Aperçu de Mount and Blade II : Bannerlord - la gestation fut longue

Mount and Blade 2 : Bannerlord voit enfin le jour. L’accouchement fut long et difficile et le bébé n’est encore que prématuré, mais pour le plus grand bonheur des fans de la licence, il est bel et bien vivant.

Jetons un œil à ce petit bébé potelé.

20200404164812 1

Ce qu’on peut dire de prime abord, c’est que durant toute son histoire, la licence Mount and Blade a subi des hauts et des bas, que des revers et des victoires ont mouvementé son histoire. Un développement initial basé sur du shareware, une sortie de jeu, une édition par Paradox pour le jeu original, une communauté de moddeurs efficaces, un mode multijoueur, des DLC’s qui sont passés plus inaperçus… cet opus ne déroge pas à la règle.

Le jeu a été annoncé en 2012 avec un teaser. En 2016, premières vidéos de gameplay, suivies de près par la page Steam du jeu. On pouvait espérer l’approche d’une sortie, mais à chaque salon, à chaque annonce, nous n’avions pas de réponse à la question tant posée « quand est ce que ça sort ? »

En 2018, j’avais pu y jouer et j’ai laissé une vingtaine de minutes de walktrough ici même. En 2019, rebelote, et j’avais posté une autre vidéo, commentée celle-là, qui m’inquiétait un peu sur certains aspects du jeu. Après plus de 8 ans de développement, je craignais entre autres que le moteur du jeu ne soit dépassé à la sortie et à mon humble avis, le jeu avait connu une évolution très minime sur l’année écoulée...

Rappel : Accès anticipé

20200404184253 1

Nous voilà enfin en 2020. Alors je le dis direct : CE N’EST PAS UN TEST, mais un aperçu, car le jeu est encore en accès anticipé, donc pas terminé (sigh…). Mais je vous rassure tout de suite : mes craintes ont été pour la plupart dissipées.

Tout comme ses aînés, Mount and Blade 2 est un jeu d’action/rpg, tinté d’un aspect stratégique dans un gameplay orienté sandbox. Son histoire se déroule en Calradia, un univers fictif, mais ressemblant sur beaucoup d’aspects à notre Haut Moyen Âge européen. Nous incarnons un personnage qui est mis à la tête d’une bande de mercenaires et qui, par force de persuasion ou par la force de son bras, se fait une place dans l’univers de Calradia, avec pour seule limite d’être maître du monde. Mais pour ce faire, on commence tout pouilleux, seul rescapé avec son frère d’une embuscade qui coûta la vie à leurs parents et engendra la disparition des leurs frères et sœurs. Et quand je dis pouilleux… c’est vraiment pouilleux. On commence avec des statistiques de personnage vraiment dignes d’un pécore de Kaamelott (coucou Léodagan).

20200404163956 1
Scree04

Ah ben oui, tout de suite, c'est mieux

À la création de personnages, on a le choix entre 8 factions, chacune apportant des bonus immédiats (mais il faut avouer que les bonus ne sont pas du tout équilibrés de l’une à l’autre…). Le système de création de personnages est bien fichu, bien réalisé et a d’emblée ôté un truc que je craignais beaucoup lors de mes sessions précédentes : le jeu n’était pas vilain, mais le rendu des personnages était juste abominable. Et bien, faut croire qu’ils ont bien bossé dessus depuis l’année passée, car le jeu permet de personnaliser de façon vraiment pointue son personnage (avec un petit bémol sur les enfants tout de même, qui ne rendent pas hommage aux autres). Une fois le personnage créé ainsi que la faction choisie, vous recrutez quelques hommes pour vous accompagner dans votre quête de vengeance (et accessoirement sauver vos petits frère et sœur, kidnappés par les hommes qui vous ont attaqués). Passé ce tuto rapide et quelques explications sur le maniement des différentes armes (une main, deux mains, à distance et le combat à cheval), vous voilà propulsé dans un univers avec pour seule mission : « vas-y frérot, t’es plus malin que moi, crée une compagnie mercenaire et vis ta vie »… OK !

Perdu dans le vaste monde

20200404171559 1

Au début, vous vous baladez de village en village, à la recherche d’autres pécores prêts à vous suivre et au fur et à mesure, votre petite bande s’agrandit. Cela dit, vous avez tout de même des limites, fixées par les points que vous avez octroyés dans certaines caractéristiques de votre personnage. Oui, le jeu intègre un système de progression.

20200404231617 1

Il y a deux méthodes d’évolution de votre personnage :

  • Par son niveau propre, en rapport avec l’expérience acquise lors de ses différentes actions effectuées. Un niveau vous donne un point à répartir entre toutes vos compétences. Ce point attribué (sur un maximum de 5 par compétence) vous permet d’augmenter le niveau maximal de ladite compétence.
  • Les compétences se développent par vos actions en jeu. Par exemple, votre capacité d’arme à une main augmente par votre utilisation de celle-ci. Votre niveau d’équitation, par vos déambulations à cheval, etc.

De plus, les points de focus que vous attribuez par vos niveaux aux différentes compétences multiplient le facteur de progression de celle-ci.

Tous les 25 points dans une compétence, vous pouvez choisir une capacité sur l’arbre de talents de celle-ci.

Dans vos déambulations, vous rencontrez des compagnons, qui peuvent se joindre à votre bande de joyeux lurons. Ceux-ci peuvent être équipés de la même façon que vous, ont des compétences, comme vous, et vous pouvez leur confier des missions, leur détacher des troupes si vous souhaitez qu’ils vagabondent de leur côté, etc. À terme, vous pouvez même leur donner des fiefs, si vous-même êtes un noble en possédant.

Scree01

Au niveau du gameplay, vous vous baladez sur une carte du monde assez simpliste sur laquelle sont visibles diverses troupes, compagnies et caravanes. Libre à vous d’en faire ce que vous voulez. Vous pouvez chasser le brigand, piller les caravanes et villages ou les laisser vivre leurs vies. Si vous engagez un combat, vous passez sur un jeu au format TPS (ou FPS ; vous pouvez changer la caméra) qui est assez impressionnant. En l’état, j’ai l’impression que les combats peuvent afficher environ 500 combattants au total. Si vous avez plus de troupes que ça, des renforts arrivent au fur et à mesure.

C’est déjà assez impressionnant comme ça. Pour ma part, j’essaye de maximiser la cavalerie et l’effet de la charge est assez bluffant, on sent vraiment la masse de cavaliers pénétrer en force la piétaille.

20200404181516 1
20200404174703 1

Au-delà de tous ces aspects, vous avez aussi d’autres parties de gameplay comme le fait de devoir gérer sa troupe au mieux (leur moral, nourriture, le salaire, etc.), l'évolution de vos hommes vers des classes plus avancées, mais aussi la possibilité de devenir un marchand, soit en transportant vous-même des biens et en les vendant ailleurs, en en tirant du bénéfice, soit en établissant des caravanes qui travailleront pour vous (cela vous coûtera la modique somme de… 15 000 pièces d’or pour en établir une, ce n’est pas donné). Il est aussi possible de devenir un forgeron, soit directement chez le forgeron en ville, soit via l'établissement d'une forge que vous avez préalablement bâtie dans votre fief.

Quelques petits jeux sont aussi présents en vous baladant en ville : des parties de jeux de société médiévaux (qui existaient vraiment à l’époque médiévale, comme le Tablut, un jeu norvégien du XIIe siècle) ou encore des tournois en arène (à pied, seul ou en équipe) où vous comprenez le sens du mot « pouilleux » que j’ai utilisé au début. En effet, vos compagnons, ceux que vous avez recrutés, sont vraiment beaucoup plus forts que vous niveau compétences. Et même des troupes « améliorées » vous donnent beaucoup de fil à retordre (voire vous éclatent vraiment…) au début.

20200404170113 1

Sandbox, mais pas que

Il y a aussi une grosse quête principale qui guide un peu votre destinée (mais sandbox oblige, rien ne vous oblige à suivre la quête), ainsi que de nombreuses quêtes offertes un peu partout dans les villes et villages. Par contre, gros bémol actuellement, celles-ci sont encore très peu nombreuses et on se retrouve vite à devoir répéter les mêmes trucs du genre « mon fils a tué XXX du clan YYY et ceux-ci veulent le tuer pour se venger, pouvez-vous le défendre… ». Quand tu sauves le 5e gamin ainsi… tu te dis « mouais… sont un peu cons ces gamins tout de même ». Parfois, on a aussi du mal à comprendre les relations que peuvent avoir différents personnages entre eux. Par exemple, à un moment, j’attaque une caravane d’un royaume ennemi et pour je ne sais quelle raison, j’ai perdu des points d’alignement auprès du Roi qui m’avait engagé et me suis retrouvé à la rue. Alors, je suppose qu’il y a une logique, car les actions engendrent effectivement des conséquences sur plusieurs niveaux, mais j’avoue que ça manque de clarté.

20200404164824 1
20200404163943 1

L’interface est, quant à elle, assez claire ; on se retrouve vite dans les différents menus. Actuellement, le jeu est en anglais (ou en chinois si vous le souhaitez, mais bon) et n’a pas de traduction française officielle (des fans sont en train de se pencher dessus).

Et, petit point culminant, un mode multijoueur comme dans Warband est d’ores et déjà présent. Pas de retour en arrière à ce niveau-là.

Bref, je pense avoir fait un tour exhaustif des possibilités du jeu. C’est le genre de jeu sur lequel on peut passer des heures sans se lasser, mais je sais que les esprits grognons critiqueront le manque de contenu de MB2 en le comparant à son aîné (c’est déjà le cas sur certains réseaux sociaux). Du coup, je rappelle encore une fois que ceci est un accès anticipé et que le succès de la licence doit BEAUCOUP au travail des fans, des moddeurs, qui apportent un contenu énorme aux jeux de TaleWorlds (au point de faire de l’ombre aux DLC officiels, de mon point de vue). Il y a déjà des mods qui circulent et il ne faudra pas longtemps pour que les gros mods de contenus arrivent. De plus, depuis sa sortie, TaleWorlds travaille d’arrache-pied sur les correctifs par rapport au retour de la communauté (genre le patch 1.0.2 qui devait permettre à certains de se connecter a aussi fait que d’autres ne savaient plus lancer le jeu… le 1.0.3 est sorti très rapidement après). Bref… laissez du temps au temps et en l’état, le jeu est déjà très agréable à jouer et vu que beaucoup de joueurs jouent encore à MB premier du nom et que celui-ci suit clairement les traces de ses prédécesseurs, il n’y aura aucune mauvaise surprise.

Pour vous faire une idée du gameplay général, n'hésitez pas à suivre les aventures de Ulf Koinsky sur sa page YouTube :

Test réalisé par Seiei à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (79)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Mount & Blade II : Bannerlord ?

7 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (8 évaluations | 0 critique)
6,4 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.