Test d'Atelier Lydie & Suelle : the Alchemists and the Mysterious Paintings

La série atelier fête ses 20 ans cette année, qui coïncide avec la sortie du 3ème et dernier volet de la trilogie Mysterious, débutée avec Atelier Sophie il y a deux ans. Et pour fêter ça, ce 19ème volet de la longue série de j-rpg nous propose d'incarner non pas une, mais deux alchimistes et d'explorer différents tableaux avec Atelier Lydie & Suelle, the Alchemists and the Mysterious Paintings. Le jeu sort sur PlayStation 4, PlayStation Vita, Nintendo Switch et Windows. Pour ce test, c'est la version PlayStation 4 qui nous servira de support.

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324115055
Ceux qui ont joué aux précédents opus de la trilogie Mysterious auront certainement entendu plusieurs fois parler d'Adalet : un royaume dont sont originaires certains des personnages que l'on a pu rencontrer et dont la particularité est d'avoir très peu d'alchimistes. C'est justement dans la capitale de ce royaume, Merveille, que nous faisons la connaissance de Lydie et de Suelle, deux sœurs jumelles, apprenties alchimistes, qui ont un rêve : diriger le meilleur atelier du royaume, en famille. Belle promesse, mais difficile à tenir. Outre que les trois quart de la ville ne semblent pas savoir ce qu'est l'alchimie, nos deux jumelles font tant bien que mal leur armes dans l'atelier de leur père, un alchimiste qui préfère passer son temps à peindre des tableaux plutôt qu'à bosser sur son chaudron, laissant ses filles se dépatouiller pour finir les boulots qu'il accepte. Autre obstacle de taille sur la voie du succès : l'atelier Voltaire, tenu par leur amie d'enfance, Lucia, et son père, qui est le plus populaire des rares ateliers du coin et concentre donc l'essentiel du travail qu'un alchimiste peut trouver dans un royaume qui se fiche pas mal d'un art pourtant très utile.

 

Heureusement pour nos jumelles, le royaume finit par réaliser que l'alchimie, c'est bien et qu'avoir autant de retard dans ce domaine n'est bon ni pour le royaume, ni pour les affaires. Le gouvernement en place décide donc de promouvoir l'alchimie en mettant en place un système de rang. L'occasion rêvée pour Lydie et Suelle de montrer de quoi elles sont capables au reste du royaume... À condition bien sûr de trouver quelqu'un d'un peu plus sérieux que leur père pour leur apprendre à mélanger des trucs sans que leur chaudron ne leur pète à la fiole...

 

Deux pour le prix... Heu, non, on va éviter cette blague...

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324110641
En lisant ce petit récapitulatif du scénario initial du jeu en plus du titre de ce dernier, vous aurez compris qu'on nous propose de diriger deux alchimiste pour cet opus. Rien de nouveau, me diront les fidèles de la série à juste titre : c'était déjà le cas pour certains opus, notamment durant la trilogie Dusk. Certes ! Cependant, à la différence d'un atelier Shallie ou Escha & Logy qui nous demandaient de choisir qui nous allions contrôler pour le reste du jeu, Lydie & Suelle vous colle les deux jumelles dans les pattes en même temps. En pratique, ça signifie que vous pouvez passer de l'une à l'autre en allant au bureau de leur atelier. Vous pouvez donc incarner l'une ou l'autre suivant celle que vous préférez, voire alterner entre les deux suivant votre humeur.

 

Une idée intéressante sur le papier et qui apporte une certaine fraicheur au jeu puisque quand on se lasse d'avoir toujours la même à l'écran, on peut changer pour l'autre. Si l'impact sur l'histoire est minime, pour ne pas dire inexistant, l'ambiance générale change sensiblement, surtout au travers des musiques. Chacune à son thème, mais aussi sa personnalité propre : Lydie est posée, polie et aime lire alors que Suelle est plus énergique, impertinente et s'endort en lisant autre chose qu'une BD. On ne pouvait pas faire plus cliché que ça, mais pour le coup, ça fonctionne plutôt bien. Après tout, Pratchett aimait à dire que si les clichés deviennent des clichés, c'est parce qu'ils sont les outils et le ciment de la narration.

 

Bref, on suit les péripéties de nos deux frangines alors qu'elles tentent de gravir les rangs pour réaliser leur rêve. Et les tableaux mystérieux dont on nous parle dans le titre ? Pas de panique, ils sont bien là et tiennent un rôle prédominant dans l'histoire qui, vous le découvrirez assez vite, va au-delà de simplement gravir des échelons. Néanmoins, nous y reviendront un peu plus tard ! Pour le moment, évoquons le cœur d'un jeu atelier : le craft !

 

On est jamais mieux servie que par soi-même...

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324181340
Ben oui, si on joue à un atelier, c'est surtout pour crafter des trucs et des bidules dans un chaudron. Absolument tout dépend de l'alchimie puisque tout ce que vous utiliserez pour avancer dans le jeu, qu'il s'agisse de combattre ou de réaliser une quête, passe directement ou indirectement par votre chaudron. Oh, bien sûr, vous pouvez trouver de l'équipement ou des objets chez certains marchands, mais leur qualité et leur efficacité sont généralement faibles et si vous voulez ce qui se fait de mieux, une seule solution : faites le vous-même. Les vétérans ne seront pas trop perdu, mais les nouveaux joueurs risquent de rapidement se sentir débordés.

 

Le système reprend dans les grande ligne le principe initié avec Atelier Sophie : une fois les ingrédients choisis, on les place sur une grille façon Tetris pour tenter de maximiser les effets. Quelques variations non-négligeable, toutefois. La première, c'est que désormais, superposer deux ingrédients ne fait plus disparaître celui en dessous. À la place, la case commune aux deux est tout simplement repeinte de la couleur du dernier élément mis en place. Ce détail en apparence anodin se montre vite essentiel à bien trop de niveaux pour les résumer en une seule phrase. Déjà, le nombre de cases et la forme de l'objet détermine la puissance de l'ingrédient pour la couleur associée. Par exemple, une ligne de trois cases rouge donne 3 points pour tous les effets de couleur rouge pour l'objet final. De même, un « L » de quatre cases vertes augmente de 4 la puissance des effets verts et ainsi de suite. Du coup, si vous placez votre L de manière à ce qu'une case efface l'une de votre barre rouge, vous perdrez un point en rouge.

 

Plus que jamais, il faut réfléchir aux ingrédients que l'on utilise puisque l'on sera potentiellement limité par le nombre de cases disponibles sur la grille. De plus, certains ingrédients peuvent vous donner plusieurs éléments à placer, jusqu'à quatre, avec des couleurs et formes différentes ou identiques. On court donc le risque de se retrouver avec pas assez de cases et donc des choix à faire. Optimiser les effets d'un objet peut s'avérer compliqué. Toutefois, au fur et à mesure que les jumelles progresseront en alchimie, elles obtiendront des outils pour faciliter un peu plus les choses.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180327152537
Le premier est tiré d'Atelier Firis : les catalyseurs. Avant de choisir les ingrédients, on peut utiliser un objet de type catalyseur qui non seulement modifiera la taille de la grille, mais également les bonus (et/ou malus) disponibles sur cette dernière. Choisir le bon catalyseur est une étape cruciale du processus. Et vu le nombre de catalyseurs disponibles, on passe parfois autant de temps à soigneusement choisir le plus adapté à l'objet créé qu'à concevoir l'objet lui-même.

 

Le second est une nouveauté propre à cet opus : les agents. Ces derniers s'utilisent directement durant la création de l'objet et une seule fois par craft. Leur principe est simple : il permet de changer la couleur d'une ou de plusieurs cases, voire de repeindre complètement les éléments d'un ingrédient. Il en existe également un grand nombre et leur utilisation permettra de rendre pertinent le choix de couleurs inutiles à la synthèse.

 

La combinaison de ces deux éléments fera toute la différence entre un objet qui fera le strict minimum et une version optimisée. Le craft gagne en profondeur, mais aussi en complexité et il faudra un peu de temps pour en maîtriser les subtilités.

 

Promenons-nous dans les toiles...

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324211415
Pour fabriquer des objets, il vous faudra bien évidemment des matériaux. Et pour obtenir ces matériaux, il faudra explorer les environs de Merveille, où se promènent toutes sortes de bestioles allant du puni au griffon en passant par les lapins cornus. Pour remplir leur panier, nos intrépides jumelles disposeront d'abord des forêts voisines. À partir d'un certain point, en revanche, elles pourront également visiter des mondes étranges contenus dans les toiles mystérieuses du titre. Chaque tableau a un thème propre et on y trouvera des ingrédients uniques ainsi que de meilleure qualité que dans le monde réel. Pour cet opus, on se retrouve face à un mélange des jeux Sophie et Firis qui fonctionne pas trop mal : on perd le coté semi-ouvert de Firis et on retrouve la carte sur laquelle on choisit sa destination, mais les mondes des tableaux forment une succession de cartes qu'il faut traverser à pied, avec toujours la possibilité de détruire certains éléments à coup de bâton ou de bottines (suivant que l'on incarne Lydie ou Suelle) ou bien avec des bombes ou autres gadgets appropriés.

 

Si on retrouve la pèche de Firis (avec exactement les mêmes animations), cet épisode ajoute également la capture d'insectes avec un filet. De plus, pour récolter de l'eau directement depuis les cours d'eau, il vous faudra au préalable vous munir d'un récipient approprié. Les points de récolte fonctionnent sensiblement de la même manière qu'atelier Firis. On aurait apprécié de retrouver le principe de progression d'atelier Sophie, permettant d'obtenir de meilleurs matériaux en renforçant la puissance des monstres, mais cet aspect semble avoir été définitivement abandonné. La météo et l'heure du jour ou de la nuit aura également une influence sur la faune comme la flore, du moins pour le monde réel puisque les tableaux sont figés dans le temps, bien que le temps continue de s'écouler.

 

La gestion du temps est par ailleurs bien mieux gérée que dans Firis, ce qui est une bonne chose ! Fini de mettre trois heure à traverser une ruelle : l'écoulement du temps est désormais bien plus logique et réaliste durant les déplacement et l'exploration. À noter que comme pour Atelier Sophie, il n'y a pas de limite de temps pour avancer dans le jeu, à de rares exceptions. On peut prendre son temps sans pression et avancer au rythme qui nous convient.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180325175421
Pour finir sur l'exploration, l'un des éléments les plus intéressants concernant les tableau est qu'ils proposent chacun un ou plusieurs effet environnemental spécifique pouvant influencer les combats. Par exemple, les cavernes de glaces augmenteront les dégâts de toutes les attaques de glaces. En revanche, les attaques d'air feront pleuvoir sur tout le monde des stalactites. Chaque monde a ses règles avec lesquelles il faudra composer. Enfin, entre les différents tableaux et les lieux du monde réel, Atelier Lydie & Suelle propose un nombre conséquent de cartes à visiter.

 

Baston !

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324211841
Parlons à présent des combats. En effet, tous ces endroits sont bien évidemment peuplés de bestioles au tempérament des plus agressifs. On retrouve le bestiaire habituel de la série, avec quelques nouveautés suivant les tableaux, bien que souvent, il s'agit d'un skin un peu plus élaboré de monstres existants déjà. On reste donc dans les travers de la série, à savoir réutiliser les monstres avec un skin différent pour signaler qu'une version est plus forte...

 

Les combats fonctionnent toujours sur la même base propre aux ateliers, en penchant plus du coté Firis que Sophie. La principale différence est que l'on contrôle trois personnages, chacun pouvant avoir un support pour un total de six présents sur le champ de bataille. Outre le fait de pouvoir changer de place avec son support, ces derniers peuvent agir au court du combat sous certaines conditions, généralement liées à l'utilisation d'un objet ou à un élément particulier.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180326203735
Le principe est intéressant, puisqu'il convient alors de bien choisir ses paires afin que les supports puissent agir autant que possible. En pratique, on note rapidement un déséquilibre sur certains personnages. Par exemple, Firis est certainement le support le plus pété du jeu, fonctionnant avec pratiquement tous les autres personnages et faisant des dégâts tellement abusés que ses interventions en tant que support sont limitées à une par compétence et par combat. Cependant, même là, il n'est pas rare qu'elle one-shot la quasi-totalité du bestiaire à l'exception des boss, ce même en difficile, à condition d'utiliser le bon objet ou la bonne compétence qui lui permet d’enchaîner trois compétences de support à la suite. En comparaison, les autres personnages en support font un peu pitié, même si au moins, ils peuvent utiliser leurs aptitudes à répétition.

 

Autre soucis, certaines paires fonctionnent mal, voire pas du tout, quand ce n'est pas dans un sens. Le comble étant que Lydie et Suelle, les jumelles pratiquement fusionnelles, sont finalement assez peu efficaces en support de l'autre, essentiellement parce que Suelle ne peut pas remplir les conditions de déclenchement de Lydie. En effet, bizarrement, Suelle ne peut pas utiliser le moindre objet de soin, quel qu'il soit. Une aberration d'autant plus incompréhensible qu'absolument tous les autres personnages en sont capables. Cette interdiction pour Suelle n'a aucun sens. D'une part, en tant qu'alchimiste, elle est censée pouvoir utiliser tous les objets. D'autre part, vu qu'elle est souvent représentée comme gourmande, on se demande bien pourquoi elle est infichue d'utiliser les divers aliments servant de soins. Un choix de game design discutable et incohérent.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180325154101
Enfin, mon principal reproche quand à cet opus est le nombre de personnages jouables. C'est simple, on nous donne le strict minimum : six, soit les trois attaquants avec chacun un support. Pour un opus qui est la conclusion d'une trilogie, c'est franchement peu... Rien qu'en piochant dans les précédents jeux, il y avait largement de quoi faire. Et le comble, c'est que sur les six personnages jouables... un seul n'est pas un alchimiste. Le jeu s'en tire par une pirouette en donnant à quelques alchimistes un style de combat plus offensif. Ainsi, Suelle favorise les armes à feu et peut se débrouiller sans se reposer sur les bombes, contrairement à sa sœur, et Firis semble avoir de son coté fusionné avec Liane vu le boost offensif qu'elle s'est prise entre les deux épisodes. Bon, j'avoue que la nouvelle Firis est bien stylée, mais quand même...

 

Vu qu'on recroise certains personnages des volets précédents, on aurait apprécié de pouvoir en recruter un peu plus, surtout des non-alchimistes, histoire de varier un peu les compositions. Ce choix est d'autant plus discutable que deux personnages sont déjà prévus en DLC... Et là encore, il s'agit de deux alchimistes. Pire, ces deux personnages sont déjà bien présents et importants, voire essentiels, à l'histoire. L'une accompagne même régulièrement les jumelles, mais sans jamais se joindre au combats. Tout du long, j'attendais le moment où elle allait enfin rejoindre effectivement le groupe, en vain. On est typiquement dans le cas du personnage qui aurait dû faire partie du groupe d'entrée de jeu, mais a été mis de côté juste pour faire un DLC facile.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180325175951
Pour en revenir aux combats eux-mêmes, les jumelles ont leur propre capacité spéciale en support, leur permettant de crafter à la volée des bombes ou objets de soin à condition d'avoir les bons ingrédients dans leur panier. Cette capacité est pratique, mais généralement assez peu puissante pour en valoir le coup ; elle est surtout intéressante quand on est à court de bombes. Une variante permet de consommer l'intégralité des charges d'un consommable pour en faire une version plus puissante. Pratique, mais que l'on préférera utiliser quand on est sur la dernière charge de l'objet en question, tant qu'à faire. Enfin, on peut débloquer des attaques combinées pour les différentes paires possibles, bien que cela arrive assez tardivement dans le jeu.

 

Pour conclure sur les combats, si vous voulez un minimum de challenge, jouez directement en difficile. En normal, pour peu que vous ayez des objets pas trop nazes, les combats sont vite expédiés.

 

Un p'tit thé ?

 

Bon, les combats ne sont pas non plus l’élément essentiel d'un atelier et malgré les points négatifs, ils restent globalement assez plaisants à jouer. Les interactions entre les personnages sont toujours bien présentes aux travers de diverses scénettes qui se débloquent à mesure qu'on avance dans le jeu. Si les personnages jouables sont peu nombreux, les secondaires le sont déjà un peu plus, bien que la plupart sont tirés des précédents opus. L'occasion pour certains d'entre eux de voir leur propre histoire arriver à conclusion, ce qui, il faut bien l'admettre, fait plaisir.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324112317
La ville de Merveille est vraiment jolie et agréable à visiter bien que faisant un peu petit pour la capitale d'un royaume, mais j'imagine qu'il s'agit là d'un choix visant à ne pas avoir des cartes trop grandes, histoire que le joueur puisse aller à ses destinations sans devoir marcher pendant trois plombes. La direction artistique est dans l'ensemble réussie, autant sur les modèles 3d que sur les diverses illustrations. Le style reste fidèle aux deux précédents opus et chaque tableau a sa petite touche personnelle liée à son thème.

 

L'un des gros points forts du jeu est sa bande son. Les musiques sont magnifiques, accompagnent bien les lieux visités et les thèmes propres aux personnages sont toujours plaisants à entendre. Rien à redire là dessus. Les animations sont en revanche un peu en dessous et manquent de variété. Exemple typique : le père des jumelles. Son animation de course quand il foire une de ses expériences délirantes et fuit la colère des jumelles est appropriée et amusante... mais quand il se contente juste de courir, l'effet vire un peu au ridicule.

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180325143328
Un point sur lequel je suis mitigée en revanche : l'utilisation des jumelles. Comme je l'ai dit, on passe de l'une à l'autre depuis l'atelier sans soucis et chacune ases variations au niveau de l'ambiance musicale sur certaines cartes, mais l'utilisation reste au final purement esthétique. Quand bien même leur livre d'idées pour l'obtention de nouvelles recettes est séparé entre Lydie et Suelle avec une seule page commune, on n'a pas besoin de contrôler directement l'une pour obtenir ses recettes. Quelque part, ça se comprend du fait qu'indépendamment de laquelle on contrôle effectivement, l'autre est toujours à ses côtés, mais j'aurais aimé que ça dépasse le simple aspect esthétique et de manière plus pertinente. J'aurais aussi apprécié, du coup, de pouvoir passer de l'une à l'autre à la volée sans devoir forcément passer par l'atelier puisqu'en pratique, elles sont effectivement toujours ensemble. À un moment, il m'a semblé qu'une cinématique s'est débloquée en changeant de sœur, mais je n'ai pas vraiment pu confirmer cette impression, même si j'ai souvent alterné entre les deux.

 

Techniquement, le jeu est bien optimisé et tourne de manière fluide et constante sur PlayStation 4 Pro, même sur les cartes les plus touffues, alors qu'il m'arrivait ponctuellement d'avoir des chutes de framerate sensible dans Firis sur les cartes à la végétation dense. Enfin, la durée de vie est conséquente et vous occupera de longues heures.

 

Conclusion :

 

Au final, nous avons un très bon jeu, malgré ses quelques défauts essentiellement liés aux combats. Merveille porte bien son nom, les jumelles sont attachantes, on retrouve avec plaisir certains personnages comme de vieilles connaissances, les musiques sont superbes. Chaque élément, pris indépendamment, peut sembler anodin, mais mélangés ensemble, ils forment un tout véritablement enchanteur. Gust signe là un excellent opus, rassemblant tout ce qui fait le charme de la série, pour conclure sa trilogie Mysterious. À vos chaudrons !

 

AtelierLydie Suelle TheAlchemistsandtheMysteriousPaintings  20180324231345

Test réalisé par Chantelune à partir d'une version fournie par l'éditeur.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Atelier Lydie & Suelle : the alchemists and the mysterious paintings ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.