Aperçu de The Lord of the Rings Living Card Games - un gros nom pour un nouveau jeu de cartes

La semaine dernière, j’ai été invité dans les bureaux d’Asmodée, à Paris, pour une présentation très privée du jeu développé par Fantasy Flight Interactive, The Lord of the Rings Living Card Game. La présentation était réalisée par Timothy Gerritsen, directeur du studio, en personne. Le jeu compte bien profiter de l’énorme licence du Seigneur des anneaux pour faire sa place dans l’arène sans merci des jeux de cartes en ligne. Présentation.

FFILOTRLOGO.png

Nous voici donc avec un nouveau jeu de cartes en ligne qui se prépare à poser ses valises dans le milieu très compétitif du genre. Entre les monstres déjà existants, tels que l’inévitable HearthStone, le géant venant d’Asie, Shadowverse, voire Magic lui-même, qui décide de revenir sur le devavant de la scène en ligne cette année ou encore les prétendants tels Hands of Gods ou Fable Fortune, y a-t-il encore de la place pour un autre candidat ? Oui, clairement. En effet, The Lord of the Rings Living Card Game possède une licence énorme et un gros support derrière lui avec le jeu de cartes plateau déjà existant. La réputation et l’expertise jouent en sa faveur.

Toutefois, ne mélangeons pas tout. The Lord of the Rings Living Card Game est développé par Fantasy Flight Interactive et est édité par Asmodee Digital, qui sont les binômes interactifs de Fantasy Flight Games et d'Asmodée, qui s’occupent du jeu de plateau. De ce fait, le développement du jeu en ligne possède les ressources de ce dernier, comme le design général de l’univers, et des mécaniques déjà éprouvées. Cependant, « The Lord of the Rings Living Card game » est différent du jeu de plateau en lui-même.

MainMenu.png

The Lord of the Ring LCG est prévu pour une sortie en accès anticipé durant le premier semestre 2018 et suivra le modèle économique free-to-play si cher aux jeux de ce genre. La grande différence qui sautera aux yeux des joueurs est que dans LotR LCG (plus court), vous démarrez avec un deck fixe et les boosters que vous pourrez acquérir sont, eux aussi, fixes, c’est-à-dire que le contenu est connu avant d’acheter vos paquets de cartes ; nulle place à l’aléatoire. Assez étrange, si on compare avec la concurrence qui joue sur ce côté random du tirage pour faire passer les joueurs à la caisse. Cela s’explique par le fait que Fantasy Flight Interactive veut faire de son jeu un jeu narratif, qui se développera avec le temps et qui fera découvrir des aventures aux joueurs dans l’univers du Seigneur des Anneaux.

On joue donc contre le « système » et non pas contre un autre joueur. En effet, le but du jeu est, à travers une histoire narrée, de vaincre les sbires de Sauron, sans toutefois trop attirer l’attention de celui-ci. Pour jouer, on possède donc un deck de 30 cartes, qui s’axe autour de 3 héros que vous pouvez préalablement sélectionner. Vous y retrouverez bien entendu les personnages connus de la saga, tels que Gimli, Aragorn ou Gandalf, qui possèdent chacun des pouvoirs très spécifiques, qu’il faudra utiliser au mieux pour progresser.

Gimlibannerlogo.png
Arwenbannerlogo.png

Les personnages sont divisés en plusieurs catégories, nommées « Sphères ». Quatre m’ont été présentées : Leadership, Spirit, Tactical et Lore. Il faut savoir que lors de la conception de votre deck, vous ne pourrez sélectionner que 3 héros, donc une de ces sphères (au moins) ne sera pas présente dans votre jeu, ce qui engendre le fait que toutes les cartes de ce genre ne peuvent être sélectionnées pour intégrer votre deck. Un cinquième genre existe pour le compléter, néanmoins, avec les cartes neutres pouvant être utilisées dans toutes les compositions de héros. Réaliser des decks avec des héros d’un même genre permet aussi de jouer des cartes plus puissantes de cette catégorie. Il faudra donc bien réfléchir à la composition de votre paquet, en vue d’affronter une aventure bien précise et, le cas échéant, vous adapter.

Les personnages sont familiers, car le jeu se déroule quelque part entre le 111e anniversaire de Bilbo Baggins (Bilbon Sacquet) et le début de la Communauté de l’anneau, soit quand les périodes de trouble commencent à apparaître dans le Vieux Monde, signe d’un retour probable de Sauron. Les possibilités narratives sont évidemment infinies, tant l’univers créé par J.R.R. Tolkien est vaste et riche. Le choix de l’époque n’est pas anodin, car elle laisse aussi les coudées franches aux écrivains pour poser leurs plumes et donner du jeu. De plus, ils promettent une évolution de la trame narrative. Pour les fans, vu qu’ils sont bien surveillés pour ne pas pervertir l’histoire, ce n’est que du bonheur.

QuestScreen.png

Par exemple, dans la démonstration qui m’a été faite, nous devions traverser Mirkwood (la Forêt Noire) pour rejoindre Beorn, le seigneur du val d’Anduin qui règne sur les Beornings (Béorniens ou Béornides, selon la traduction) et lui porter un message. Pour ce faire, nous entrons donc dans la forêt où nous attendent des créatures hostiles, ainsi que deux chemins. Pour avancer dans l’aventure, il vous faudra descendre les points de vie d’un des deux chemins à zéro pour avancer à l’étape suivante du scénario. Évidemment, les créatures ne vont laisseront pas faire et il faudra probablement composer avec elles avant de pouvoir atteindre les voies. À savoir que si vous parvenez à atteindre une des voies, les créatures ne vont suivront pas à l’étape suivante (sauf pouvoir spécifique). À vous de voir : fuir ou affronter vos adversaires.

En face, c’est donc Sauron que vous affrontez. Le deck de cartes de Sauron est différent des cartes que peut avoir le joueur. Toutefois, il est fixe pour chaque aventure et donc, quand vous échouez une fois, lorsque vous retentez le coup, vous pouvez voir le deck, ou plutôt les cartes que Sauron a déjà utilisées contre vous, et donc vous adapter.

ForestGate.jpg

Vous commencez la partie avec 5 cartes (que vous pouvez changer si vous le souhaitez), puis chaque tour de l’affrontement se divise en 3 parties : l’entretien, la planification et l’aventure. Durant la première phase, vous gagnez des points qui vous permettront de poser des cartes. Le coût de celle-ci est indiqué en haut à gauche. Les autres données que vous trouvez sur vos cartes sont : Damage (les dégâts, en bleu), Willpower (volonté, en jaune) et health (points de vie, en rouge). Vos héros possèdent aussi un niveau de « menace », qui peut augmenter durant la partie selon vos actions en jeu. Si vous arrivez à 50, Sauron s’intéresse un peu trop à vous et vous perdez la partie.

Attaquer ou défendre avec un personnage le fatigue, l’engage si vous préférez (pour les amateurs de Magic). On ne peut pas attaquer (ou se faire attaquer) un personnage fatigué, sauf avec certaines caractéristiques que possèdent certaines cartes, comme par exemple « Stalwart », qui permet justement de défendre sans être fatigué ou encore « Sentinel » qui force le joueur à devoir éliminer la créature possédant cette caractéristique avant de pouvoir passer à l’étape suivante. Chaque fonctionnalité et chaque terme utilisé dans le jeu peut être expliqué dans le lexique qui se trouve sur la droite de l’écran.

Chaque aventure est composée de 3 à 6 étapes et le niveau de difficulté est divisé en 3. La difficulté est gérée par les avantages que vous possédez ou, dans le cas inverse, que Sauron possède (plus de points d’invocation, la possession de « favor cards », cartes bonus, etc.) et parvenir à vos fins n’est clairement pas toujours facile. Tant mieux, car on pourrait avoir un peu peur de l’intérêt du jeu s'il est exclusivement PVE. Une fois arrivé au bout… la rejouabilité est limitée. Néanmoins, du nouveau contenu (cartes, aventures, etc.) est prévu tous les trimestres. De quoi assurer l’intérêt à long terme du joueur sur le jeu.

mirkwoodforeststory.png

Pour acquérir ce nouveau contenu, deux possibilités : mettre la main au portefeuille ou dépenser des points de valeurs, qu’on acquiert en réussissant les aventures en jeu. Le prix n’était pas encore fixé lors de la présentation donc je ne peux pas vous dire s'il sera difficile ou non d’évoluer dans le jeu en restant exclusivement F2P, mais j’ai bon espoir que ce ne sera pas une usine à farmer, vu qu’on peut composer le deck facilement, sachant qu’on sait quelles cartes sont dans tel ou tel booster. De ce fait, il n’y a pas de craft dans le jeu. Il n'aurait pas vraiment d’intérêt vu qu’il n’y a pas d’aléatoire dans l’achat de cartes.

Un petit système bonus, nommé « Palantir », existe dans le jeu. Ce sont des bonus que l’on reçoit quand on achète des objets, boosters, decks, etc. Ces bonus sont purement esthétiques, comme des dos de cartes, des avatars, etc.

Enfin, la grosse cerise sur le gâteau : le jeu n’est pas un pur PVE offline. On a bien dit que le jeu était en ligne parce qu’il proposera, à sa sortie définitive, un mode coopératif pour affronter Sauron et ses sbires. Vous pourrez jouer avec vos amis ou en « matchmaking » avec un allié aléatoire. La communication avec votre allié dépendra du mode : avec un ami, le mode de communication sera plus complet qu’en matchmaking.

65 cartes sont prévues à la sortie, 8 héros lors de l’arrivée de l’accès anticipé, 16 à la version finale et 4 nouveaux à chaque extension. Le jeu se complexifiera donc constamment, pour le plus grand plaisir des joueurs ! L’accès anticipé est prévu pour le premier trimestre 2018 et devrait durer 2 à 3 mois, Fantasy Flight Interactive ne souhaitant pas rester trop longtemps en EA.

CapturedBySpiders.jpg
aragornbannerlogo.png

Ma petite visite se termine. J’aurais aimé pouvoir approfondir un peu le jeu et j’ai vraiment hâte de mettre la main sur l’accès anticipé, car ce que j’ai vu m’a plus. La licence du Seigneur des Anneaux est évidemment un énorme point fort de ce jeu et attirera du monde dessus. Cela sera clairement mon cas. La licence fait la différence à mes yeux, car les mécaniques ne sont pas neuves. Même le mode coopératif est vu ailleurs (Fable Fortune). Cependant, ce qui est neuf, c’est clairement l’accent poussé sur la narration, combiné au système de création de decks qui n’est pas aléatoire et qui sert clairement à renforcer cet aspect narratif. On forme une équipe de héros, on crée notre histoire pour vaincre la menace qu’incarnent les sbires de Sauron.

Je vous ai présenté ma visite dans les studios d’Asmodee, mais si vous voulez combiner la théorie au visuel, Fantasy Flight Interactive possède une chaîne Twitch où ils ont déjà mis quelques vidéos de présentation du jeu, de la création de deck et de déroulement de l’aventure.

Rendez-vous ici pour en savoir plus : https://www.twitch.tv/ffigames

Amusez-vous bien !

Réactions (27)


  • En chargement...

Que pensez-vous de The Lord of the Rings Living Card Game ?

1 aime, 2 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
4,7 / 10 - Intéressant