Test de Godfall - Le looter qui brille un peu trop

Dans l'euphorie du lancement de la nouvelle génération de consoles, un titre s'y est glissé sans crier gare, un certain Godfall. Jeu d'action à tendance de looter, développé par Counterplay Games pour le compte de Gearbox, Godfall tente de profiter du moment pour s'imposer comme une évidence auprès des amateurs de looter qui auraient déjà passé trop de temps sur un certain Warframe, dont il s'inspire allègrement en matière esthétique. 

Godfallheader.jpg

C'est la faute à Macros

Godfall_20201128110413.png
L'histoire de Godfall est celle de tant d'autres jeux, un récit de vengeance et de monde à sauver alors que notre frère nommé Macros se prend pour un Dieu. Dans son monde de fantasy, Godfall nous sert surtout une campagne prétexte à un jeu qui reprend tous les éléments du "looter" moderne, à commencer par des missions plutôt courtes et du loot d'armes et armures colorés selon leur degré de rareté. L'objectif est simple : gagner des niveaux et récupérer le meilleur équipement possible en enchaînant des missions qui peuvent être jouées éventuellement en coopération. On n'est clairement pas là pour l'histoire et le jeu nous fait vite comprendre qu'on n'aura rien à en tirer de toute manière, avec des dialogues rarement bien écrits et des cinématiques aussi rares que possible. En revanche, on est là pour le loot et le jeu tente bien de nous l'offrir. La structure de ses missions est répétitive puisqu'on se contente toujours d'explorer des cartes assez larges où se nichent toutes sortes de ressources à récupérer dans des artefacts et des coffres et de taper tout ce qui bouge jusqu'à parfois croiser un mini-boss. Une fois récupéré ce qu'il faut pour débloquer la salle du prochain boss, on part l'affronter dans des combats qui apportent un peu de diversité à l'ensemble grâce à des boss qui bénéficient chacun de plusieurs phases d'attaque. Néanmoins, le tout reste quand même sacrément peu inspiré, parce qu'on ne prête jamais vraiment attention aux objectifs secondaires, pas plus que l'exploration des cartes ne s'avère rémunératrice. Il est bien plus facile, rapide et rentable de rusher les objectifs principaux, quitte à laisser tomber des coffres qui ne rapportent jamais rien d'intéressant en comparaison du loot que l'on peut récupérer sur les mini-boss et les boss.  

Godfall_20201128144638.png
Et quand bien même le jeu tente de diversifier, légèrement, son approche en distinguant les missions d'exploration et les chasses au mini-boss, on en revient systématiquement au même point : taper tout ce qui bouge dans des combats qui se ressemblent tous. La faute à un système de combat qui a toutes les peines du monde à convaincre. Les armes sont certes nombreuses, entre les épées longues, la double épée, les lances ou encore les épées lourdes, mais le jeu offre bien trop peu de combos et de compétences différentes pour pouvoir diversifier les approches. Son système à base d'esquive et de contre au bouclier fonctionne parfois plutôt bien, mais la caméra assez peu coopérative perd parfois le file de l'action tandis que le "lock" sur l'ennemi est particulièrement pénible à utiliser. Inefficace, il peine à cibler les ennemis et à les suivre, à tel point que l'on passe notre temps à le réactiver en affrontant un boss, tout en l'ignorant complètement contre les ennemis lambda. Mais surtout, la déception repose sur son système d'armure. Alpha et oméga d'un jeu qui s'inspire évidemment de Warframe, Godfall nous propose d'investir dans des armures aux designs parfois réussis qui viennent toutes avec leur propre compétence ultime. Problème, ces ultimes se ressemblent un peu tous et ne suffisent pas à marquer les différences entre les armures, à tel point que l'on finit par se contenter de l'aspect esthétique pour choisir celle qui nous intéresse. Il y avait pourtant quelque chose à faire de ce côté-là comme l'a prouvé Warframe, en insistant sur les déplacements et les compétences propres aux armures, mais Godfall nous ressert le même gameplay et la même approche des missions peu importe l'armure que l'on décide d'arborer. Et la déception est grande, sous ses airs de looter générique, Godfall aurait pu au moins se targuer d'avoir son système d'armure pour renouveler l'intérêt passé quelques missions. Or, on se retrouve avec un jeu qui ne se renouvelle jamais.

Godfall_20201129121121.png
Et ce n'est pas avec son loot hasardeux que le titre nous donne envie de revenir, ce qui est plutôt dommage pour un titre qui emprunte tout au "genre" du jeu-service. On est désormais habitué aux couleurs par rareté pour chaque objet récupéré, cependant le jeu tente quand même d'amener son propre système de craft pour améliorer l'équipement. Manque de bol, le loot est si pléthorique qu'on n'a aucun mal à trouver une arme plus puissante dans chaque nouvelle mission, à tel point que le craft n'apparaît pas nécessaire avant plusieurs heures dans le contenu endgame. Mais surtout, le jeu ne propose jamais vraiment de synergies entre les équipements récupérés, ne donnant que peu d'intérêt aux choix d'équipement selon notre armure ou notre manière de jouer. Alors on se contente le plus souvent d'installer sur notre armure l'équipement qui a les meilleures stats, sans rechercher le moindre effet bénéfique passif qui pourrait très bien se marier avec celui d'un autre équipement avec des stats peut-être moins reluisantes. Godfall enlève toute forme de réflexion dans la gestion du loot et de l'équipement, à tel point qu'une fois le jeu terminé, il n'y a plus vraiment d'intérêt à y revenir.

C'est fini, et ensuite ?

Godfall_20201129121115.png
C'est probablement ce qui pose le plus grave problème pour Godfall. Malgré ses airs de jeu-service, le titre n'offre pas grand chose d'intéressant une fois la campagne terminée. On se contente de faire et refaire des "pierrêves", l'unique nouveau contenu en endgame qui consiste plus ou moins à refaire les mêmes missions avec des ennemis et des boss un peu plus forts. Cela aurait pu être l'occasion d'affiner son équipement, mais un problème se pose vite : pour ouvrir une pierrêve, il faut dépenser des "électrum", la même ressource qui sert à toute amélioration dans le système de craft. Un choix surprenant puisqu'il nous oblige vite à farmer péniblement cette ressource dans les missions de la campagne déjà terminée, tout en poussant à faire des choix entre amélioration d'équipement et découverte du endgame. Le problème est encore pire quand on veut jouer en multijoueur, puisque passer une soirée à enchaîner les pierrêves avec un ami implique d'avoir un bon stock d'électrum. Précisons d'ailleurs que la coopération se fait uniquement par invitation : le jeu n'offre aucune forme de matchmaking avec des inconnus, là encore un choix douteux pour un jeu qui est un peu moins pénible à parcourir en coopération.

Godfall_20201129115507.png
Bien qu'il serve de fer de lance à la nouvelle génération, Godfall ne restera pas non plus dans les annales pour son aspect visuel. Certes, il brille beaucoup, avec une direction artistique qui insiste sur les réflexions des métaux des armures et un monde où on aime caler des dorures partout où cela est possible. Cependant, briller ne rend pas forcément beau et si le premier contact est plutôt correct, on s'aperçoit trop vite de la pauvreté artistique de l'ensemble. C'est rarement cohérent, les couleurs se mélangent avec peu de clarté, tandis que les ennemis se ressemblent un peu tous. Le jeu propose un mode "résolution" à 30 images par seconde et un mode "résolution" à 60, deux modes qui bénéficient de la même configuration visuelle à l'exception de la résolution. Le mode à 60 images par secondes souffre souvent de légères chutes de framerate sur les cartes plus denses une fois passé le tutoriel, qui ne dénaturent pas l'expérience, mais qui peuvent s'avérer désagréables. Enfin, Godfall a au moins le mérite de profiter du SSD de la PlayStation 5 pour proposer d'infimes temps de chargement et parvient également à bien exploiter la manette PlayStation 5 et ses gâchettes adaptatives. Le jeu met en effet une légère résistance sur la gâchette droite lors des attaques lourdes et chargées. Le système fonctionne très bien et devient probablement la plus grande réussite de ses combats.

Conclusion

Qu'il est périlleux de s'engager sur Godfall. Avec son esthétique pas bien reluisante et ses maigres idées qui ne le mènent nulle part, le jeu échoue sur à peu près tout ce qu'il tente. On aurait bien aimé y retrouver ce qui fait la force d'un Warframe, dont il ne cache pas l'inspiration avec ses armures et son rythme soutenu, mais le contenu est bien en deçà de la référence du genre. Le jeu n'est jamais vraiment intéressant à jouer, la faute à des combats répétitifs qui ne se renouvellent même pas en débloquant une nouvelle armure, et il peine même à instiller le moindre outil communautaire pour un genre qui en a cruellement besoin. Godfall n'est ni un bon looter, ni une bonne expérience coopérative, les deux choses que l'on espérait de lui.

Test réalisé par Hachim0n sur PlayStation 5 à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (3)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Godfall ?

1 aime, 2 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
4,7 / 10 - Intéressant