Gamescom 2019 - Aperçu de Boundary

Le prochain jeu dont on parlera est un jeu qui me sort un peu de ma zone de confort : Boundary

Environment11

Je ne suis pas dans ma zone de confort, mais on peut dire que la visite à plutôt mal commencée : le rendez-vous d’une demi-heure, qui était planifié, n’était pas noté dans le planning des développeurs qui m’ont reçu, mais en plus leurs rendez-vous étaient programmés sur 45 minutes… bref, de l’embarras à l’arrivée et de l’embarras au départ, vu que j’avais un autre rendez-vous planifié 30 minutes après celui-ci.

Mais soit, les gars étaient très sympas et compréhensifs ; ils nous ont fait entrer pour nous montrer ce que leur bébé avait dans le ventre.

Screenshot20
Screenshot18

Boundary fait partie du « China Hero Project », qui est une aide aux développeurs pour faire connaître les productions chinoises au-delà de leur territoire. C’est d’ailleurs le premier projet à avoir été financé ainsi. Le jeu est développé par Surgical Scalpels. Ils avaient envie de développer un jeu destiné au support VR à la base, mais se sont réorientés vers des supports classiques, la PlayStation 4 et ultérieurement la Xbox One et le PC.

Boundary est un jeu de tir à la première personne dont l’action se situe dans un avenir proche et oppose des équipes de 5 joueurs contre 5 joueurs. C'est son modèle classique, mais d’autres modes de jeux (free-for-all, team deathmatch, etc.) seront présents aussi. Il a pour originalité d’évoluer en gravité zéro. J’avais décidé d’aller le voir, car les vidéos d’annonce m’avaient intéressé. Ce n’est pas spécialement mon genre de jeu, mais j’ai tout de même passé des centaines d’heures sur CS et Battlefield… disons que c’est le genre de jeu qui se joue avec des amis, des équipes, et comme je joue plus souvent en solo ces dernières années, c’est un genre que j’ai un peu mis de côté.

De plus, j’ai une certaine aversion pour les FPS sur console… il me faut un souris et un clavier pour être à l'aise. Néanmoins, j’étais vraiment curieux de ce jeu.

Pour démarrer, on nous a présenté différentes classes :

  • L’assaut
  • Le médic
  • Le recon
  • Le flanker
  • Le sniper
  • Le support
02
03
04
AssaultSpecilist
Character05
CharacterCustomization02
MedicSpecialist
Patch03

Il y en aura pour tous les goûts (et plus que ceux cités ci-dessus). Chaque classe est personnalisable au niveau de l'équipement ainsi que des cosmétiques.

Screenshot11

Le premier truc qui m’a frappé quand le jeu s’est lancé est que c'est un FPS console (la démo était sur PlayStation 4) qui pourrait m’intéresser grâce à une astuce de gameplay si simple que ça m’étonne que je n’ai jamais vu ça ailleurs : quand on cible un ennemi et qu’il se déplace de façon latérale, il suffit d’orienter la DualShock dans le même sens pour suivre sa cible. Il ne faut pas s’amuser avec la molette directionnelle droite à bouger la caméra pour suivre. Ce petit trick de gameplay est vraiment un aspect qui rend le jeu très dynamique. Il fallait y penser, mais dans un sens, c’est logique, car le gameplay particulier de ce FPS en gravité zéro devait libérer des fonctionnalités sur la manette. Des touches permettent de monter et de descendre, LB/RB permettent de modifier l’axe horizontal, etc.

Environment15

Le jeu se déroule sur (et autour d') une station orbitale (en ce qui concerne la démo), donc vous avez de nombreuses possibilités d’approches pour rester camouflé. Certaines classes sont équipées de radar de proximité, que certains peuvent déposer à des endroits clefs pour prévenir toute intrusion, voire mieux : utiliser la vélocité du mouvement pour que votre détecteur se déplace à une vitesse constante dans une direction précise. D’autres classes immobilisent les ennemis, plutôt que de les tuer, la mort n’étant pas toujours le meilleur moyen de gagner des points (enfin, c’est ce que disaient les développeurs… pour moi un bon ennemi est un ennemi mort).

La classe du support est une classe de « combat leader ». Il a une grosse armure, il peut encaisser, il a des contre-systèmes comme la capacité d’annuler la détection des radars, possède un vaste panel d’armes, bref… un couteau suisse qui est censé être la pointe de votre offensive.

Toutes les armes peuvent être customisées : canon court, long, viseurs, etc. Chaque variation apporte son lot de caractéristiques propres, à vous de trouver le bon équilibre avec votre gameplay. Plusieurs cartes sont annoncées, toutes en gravité zéro bien entendu : une ferme solaire, un musée, un complexe circulaire, une station de fuel orbital, etc.

Weapon02
Weapon09
Weapon11

Actuellement, on attend encore la confirmation des versions Xbox One et PC, qui devraient être annoncées cette année ; le PlayStation VR n’est pas à l’ordre du jour.

C’est sur ces détails que nous avons dû clôturer notre visite, mais ce fut fort intéressant !


Que pensez-vous de Boundary ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Prometteur