Test de Monster Hunter : World

Affûtez vos épées, bandez vos arcs, câlinez vos Palicos : le Monster Hunter nouveau débarque dans les rayons pour nos PlayStation 4 et Xbox One. Malheureusement, la version Windows se fera désirer encore quelques temps, mais pour le reste, la chasse est ouverte !

Test effectué sur PlayStation 4 Pro.

Pour ceux qui n'ont jamais touché un Monster Hunter de leur vie, commençons par expliquer que nous sommes là en présence d'un jeu de type action/rpg vous mettant dans la peau d'un chasseur (ou d'une chasseuse) appartenant à une guilde et dont le travail consiste à traquer et à éliminer ou à capturer des monstres dont la taille va du tout petit façon lapinou à gigantissime façon Godzila. Ici, pas de niveau, ni de skills dont il faudra maîtriser les cooldowns ; votre progression ne se fait qu'au travers de votre équipement, que vous devrez fabriquer à partir des morceaux arrachés à vos proies, afin de pouvoir chasser du monstre encore plus gros, seul ou à plusieurs.

 

Pour ce nouvel opus de la célèbre licence, sobrement titré « World », il convient de préciser dans un premier temps que cela ne signifie pas que nous avons droit à un monde ouvert. Bien que le style soit à la mode et que Toukiden 2 (licence inspirée de Monster Hunter) s'y soit essayé avec un certain succès, Monster Hunter reste dans des zones bien délimitées, mais suffisamment vastes et labyrinthiques pour occuper et paumer le joueur un bon moment. De même, si la dimension online est bien présente, il ne s'agit pas d'un MMO et vous ne croiserez pas d'autres chasseurs incarnés par des joueurs vaquants à leur occupation pendant que vous explorerez la ville. Ce dernier point est à nuancer, car il y a bien une zone pour se retrouver entre joueurs, mais nous y reviendrons plus tard.

 

Il était une proie...

 

MonsterHunter World 20180115222039
Tout commence par une migration d'un genre peu banal dans le monde de Monster Hunter. En effet, ce ne sont pas des hirondelles qui se barrent à tire d'aile vers un monde meilleur (ou du moins plus chaud), mais des dragons anciens qui foncent tout droit dans la même direction : le Nouveau Monde, encore largement inexploré. Face à cette migration se répétant à peu près tous les dix ans, la guilde décide d'envoyer plusieurs bateaux chargés de chasseurs ayant fait leurs preuves pour aider l'expédition déjà sur place à comprendre exactement pourquoi tous les dragons mettent les bouts. Votre aventure commence donc dans une ambiance festive au sein de la Cinquième Flotte, impatiente d'arriver à bon port pour chasser du dragon à tout va et contribuant à aider les bateaux à prendre de la vitesse en les débarrassant des fûts de bière qui ne manquent pas de les ralentir.

 

La fête tourne rapidement au vinaigre façon Titanic avec un dragon ancien dans le rôle de l'iceberg et nous rappelle qu'on n'est pas là pour rigoler ni pour picoler. Un naufrage plus tard, votre première mission vous attend : récupérer votre assistance et l'escorter saine et sauve jusqu'à votre nouveau domicile, le village/camp de base d'Astera, construit à partir des bateaux des expéditions précédentes.

 

MonsterHunter World 20180115222325
L'histoire reste avant tout un prétexte pour enchaîner les chasses aux monstres qui peuplent les différentes zones et reste globalement secondaire. Votre personnage est des plus passifs durant les différentes cinématiques, se contentant généralement d'un grand sourire et d'un hochement de tête enthousiaste pour communiquer. Autant dire que même le plus insignifiant des PNJ du coin aura plus de personnalité que votre avatar, mais d'un autre coté, ça n'est pas en lui comptant fleurette que vous casserez du monstre.

 

Victime de la mode

 

MonsterHunter World 20180115220458
Votre première tâche une fois le jeu lancé sera bien sûr de créer votre avatar. Vous bénéficiez pour cela d'un grand nombre de choix et d'options pour sculpter dans le moindre détail le visage de votre chasseur. Forme du visage, écartement et angle des yeux, taille et hauteur du nez, etc. Si le cœur vous en dit, vous passerez plusieurs dizaines de minutes à peaufiner votre avatar. À moins que vous ne soyez pressé ; dans ce cas, vous pourrez tout bêtement choisir l'un des pré-fabriqués disponibles. On peut toutefois regretter que la personnalisation ne concerne que le visage et non le reste du corps, fourni en taille et modèle unique. Cependant, ce détail mis de coté, l'éditeur est très complet et permet notamment de changer l'arrière-plan et l'éclairage afin de vérifier que votre fond de teint reste adapté aux sorties nocturnes dans la jungle aussi bien qu'aux journées torrides du désert.

 

Vous venez de passer bien vingt minutes à vous chouchouter et vous avez la gnaque, vous voulez chasser ? Dommage, c'est au tour de votre Palico ! Et oui, vous avez un compagnon chat qu'il vous faut aussi personnaliser, avec pour lui aussi un bon paquet d'options, même si elles sont moins nombreuses. Rassurez-vous : une fois le Palico créé, vous en aurez fini avec la création de personnage.

 

MonsterHunter World 20180118212842
Votre première tâche consistera à vous familiariser avec Astera, qui constituera votre base. Vous y trouverez tout le nécessaire du chasseur : un dortoir où vous reposer, une forge où construire armes et armures et même une cantine où le chef Palico vous concoctera avec grand soin de bons petits plats avant d'aller casser du monstre. La forge est tout particulièrement importante puisque votre progression se fait exclusivement au travers des armes et armures. Aller à la chasse sans prendre le temps et la peine de renforcer votre arsenal est le meilleur moyen de vous retrouver dans le rôle de la proie pour le prédateur affamé de passage.

 

Pour survivre, vous avez à votre disposition tout un panel d'armes. Le choix est loin d'être anodin puisque chaque arme propose un gameplay bien spécifique. L'épée longue permet d'enchaîner facilement des combos à une vitesse raisonnable, alors que le marteau de guerre massif est plus lent et lourd, mais peut étourdir vos cibles. La lance-canon est tout aussi pataude, mais le canon intégré permet des dégâts considérables et le bouclier offre une protection supplémentaire. Les dagues raviront les amateurs de combos nerveux et rapides faisant peu de dégâts, mais s'empilant très rapidement. Ceux qui préfèrent se battre à distance seront ravis de la sélection d'arcs et de fusils leur permettant de conserver une bonne distance de sécurité. Si vous préférez les combat aérien, l'insecto-glaive vous fera de l'oeil et même les amateurs de musique pourront opter pour la trompe de combat, permettant de sonner les cloches des monstres avant de souffler un air qui renforcera vos alliés.

 

Difficile de s'y retrouver avec tout ça, mais vous pouvez à tout moment et depuis votre dortoir rejoindre un petit terrain d’entraînement où vous pourrez travailler vos combos et vous familiariser avec chaque arme contre de redoutables caisses et tonneaux. Y passer quand vous changez d'arme est fortement recommandé puisque, voyons les choses en face : ça n'est pas une fois coincé entre les crocs d'un Anjarah furibard que vous aurez le temps de consulter la liste des fonctionnalités et combos de votre arme.

 

Le mauvais chasseur, y voit un monstre, y cogne...

 

Fatalement, avec un titre pareil, on se doute que le cœur du jeu consiste à cogner très fort sur des monstres ou à les transformer en hérisson. On ne se trompe pas, mais c'est loin d'être aussi simple que ça. Tout d'abord, les monstres ne sont pas vraiment d'accords avec cette idée et ils vous l'exprimeront avec violence. De plus, avant de vous mesurer à votre proie, il faudra la trouver, ce qui implique notamment de ne pas sauter sur le premier monstre venu, au risque d'avoir une explication musclée avec la mauvaise bestiole qui bullait pépère au soleil et n'apprécie pas de se retrouver avec une hache enfoncée dans l'oreille. Bon, pas que votre proie désignée se laissera faire, mais quand même !

 

MonsterHunter World 20180118204933
Votre première tâche, donc, une fois arrivé dans la zone constituant votre terrain de chasse, est de trouver votre cible. Pour ce faire, le plus simple est de chercher des traces des monstres en vadrouille (traces de pas, restes de repas abandonnés ou autres traînées de morve, ...), fraîches de préférences, puis de les suivre. Afin de faciliter les choses, vous disposez d'une nuée de mouches sensibles à l'odeur des monstres et qui voleront d'une trace à l'autre avec d'autant plus d'efficacité que vous récoltez des échantillons. Si vous n'aimez pas avoir une traînée de lucioles vous indiquant le chemin, une solution reste de ne pas prendre d'échantillons, mais il faut bien avouer que repérer les marques est parfois délicat, surtout quand c'est dans un coin à la végétation touffue.

 

MonsterHunter World 20180121142209
Le monstre enfin trouvé, et pour peu que ça soit le bon, il ne vous reste qu'à lui sauter sur la tronche toutes armes dehors et à lui faire regretter d'être né. Cette étape semble simple, mais se montre rapidement des plus compliquées. En effet, le monstre n'est pas d'accord et ne se gênera de vous le faire savoir en vous piétinant, boulottant ou cramant d'un jet de flammes réprobatrices. En outre, vous n'êtes pas tout seul dans le coin. Ben oui, ça grouille de vie et si la majorité se fait toute petite le temps de voir qui gagne, quelques autres grands monstres se promènent et peuvent décider de se joindre à la baston juste pour rigoler. Il est aussi possible que votre proie, commençant à douiller, décide de se carapater et fonce droit à travers champ, piétinant un monstre encore plus dangereux qui pionçait peinard et ne n'apprécie pas le dérangement. La bonne nouvelle, c'est qu'ils se mettront potentiellement sur la tronche l'un l'autre et vous laisseront donc peinard le temps de s'expliquer. La moins bonne, c'est qu'ils peuvent tout aussi bien ne voir que vous et vous vous coltinerez donc deux monstres furibards. Le plus souvent, ça finit en mêlée à trois des plus bordélique jusqu'à ce que l'un décide de se barrer. Or, même là, ce n'est pas gagné. Il m'est arrivé sur une chasse qu'un troisième monstre se joigne à la partie et qu'il nous pourchasse à travers toute la zone jusqu'à la fin de la traque.

 

MonsterHunter World 20180118205505
Pour survivre, il vous faudra connaître votre proie, mais aussi votre environnement. En effet, vous pourrez parfois utiliser l'environnement sous forme de pièges naturels immobilisant ou ralentissant le monstre temporairement. Toutefois, ce dernier pourra parfois faire de même en se roulant dans la boue pour vous en asperger ensuite, par exemple, ou en sautant sur un sol instable pour vous déséquilibrer. Vous avez également la possibilité de monter sur les monstres. Pour cela, il faut frapper la cible quand vous êtes dans les airs (en sautant d'une corniche, par exemple). Si vous faites suffisamment de dégâts, vous montez sur le monstre et pouvez lui asséner coup sur coup. Faites le suffisamment longtemps et vous aurez droit à une animation, différente selon votre arme, faisant des dégâts conséquents en plus de jeter le monstre au sol. Néanmoins, n'allez pas croire que ce dernier vous laissera faire. Sauts de cabris, roulades et autres frottages contre les murs ; ils feront tout leur possible pour vous déloger et il faudra bien vous accrocher au risque de finir par terre face à un monstre revanchard.

 

Votre Palico peut sembler frêle et chétif, mais il vous sera très utile grâce à ses gadgets. Il pourra même de temps en temps dresser de petits monstres pour qu'ils vous viennent en aide et, dans certains cas, les chevaucher pour les utiliser comme monture. Améliorer son équipement contribuera à votre succès, bien que vous puissiez le laisser au camp si vraiment vous ne voulez pas de son aide. L'idéal reste tout de même d'avoir de véritable joueurs comme alliés.

 

MonsterHunter World 20180115224005
MonsterHunter World 20180121123542

Toujours plus.

 

On s'en doutait : le multijoueur tient une place importante dans le jeu. En fait, si vous avez une connexion internet, vous devrez soit rejoindre une partie existante, soit en créer une vous-même (bien que vous puissiez la rendre privée). Le seul moyen de créer une partie offline est de ne pas avoir de connexion internet active où qu'elle plante. Jusqu'à 16 joueurs peuvent rejoindre une session, bien que chaque groupe ne puisse pas comporter plus de 4 joueurs.

 

Le principe est simple. Quand un joueur choisit une quête, il peut définir le nombre de places disponibles pour les autres joueurs, de 1 (jouer seul) jusqu'à 4. Une fois acceptée, les autres joueurs présents dans la session sont avertis qu'une quête à été acceptée et peuvent aller consulter la liste des quêtes actives pour tenter de la rejoindre à condition d'avoir un rang suffisant. Ils sont alors ajoutés au groupe et peuvent participer à la chasse, même si elle a déjà commencée.

 

À noter qu'il est possible pour le créateur de la quête de commencer seul. Les autres joueurs peuvent parfaitement rejoindre en plein milieu d'une chasse. Dans ce cas, le monstre a droit à un boost de ses caractéristiques pour prendre en compte la présence d'autres chasseurs, ce qui peut s'avérer dangereux pour le chasseur déjà en combat et qui voit le monstre devenir d'un coup plus puissant.

 

La chasse à plusieurs permet de plus facilement vaincre les monstres, mais comporte également des restrictions. Ainsi, le risque de défaite est plus grand. En effet, sur la majorité des quêtes, outre les 50 minutes imparties, vous n'avez également droit de vous évanouir que 3 fois. Ce n'est pas 3 fois par chasseurs. Aussi, si vous vous faites tuer, c'est tout le groupe qui perd une possibilité de s'évanouir. Il est donc de la responsabilité de tous de faire attention et de ne pas foncer aveuglément dans le tas puisqu'un seul joueur mourant en boucle fera échouer la chasse même si les trois autres jouent à la perfection.

 

MonsterHunter World 20180118211546
Une fois le monstre tué, chacun pourra en revanche le dépecer jusqu'à trois fois afin de récupérer des matériaux. Les récompenses en fin de quête, notamment numéraires, sont également réduites en fonction du nombre de joueurs, bien qu'un joueur rejoignant une quête tardivement ne recevra pas de récompense pour sa participation.

 

Autre possibilité d'avoir de l'aide, si vous jouez seul, lancer une fusée éclairante en cas de pépin, qui avertira automatiquement tous les joueurs de votre session et leur donnera la possibilité de vous rejoindre afin de tenter de sauver votre peau. Utile, bien qu'il faille déjà utiliser l'objet sans se faire piétiner, mais aussi que les gens daignent venir à la rescousse. Le test s'étant déroulé dans des conditions de faible population, on ne peut qu'espérer que ça sera plus probant une fois le jeu effectivement lancé et plus peuplé.

 

Je disais au début du test qu'il était possible de voir les autres joueurs hors du cadre des quêtes. Astera propose une petite zone où les joueurs peuvent se retrouver pour se préparer ensemble plutôt que chacun dans son instance, mais aussi participer à des mini-jeux comme des bras de fer et ainsi de suite, offrant un hub commun facilitant la mise en place des équipes. Autre détail intéressant : il est possible de former des escouades permanentes si vous jouez avec des amis, vous permettant de plus facilement vous retrouver et préparer vos chasses.

 

C'est en forgeant...

 

MonsterHunter World 20180124162229
Techniquement, le jeu est magnifique. Sur PlayStation 4 Pro avec écran 4K, on en prend plein les yeux, les environnement regorgent de vie et ça tourne pas trop mal. Quelques petits ralentissements ici et là, mais rien de dramatique ou qui devienne une véritable gêne pour le jeu. Et vu tout ce que le jeu affiche autant au niveau végétation que faune, il y aurait de quoi mettre la console sur les rotules. Vous verrez une végétation luxuriante, dans laquelle paissent toutes sortes de créatures, de toutes tailles. L'immersion en est renforcée, avec des troupeaux qui s'égaillent au passage d'un prédateur, les carnassiers qui viennent se poser sur les carcasses des créatures tuées et ainsi de suite.

 

Le jeu est intégralement doublé en français, aussi bien au niveau des voix que du texte, donc tout le monde pourra profiter de l'aventure sans devoir sortir un dictionnaire. Vous pouvez choisir la langue employée à l'oral, ce qui inclut le japonais, mais aussi la langue originale du jeu, le langage Monster Hunter, pour ceux désirant une immersion encore plus poussée.

 

MonsterHunter World 20180116224711
Niveau gameplay, certaines armes comme les dagues proposent un style assez nerveux, mais la majorité des armes sont massives et ça se ressent sur leur inertie. Il faut souvent bien placer ses combos, car outre le fait de les balancer dans le vide, on risque surtout de s'exposer à une riposte violente et sanglante de votre proie. Beaucoup d'habitués de la licence déploraient le fait de pouvoir boire les potions en se déplaçant, mais le malus de vitesse infligé ne rend pas la tâche aisée pour autant et il faut toujours s'assurer d'être bien à l'abri avant de tenter de boire une potion parce que le monstre, lui, n'attendra pas sagement que vous ayez fini avant de vous fouler au sol. De plus, le fait de pouvoir se déplacer ajoute également d'autres risques puisque si vous tombez d'une corniche, même peu élevée, un peu trop brusquement, vous lâcherez la potion, la gaspillant.

 

MonsterHunter World 20180116192522
Les contrôles ne sont pas non plus des plus intuitifs et demanderont un petit temps d'adaptation, surtout pour la navigation et l'utilisation des objets. La roue des raccourcis est pratique une fois maîtrisée, mais au début, elle entraînera surtout l'utilisation involontaire d'objets, le temps de bien assimiler son fonctionnement. D'une manière générale, ça s'applique au jeu : on galère au début, le temps de trouver ses marques, mais une fois rodé, on s'en sort de mieux en mieux. On peut également regretter que la caméra soit parfois capricieuse, avec un lock/delock assez étrange et des angles parfois mal choisis quand on est acculé dos à un mur et face au monstre verrouillé.

 

Autre petit regret sur le multijoueurs : on ne peut voir la latence des sessions disponibles. Les serveurs étant mondiaux et non localisés, il arrive de tomber sur une session avec une forte latence sans le savoir, avec tous les soucis que ça peut provoquer.

 

Les missions ne sont guère variées, demandant généralement de tuer ou de capturer un monstre en particulier et variant sur le temps imparti voir demandant de chasser plusieurs monstres d'un coup. C'est toutefois un soucis inhérent au genre et si le fait de ne faire que chasser vous dérange, c'est peut-être que ce genre de jeu n'est pas fait pour vous.

 

Conclusion :

 

Monster Hunter World est un excellent jeu qui vous occupera de longues heures. Pas facile d'accès, il demande un certain apprentissage, mais offre ensuite la satisfaction de combats grandioses dans un environnement vivant et détaillé. Le panel d'armes est conséquent, avec pour chacune un style de jeu lui étant propre. Bien que jouable seul, Monster Hunter World prend tout son sens avec des amis. Il ne reste plus qu'à attendre la version Windows pour ceux préférant ce support et/ou n'ayant pas de console de salon, en espérant que le portage sera à la hauteur du titre.

MonsterHunter World 20180116211924

Test effectué par Chantelune à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (10)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Monster Hunter World ?

11 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (11 évaluations | 0 critique)
7,3 / 10 - Bien

2 joliens y jouent, 2 y ont joué.