Test de Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - What If...?

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau, sorti le 20 novembre 2020 sur Switch, n'est pas une suite à Hyrule Warriors, mais une nouvelle incursion des Warriors dans l'univers des Zelda, en adaptant cette fois l'univers de Breath of the Wild au genre musou caractéristique de la série. Comment s'en sortent-t-ils avec ce nouveau spin-off ?

Artwork vertical

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau est la troisième coopération entre Nintendo et Koei Tecmo pour proposer des spin-off de la série des Warriors installés dans des univers de Nintendo. Il y a ainsi d'abord eu Hyrule Warriors en 2014 sur Switch, qui a ensuite eu un portage, Hyrule Warriors Legends, en 2016 sur 3DS, puis un second portage, Hyrule Warriors: Definitive Edition, en 2018 sur Switch. Et il y a eu Fire Emblem Warriors en 2017 sur new3DS et Switch.

Si on comprend que le partenariat est apprécié des deux côtés puisqu'ils le renouvellent encore, on peut être surpris de la tournure prise. Plutôt que de laisser plus de liberté aux développeurs du studio Omega Force en se contentant de les laisser faire un "2" comme cela a pu être le cas pour d'autres spin-off des Warriors, les deux entreprises ont au contraire cherché à pousser encore plus la coopération et à proposer une toute nouvelle approche pour faire un musou - un beat em up de masse, style caractéristique de la série des Warriors - dans l'univers Zelda. Cette fois, plutôt que d'adapter toute la licence, seul l'épisode Breath of the Wild est adapté, afin de proposer une redécouverte de cet univers.

Du coup, si Hyrule Warriors et Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau partagent le même nom, le système de combat propre aux Warriors et même quelques éléments signatures de la licence The Legend of Zelda, les deux titres sont finalement construits de façons suffisamment différentes pour donner le sentiment d'en fait avoir affaire avec L'Ère du Fléau à un Breath of the Wild Warriors plutôt qu'au Hyrule Warriors: Breath of the Wild auquel on pouvait s'attendre.

The Legend of A Long Time Ago

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau débute une centaine d'années avant Breath of the Wild, alors que le château d'Hyrule tombe entre les mains des forces de Ganon. Un Gardien s'éveille et remonte dans le temps afin de prévenir Zelda des troubles à venir. Forcément, comme on ne peut pas demander aux gens de jouer pendant des heures pour rien, on sait directement que l'information apportée par le petit robot permettra aux gentils d'être mieux armés face aux événements à venir et donc qu'on finira par une victoire plutôt que par la mort de tous les alliés et Link qui entre en hibernation pendant un siècle. Toutefois, même si l'histoire n'est de facto pas canon, elle permet malgré tout de donner une idée générale de ce qui a pu se passer pour mener à la situation dépeinte dans Breath of the Wild.

HyruleWarriorsAgeOfCalamity scrn Action 016

Le jeu prend un peu la forme d'un mélange des modes Légende et Aventure de Hyrule Warriors. Le mode Légende était le mode principal, permettant de suivre l'histoire du titre au travers d'une succession de niveaux à compléter. Le mode Aventure proposait quand à lui de parcourir la carte du premier The Legend of Zelda, chaque écran représentant un défi à compléter.

Dans l'Ère du Fléau, le jeu se dévoile petit à petit, au fil de la progression, comme autant d'icônes sur la carte de BotW. Il existe trois catégories d'icônes :

  • les scénarios, qui sont toutes les missions qui composent et font progresser l'histoire principale (avec un sur-découpage en chapitres, qui n'a d'autre intérêt que d'améliorer la navigation par les menus) - similaire au contenu du mode Légende de HW ;
  • les défis, qui sont des missions optionnelles avec généralement une thématique/mise en scène - similaire au contenu du mode Aventure de HW, mais un peu plus intéressant ;
  • les quêtes, qui permettent d'utiliser les matériaux et autres ressources obtenues lors des scénarios et défis afin de débloquer des services (forgeron, entraineur, marchands, etc), des améliorations passives des personnages (étendre les combos d'attaques, ajouter des coeurs bonus, ajouter des jauges de spécial, etc), etc.
Carte (début du jeu)

Les quêtes regroupent essentiellement des choses qui étaient présentes dans HW directement dans les menus et/ou en progressant dans le mode Légende. Cela se retrouve désormais directement sur la carte, donnant artificiellement l'impression qu'il y a énormément de choses à faire. Mais comme chaque quête intègre également quelques éléments de lore et comme les icônes de tous ces contenus permettent de les situer géographiquement dans Hyrule, il en résulte un sentiment de quelque chose de bien plus organique que ce qu'on pouvait imaginer. On sent que le jeu cherche à remémorer l'aspect exploration présent dans BotW, mais qu'il ne peut pas reproduire.

Si en jouant sur les couleurs des icônes et en ajoutant différentes animations sur la carte pour mettre en avant les icônes qui peuvent être plus importantes, le jeu parvient à rendre la carte moins lourde à naviguer qu'on pourrait l'imaginer, cette interface présente malgré tout ses limites. En parallèle de cette carte, on peut également utiliser un menu pour accéder facilement aux services, aux missions de scénarios (regroupées par chapitres), aux missions de défis (regroupées par plages de niveaux recommandés) ainsi qu'aux quêtes (regroupées par une tripotée de catégories, avec en plus la possibilité d'en marquer pour les suivre de plus près).

The Legend of Bam! Bam! Bam! Slash! Bam! Slash! Bam! Slash!

Une fois la mission choisie, on doit d'abord sélectionner le(s) personnage(s) qu'on veut utiliser et éventuellement cuisiner pour obtenir un bonus pour la mission (en utilisant une des recettes débloquées, à condition de disposer des bons ingrédients) puis celle-ci débute enfin.

Cuisine

C'est un musou, donc le principe n'est pas très compliqué : on affronte des hordes d'ennemis, avec parfois un élite ou un boss pour un affrontement plus difficile. Pour cela, on dispose :

  • d'un bouton d'attaque normale et d'un bouton d'attaque forte, qu'on peut combiner pour réaliser différents combos ;
  • d'un bouton d'attaque spéciale, qu'on peut utiliser lorsque la jauge est pleine pour réaliser une puissante attaque (une animation prend place à ce moment là) ;
  • d'un bouton d'action unique, qui permet de réaliser une action unique à chaque personnage (et même à chaque type d'arme pour les rares qui disposent de plus d'une d'entre elles) ;
  • d'un bouton d'esquive et d'un bouton de garde, chacun permettant une contre-attaque avec le bon timing ;
  • d'un bouton pour afficher et utiliser les pouvoirs de la tablette Sheikah : bombe, stase, magnétisme et froid (en plus de l'intérêt de l'effet de chacun de ces pouvoirs, les ennemis élites et boss peuvent avoir des attaques qui ne peuvent interrompus qu'en utilisant le pouvoir indiqué au dessus d'eux, les laissant ensuite vulnérables) - similaires à ce qu'on a dans BotW, mais différents pour chaque personnage ;
  • d'un bouton pour afficher et utiliser les consommables : pommes (pour se soigner) et bâtons de feu, froid, foudre (pour déclencher une attaque élémentaire de zone, à recharger en tuant des sorciers de l'élément respectif).

Il est également possible de prendre le contrôle d'un autre personnage jouable disponible pour la mission et de donner des ordres pour dire aux personnages jouables qu'on ne contrôle pas où se rendre (permettant de s'occuper d'un objectif à un endroit avec un perso puis de passer à un autre déjà sur place pour s'occuper d'un autre objectif).

Pouvoir de bombe - version Zelda

On débute le jeu avec Link et on débloque rapidement d'autres personnages. On finit l'histoire principale avec minimum 14 personnages. On peut en débloquer 2 optionnels en cours de route et 2 autres après la conclusion, pour un total de 18 personnages. On peut regretter que chaque personnage ne dispose que d'un type d'arme (sauf pour deux d'entre eux), mais chacun a un gameplay qui lui est propre. Même deux personnages utilisant la même arme n'ont finalement pas grand chose en commun dans leur prise en main.

Link, par exemple, a accès a trois types d'armes : les armes à une main (+ bouclier), les armes à deux mains et les lances (qu'il utilise à deux mains, mais c'est à part). Chaque catégorie a un gameplay assez différent (attaques, spécial et unique différents), mais deux armes au sein d'une même catégorie (comme la claymore et le marteau) n'ont généralement pas de différence. Une exception est le boomerang (celui de BotW, qui est aussi une épée, pas celui des autres Zelda) qui entre dans la catégorie arme à une main, mais remplace l'attaque puissante de base - l'attaque tourbillon - par un lancer de boomerang.

Choix du personnage

Reprenant une grande partie des armes disponibles dans BotW, Link a accès à un grand nombre d'armes d'apparences différentes. Les autres personnages ont essentiellement trois apparences d'armes. Toutes les armes ont, grosso modo, trois tiers d'armes. Chaque arme est obtenue de niveau 1, dispose d'une puissance de base qui est tirée aléatoirement parmi la plage possible pour son tier et peut avoir un effet bonus (augmenter un type d'attaque, augmenter la portée, augmenter les chances de loot, etc).

En se rendant chez le forgeron, on peut améliorer une arme en lui fusionnant d'autres armes pour la faire progresser jusqu'au niveau 20 (au début). On est limité aux armes du personnage, mais pas à un type d'arme (avec Link, on peut fusionner une lance à une claymore, mais pas une dague d'Impa). À chaque niveau, une arme monte en puissance. Et aux niveaux 5, 10 et 20, elle gagne également un emplacement d'effet bonus (qui récupère le premier de l'arme fusionnée). De plus, en ajoutant à l'arme des effets de même type (symbolisé par un symbole rond, carré, hexagone, etc), les effets sur l'arme de ce type sont renforcés et la puissance de l'arme est augmentée (+5 avec deux effets du même type, +15 avec quatre).

Forgeron

Toujours en héritant de ce qui a été fait dans BotW, Link est également avantagé du côté de la garde robe. Link débute avec par défaut la tenue de garde hylien (sans casque, mais il est disponible au besoin) et on a ensuite la possibilité de débloquer tous les éléments de tenues présents dans BotW, sans exception. Libre à nous de choisir comment l'habiller. Ou même de le laisser en caleçon affronter la neige et la lave. La tenue n'a de toute façon aucun impact, c'est purement cosmétique. Malheureusement, c'est le seul à bénéficier d'un tel traitement. Les autres ont la tenue imposée. Même Zelda qui arbore plusieurs tenues dans les cinématiques ne nous laisse aucune liberté vestimentaire à son encontre. Ce qui est dommage lorsqu'on constate qu'une des tenues alternatives devient même la tenue par défaut en mission.

Il aurait été agréable un peu plus d'équité entre les personnages. Avoir plus de types d'armes disponibles pour plus de personnages. Avoir le choix entre plusieurs tenues alternatives pour les personnages (même si ce n'est que par ensemble et pas par élément comme pour Link). Cependant, la liberté offerte vis à vis de Link montre tout de même ses limites vis-à-vis des cinématiques qui doivent malgré tout raconter une histoire et nous montrent régulièrement Link avec une autre arme ou une autre tenue que celle équipée (petite palme perso pour la cinématique qui remplace la tenue pour le corps, mais pas la tête, revêtant Link de sa sérieuse tenue de soldat comme il est en mission officielle, mais lui laissant le dégueulasse masque de Bokoblin).

The Legend of Hey Listen!

Malgré ces regrets de personnalisation, l'expérience est plutôt bonne. Pour les amateurs de ce type de jeux. Pour les autres, ça peut être relativement rébarbatif. Cependant, le jeu souffre de quelques vrais défauts. Le tout premier, le plus regrettable, étant la caméra. En effet, si une bonne partie du temps, elle fait correctement le boulot, elle connaît quelques némésis :

  • lorsqu'on verrouille un ennemi de grande taille, la caméra a alors du mal à adopter une position permettant de donner une vision correcte des environs, nous proposant souvent une vue se limitant à peu près à notre personnage et le genou du boss ;
  • lorsqu'on verrouille un ennemi en étant près du mur, la caméra se met dans une position indescriptible, donnant une vision indescriptible des environs ;
  • lorsqu'on est en l'air, parfois elle s'en sortira très bien et parfois, surtout lorsqu'on est près d'un mur ou avec un ennemi verrouillé (forcément), elle offre une vision suboptimale.

Généralement, on bourre l'ennemi et l'esquive jusque ça passe. Mais souvent on ne s'en sort pas indemne, car les ennemis ont profité de notre faiblesse.

Caméra
Caméra

L'autre défaut à noter est la puissance limitée de la console. Le jeu s'en sort généralement pas trop mal (je n'ai cependant joué qu'en mode portable) et on peut profiter de quelques affrontement avec un nombre d'ennemis conséquent sans que la console ne se retrouve sur les rotules. Néanmoins, on peut régulièrement noter du clipping (surtout avec l'herbe) et occasionnellement des pertes de fluidité. Étrangement, ça ne m'est arrivé que très rarement en combat, mais ça m'arrive régulièrement pendant les cinématiques.

Par contre, même sans avoir essayé, le multi ne paraît pas possible dans des conditions correctes. D'autant plus qu'il s'agit exclusivement de multi local, sur une seule console. Un multi en ligne aurait vraiment été apprécié. Et on se dit qu'en ligne la charge des deux joueurs aurait peut-être pu être partagée entre les deux machines pour une expérience plus viable ?

HyruleWarriorsAgeofCalamity scrn Trailer 018

Le dernier point à relever n'est pas vraiment un défaut, mais plus une faiblesse et il s'agit des créatures divines, ces quatre créatures mécaniques géantes pilotées par les quatre champions qui peuvent nous servir à affaiblir Ganon dans BotW, mais qu'on peut contrôler dans l'Ère du Fléau. On ne peut le faire que lors de missions dédiées, où on est seul sur le champ de bataille contre des milliers d'ennemis qu'on oblitère à coup d'attaques apocalyptiques.

Sur le papier, c'est jouissif. Cela rappelle quand on était petit et qu'on rêvait être en train de piloter le Megazord. Dans la pratique, le gameplay n'est pas super intéressant et on n'a pas vraiment de récompense à la fin. Ce n'est pas très gratifiant. On a plus le sentiment de faire un mini-jeu.

The Legend of Conclusion

HyruleWarriorsAgeOfCalamity scrn Action 003

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau parvient avec succès à nous replonger dans l'univers de The Legend of Zelda: Breath the Wild, mais sans proposer la même expérience. Cent ans auparavant, on retrouve de nombreux repères, mais les temps sont encore plus troublés, on perd toute la dimension aventure de BotW et on obtient en échange'une dimension action bien plus riche - notamment au travers des différents personnages et de toutes les variations de gameplay que ça implique - et surtout le fait que les armes ne s'usent pas.

Étrangement, la comparaison avec son aîné, Hyrule Warriors, n'est pas évidente. D'une part, car les deux titres sont plus différents qu'on pouvait l'imaginer. D'autre part, car Hyrule Warriors a profité de divers ajouts, au travers de mises à jours gratuites et de DLC payants. Du coup, même les critères objectifs de comparaison, comme la durée de vie, ne sont pas si simple à définir. J'aurais malgré tout tendance à penser que L'Ère du Fléau propose moins de contenu, mais, d'un point de vue subjectif de non fan hardcore de musou, il perd moins vite en intérêt que celui de son aîné (dans HW, une fois le mode Légende terminé, le mode Aventure ne m'avait pas attiré plus que ça). Cela grâce à une introduction et une "mise en scène" plus intéressante des missions secondaires.

Si je ne suis pas encore arrivé au contenu end-game, je me suis tout de même un minimum renseigné avant de passer le cap de la rédaction de ce test et il semble qu'il y a de quoi satisfaire les joueurs les plus acharnés avec, en plus des différentes difficultés présentes dès le départ (permettant également de baisser la difficulté pour ceux plus intéressés par l'histoire), l'objectif du 100% (qui peut ne pas être si simple, notamment à cause des noix korogus qui nécessitent de fouiller de fond en comble toutes les missions principales) et la possibilité de refaire les missions principales en mode Lune de Sang, pour une difficulté renforcée.

Bref, Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau présente de nombreuses qualités qui devraient réussir à satisfaire tout joueur qui n'est pas réticent au genre. Il a quelques défauts, parfois gênants, mais pas rédhibitoires. Malheureusement, peu d'espoir qu'ils soient complètement corrigés. Cependant, si le titre reçoit un suivi comparable à son aîné, il pourrait au moins renforcer ses qualités et ses combler les manques qu'on peut lui trouver, le rendant vraiment incontournable pour tout amateur du genre.

Test réalisé sur Switch par Peredur à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (4)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Hyrule Warriors : L'ère du Fléau ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.