Test de Megaton Musashi W: Wired - Giant Battlers eXperience

Après être longtemps resté cantonné au Japon, le dernier épisode de la série d’action-RPG de combats de robots de Level-5 arrive enfin en Europe.

Le jeu se déroule en 2118, trois ans après l'invasion d'extraterrestres appelés Draktors. Les survivants de l'attaque initiale se terrent dans des refuges fortifiés tandis que les gouvernements mènent la contre-attaque à l'aide de robots géants appelés Rogues.

1-titre.jpg

Dans le refuge Ixia, Yamato Ichidaiji et quelques autres élèves sont choisis pour piloter une nouvelle génération de rogue (c'est un acronyme, pour Robot Offensif Géant Utilisable dans l'Espace) de classe Megaton.

Le jeu peut se diviser en deux parties distinctes : d'un côté, l'exploration de la ville et les interactions avec ses habitants, y compris vos collègues pilotes, mais aussi vos camarades de classe. Le jeu n'atteint cependant pas la profondeur d'un Persona, le coté scolaire (cours et examens) étant ici complètement inexistant. Malheureusement, chaque changement de lieu (entrée ou sortie d'un magasin, ou passage d’un étage à l’autre dans le collège par exemple) donne lieu à un écran de chargement et ça casse un peu le rythme du scénario quand l’action bouge beaucoup et qu’on se retrouve avec un chargement toute les deux ou trois répliques.

C'est également à partir de la ville que l'on accède petit à petit aux magasins et autres ateliers pour customiser et améliorer le robot. Comme d'habitude chez Level-5, le jeu débloque ses systèmes l'un après l'autre au fur et à mesure de l’avancée du scénario. Heureusement, ici, on est sur une échelle de temps plus courte et on parle d'une nouveauté toute les demi-heures et pas toutes les trois ou quatre heures comme c'était le cas dans le premier Ni no Kuni.

De l'autre côté, il y a les stages de combats en robots proprement dits. On court, saute, dashe, change d'armes à la volée, c'est très dynamique et fluide. Et pourtant, à la longue le jeu devient répétitif. Chaque ennemi se décline en trois ou quatre variantes aux couleurs différentes au fur et à mesure de la montée en difficulté. Si les environnements sont graphiquement variés, ils sont trop peu nombreux et finissent eux aussi par se répéter au vu du grand nombre de missions secondaires. Par ailleurs, ces différences ne sont que graphiques et tous les niveaux peuvent se résumer à une série d'arènes reliées entre elles par des couloirs. On peut aussi déplorer que l'interface pendant les combats soit assez surchargée. Enfin, ici aussi, la progression du scénario casse le rythme des combats, ceux de boss en particulier.

La customisation des robots passe principalement par une génération aléatoire des affixes des objets obtenus en combat, à la manière d’un Diablo. Il y a du choix, mais pas trop : on compte une cinquantaine de robots différents (y compris des collaborations avec Mazinger Z, Getter Robot, Combatter V et Voltes V) et neuf types d’armes. Il est possible de mélanger différents robots entre eux, mais la présence de bonus de set ne l’encourage pas. Rang, rareté, statistiques, tout ou presque est ensuite upgradeable pour peu qu'on ait farmé les matériaux nécessaires.

4.jpg
5.jpg

Maintenant, pour le détail qui pourrait fâcher : le jeu était un free to play lors de sa sortie initiale au Japon. D'une part, il contient encore un système de bonus de connexion, un passe de bataille à deux paliers (le palier Premiums est réservé aux acheteurs de la version Deluxe) et des « lootboxes »  (Même si je dois reconnaître que, pour le moment, à la fois les coffres aux trésors et leurs clés sont disponible uniquement en jouant au jeu - en récompenses de missions ou de succès). D'autre part, si l'immense majorité du contenu du jeu est déblocable en progressant dans le jeu, certains cosmétiques (principalement des tenues alternatives pour personnages jouables et certaines couleurs de peintures exclusives pour les rogues) ne sont disponibles qu'en microtransactions ; et il y en a déjà pour environ 60 euros au moment de l'écriture de ce test.

Le jeu est intégralement traduit en français (mais avec les voix japonaises uniquement) et c'est un plus pour un jeu qui s'adresse principalement (je pense) au même public que Yokai Watch et Inazuma Eleven, à savoir les enfants d'une dizaine d'années (pour info, il est classé PEGI 12 à cause des microtransactions). Si pour le scénario et des dialogues, la traduction est d'assez bonne qualité, ce n'est malheureusement pas le cas partout. On retrouve parfois dans les menus et l’inventaire des choix malheureux ; rien de techniquement faux, mais une autre traduction aurait été plus appropriée. Par exemple, Souvenir de X pour un objet appelé en anglais X memory, mais dans le contexte, c'est "memory" dans le sens informatique. Plus étonnant, par endroits l'un des robots invité (le Getter Robot) a été traduit en "Robot récupérateur".

En conclusion, malgré mes reproches, j'ai apprécié le jeu, qui est plein de bonnes idées. Les phases en ville ne durent pas trop longtemps, les phases d'action sont nerveuses et les options de customisations sont assez nombreuses et incitent à la création d’unités spécialisées dans un type d’arme ou de dégâts. La rejouabilité (et donc la durée de vie) est très forte avec une pléthore de misions secondaires et plusieurs niveaux de difficulté. Si le jeu pèche un peu dans la présentation de son scénario, on ne peut cependant pas dire que celui-ci soit mauvais. Il a le mérite de rester concis, et de systématiquement évoluer dans une direction inattendue. Le jeu devrait pouvoir satisfaire son public, en particulier lors de courtes parties. On ne peut que regretter qu'il ne soit pas plus mis en avant par son éditeur (comme pour d'autres productions du studio - à nouveau, Inazuma Eleven et Yokai Watch - il a eu droit à son animé, mais celui-ci est disponible sur Crunchyroll uniquement). Ainsi peut-être que la concurrence à venir de Gundam Breaker 4, qui lui exploite une licence déjà existante.

Test réalisé sur PlayStation 4 par Alenn Tax à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Plateformes Nintendo Switch, PlayStation 4, PlayStation 5, Windows
Genres Action-RPG, hack 'n' slash, jeu de rôle (rpg), futuriste / science-fiction, science-fiction

Sortie 25 avril 2024 (PlayStation 5)
25 avril 2024 (Nintendo Switch)
25 avril 2024 (PlayStation 4)
25 avril 2024 (Windows)

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.