Test de Saints Row IV: Re-Elected - Élu au premier tour

Au départ les Saints Row étaient un dérivé de Grand Theft Auto en moins sérieux et au fur et à mesure des opus sont allés de plus en plus loin dans la dérision. Après Saints Row: The Third voici venir sur la Switch le quatrième épisode de la série en version Re-Elected et avec un délire allant plus loin que tous les précédents.

banner

Des scénaristes sous influence

Si dans l'épisode III on terminait en ayant l'emprise sur Steelport avec le gang des Saints, les premières minutes de Re-Elected nous propulsent au poste de président des USA après une drôle de séquence clin d'œil au film Armageddon et aux jeux Call of Duty.
Une ellipse de quelques années plus tard, la maison blanche est transformée en boîte de nuit et les sénateurs sont mis au pas à coup de pied dans les roustons, mais nous président allons devoir affronter l'invasion extra-terrestre des Zins qui ne sont pas là pour rigoler.

Quand je disais que c'était n'importe quoi, les mots sont faibles par rapport au délire de chaque instant qu'est ce jeu.

On se retrouve aux commandes du Boss pour repousser les Zins avec un gameplay en apparence strictement identique à l'épisode III : toujours pas de couverture pour les gunfights, on est là pour casser des bouches façon frontale, mais des orbes de soin ont tendance à tomber assez souvent pour compenser les dégâts qu'on prend en permanence.

Également comme dans l'opus précédent, on doit prendre le contrôle de la ville à travers l'achat de magasins ou la réalisation de missions diverses telles que des courses, de la destruction, des caches de gangs et autres joyeusetés où la variété de votre armement fera des miracles. Ah, le bonheur d'exploser les méchants avec la matraque tentacule !

On pourrait regretter la similarité s'il n'y avait une petite subtilité dans le scénario : tout ceci est virtuel dans le jeu.

Matrix sous acide

La majeure partie du scénario n'a pas réellement lieu à Steelport, mais dans une simulation type réalité virtuelle et si vous vous battez pour le contrôle de la ville, c'est juste pour faire bugger cette Matrice afin de vaincre les Zins.

Du coup, la grosse nouveauté du titre est que notre personnage est équipé de super pouvoirs. Les deux les plus fondamentaux sont la super vitesse et le super saut, car ils changent radicalement l'approche du titre.

Si les Saints Row précédents pouvaient être comparés à Grand Theft Auto, ce Re-Elected lorgne plus vers le moins connu (mais très amusant) Prototype, car on déboule à toute allure dans les rues, fait des bonds gigantesques par dessus les maisons, court le long des immeubles et d'autres joyeusetés qui font de ce Saints Row un jeu de super héros plus que de gangsters. Les autres pouvoirs comme la glace, le contrôle mental, la télékinésie et d'autres ne sont pas en reste, mais ont un impact moindre.

En effet, s'il est très amusant d'avoir une telle liberté de mouvement qui fait de ce Saints Row le plus vertical de tous, on pourrait regretter que ces pouvoirs de déplacement rendent le vol et le déplacement en voiture presque obsolètes : pourquoi vouloir traverser la ville de façon motorisée alors qu'on arrivera bien plus vite à pied, tout en ramassant des bonus de pouvoir qui se trouvent quasi exclusivement en hauteur ?

Mais ne boudons pas notre plaisir : courir à tout allure dans un groupe de Zins, arracher un coeur à main nue, geler le reste puis les exploser à coup de tromblon est extrêmement fun.

Comme le III en différent

Dans mon test de Saints Row: The Third, j'en avais recommandé l'achat pour toute personne qui aime ce genre de jeu malgré ses défauts.

Et j'en arrive à la même conclusion pour Saints Row Re-Elected. Il possède certains défauts de réalisation similaires, avec ses graphismes datés et aliasés : bien que ce soit un peu mieux que le III, ça reste en dessous de ce que peut faire une Switch. Néanmoins, le jeu tourne très bien même avec plein d'explosions.

La bande-son est variée et bonne en allant du rock au reggae en passant par la musique classique. On peut d'ailleurs se créer sa propre playlist à écouter pendant qu'on bondit d'immeuble en immeuble.

La version Re-Elected contient l'ensemble des extensions sorties pour Saints Row IV (pas de Gat out of Hell néanmoins, qui n'était pas un simple DLC) ce qui permet d'avoir des dizaines d'heures de jeu et surtout d'amusement, éventuellement avec un ami qui peut depuis sa Switch parcourir ce Steelport virtuel avec vous.

Si vous y avez déjà joué sur une autre console, il n'y a pas vraiment d'intérêt à le refaire sur Switch, mais ceux qui découvrent la licence avec cette console pourront se faire plaisir avec ce jeu déjanté.

Testé par Aragnis sur Switch avec une version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Plateformes Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One
Genres Action, aventure, contemporain, fantastique

Statut Disponible
Sortie 20 janvier 2015 (France) (Xbox One)
20 janvier 2015 (France) (PlayStation 4)
27 mars 2020 (France) (Nintendo Switch)

Que pensez-vous de Saints Row IV: Re-Elected ?

0 aime, 1 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
4,7 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.