Test de Gamedec - L'autre RPG cyberpunk polonais

La Pologne semble avoir une passion pour les RPG basés sur un univers cyberpunk. Moins connus que CD Projekt, voici Anshar Studio qui nous présente Gamedec, un RPG d'enquête sans combat. Voyons ça ensemble.

Gamedec et les mondes virtuels

Nous sommes au 22ème siècle. La technologie a tellement envahi nos vies qu’il devient difficile de distinguer la réalité du virtuel. Les gens passent ainsi une grande partie de leurs vies dans des mondes virtuels où ils peuvent accomplir tous leurs fantasmes et oublier la vie réelle. Cependant, avec ce changement technologique est apparu une nouvelle criminalité. Hackers, trolls, cheaters : autant de menaces pour ces mondes virtuels. C’est là que les Gamedec interviennent. Un Gamedec est un détective privé spécialisé. À l’aide de ses connaissances et de ses logiciels spécialisés, il peut intervenir dans les mondes virtuels. Que vous soyez bloqué dans une boucle provoquée par un hacker, victime d’un crime virtuel ou simplement convaincu que votre femme vous trompe en virtuel, il y a toujours un Gamedec qui peut vous aider. Le joueur, par exemple.

Début de journée classique

Columbodec

Gamedec fait partie de ces RPG qui articulent leurs gameplays sur la discussion et pas sur le combat. On pourrait d’ailleurs beaucoup le rapprocher d’un jeu d’enquête, car c’est exactement ce que vous faites durant les différentes affaires du jeu. Collecter des indices, interroger les témoins, rendre des services à certaines personnes pour qu’elles vous aident à leurs tours, tel sera le programme de la majorité de vos affaires. Chaque enquête est représentée dans le jeu par un écran regroupant vos déductions sous une forme graphique. Chaque nœud de ce graphe correspond à une question à laquelle vous devez répondre, avec sur la gauche de l’écran, les indices que vous avez découverts et sur la droite les réponses possibles à la question. Une fois vos déductions faites et chaque question associée à une réponse, vous passez à la suite de l’affaire jusqu’à sa conclusion.

Le droit à l’erreur

L’un des aspects les plus satisfaisants de Gamedec concerne les choix du joueur et le droit à l’erreur. Dans la majorité de nos enquêtes, nous pouvons en effet nous tromper dans nos conclusions et faire des choix qui ouvrent des pans du jeu que nous n’aurions pas vu autrement. Par exemple, ma première enquête me demande de libérer un jeune homme d’un monde virtuel dans lequel il a disparu. Deux témoins me donnent deux pistes différentes. Chacune dans un monde virtuel différent, avec donc un embranchement du jeu que je risque de ne pas voir, selon mon choix.

Il est d’ailleurs bon de noter que le jeu ne donne pas toujours de réponses évidentes. Les indices se contredisent parfois, les témoins peuvent mentir et vous tromper, certains indices peuvent être impossibles à obtenir en fonction de vos choix. Ainsi, il vous faudra parfois obtenir la confiance d’un témoin, symbolisée par une petite jauge au-dessus de l’interface de dialogues. Choisissez les bons sujets pour augmenter sa jauge et il s’ouvrira à vous. Ou au contraire, vous pouvez vider sa jauge et qui sait obtenir d’autres informations. L’ordre dans lequel vous interrogez vos témoins peut également se montrer important. Un témoin peut par exemple refuser de vous reparler d’un sujet que vous avez déjà abordé alors que vous avez fait de nouvelles découvertes. On parvient toutefois toujours au terme des enquêtes, même si on n’est pas toujours certains d’avoir fait le bon choix, certains vous plaçant devant des dilemmes moraux.

20210916215311_1.jpg
20210921032237_1.jpg

Et le RPG dans tout ça ?

Jusqu’ici, le côté RPG de Gamedec ne saute pas vraiment aux yeux. Laissez-moi donc vous présenter le système d’évolution du personnage. Le personnage repose sur un principe de professions. Au nombre de 16, elles sont réparties en 4 branches couvrant un vaste spectre d’activités allant du médical à la technologie. En début de partie, vous êtes vierge de toute profession, libre à vous d’apprendre ce qui vous intéresse pour façonner votre personnage. Pour ce faire, vous aurez besoin de points correspondant aux 4 types de personnalités définies par le jeu et symbolisées par un code couleur : rouge (agressif), bleu (calme et observateur), jaune (enthousiaste) et vert (empathique). Vous gagnez ces points en fonction de votre manière de jouer : en dialoguant avec les autres personnages ou selon la manière dont vous résolvez les quêtes. Une fois que vous disposez de suffisamment de points pour débloquer une profession, vous pouvez les dépenser pour la débloquer et y avoir accès à tout moment durant les dialogues et interactions du jeu.

Les professions à débloquer
Les professions à débloquer

Réalité visuelle

L’un des avantages d’avoir créé un jeu traitant de mondes virtuels est d’avoir à sa disposition une bonne variété d’environnements comme terrains de jeu. Gamedec en profite et ne se contente donc pas des cités aux nuits illuminées par des néons. On n'échappe bien sûr pas totalement aux bureaux des riches corporations ni aux rues mal famées parcourues par des drones publicitaire. Néanmoins, le jeu propose aussi du plus original puisque nous pouvons visiter un monde mélangeant FarmVille et Western ou encore un monde d’inspiration clairement nippone. Les décors sont globalement réussis, tout comme les visuels des différents protagonistes importants de nos enquêtes, même si on sent ici et là quelques petites limites techniques. Ne vous méprenez pas, Gamedec est un jeu agréable à parcourir et qui a poussé le vice jusqu’à proposer une interface propre pour chacun des mondes virtuels que nous explorons.

On peut jouer au FarmVille local
20210926024217_1.jpg

Dark Side of the Web

Gamedec n’est évidemment pas parfait. Son principal point noir actuel se situe au niveau de sa traduction. Lors de la sortie du titre, le jeu était simplement injouable en français, de nombreux passages laissant en effet apparaître les textes de la version polonaise du jeu. Plusieurs patches sont sortis depuis pour améliorer ces traductions (dont un pour passer la langue par défaut du polonais vers l’anglais) et le résultat, s’il est maintenant jouable, n’est toujours pas parfait. C’était sans doute le prix à payer pour qu’un jeu aussi verbeux soit disponible en d’autres langues que l’habituelle version anglaise. Au passage, notez qu’il n’y a pas de menus en jeu pour changer la langue.

Ce point langue mis à part, mon seul petit regret concerne la structure du jeu. Il est en fait souvent obligatoire de faire une déduction pour que le jeu avance. Comme le jeu ne permet pas de modifier une déduction, le joueur a tendance à retarder sa prise de décision le plus possible. Jusqu’à se retrouver partiellement bloqué parce que les étapes précédentes ne sont pas validées. De même, on se retrouve parfois avec des indices qui semblent sortir de nulle part, juste parce que vous avez effectué la bonne action avant d’être dans l’étape concernée par l’indice. L’autre problème concerne l’aspect RPG du jeu. Le gain des points de personnalité est souvent assez obscur, donnant parfois l’impression qu’il s’agit d’un gain automatique plus qu’une conséquence d’un choix réfléchi du joueur.

20210920215925_1.jpg
20210924025732_1.jpg

Conclusion

Gamedec se révèle être une bonne surprise, mais à condition de bien savoir dans quoi on met les pieds. Sur bien des aspects, Gamedec ressemble à un jeu d’aventure auquel on aurait greffé des éléments de RPG, donnant parfois l’impression que le jeu évolue sur rails. C’est en dépassant cette impression que la mécanique de Gamedec parvient à convaincre.

Test réalisé par Grim sur PC à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (12)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Plateformes Windows
Genres Jeu de rôle (RPG), cyberpunk

Sortie 16 septembre 2021

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.