne manque pas de nous faire sourire avec quelques références à la réalité, notamment avec nos vidéos qui sont "claim" par les ayants droit si l'on utilise des cartes soumises au droit d'auteur ou encore la possibilité de rejoindre des networks dont l'objectif n'est pas de produire de la qualité, mais des starlettes (puisqu'assister à des soirées de sponsors sera parmi les conditions à remplir chaque mois pour rester chez eux, au contraire des scores de qualité des vidéos), il est difficile d'accorder beaucoup de crédit à un jeu qui non seulement n'arrive pas à nous intéresser plus d'une heure ou deux, mais en plus finit par être purement et simplement injouable. D'autant plus que la traduction française, bourrée de fautes, semble avoir été rajoutée à la va-vite puisque de nombreuses phrases sont coupées, incomplètes, car les bulles de dialogue n'ont pas été adaptées à la longueur de celles-ci.

Conclusion

Concept amusant et inspiré de jeux mobile sympathiques, Youtubers Life rate à peu près tout ce qu'il entreprend. S'il multiplie les références à la réalité avec des marques factices inspirées de sites de ventes ou d'éditeurs, s'il m'a même fait sourire à de multiples reprises lorsque ma chaîne Article 13 Gaming s'est fait taper dessus pour violation des droits d'auteur, il est incroyable que le jeu puisse sortir dans un état pareil. Mis à jour quelques jours après sa sortie, le portage reste injouable à cause de bugs bloquants et d'un framerate qui peine à maintenir les 30 fps, une situation assez difficile à comprendre puisque le jeu n'est ni très beau ni très généreux dans ce qu'il affiche à l'écran.
En bref, il est compliqué de conseiller ce portage sur consoles à qui que ce soit compte tenu l'état dans lequel le jeu est sorti.

Test réalisé par Hachim0n à partir d'une version fournie par l'éditeur.


Que pensez-vous de Youtubers Life ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.