Test d'Achtung! Cthulhu Tactics - Tentacules un peu fades

Achtung! Cthulhu Tactics, à vos souhaits ! Jeu de stratégie tactique au tour par tour (tel XCOM), le titre se passe dans l'univers du jeu de plateau du même nom. Cette énième jeu tiré de l'univers de Lovecraft fait-il partie des nombreuses adaptations moyennes ?

Guerre secrète

Test d'Achtung! Cthulhu Tactics - Tentacules un peu fades

Fin 1944, les forces alliées se rapprochent de la victoire. L’ennemi prévoit de lancer une contre-attaque dans la forêt des Ardennes. Au troupes régulières du Troisième Reich se joignent les forces du Soleil Noir, détenteurs de magies obscures, et les Loups Nocturnes, qui manient des armes expérimentales. Après qu'un bataillon des Alliés ait été décimé dans une embuscade, seule reste la compagnie Charlie, qui se réfugie dans un château dans la forêt d'Arduinna. Les protagonistes et personnages jouables de l'aventure sont le Capitaine Eric Harris, le Sergent Carter, Arianne Dubois et le Caporal Akhee Singh. L'objectif est de découvrir ce que les Nazis préparent dans cette forêt et d'y mettre un terme.

 

Gauche ! droite !

Deplacements

Première particularité du jeu, hors rencontres avec l'adversaire, le groupe se déplace relativement librement et groupé. Dès que des ennemis apparaissent dans les environs, le jeu passe en mode combat et active le tour par tour. L'idée est assez intéressante, car cela incite à penser un peu à l'approche des zones. On peut penser que ce serait mieux de se déplacer par-ci ou par-là pour avoir l'angle d'approche voulu. Le problème est que le déclenchement des phases de combats est assez flou, aussi finalement on essaie juste d'avancer près des couverts au cas où un combat se déclencherait. Cela donne aussi des situations un peu bizarres avec des ennemis très proches au début des hostilités.

Deplacements bis

Le gameplay du jeu est dans les classiques du genre, avec quelques particularités. Chaque bataille se déroule au tour par tour. Le joueur choisit les actions de ses personnages (déplacements, attaques, etc), qui les exécutent de suite. Une fois les points d'actions, au nombre de 12 par personnage, dépensés, c'est au tour de l'ordinateur. Chaque déplacement coûte un certain nombre de points d'actions en fonction de la distance, de même pour les actions. C'est un système intéressant, car cela incite à bien calculer les mouvements et à jauger les risques par rapport aux couverts et aux actions restantes. Vaut-il mieux se rapprocher encore plus de l'ennemi, mais ne pouvoir faire qu'un tir, qui aura de grandes chances de toucher, ou choisir le couvert plus loin de l'ennemi, mais qui laissera plus de points d'actions ?

Elan

Autre particularité du gameplay, les PE,Points d'Elan. En haut de l’écran se trouve une barre avec des chevrons, qui se charge un peu à chaque tour de joueur, selon des compétences. Point important, faire un critique incrémente aussi cette barre d'un chevron. Faire un déplacement au-delà du standard en PA consomme un chevron par case supplémentaire. En plus des actions standards comme tirer ou recharger, chaque personnage possède des facultés spéciales. Ces facultés demandent un certains nombre de points d'actions et de PE pour être exécutés. Il s'agit par exemple d'un tir sur toutes les cibles à portée ou de foncer sur un ennemi indépendamment de la distance pour lui faire une attaque au couteau.

 

Formation et bagages

Talents

Nous en venons à la personnalisation des protagonistes jouables. Avant chaque mission, il est possible de choisir l'équipement des personnages et de modifier leur arbre de compétence. Enfin arbre, c'est un bien grand mot. En fait, il consiste en un cercle de compétences, passives et actives (facultés spéciales), à débloquer. Si l'idée de base est bonne, dans la pratique le nombre réduit et l'utilité limitée de certaines relativise l’intérêt de la chose. Il y a aussi un ordre de déblocage pour des parties du cercle. Ajouté au nombre de missions peu élevé, on finit par prendre presque toutes les compétences, la variante étant de savoir si on prend l'une avant l'autre.

Equipement

Pour l'équipement, c'est là encore une bonne idée, mais assez limitée. Chaque personnage peut choisir une arme parmi deux (genre un pistolet ou une fusil à pompe), une modification d'équipement (par exemple une lunette de visée), et un objet (comme une grenade ou une trousse de soins). Ces choix peuvent influer sur des statistiques, chaque arme ayant une certaine précision en fonction de la distance de la cible, fonctionnalité intéressante.

Pour finir sur les personnages, ils ont une feuille de statistiques ; chacun des quatre possède ses propres forces. Ils ont aussi quelques compétences propres, indépendantes du cercle de déblocage, et les armes qu'ils peuvent utiliser ne sont pas les mêmes. Chacun a donc un rôle à jouer dans les batailles contre les Forces Obscures.

 

Clair que ce n'est pas très sombre

Pouvoirs obscurs

Parlons maintenant de ce qui donne le titre au jeu, le rapprochement des Nazis avec les puissances du fameux Dieu Ancien. Soyons clair tout de suite : c'est limité, très limité. Certains ennemis affichent une tête de poulpe, il y a des semblants de magie (et encore) et un type d'ennemis à l'apparence d'horreurs du genre, mais c'est tout. D'ailleurs, le nombre d'adversaires différents est assez réduit : il n'y en a qu'une dizaine. C'est à la fois un peu dommage et en même temps cela évite d'avoir un nouvel ennemi surprise (qui défonce souvent parce que pas connu) toutes les deux missions (coucou XCOM2).

Autre élément caractéristique de l'univers de Lovecraft, le stress. Chaque personnage possède un indicateur de stress, qui varie selon les actions adverses. Ainsi, certains ennemis utilisent des capacités qui font pencher la cible vers la folie. De même, un allié se prenant des dégâts peut influer sur l'état des autres. Une fois le personnage en état critique, il peut exécuter diverses actions de lui-même. Il peut aussi bien tirer sur un ennemi que se déplacer ailleurs. La conséquence et qu'au début du prochain tour jouable, il manque des points d'actions, vu qu'ils ont été dépensés durant la folie.

Voile

Enfin, le système de Voile marque lui aussi l'appartenance au monde Obscur. C'est concrètement une sorte de brouillard de guerre. Au début d'un affrontement, certains ennemis sont hors de la zone visible par le joueurs. D'autres, en revanche, sont visibles, mais seulement en partie : ils sont floutés, cachés dans le Voile. Cette mécanique fait que ces ennemis, en plus de ne pas pouvoir être identifiés, sont beaucoup plus difficiles à viser. Pour les débusquer, il faut qu'un des personnages jouables s'approche suffisamment et se place pour l'avoir en ligne de vue. Cet aspect du jeu est assez intéressant : les ennemis peuvent tirer de loin (avec apparemment tout de même un malus de précision), mais l'inverse est peu viable sur un ennemi camouflé. Cela impose de faire régulièrement des déplacements, parfois risqués, afin de s'assurer de toucher. C'est aussi un vecteur de combinaisons, comme rendre visible un ennemi pour le personnage éloigné ayant installé sa mitrailleuse lourde. Sans être une mécanique d'une grande innovation, cela reste intéressant, mais finalement il y aurait eu plus à faire avec cette idée.

 

Nein Nein Nein !

Limites

Pour finir, parlons encore un peu des manques du jeu. Pour commencer, il est assez court : il se compose d'une vingtaine de missions, dont des quêtes secondaires, d'environ une demi-heure chacune. Si en soit ce n'est pas forcement un problème, la combinaison avec d'autres éléments mentionnés plus haut (comme la roue de capacités limitée) le devient un peu. De plus, la variété des décors est très réduite : il y a seulement la forêt, la base Nazi et quelques passages en royaume ésotérique. Cela ajoute au sentiment de monotonie du jeu, les missions se ressemblant beaucoup, les situations aussi. Comme expliqué précédemment, la mécanique de voile est intéressante, mais aurait pu être approfondie. Pareil pour tout le côté liens avec Lovecraft, finalement assez faible. D'ailleurs, le scénario est très limité : un court briefing en début de mission, quelques dialogues et voilà. Finalement, la majeure partie du jeu aurait pu être transposée dans un univers plus réaliste, en changeant très peu de choses.

 

Ambushcaaade ?

Victoire

Alors, que penser de ce jeu ? Est-ce qu'il n'y aurait pas un peu publicité mensongère ? Ce serait un peu dur, l'univers de Cthulhu étant quand même un peu là. De même, au vu de la courte durée de la campagne, divers défauts sont à relativiser. Achtung! Cthulhu Tactics est un petit jeu de stratégie tactique au tour par tour, pas forcement facile, qui fait passer une quinzaine d'heures pas désagréables. Pour 25€, est-ce que ça vaut le coup ? On dira que ça reste un peu cher quand se placent des XCOM, voir même un Phantom Doctrine, dans les environs. C'est tout de même un petit jeu du genre sympathique ; à petit prix, pourquoi pas.

Test réalisé par Zekkangel à partir d'une version fournie par l'éditeur.


Que pensez-vous de Achtung! Cthulhu Tactics ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.