Test de Godly Corp - La pelle de Cthulhu

Il y a parfois des jeux dont on se demande comment quelqu'un peut avoir imaginé ça et on finit par conclure que diverses substances plus ou moins licites ont peut être joué leur rôle. Godly Corp est de ces jeux : aux commandes du tentacule d'un alien, on doit tout faire pour être l'employé du mois et soigner notre salaire.

Titre

Employé de bureau, mais dieu quand même

Dans Godly Corp, on incarne un petit dieu alien fraîchement arrivé à la Godly Corp et qui doit faire ses preuves dans ce nouveau travail aux tâches variées.

Une voix off féminine (en anglais, comme les textes) nous guide tout au long des diverses tâches qui nous sont proposées. Parfois, elle nous encourage, d'autres fois elle se moque ou met la pression avec un ton en partie neutre qui met bien dans l'ambiance. On pense pas mal à GlaDOS.

On fait ce qu'il faut pour arriver au bout de notre journée de travail, symbolisée par un chronomètre, en ayant soit réussi un nombre minimal de choses, soit tenu suffisamment longtemps en vie une planète.

En effet, dans Godly Corp, on gère et on prend soin de planètes. Il faut par exemple la tourner pour lui faire faire face à une source de chaleur pour la réchauffer et ce en divers points du globe, éviter que des cafards géants ne viennent envahir la planète ou encore tirer au pistolet sur des robots fous qui envahissent l'open space.

Et tout cela se fait avec notre unique tentacule.


Un tentacule pour tout gouverner

Ce tentacule se commande via les deux sticks, un pour le déplacer de droite à gauche et de haut en bas et l'autre pour le faire avancer et reculer. Via ces combinaisons, on est capable d'interagir avec notre environnement, que ce soit pour pousser des objets, les serrer ou les faire tomber. On peut également en saisir certains en bout de tentacule sur une pression de la gâchette.

La maniabilité est volontairement compliquée : on passe son temps à se louper, à faire tomber des objets, à serrer la bouteille de spray alors qu'on voulait juste la remplir... À ce stade, deux possibilités : soit vous accrochez à ce gameplay bordélique soit ça vous rend fou et vous laissez tomber vite fait.

En cas d'échec total, c'est le licenciement anticipé. En cas d'arrivée au bout du chronomètre, on nous présente un bilan de notre journée avec une appréciation de notre travail. Les chefs semblent privilégier un bureau bien rangé vue la décote si on a fait tomber trop de trucs.

Le jeu propose trois niveaux de difficulté et j'avoue avoir utilisé le mode facile tant même le niveau normal est déjà très compliqué et punitif. Les 15 niveaux à traverser peuvent nous tenir un bon moment occupé.

Les challenges proposés sont très variés et avant de démarrer la journée, on peut s'entraîner à ce que semble être notre tâche quotidienne, sauf que des éléments perturbateurs peuvent toujours arriver et entraîner la panique alors qu'on croyait être prêt, ce que la voix off n'hésite pas à nous rappeler d'un air moqueur.

Nani !?

Ce jeu n'est pas très beau ; c'est très coloré, mais on a un ressenti de visuel dégueulasse. Le plus étrange est que ça se marie bien avec l'ambiance du jeu.

L'humour fonctionne, que ce soit par cette voix qui nous guide ou par les visuels, avec par exemple des memes en tant que photo de bureau.

Par contre, les temps de chargement assez longs ne sont pas justifiables et deviennent vite pénibles quand on échoue pour la énième fois sur un même niveau.

Il est donc difficile de recommander chaudement Godly Corp, car il ne ressemble à rien d'autre et c'est un jeu qu'on adore ou qu'on déteste ; en tout cas, il ne laisse pas insensible.

Testé par Aragnis sur une version Switch fournie par l'éditeur.



Plateformes Nintendo Switch, Windows
Genres Mini-jeux, puzzle, fantastique

Statut Disponible
Sortie 13 décembre 2018 (France) (Windows)
5 avril 2019 (France) (Nintendo Switch)
Plus d'informations sur Godly Corp

Que pensez-vous de Godly Corp ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.