Test de Demon Slayer: The Hinokami Chronicles - Un anime interactif

Le mois dernier est sorti la première adaptation en jeu vidéo du phénomène Demon Slayer. Avec succès ?

6.jpg

Combat + exploration

Aux commandes, on retrouve CyberConnect 2, principalement connu pour les adaptations de Naruto, dont certains des jeux font partie des meilleures adaptations en jeu vidéo de mangas. En jeu, on se retrouve rapidement en terrain connu, avec d'un côté un système de combat en 3D assez simple et de l'autre des phases d'exploration. Voyons cela en détail.

1.jpg
Le système de combat est très classique. Il n'y a qu'une seule touche d'attaque de base, à laquelle s'ajoute quelques techniques (les souffles ou les pouvoirs sanguinaires) et une prise. N'espérez donc pas faire des combos particulièrement travaillés : le principe du jeu repose davantage sur l'esquive et la parade des attaques ennemis, le temps que le barre de technique remonte et qu'on puisse de nouveau en abuser. De plus, il est possible de combattre avec un allié, permettant d'échanger sa place avec lui (mais les points de vie sont communs) ou de lui demander une intervention offensive ou défensive.

L'ensemble a l'avantage d'être facile à prendre en main, à défaut d'être très riche. Le système de combat de Demon Slayer ne deviendra assurément pas une référence et il paraît quand même moins abouti que celui des Dragon Ball, des Naruto ou des Jump Force, mais il permet de facilement s'immerger dans l'histoire sans avoir trop de difficulté pour comprendre son fonctionnement.

De plus, il existe deux types d'affrontements présents dans le mode histoire. La majorité sont des combats simples, survenant sans prévenir et se terminant en quelques minutes. Néanmoins, il y a aussi quelques combats de boss (un ou deux par chapitre), qui sont découpés en phase et se terminent par des QTE. Rien de trop pénalisant et cela permet de dynamiser un peu le gameplay, même si les QTE ne sont clairement pas ce que je préfère dans un jeu vidéo.

Les phases d'exploration sont elles aussi assez décevantes. Le premier contact est pourtant très positif : il est agréable que le jeu ne se limite pas à une succession de combats. Il est en effet possible de se déplacer et de récolter au passage diverses récompenses, ce qui est appréciable. Cependant, dans certains chapitres, cette exploration ressemble à un passage obligé que les développeurs se sont imposés, même si cela n'a pas beaucoup de sens. En effet, il arrive souvent que le monde ouvert se résume à un long couloir dans lequel les récompenses se trouvent simplement en périphérie. Le plaisir de réellement explorer, de trouver de nombreux chemins différents, n'est que trop rarement présent.

2.jpg

Bla, bla, bla

Demon Slayer dispose cependant d'une différence importante avec les autres adaptations de mangas : il est particulièrement bavard. Concrètement, si on considère que les chapitres du mode histoire font environ une heure, les cinématiques et les dialogues occupent environ les deux tiers de cette durée.

C'est un choix à double tranchant. D'un côté, on comprend bien que cela s'adresse aux fans du manga ou de l'anime et le résultat est à la hauteur de leurs attentes : l'animation, le doublage et la musique sont de qualité. De plus, en tant qu'amateur des jeux narratifs, je ne peux pas décemment critiquer un jeu parce qu'il est trop bavard.

3.jpg
Enfin, si ; j'ai tous les droits après tout. En effet, il existe une différence majeure entre un jeu narratif original et une adaptation : dans un cas, l'histoire est connue. Je dois avouer qu'autant j'aime beaucoup découvrir de nouvelles histoires, autant redécouvrir une histoire que je connais déjà bien me motive peu.

Or, cette narration est vraiment au cœur de l'expérience proposée par le jeu. En effet, comme je le disais, il est possible d'obtenir des objets durant les phases d'exploration, mais il s'agit toujours de "fragments de souvenirs", débloquant... de nouvelles cinématiques, enrichissant davantage encore la narration.

Adaptation

Difficile de reprocher à Demon Slayer d'être ce qu'il promet : une adaptation très fidèle, simple à prendre en main et qui tire sa force de son fan-service. Peut-être ne suis-je pas assez fan du manga, peut-être suis-je simplement trop vieux, mais je dois avouer qu'une simple adaptation ne me suffit plus : j'aurais aimé un gameplay plus riche, notamment lors des phases d'exploration, et une histoire plus innovante, peut-être même originale. Oui, il est appréciable d'incarner les personnages que l'on a découvert dans le manga ou dans l'anime (même si Zenitsu est particulièrement désagréable), mais j'aurais préféré en découvrir de nouveaux, à une autre époque. Au fond, Demon Slayer - The Hinokami Chronicles n'était donc probablement pas pour moi, tout simplement. Dommage. Cependant, l'histoire étant pour le moment incomplète (elle s'arrête à l'arc du Train de l'Infini), il est probable qu'il y aura d'autres tentatives, ce qui est logique pour une série aussi populaire. Espérons donc que les prochaines seront meilleures.

4.jpg
5.jpg

Test réalisé par Alandring sur PlayStation 5 à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (1)

Afficher sur le forum