Test d'Alan Wake Remastered - Et la lumière fut

Sorti en tant qu’exclusivité Xbox 360 en 2010, puis sur PC en 2012, Alan Wake fait son retour le 5 octobre 2021 sur PC, Xbox One, Xbox Series S|X, PlayStation 4 et PlayStation 5. Si les fans attendent désespérément une suite au titre culte depuis 11 ans, c’est donc par une version Remastered comprenant le jeu de base ainsi que ses deux DLC (mais pas American Nightmare ?!) que Remedy (Max Payne, Quantum Break, Control) refait parler de son célèbre écrivain.

Alors, après tant d’années, est-ce que le jeu a su garder sa fameuse aura ?

Un classique de la littérature moderne

Le scénario est toujours aussi simple, mais efficace. Alan Wake est un auteur de thriller à succès qui, malheureusement, souffre du syndrome de la page blanche depuis maintenant deux ans. Afin de retrouver l’inspiration, sa femme Alice lui propose de partir prendre quelques jours de vacances du côté de Bright Falls. Alors qu’Alice disparaît subitement en pleine nuit, Alan découvre en parallèle qu’il aurait écrit un livre d’horreur dont il n’a aucun souvenir. En effet, sa fiction devient réalité chaque nuit en prenant possession des habitants et des objets de la région. Face à cette situation cauchemardesque, Alan doit faire la lumière sur les évènements, prouver son innocence et retrouver sa femme.

Clairement inspiré par les grands maîtres du genre tel que Stephen King et Alfred Hitchcock, le titre est à la frontière entre le survival horror et le jeu d’action/aventure dans une ambiance horrifique maîtrisée de bout en bout. En effet, vous devez combattre des régulières vagues d’ennemis pendant vos excursions en forêts où l’aspect survie prend surtout place lorsque vous manquez de munitions et êtes clairement submergés par le nombre. D’un point de vue du gameplay, pas de gros renouveau : le jeu fonctionne toujours sur le concept de l’affaiblissement préalable avec la lumière, que ça soit avec votre fidèle lampe torche, une grenade flash ou un des outils que vous pouvez croiser sur votre chemin. Pour autant, force est de constater que les affrontements sont toujours aussi efficaces une fois la manette en main, d’autant que le jeu sait se montrer très intelligent en mettant en place des ralentis (leur célèbre marque de fabrique !) à des moments cruciaux des combats (attaque imminente ou esquive parfaite).

L’histoire, quant à elle, se développe en alternant les phases de jour, rassurantes et sécurisées, et les phases de nuits, où vous affrontez vos démons. Un cycle qui permet au joueur de souffler régulièrement, tout en conservant de l’attrait pour un scénario particulièrement prenant au long de la dizaine d’heures de jeu que propose le titre sur ses six chapitres de base. Comptez une poignée d’heures supplémentaire pour faire le tour des deux chapitres supplémentaires des DLC. Et encore bien plus si vous souhaitez récupérer la tonne de collectibles présente dans le titre :

  • 106 pages de manuscrit
  • 100 thermos de cafés
  • 12 pyramides de canettes
  • 30 coffres
  • 11 émissions de radios
  • 14 émissions de télé
  • 25 panneaux
  • 10 réveils
  • 6 personnages en carton
  • 10 jeux vidéo Zone X

Précisons que dans la liste, le plus intéressant reste les pages de manuscrit. Outre les évènements dans le jeu que vous vivez en tant que joueur, ces pages vous permettent de découvrir des précisions sur ce qu’il s’est passé, va se passer ou se déroule en parallèle de l’histoire. Le tout parfaitement doublé en français, pour renforcer l’immersion et l’ambiance globale du jeu.

Alan Wake : Nouvelle édition

S’il n’y a aucune nouveauté à relever du point de vue du scénario ou du gameplay (pour le meilleur comme pour le pire), on notera tout de même que cette nouvelle version du jeu propose des visuels bien plus travaillés. J’ai pu personnellement m’essayer à la version sur Xbox Serie X et le jeu tourne parfaitement en 4K et 60 fps. Les textures ont été retravaillées, tout comme le visage de notre malheureux protagoniste qui a subi un lifting assez important : on appréciera (ou pas) ce travail chirurgical. Les effets de lumières et d’ombres sont améliorés, accentuant encore plus l’ambiance poisseuse qui ressort de ces maudites escapades dans la forêt de notre brave bourgade. Cette crédibilité accentuée appuie donc vraiment la direction artistique du jeu, lui permettant d’offrir une expérience toujours aussi mémorable. Que vous ayez fait l’original sur 360 ou sur PC il y a plus de 10 ans ou que vous découvriez le titre avec cette version, vous ne pourrez qu’être marqué.

Avant de donner mon avis sur le jeu, je me dois d’abord d’indiquer que ma partie a été impactée d’un très gros bug. Arrivé pratiquement à la fin du second chapitre, j’ai été confronté à un élément bloqué dans le décor m’empêchant de continuer ma partie (l’élément en question devait me servir de passage vers la fin de la séquence où j’étais). J’ai tout essayé : retour au point de contrôle à de nombreuses reprises, suppression et réinstallation du jeu, tir dans l’élément avec mes armes… La seule solution pour moi a été de redémarrer le jeu depuis le début et de croiser les doigts pour que cela ne se reproduise pas. Par chance, ce ne fut pas le cas, mais clairement, c’est une grosse ombre à un tableau qui s’avérait, jusque-là, relativement positif.

 

Un candidat pour le prix Goncourt ?

Alan Wake fut un de mes gros coup de cœur à l’époque. Malgré mon dernier point concernant le bug majeur rencontré, je ne peux que confirmer que le titre a encore toujours une place particulière dans mon cœur de joueur. Son écriture, son ambiance, son scénario ou encore son doublage rendent difficile le fait d’arrêter de jouer. On veut aider Alan et savoir le prochain rebondissement.

Néanmoins, je tiens à mesurer mon enthousiasme, car Remedy s’est clairement contenté de faire le strict minimum pour cette ressortie. Pas d’améliorations de gameplay afin de remettre le jeu un peu plus au goût du jour ; cela aurait été plus que nécessaire pour les phases de conduite, clairement datées. Par ailleurs, même si cela ne concerne que les joueurs Xbox, la version 360 rétrocompatible (qui a été, de façon peu surprenante, retiré du Xbox Game Pass peu avant l’annonce de cette nouvelle version) s’avère tout aussi belle et agréable à parcourir grâce au FPS boost et à l’auto HDR proposé par la console.

Bref, est-ce que pour autant je vous conseille de jouer au jeu ? Oui, absolument.

Parce que vous ne l’avez peut-être pas fait à l’époque, que vous étiez sur PlayStation et non Xbox ou que vous étiez trop jeune pour y jouer et que c’est l’occasion de découvrir un vrai classique du jeu vidéo. Parce que même si Remedy ne s’est pas trop foulé, le jeu est sorti à un tarif de 30€ plutôt abordable. Et surtout, parce que si ce remastered rencontre le succès et après avoir teasé le retour du jeu dans le dernier DLC de Control, cela invitera assurément Remedy à travailler sur la suite d’Alan Wake, tant désirée par les fans du monde entier.

Test réalisé sur Xbox Series X à partir d'une clé fournie par l'éditeur.

Réactions (15)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Plateformes PlayStation 4, PlayStation 5, Windows, Xbox One, Xbox Series X|S
Genres Action-aventure, survie, survival-horror, contemporain

Sortie 6 octobre 2021 (Monde) (Xbox Series X|S)
6 octobre 2021 (Monde) (PlayStation 5)
6 octobre 2021 (Monde) (PlayStation 4)
6 octobre 2021 (Monde) (Xbox One)
6 octobre 2021 (Monde) (Windows)

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.