Test de Final Fantasy X / X-2 HD Remaster - Le service minimum pour Zanarkand

Déterminé à redonner vie à ses vieilles gloires sur de nouvelles plateformes, Square Enix a inlassablement multiplié les portages des Final Fantasy les plus populaires. Dans le lot, les épisodes X et X-2 avaient bénéficié d'un remaster sur PlayStation 3, PlayStation 4 et PC il y a quelques années. Un remaster charmant, sans grandes nouveautés, mais qui permet de (re)découvrir les deux jeux sans trop se piquer les yeux. C'est désormais au tour de la Switch et de la Xbox One de voir débarquer ce remaster.

Tidus, star du "Blitzball", assiste à la disparition de la ville de Zanarkand, aspirée par une entité dévastatrice qui répond au nom de Sin. Dans sa quête de vérité, il se retrouve projeté mille ans après et rencontre plusieurs nouveaux compagnons de route, à commencer par Yuna. Ils se lancent dans une quête visant à détruire Sin et à ramener la paix sur le royaume de Spira. Final Fantasy X-2 est une suite directe, qui se déroule deux ans après les événements de Final Fantasy X.

FFX_X2_Logo_1536855186.jpg

Doux comme un chocobo

movie_yuna_09_1553776598.jpg
Disons le d'emblée : le portage de Final Fantasy X / X-2 HD Remaster sur Switch et Xbox One n'apporte rien de nouveau. Identique en tous points aux autres versions sorties il y a quelques années, on y retrouve le contenu inédit en Europe du mode "Last Mission", une sorte de dungeon-crawler qui prend place après les événements de X-2. On y incarne un des personnages principaux afin de venir à bout des nombreux étages d'une tour. Un mode qui vient largement allonger la durée de vie du titre et qui se trouve accompagné du "Creature Creator", un curieux simili-Pokémon où l'on tente d'attraper de nombreuses créatures du jeu et de les faire combattre.

Macalania_Kiss_Screenshot__9_1553776126.png
Cependant, cette absence de nouveautés ne vient pas pour autant remettre en cause la qualité de Final Fantasy X. Si sa suite est plus contestée, force est d'avouer que les thèmes abordés par le premier jeu, tels que la religion et le fanatisme, parviennent encore à résonner. Au-delà du voyage et de l'histoire d'amour que le jeu raconte, Final Fantasy X raconte une très belle histoire d'accomplissement et d'émancipation pour des personnages, notamment Yuna, qui voient leur monde et leurs croyances changer. Le jeu nous emmène dans une balade presque mélancolique face au fanatisme d'un monde perdu, où la naïveté presque cliché du héros Tidus tranche avec la détermination de Yuna, qui pourtant apprend beaucoup de leur relation, tandis que les personnages secondaires apportent chacun leurs personnalités très différentes. Alors, il est vrai que de nombreux dialogues tendent à faire rire tant le jeu peut s'avérer niais à bien des égards. Toutefois, au fil des heures et avec des enjeux de plus en plus terribles, on se laisser happer par ce qu'il a à nous raconter.

01-05-2019_12-50-15-g1altv2l.png
D'autant plus que le plaisir de jeu reste intact grâce à des systèmes de progression, avec le fameux - et au premier abord très confus - sphérier, et de combat qui n'ont pas pris une ride. Le rythme des combats reste étonnamment élevé et son système "d'overdrive", qui permet de déclencher un coup spécial et particulièrement dévastateur, reste quelque chose de très intéressant dix-huit ans après sa première sortie, même si on se serait bien passé des séquences de QTE lors de l'activation de ces coups spéciaux. Quant à Final Fantasy X-2, il reprend plutôt le système de combat "ATB" (active time battle) propre à la série, où chaque personnage possède une jauge d'attaque qui se rempli plus ou moins rapidement. Dans la mesure où on est cette fois-ci limité à trois personnages jouables, il est possible de changer leur "job" à la volée pour utiliser des capacités différentes. Déroutant après plusieurs heures passées sur Final Fantasy X, le système de combat de sa suite n'en reste pas moins un élément solide à la frontière entre le temps réel et le tour par tour.
Certes, on aurait aimé voir le jeu parfois un peu rajeuni, notamment du côté du fameux "blitzball", un waterpolo - sous l'eau - un peu improbable dont les matchs en tour par tour finissent par devenir une plaie. Néanmoins, dans l'ensemble, Final Fantasy X et dans une certaine mesure X-2 restent des valeurs sûres que l'on prend plaisir à redécouvrir. Celles et ceux qui n'ont pas pu y jouer à l'époque n'auront certainement aucun mal à s'y plonger, pour peu que le ton résolument naïf des deux jeux ne les rebutent pas.

Un portage solide mais peu inspiré

FFX_X2_Release_Date_Announcement_Screenshot_02_1547127722.jpg
Le portage en lui-même est indéniablement de qualité. Le "HD Remaster" est propre, les textures sont lisses et le framerate reste stable en toutes circonstances. Pas des plus jolis, la faute à des cinématiques, à une mise en scène pas toujours fameuse et à un flou de mouvement parfois assez désagréable, il reste toutefois agréable à regarder tant sa direction artistique reste enchanteresse grâce à des inspirations assez fameuses dans ce monde de Spira qui emprunte à des univers occidentaux et possède une architecture ainsi qu'une ambiance qui rappellent beaucoup le bouddhisme. Au-delà du visuel, Final Fantasy X et X-2, ce sont des bandes originales mémorables qui offrent de vrais grands moments. On a évidemment tous retenu "To Zanarkand", dont la popularité a largement dépassé le cadre du jeu, mais c'est l'ensemble des deux bandes originales qui complète des univers plutôt bien racontés. Il faut savoir enfin que le HD Remaster propose un réarrangement de la bande son, avec des tons plus actuels sans pour autant dénaturer la version originale. Heureusement, celles et ceux qui y sont attachées ont le choix entre la version originale et la version arrangée.

01-05-2019_12-50-16-pw0co5hl.png
Mais voilà, on ne peut pas conclure sans faire part d'une déception dans le traitement de ce portage. Si les autres portages et remasters (à l'image de Final Fantasy XII : The Zodiac Age) de la série ont parfois proposé des paramètres d'accessibilité et des modes pour faciliter la progression, ou l'accélérer, ce Final Fantasy X / X-2 HD Remaster propose uniquement une aventure en tous points identique à l'original. Un choix regrettable pour celles et ceux qui voudraient découvrir son histoire sans trop s'embarrasser avec des combats qui peuvent s'avérer parfois bien longs, dans des jeux qui nécessitent déjà plusieurs dizaines d'heures pour être complétés. Sans pour autant gâcher le jeu, il est dommage de constater que les développeurs n'ont pas profité de ce nouveau portage du remaster de Final Fantasy X et X-2 pour proposer ce type de paramètre et ouvrir un peu plus les deux jeux à un public différent. 

Conclusion

Si le plaisir de retrouver Final Fantasy X et X-2 dans des remasters solides demeure intact, on reste toutefois dubitatif face à cette absence totale de nouveautés. On aurait aimé retrouver les paramètres disponibles sur les autres portages des Final Fantasy, qui permettent de faciliter la progression pour ceux qui souhaitent simplement découvrir l'histoire d'un monument des jeux vidéo, ou des options accélérant le rythme des combats. Au contraire, Final Fantasy X et X-2 nous sont servis tels qu'ils étaient à l'origine, avec en bonus un mode qui n'était originellement disponible qu'au Japon, alors que ce remaster dans ses versions Xbox One et Switch ne fait rien de plus que les opus PlayStation 4 et PlayStation Vita sortis il y a plusieurs années. Celles et ceux qui ont déjà profité des précédentes versions n'auront donc pas un grand intérêt à sauter sur ce portage, si ce n'est de jouer en nomade pour les détenteurs de la Switch, d'autant plus qu'une fois encore il n'est pas possible de jouer avec les voix japonaises et les sous-titres français : seule les voix anglaises peuvent accompagner la traduction française.

Test réalisé par Hachim0n sur Xbox One avec une version fournie par l'éditeur.

Réactions (79)


Que pensez-vous de Final Fantasy X / X-2 HD Remaster ?

3 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.