Une « nouvelle approche du multijoueur » dans Sea of Thieves

Sea of Thieves est un jeu résolument multijoueur mais pour éviter les comportements toxiques, le développeur imagine des mécaniques de jeu d'entraides et surtout un code pirate démocratique permettant de faire régner l'ordre à bord.

Que ce soit pour les joueurs ou les développeurs, les mécaniques de jeu multijoueurs sont généralement attractives, dans la mesure où elles permettent une richesse de gameplay accrue, davantage de diversité d'expériences de jeu ou encore une meilleure longévité des jeux. Pour autant, on sait aussi que les joueurs peuvent parfois adopter des comportements dit « toxiques », particulièrement répulsif.
Dans ce contexte, le studio Rare entend faire de Sea of Thieves un jeu résolument multijoueur (le jeu de pirates promet de nous faire vivre des expériences mémorables dans un monde « partagé »), mais tout en garantissant une expérience de jeu conviviale. Dès lors, comment faire sorte que les joueurs incarnent des « pirates cool » (pour reprendre les mots de la conceptrice senior Shelley Preston) ? Le développeur était présent récemment à la Comic Con de New York et y présentait sa vision d'une « nouvelle forme d'expériences multijoueurs ».

Encourager les comportements positifs

Une « nouvelle approche du multijoueur » dans Sea of Thieves

On en retient principalement que le studio entend assurer une ambiance conviviale et bon enfant (on le sait, le studio a pris pour modèle le film les Goonies), notamment en encourageant les comportements positifs et la coopération.
Le développeur concède ainsi avoir dû rapidement imposer quelques restrictions. Initialement, le studio souhaitait laisser toute latitude aux joueurs (incluant des mécaniques de friendly fire, permettant d'attaquer les membres de son équipage) et dès les premières phases de tests, il a fallu y renoncer -- non seulement parce que certains joueurs attaquaient leurs compagnons d'arme mais aussi parce l'ambiance se dégradait au fur et à mesure que les pirates se montraient de plus en plus paranoïaques (chaque membre d'équipage était persuadé qu'il allait se faire poignarder dans le dos).
Au-delà des mesures coercitives, le jeu se veut inclusif : il n'y a pas de niveau à proprement parler, donc les nouveaux joueurs comme les vétérans peuvent se montrer tout aussi utiles sur un navire -- même si un capitaine aguerri lira sans doute mieux les orientations du vent qu'un matelot et que seuls les pirates expérimentés peuvent tirer au canon, un moussaillon pourra aisément découvrir une île au trésor depuis la vigie et prendre part aux activités du navire. Il pourra surtout apprendre des autres membres d'équipages pour rapidement monter en grade. Il appartient aux jeunes marins de trouver leur place et aux vétérans de leur faire une place à bord.

Un « code pirate » démocratique

En outre, pour encourager les bons comportements, le développeur a imaginé de s'appuyer sur un « code des pirates », inspiré du code en vigueur chez les pirates du XVIIIème siècle. Plus concrètement, la démocratie règne à bord d'un navire et les décisions importantes sont donc mises au vote -- pour lancer une attaque ou initier des travaux d'amélioration du navire, par exemple, il faudra rallier la majorité de l'équipage.

seaofthievesthumb-1435260250647_1280w.jpg

Et quid des pirates qui fomenteraient une mutinerie ou se révéleraient simplement pénibles avec le reste de l'équipage ? Là encore, les pirates pourront voter et si une majorité l'emporte, le récalcitrant pourra être encalminé -- littéralement enfermé dans une cage dans la cale, où il pourra réfléchir à son comportement. S'il décide de faire amende honorable, sa libération sera mise au vote et s'il est mis en minorité, il restera enfermé... jusqu'à ce mort s'en suive -- mais la mort dans Sea of Thieves est aussi une expérience sociale car les morts se retrouvent tous dans les limbes, sur un vaisseau fantôme (où l'on peut discuter et échanger par exemple sur les causes de sa mort et peut-être donc faire des découvertes sur des zones de l'univers de jeu que l'on ne connait pas encore), en attendant de retourner dans le monde des vivant...

De petits navires pour les joueurs solitaires

Et pour les joueurs peu férus d'expériences sociales et multijoueurs, le développeur intègre également de petits bateaux (des sortes de sloops) pouvant donc être man½uvrés seuls. De quoi faire ses premières armes et profiter de ce que le jeu a à offrir, avant éventuellement de constituer son équipage et de prendre la mer avec un vaisseau plus imposant. À moins que les joueurs esseulés décident ponctuellement de voguer de concert, car selon le développeur, une armada de petits navires peut s'avérer aussi redoutable qu'un gros vaisseau.

Réactions (44)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Sea of Thieves ?

7 aiment, 14 pas.
Note moyenne : (22 évaluations | 0 critique)
3,9 / 10 - Médiocre

1 jolien y joue, 1 y a joué.