Test de Ace Combat 7 : Skies Unknown - Dogfights pour un monde nouveau

Après une longue absence, la série Ace Combat fait son grand retour début 2019 avec un nouvel épisode de la série principale. En effet, douze années séparent le sixième épisode et ce septième, entrecoupé de quelques spin-off avec, notamment, un épisode titré Assault Horizon que l'on aimerait bien oublier. Ace Combat 7 : Skies Unknown se présente à nous ; on espère trouver un titre à la hauteur de la réputation de la série.

Située dans l'univers de Strangereal, l'action prend place en 2019 alors qu'une guerre éclate entre la Fédération Oséenne et le Royaume d'Erusea. Ce dernier a en effet déclaré la guerre après la construction d'un ascenseur spatial international par les Oséens en terre d'Erusea, un ascenseur censé aider la reconstruction du continent après la chute de l'astéroïde Ulysses et la guerre continentale qui s'en est suivie. Néanmoins, les Érusiens accusent l'autre camp de violer leur souveraineté, menant finalement à une déclaration de guerre et à la prise de l'ascenseur spatial. On incarne Trigger, un pilote des forces oséennes de l'Escadron Mage qui tente de reprendre le contrôle de la zone, mais qui est rapidement accusé de l'assassinat d'un haut dignitaire de la Fédération.

header.jpg

David contre Goliath

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190115213520.png
L'histoire de Ace Combat 7 est évidemment un point essentiel, pour une série qui a toujours compté sur sa mise en scène et le développement d'un univers alternatif aux références variées. On reconnaît sans mal des similitudes avec notre monde, de grandes superpuissances et des conflits passés ou très actuels. On suit une histoire au premier abord confuse, avec plusieurs camps et visions abordées par une narration proche du film choral avec des personnages aux destins croisés, alors que le jeu se veut volontairement assez mystérieux sur sa chronologie. Si on incarne le pilote Trigger, la narration se fait le plus souvent du point de vue de Avril Mead, la "Scrap Queen", prisonnière et chargée par les autorités de vaguement retaper des avions pour maintenir une illusion de puissance face à un ennemi qui les dépasse en nombre et en force de frappe. Un personnage au premier abord caricatural, mais qui révèle une certaine finesse, comme les autres protagonistes d'un jeu qui retombe peu à peu sur ses pieds, jusqu'à offrir un dernier tiers de toute beauté où les préjugés sont brisés au profit d'un effort fraternel. 
L'essentiel de l'histoire de Ace Combat 7 : Skies Unknown tourne autour de cette opposition du fort et du faible : la prisonnière face aux gardes, les drones infaillibles face aux pilotes essoufflés, le gouvernement face au petit peuple, les vétérans face aux recrues. Cette dichotomie offre à l'histoire de ce septième épisode de vrais moments de bravoure, teintés d'épique grâce à une mise en scène parfois géniale, permettant véritablement à la série de faire un retour en force en nous rappelant pourquoi elle manquait tant au paysage vidéoludique.

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190116144953.png
Par ailleurs, Ace Combat 7 est un régal à prendre en mains : offrant le choix entre un mode de pilotage facilité et un mode "expert", qui est en réalité celui de la plupart des jeux de combat aérien, le jeu permet à tous d'y prendre du plaisir avec des modes de difficulté allant du très facile au plus compliqué. Dans tous les cas, le jeu propose d'excellentes sensations, malgré une prise en main qui reste très arcade dans les deux modes de pilotage, grâce à un effet de vitesse et à une tension permanente dans les combats. On pense aisément à ces affrontements face aux "Arsenal Birds", des avions gigantesques qui larguent des centaines de drones, ou à l'affrontement de pilotes spéciaux aux manœuvres étonnantes. La diversité des situations permet de jamais vraiment s'ennuyer dans une campagne tout de même relativement courte : comptez sept ou huit heures au maximum en mode normal, mais on n'aura aucun mal à y retourner pour obtenir de nouvelles médailles (acquises selon certains objectifs en mission), pour améliorer notre score de mission ou encore simplement pour le plaisir de revivre des batailles dantesques.

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190116133518.png
D'autant plus que le jeu propose un système de progression assez intéressant avec la possibilité d'acheter des avions et de les modifier. Avec une centaine d'avions et améliorations à acquérir avec des crédits en campagne et en multijoueur, on a un choix assez large incluant différents types d'avion : chasseurs spécialisés dans les combats aériens, avions d'assaut pour bombarder les positions ennemies au sol ou avions multirôles qui peuvent combiner les deux. Il faut donc toujours faire attention aux objectifs annoncés pour les missions de campagne afin de choisir l'avion le plus adapté, mais aussi son arme secondaire et les quelques améliorations qu'on lui colle. Il s'agit d'améliorations qui peuvent permettre d'augmenter la maniabilité, la vitesse, la puissance et le guidage des missiles ou encore conférer des bonus de résistance. Fort heureusement, la campagne et le mode multijoueur nous offrent suffisamment de crédits pour débloquer à peu près tout ce que l'on souhaite, même si les derniers avions demandent plusieurs millions de crédits.
Au programme, principalement des véhicules aériens bien réels, qu'il s'agisse d'avions américains, des Mirage-2000 de chez Dassault ou encore du fameux Typhoon d'Eurofighter. Cependant, le jeu offre aussi bien évidemment des avions fictifs propres à la saga.

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190117111924.png
ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190118121435.png

Enfin, et pour conclure sur l'aspect solo du jeu, il nous offre également dans sa version PlayStation 4 un mode VR qui lui est totalement exclusif. Si on aurait aimé que ce mode soit également accessible sur PC, le plus gros regret réside dans le fait qu'il s'agisse en réalité de missions à part du mode campagne. En effet, la campagne n'est pas jouable en VR. Les missions en réalité virtuelle nous mettent dans la peau d'un autre pilote, Mobius-1, qui ne manquera pas d'évoquer des souvenirs aux fans. Pour conclure sur la version PlayStation 4 du titre, sa version numérique offre également accès, jusqu'au 18 février 2019, au titre Ace Combat 5 : Squadron Leader, initialement sorti sur PlayStation 2, ici disponible en 1080p avec le support des trophées. 

Le ciel est un sanctuaire

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190117115133.png
On note sans mal une certaine beauté pour un jeu pourtant très inégal sur ses graphismes. Le ciel est somptueux, des effets de lumière grâce à un soleil parfois aveuglant à cette sensation de chute lorsqu'on s'approche du sol pour tenter d'éliminer des cibles au sol, en passant par un ciel de plus en plus sombre alors que l'on se rapproche des limites de l'atmosphère, Ace Combat 7 est un plaisir à admirer. On en prend toujours plein les yeux, notamment en vue intérieure avec les effets - très réussis - de pluie et de givre sur la verrière de l'avion. Toutefois, il faut bien avouer qu'en se rapprochant du sol, les textures en prennent un coup, avec une modélisation très sommaire. Côté cockpit, on y trouve quelques détails sympathiques qui renforcent l'immersion. Malgré tout, on regrette un framerate parfois instable sur la version testée (PlayStation 4), notamment lorsque les explosions et le tonnerre se multiplient à l'écran.

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190117181607.png
Heureusement, l'immersion passe aussi par une ambiance sonore très réussie. Entre le bruit des moteurs et des vibrations alors qu'un avion de chasse nous frôle ainsi que les communications radio et le son des alarmes qui se déclenchent lorsqu'un missile nous a pris en chasse, on a vraiment la sensation d'y être. D'autant plus que la bande originale composée par Keiki Kobayashi est de toute beauté. Très présente tout au long du jeu, elle met en valeur les moments de bravoure ou ces sensations épiques que j'évoquais plus tôt dans le test et accompagne de la plus belle des manières la plupart des missions en donnant une identité propre à chaque situation.

Seul problème visuel finalement, le cas des sous-titres : alors que le jeu propose d'excellentes voix japonaises (ainsi que des voix anglaises), celles et ceux qui ne le parlent pas - moi le premier - auront bien du mal à suivre l'histoire. En effet, les sous-titres (disponibles en français) des dialogues radio en mission s'affichent en haut de l'écran et sont difficilement visibles. Soit à cause de leur couleur, blanche, qui est parfois difficilement identifiable avec des nuages et un ciel clair en fond, soit à cause de l'intensité de l'action. En effet, il est dans certaines situations bien difficile de lire l'intégralité des communications radio alors que l'on tente de survivre au milieu des missiles. Alors, on pourra choisir les voix anglaises si on comprend mieux cette langue et ce sera sûrement une très bonne idée, car le jeu développe tout un pan de l'histoire au travers de ces dialogues en mission. C'est là que les personnages interagissent entre eux, donnant parfois lieu à des situations très drôles ou, au contraire, très violentes et touchantes, comme cette fois où nos héros découvrent ce que subissent des réfugiés sur une base qu'ils étaient venus bombarder. Un moment assez grandiose qu'offre le jeu et qu'il serait dommage de manquer si on ne faisait pas attention aux communications radio à ce moment-là.

La recherche de l'équilibre parfait

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190118180446.png
Enfin, il serait bon de dire quelques mots sur le mode multijoueur qu'offre le titre. Grandement inspiré de l'épisode free to play sur PlayStation 3, Ace Combat Infinity (dont l'exploitation a cessé l'année dernière), le mode multijoueur d'Ace Combat 7 propose deux modes de jeu : un mode affrontement à huit où tout le monde se tire joyeusement la bourre et un mode par équipe où deux escadrons de quatre se font la guerre. On y retrouve l'essentiel de la customisation des avions du mode campagne puisque le hangar et l'arbre de recherche est partagé entre les deux, à la différence près qu'il existe des améliorations et bonus qui ne sont disponibles que dans un mode ou l'autre. Pour autant et pour éviter d'avantager celles ou ceux qui ont passé beaucoup de temps sur le jeu et déjà pu s'acheter les meilleurs avions et améliorations, il est possible de créer des parties avec une limite de points qui permet d'éviter les avions les plus puissants. En effet, chaque avion et amélioration a un nombre de points attribués ; plus il est puissant et plus on y associe de bonus élevés, plus les points augmentent. Il n'est donc pas bien difficile de trouver des parties lorsque l'on vient de débuter le jeu, mais également de varier les plaisirs puisque la plupart des avions peuvent se révéler efficaces.
On notera également, malgré la très forte présence d'armes et d'améliorations à acheter, qu'il n'y a pas de micro-transactions : un très bon point qui loge tout le monde à la même enseigne puisque le seul moyen d'améliorer nos coucous est de jouer, jouer et encore jouer. Sans pour autant en arriver à des points extrêmes puisque tant la campagne que le mode multijoueur offrent beaucoup de crédits, même lorsque l'on n'est pas très performant.

Un certain côté tactique pourra d'ailleurs se mettre en place au cours des parties, puisque notre classement à la fin de la partie (et par conséquent le nombre de crédits obtenus) dépend d'un certain nombre de points acquis au cours de celle-ci plutôt que du nombre d'ennemis abattus. On obtient des points en touchant l'ennemi et en aidant un collègue qui avait déjà pris en chasse un ennemi, mais le nombre de points dépend de nos cibles. Si le pilote adverse survit longtemps et multiplie ses victimes, il se voit affublé d'un certain nombre d'étoiles à côté de son nom de code, symbolisant un bonus de points que vous obtiendrez si vous parvenez à l'abattre. Il faut donc choisir entre chasser inlassablement le meilleur joueur de la partie (qui est le plus souvent pris en chasse par plusieurs joueurs) ou vous concentrer sur les autres, moins bons, qui rapportent moins de points, mais qui sont plus simples à atteindre.

ACECOMBAT7_SKIESUNKNOWN_20190119123236.png
Tout n'est pas rose pour autant puisque Ace Combat 7 loupe le coche en ne proposant pas de serveurs dédiés. Les parties sont hébergées par un hôte et il n'est pas rare de voir les parties passer d'un hôte à l'autre en plein affrontement. Provoquant une courte pause et parfois des problèmes de latence, ce choix fait par le studio n'est pas idéal et le jeu aurait sûrement mérité mieux tant ce multijoueur peut offrir des séquences géniales. Heureusement, la plupart du temps, les parties se passent plutôt bien, avec une latence quasi-nulle. 
Enfin, et en plus de serveurs dédiés, on aurait aimé des parties qui permettent d'inclure plus de joueurs. Peu importe le mode, on reste limité à huit joueurs, ce qui est plutôt dommage quand un jeu comme War Thunder propose des batailles de plus grande envergure.

Conclusion

Ace Combat fait un excellent retour. Accessible aux néophytes grâce à une campagne scénarisée séduisante et à des séquences de toute beauté, tant dans la mise en scène que dans ce que tente de nous raconter son histoire, il ne manque pas de multiplier les références à son univers et à ses prédécesseurs. À la fin de la campagne, on en demande encore plus et le multijoueur vient nous proposer un bonus sympathique avec des affrontements sur toutes les cartes du jeu. De jour comme de nuit, les affrontements sont intenses et stressants, les effets de toute beauté et la bande originale nous emmène dans un univers aussi vaste que généreux. On espère évidemment que la série revient pour de bon, loin de son épisode free to play ou de son spin-off douteux, et que le studio Project Aces continuera de nous passionner avec sa conception très unique et personnelle des jeux de guerre.

Test réalisé par Hachim0n à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (32)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Ace Combat 7 : Skies Unknown ?

4 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (5 évaluations | 0 critique)
5,8 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.