Test de Super Mario 3D World + Bowser's Fury - Quand le plombier n'est pas une arnaque

Et voici venir un nouveau portage sur la Switch, mais pas n'importe lequel, car il s'agit de Super Mario 3D World, deuxième meilleur jeu de la Wii U selon Metacritic qui se retrouve maintenant disponible pour des millions de joueurs Switch. Et il ne vient pas seul, car le non anecdotique Bowser's Fury fait partie de l'aventure.

banner

Session de rattrapage

Le point positif qu'on peut voir au semi-naufrage qu'a été la Wii U (13,5 millions d'unités vendues quand même), c'est que sa logithèque d'exclusivités peut trouver un second souffle avec le carton qu'est la Switch et ses 80 millions de ventes à l'heure où j'écris.

Évidemment, pour cela il ne faut pas se planter dans le portage, mais chez Nintendo et surtout avec le plombier moustachu, pas question de saloper le travail : on se retrouve donc avec une version plus belle (1080p sur télé et 720p en portable) tout en gardant le 60 fps, mais des comparatifs ont montré que le jeu gagnait en vitesse sur la Switch.

On se retrouve donc face à un jeu beau et fluide, ce qui n'est pas forcément la règle sur Switch, et ça, c'est une première bonne nouvelle.

La deuxième bonne nouvelle, c'est que le contenu est à l'avenant, ça n'est pas pour rien ou que par manque de compétition que Super Mario 3D World était considéré comme étant un des meilleurs jeux de la Wii U. On se retrouve face a un contenu très varié, pratiquement chaque niveau apportant une nouveauté que ce soit dans les ennemis, l'environnement ou encore les puzzles. La bande sonore, en plus de nouveautés, reprend des thèmes classiques dans tout un tas de variations ; on ne peut pas faire plus "Mario" que cela.

Les esprits chagrins et ceux qui ont joué à tous les jeux Mario du monde diront qu'il n'y a pas de vraie nouveauté, que c'est toujours une resucée d'un autre jeu. Et c'est peut être le cas, mais arriver à condenser tout cela dans un seul Mario sans que jamais ça ne paraisse artificiel est une bien jolie réussite.

De la même façon, on pourra reprocher au jeu d'être trop facile d'autant que la transformation en chat est très polyvalente, mais je pense que ça fait un moment que juste terminer un jeu Mario n'est pas un défi en soi. Par contre, le finir à 100% est une toute autre paire de manche, mais aussi un plaisir, car les niveaux sont généralement peu longs ce qui incite à les refaire pour en découvrir tous les secrets.

Qu'il est fun mon Mario

Le fait de pouvoir y jouer jusqu'à 4 joueurs en mêlant local et/ou connexion à distance est également un plus pour s'amuser même si ça facilite les choses... sauf dans les cas où ça peut vite devenir un bazar amusant, le joueur le plus en retard étant ramené à niveau des autres par une bulle.
On peut d'ailleurs incarner au choix Mario, Luigi, Peach ou Toad, chacun ayant des caractéristiques de saut et vitesse différentes.

Le monde se présente sous la forme d'une carte dont on déverrouille les accès au fur et à mesure, à la fois en franchissant les niveaux mais aussi en récupérant les étoiles vertes dont on doit avoir un nombre minimum pour accéder à certains niveaux spécifiques. Ce n'est jamais réellement bloquant, le nombre demandé étant assez faible pour ne pas donner l'impression qu'on doit farmer les étoiles.
En plus des étoiles, on peut collectionner les tampons qui permettent d'égayer les captures d'écran qu'on peut faire à tout moment.

Le plus souvent, la caméra peut avoir 3 orientations : une de face et à 45° pour chacun des côtés, ce qui permet une lisibilité de l'action à tout moment. Il faut être un mauvais perdant pour reprocher au jeu de rater un saut.

Les jeux Mario ont ces instants de magie où, au détour d'une boîte qui nous envoie dans une salle d'énigme, on comprend sans explications en quelques secondes ce qu'on attend de nous. Bon, je dis que c'est magique, mais Mme Macron dirait que c'est mon cerveau qui a été formaté par des années de jeux vidéos et je ne pourrais pas lui donner complètement tord.

En héritage de la Wii U, on dispose de fonctionnalités tactiles qui peuvent être activées via l'écran, mais aussi par une touche puis le gyroscope de la manette. C'est très rarement obligatoire et tant mieux, car la gymnastique n'est pas forcément facile : on pourra réserver ça à l'exploration en profondeur des niveaux pour finir le jeu à 100%.

La colère du Bowser

Afin de ne pas se faire reprocher de n'avoir fait qu'un portage amélioré du jeu Switch, ce Super Mario 3D World est accompagné du jeu Bowser's Fury.
Bien que j'aurais eu du mal à imaginer qu'il aurait pu être vendu seul, car il est assez court et reprend tous les assets du jeu de base, ce Bowser's Fury est quand même un peu plus qu'un ajout sympathique.

On se retrouve dans un monde ouvert, couvert de mazout dans lequel Bowser est très énervé. Le but est de le calmer tout en faisant disparaître la marée noire.
Pour ce faire, on doit récolter des astres félins qui permettent d'activer des phares anti mazout puis de prendre une clochette géante qui lance un affrontement de Mario chat contre Bowser en mode combat de kaiju. Pas bien compliqué, mais diablement fun.

Les énigmes dans ce monde ouvert reprennent un peu tout ce qu'on peut trouver dans un jeu Mario, que ça demande de la dextérité, de la vitesse, de la réflexion ou tout cela à la fois. Par moments, Bowser entre en fureur, la musique vire à la guitare électrique, des boules de feu tombent du ciel et Bowser peut lancer un rayon façon Godzilla. Pour le calmer, il faut soit trouver un astre félin soit attendre que la rage passe. Néanmoins, celle-ci est nécessaire, car on peut en profiter pour faire casser à Bowser des éléments incassables autrement ; c'est d'ailleurs là qu'on a une petite limite du gameplay quand il s'agit de faire le pied de grue en attendant que la tortue géante daigne s'énerver.

Ce mode est jouable à deux, le deuxième joueur incarnant Bowser Junior dans son véhicule aéroporté. En absence d'autre joueur, il est contrôle par l'IA à laquelle on peut définir trois niveaux d'efficacité. J'aurais tendance à recommander le premier tant dès le deuxième il fait déjà un carton.
Comme le jeu principal, s'il n'est pas très long de terminer, obtenir un 100% est une tout autre paire de manche.

Notons néanmoins que le monde ouvert joue sur la performance en mode portable et se trouve alors bridé à 30 fps, mais ça reste très agréable à jouer.

Du coup la question qui se pose ...

... est la suivante : le portage d'un jeu qui a plus de 7 ans peut-il devenir le GOTY ?
Nous ne sommes qu'au mois de février et il reste du temps pour d'autres jeux Switch, mais Super Mario 3D World + Bowser's Fury est un des tous meilleurs jeux de la console, on joue dans la cour de Breath of the wild ou de Super Mario Odyssey.

Hors les réfractaires aux jeux Mario ou ceux qui auraient retourné dans tous les sens la version Wii U, j'ai du mal à voir qui ne trouvera pas un intérêt dans le jeu. Et même si l'on est réfractaire aux portages, on se trouve ici devant du travail très bien fait, avec une version améliorée et du nouveau contenu.

Dans tous les cas, Nintendo montre encore une fois que quand on veut s'en donner la peine, on peut faire des jeux techniquement très aboutis sur la Switch et que certains studios cherchent avant tout des excuses quand leurs jeux peinent sur la console.

Let's go !


Testé par Aragnis sur Switch avec une version fournie par l'éditeur.

Réactions (3)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Super Mario 3D World + Bowser's Fury ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.