Test de MotoGP 18

Cette année, Milestone a décidé de faire un reboot de la série MotoGP et nous propose de piloter des bécanes sur les 19 circuits officiels des Championnats. Le mot est au pluriel, car lors du mode Carrière, vous devrez passer par la Redbull Rookie Cup, puis par la Moto3 et par la Moto2 avant d'atteindre la catégorie reine, alias le MotoGP... Sans plus attendre, on passe au test.

600

MotoGP 18 c'est quoi ... ?   

Milestone nous avait promis pour cette nouvelle mouture de proposer un reboot de la franchise afin de se concentrer sur le réalisme et ce aussi bien concernant la modélisation des machines, pilotes et pites, que pour le gameplay, doté d'un pilotage revu.

Le développeur a utilisé le moteur Unreal Engine 4 - une première pour la franchise - auquel il a adjoint des techniques de pointes tel que le scan laser, la photogrammétrie et des drones afin de livrer un rendu le plus fidèle possible et on ne peut que saluer leur réussite !

Aveu d'un des développeurs de Milestone lors d'une discussion pendant l'essai de Ride 3 à la GC - la preview arrive ! : "Ce n'était pas la meilleure idée qu'on ait eu de passer à l'Unreal Engine 4, car il a fallu tout redémarrer à 0 et tout recoder. Sachant que les droits liés à la franchise de MotoGP imposent de sortir le jeu à temps, sous peine de pénalité, on a vraiment eu la pression pour sortir le jeu à temps."

modelisation moto
vue grille de départ

Et là où le bât blesse, surtout pour les fans fidèles, c'est que l'on ne peut pas être sur tous les fronts et que Milestone a donc dû faire des choix. Je n'ai cependant pas joué à MotoGP17 donc il me sera difficile de juger de l'impact de l'absence des fonctionnalités manquantes, tel le mode management d'équipe.

Et j'en fait quoi de ma moto ?

On retrouvera dans ce nouvel opus le retour du mode MotoGP eSport Champioship, un mode en ligne, des modes rapides (GP, Contre-la-montre, Championnat et Didacticiels dont la difficulté est croissante) ou le traditionnel mode carrière.

L'essentiel de notre test se focalisera sur ce mode.

Avant d'enfourcher votre bécane, vous pourrez passer par le menu personnalisation de votre pilote : vous devrez choisir le style de conduite (neutre, coudes hauts, épaules dehors, ...) et la tenue parmi 81 modèles de casques, 90 paires de gants et 50 paires de bottes différentes qui vous attendent et permettront d'étancher votre soif de fashion victim'. À noter que l'on ne peut pas choisir se combinaison, mais que l'on peut y ajouter des messages personnalisés.

Lorsque vous aurez fini cette première étape, il sera temps d'aller brûler de la gomme sur les 19 circuits du championnat MotoGP et d'essayer de gravir des échellons et ce en commençant par la Rookie Cup.

Ne voulant pas spoiler le déroulement du mode carrière, je vous laisserai le soin de tester par vous-même son évolution.

Oui, mais le Gameplay dans tout ça ?

Milestone, conscient des problèmes posés par le choix de se passer de plusieurs modes importants, a choisi de se focaliser sur le gameplay et de rendre une copie la plus réaliste possible. Force est de constater lors des premiers tours de roue que même si les changements de direction semblent toujours un peu brusques, le poids de la moto est mieux retranscris, les collisions sont moins permissives (même si les animations de chute sont toujours aussi stéréotypées) et votre machine ne chasse pas de façon anormale sur les freinages importants. De ce point de vue, on peut dire que MotoGP 18, pour quiconque privilégie les sensations, est ce qui se fait de mieux dans le genre. On pourra débattre de l'arrivée récente de TT Isle of Man, mais l’approche des deux titres étant différente, MotoGP 18 ne souffrira pas de cette comparaison, car il utilise des tracés fermés et que la physique des différents modèles et catégories (Moto2, Moto3, MotoGP) est calculée dans cette optique. Les sensations de vitesse sont au rendez-vous et les réactions du bolide sont plutôt fidèles à la réalité. On sent d’ailleurs une belle avancée en matière de freinage et la gestion du grip dans les courbes est excellente. On regrettera par contre le fait de ne pas pouvoir gérer la progressivité du freinage arrière . 

Prendre chaque virage procure un vrai plaisir et la présence de fumigènes dans les tribunes rend les courses encore plus immersives - attention à ne pas quitter la piste du regard trop longtemps. Il vous faudra être précis et rigoureux sous peine de finir au sol, risque qui sera bien entendu amplifié par temps de pluie.

Un week-end complet 

Même s’il est possible de passer à la course immédiatement en mode carrière, l’intérêt de cette section réside dans le week-end complet. C’est véritablement en prenant le temps de participer à ces longues sessions que vous tirerez toute la quintessence de MotoGP 18. Si les réglages habituels de la moto sont de la partie, c’est surtout le lien qui unit le pilote à ses mécaniciens qui est important. En participant aux différents essais, vous prenez conscience des améliorations à apporter au bolide et vous pouvez utiliser une option « réglages auto » en participant à un système de questions. Type de problème, comportement de la moto, pneus, adhérence… rien ne doit être négligé, surtout en cas de météo capricieuse. En fonction des indications que vous fournissez aux ingénieurs, ils agissent en conséquence afin que votre machine soit la plus efficace possible. En fonction des performances et des victoires acquises, les points de compétence servent ensuite à paramétrer la moto à votre guise grâce aux développements réalisés par votre staff. À vous de choisir les réglages adéquats ! Par ailleurs, pour plus de réalisme, il est plus que conseillé de paramétrer l’IA afin d'éviter le syndrome « je suis un rail bêtement ». Cependant, accrochez-vous, car elle devient alors redoutable en mode difficile et fait des temps de l’espace. À noter que les pénalités ont été renforcées, ce qui s’avère très utile pour les petits malins qui jouent trop souvent à optimiser à outrance leurs trajectoires lors des courses en ligne.

Et pour finir...

Ne vous attendez pas a prendre une claque graphique en jouant à MotoGP 18. Le rendu est réussi, y compris sous la pluie, mais certains éléments font tache comme le public, qui a du mal à apporter une quelconque contribution, et les textures, dont la qualité est parfois différente suivant la position de la caméra : lorsque l'on est proche de la moto, la modélisation est de qualité, mais lorsque l'on s'en éloigne cela se gâte et on a ainsi pu voir quelques glitchs graphiques ainsi que des chargements de texture trop tardifs.

Côté son, le bruit des machines est plutôt bien retranscris et lorsque l'on rétrograde avant d'attaquer une courbe, on a vraiment l'impression d'y être. Idem pour les petites cylindrées, où l'on a vraiment l'impression d'utiliser des scooters de luxe. Même les musiques des menus sont sympa.

Pour conclure, ce nouvel opus vous permettra de bien vous éclater et, reconnaissons-le, Milestone rend une copie correcte, sachant qu'il n'ont pas le staff ni les moyens de l'équipe de Forza...

Test réalisé par Dilmax à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de MotoGP 18 ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

1 jolien y joue, 1 y a joué.