Test de WRC 9 - Un épisode sans bouleversement

L'année dernière, WRC 8 constituait une petite révolution pour la série chapeautée par Kylotonn après deux ans de pause pour redéfinir l'orientation de la série. Un an plus tard nous arrive le neuvième épisode, qui repose essentiellement sur les acquis de l'année dernière et qui, disons le de suite, n'apporte pas grand chose de plus à la série si ce n'est du contenu en plus.

WRC9_4K_Hyundai.jpg

Du contenu sans révolution

WRC92.png
La saison de rallye, comme tous les sports, a été largement tronquée par la situation sanitaire. Mais à l'origine, trois nouveaux rallyes devaient intégrer le calendrier : la Nouvelle-Zélande, le Kenya et le Japon. L'occasion pour Kylotonn, qui propose malgré tout son jeu en se calquant sur le calendrier tel qu'il aurait dû se disputer, de rajouter ces trois pays à la liste des rallyes officiels disponibles en jeu. On y découvre tout particulièrement la beauté des paysages kényans avec des tracés d'une technicité redoutable, mais également les tracés entièrement sur asphalte au Japon où la campagne se caractérise par des routes très sinueuses. Le rallye de Nouvelle-Zélande est peut-être le moins surprenant parmi les nouveautés, avec des tracés qui sont tout de même très proches de ce que l'on a l'habitude de voir dans les autres rallyes. Tout cela sert en particulier le mode carrière qui nous avait bien accroché l'année dernière, mais qui ne bénéficie pas de grande nouveauté cette année. À toute peine, l'arbre de recherche et développement se dote d'une poignée de nouvelles améliorations et pas grand chose de plus. On a quand même passé un bon moment dessus et nul doute qu'il nous accompagnera encore nous jusqu'au prochain épisode : le mode carrière de WRC, depuis sa refonte l'année dernière, est pour nous une référence en matière de simulation automobile. Accessible, mais plutôt profond avec sa gestion du staff, du calendrier et les améliorations de la voiture, il nous donne un bon sentiment de progression course après course en profitant des rentrées d'argent et d'expérience pour être plus compétitifs au rallye suivant, dans l'espoir d'intégrer la catégorie WRC. 

WRC97.png
Côté gameplay et sensations, WRC 9 est à l'image de son aîné : une vision accessible du rallye qui offre tout de même la possibilité, pour ceux qui le souhaitent, de trouver un jeu orienté vers la simulation en désactivant les aides à la conduite. Pas sans reproche, le jeu reste une jolie réussite de ce côté-là même s'il se contente essentiellement de s'appuyer sur les très gros efforts de son prédécesseur. Les différentes catégories de véhicules ont des différences bien identifiables, nous obligeant à changer notre approche des différents tracés selon la catégorie dans laquelle on court. Évidemment, ce n'est pas cet épisode qui convaincra ceux qui préfèrent la concurrence : WRC 9 garde le même esprit que le 8. Cependant, dans l'ensemble, le jeu offre suffisamment de profondeur pour permettre à beaucoup de monde de s'y retrouver, entre les néophytes qui peuvent profiter d'une courbe de progression intéressante et les fans qui sont en terrain connu et qui n'auront pas de mal à retrouver des sensations qu'ils aiment.

Des détails pour se perfectionner

WRC96.png
Alors, face à un jeu très similaire à son prédécesseur, ce sont les détails qui font la différence. Les sons des véhicules ont notamment été refaits, ce qui permet de mieux reconnaître les différences entre véhicules et les catégories et contribue à l'immersion. D'ailleurs, les spéciales sont toujours aussi agréables à parcourir grâce à un environnement plutôt vivant dans les zones supposément habitées et grâce à de jolis panoramas sur certains rallyes. On a évidemment parlé du Kenya et du Japon, mais le Pays de Galles et Monte-Carlo offrent aussi de sacrées vues. Les véhicules, quant à eux, bénéficient d'une modélisation toujours solide, similaire à ce que la série offre habituellement.

WRC94.png

Enfin, c'est le mode en ligne qui se dote d'une nouveauté très intéressante : un système de Clubs. Celui-ci permet tout précisément de créer des championnats personnalisés pour lesquels l'on détermine quelles spéciales sont parcourues, dans quelles conditions climatiques et avec quelle catégorie de véhicules. Les participants du monde entier peuvent ensuite intégrer le championnat et doivent chacun disputer les spéciales dans un temps limité de quelques jours. Ce système asynchrone, dans lequel tous les joueurs n'ont pas à être connectés en même temps, permet ensuite d'établir un classement et de trouver le vainqueur du championnat. Un système plutôt réussi qui profite de la spécificité "contre-la-montre" du rallye, permettant à chacun de participer au même championnat sans avoir à s'organiser pendant des jours pour accorder les participants sur la même case horaire. On peut d'ailleurs rejoindre trois clubs simultanément, soit pour courir avec des amis, soit pour rejoindre des club de parfaits inconnus qui organisent des championnats.

Conclusion

On aurait aimé que WRC 9 apporte un peu plus plutôt que de se reposer sur les réussites de son prédécesseur, mais cette relative stagnation était probablement inévitable avec le retour à un rythme d'un épisode par an. Ce neuvième épisode peaufine la série avec quelques détails, apporte également les nouveaux rallyes WRC, mais cela reste quand même très timide et on espère que le prochain profitera de l'arrivée de la nouvelle génération pour revoir son ambition à la hausse.

Test réalisé par Hachim0n sur PC à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de WRC 9 ?

0 aime, 0 pas.

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.