Golem Gates : Un RTS pas mal du tout avec des originalités

Laser Guided Games a développé Golem Gates, un RTS dans un univers futuriste disponible sur PC, Xbox one, PlayStation 4 et Nintendo Switch. Sortie sur PC en 2018, le titre est disponible sur consoles depuis mai 2019. Que vaut ce passage sur consoles ?

1.jpg

Le bien contre le mal ?

2.jpg
Le jeu commence avec un scénario très stéréotypé : vous êtes le hérault de ce qui semble être une divinité et elle vous missionne de nettoyer la corruption du monde… avec un ennemi qui joue bien son rôle de méchant.

 

Heureusement, ce n’est que le premier tome des trois disponibles. Après l’avoir vaincu, le scénario gagne en intérêt et permet de comprendre comment le monde a fini dans l’état où nous le trouvons et d’où vient le hérault que l’on joue.

Mélange entre RTS et jeu de carte

Dans chaque partie, votre personnage est incarné sur la carte. S’il meurt, vous avez perdu.

Pour éviter cela, il peut utiliser « la cendre », une énergie, pour invoquer des unités, des tours, faire des sorts, etc. Ces pouvoirs viennent d’un deck que vous devez configurer avant la partie. Faire un choix de cartes judicieux est important pour votre stratégie et peut dépendre de la mission ou de votre style de jeu.

3.jpg

Vous commencez avec quelques cartes en main, puis toutes les 30 secondes, vous en gagnez une nouvelle. Vous pouvez les utiliser, si vous avez suffisamment d’énergie, dans votre champ de vision ou dans celui de vos unités ou de vos tours.

Cela donne un côté un peu aléatoire qui pousse à vraiment réfléchir son deck. Les trois premiers niveaux étant vraiment très simple, il est tentant de ne pas trop faire attention à ces détails et de bourrer son deck avec toutes les cartes disponibles. Il s’avère rapidement que cela n’est clairement pas une bonne idée…

Autre intérêt de ce système, cela rend le jeu très dynamique. Il vous suffit d’une unité à un endroit pour invoquer un gros groupe en quelques secondes et donc pouvoir réagir rapidement à une attaque ou pouvoir renforcer une unité préexistante si nécessaire.

Vous gagnez de nouvelles cartes/glyphes à chaque fois que vous gagnez une partie, que ce soit dans la campagne, durant les épreuves, en mode survie, ...

En tout, la campagne fournit 15 niveaux (3 tomes de 5 chapitres/niveaux) en plus du tutoriel. C’est peu, mais ça nous tient quand même plusieurs heures.



En plus de la campagne, vous avez :

  • Des épreuves : des niveaux conçus de façon à tester votre compétence dans des cas variés. La difficulté monte crescendo.

  • Un mode survie : en solo ou en multi-joueurs, vous devez survivre durant une certaine durée. À vous de voir si vous jouez la sécurité en gardant toutes vos troupes autour de votre Hérault ou si vous explorez la carte pour gagner des zones de production d’énergie pour produire plus d’unités. Je vous conseille de tester le mode normal au minimum, le mode facile étant ridiculement simple.

  • Un mode versus : ce mode se joue en multi-joueurs, contre des IA de différents niveaux ou les deux. Il est assez classique, mais efficace ; en revanche, la recherche d'adversaires s'est souvent révélée laborieuse.

Tous cela donne une bonne durée de vie au jeu.

Une esthétique soignée et un bande originale très « Jean-Michel Jarre »

Graphiquement, c’est plutôt joli et dans un style futuriste. Personnellement, j’aime beaucoup. Concernant la bande son, bien que celle-ci ne soit pas très variée, elle est plaisante et colle bien au jeu. Elle me rappelle un peu le style de Jean-Michel Jarre.

4.jpg

Une technique pas à la hauteur pour l’instant…

5.jpg
On en vient au défaut principal du jeu : la technique.

Lors du test sur Switch, j’ai eu plusieurs plantages du jeu, ce qui est assez énervant quand vous êtes sur un niveau avec pas mal d’étapes que vous en étiez à la dernière… De plus, j’ai eu régulièrement d'importantes baisses du framerate. Cela sera peut-être corrigé par des mises à jour dans les jours qui viennent, mais en l’état, ça gâche un peu le plaisir.

Autre souci, les temps de chargement sont longs et récurrents, notamment en fin de partie, quand vous allez dans le catalogue de glyphes pour optimiser votre Deck pour la partie suivante. Pour un menu aussi simple, on ne s’attend pas à avoir plusieurs secondes de chargement…

Enfin, il y a quelques soucis de pathfinding de temps en temps aboutissant à des unités qui reste coincées dans un coin et il faut insister pour les en faire sortir. Heureusement, ça reste rare.

Au final, un bon jeu

Pour les amateurs de RTS sur console, Golem Gates propose quelque chose de plutôt réussi et d'intéressant. Si les développeurs font des correctifs pour améliorer les crashs et les lenteurs, cela pourrait même devenir un très bon jeu.

Il y a une bonne profondeur de jeu au niveau des glyphes et les niveaux du scénario principal ainsi que les épreuves proposent de la variété et de la complexité, ce qui oblige à pleinement exploiter les différents éléments du jeu, bien que ces missions reposent le plus souvent sur de la capture/défense de zones multiples sur la carte.

Le scénario n’est pas d’une grande originalité, mais garde de l’intérêt tout au long des chapitres et intègre de bonnes idées. Enfin, les modes de jeux en plus de la campagne permettent de continuer de profiter de ce gameplay en ajoutant de nouveaux défis.

6.jpg

Test réalisé par Gardien à partir d'une version Switch fournie par l'éditeur.


Que pensez-vous de Golem Gates ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.