Test de MXGP 2019 - Un tour du monde en dix-huit étapes

Quelques mois après son jeu de motocross Monster Energy Supercross 2, le prolifique studio italien de Milestone revient avec MXGP 2019, son adaptation annuelle du championnat international de motocross. Les bases sont les mêmes, mais la licence MXGP apporte une autre philosophie de course, plus orientée vers la bataille que le show.

MXGP2019_01.JPG

La théorie du scrub

20190820154057_1.jpg
MXGP 2019 nous amène en terrain connu : les bases sont les mêmes que les précédents jeux de motocross chez Milestone. La patte du studio est très facilement identifiable, avec des options de personnalisation assez sommaires et un gameplay capable de satisfaire autant les néophytes que ceux qui recherchent un peu de technique. En effet, c'est le coeur de la motocross : avec les bosses qui jonchent les circuits de motocross, il faut apprendre à aborder chaque saut correctement (vitesse, angle) pour retomber de manière la plus douce possible et ne pas perdre de vitesse. Dans la réalité, les pilotes s'aident des scrubs, une technique qui consiste à dévier la moto de manière à ce qu'elle soit en position horizontale afin de gagner en vitesse et sauter plus loin, mais disons le de suite : point faible des jeux MXGP depuis des années, la technique est aussi facile à sortir qu'inutile en course.

20190828121612_1.jpg
Le jeu n'en est pas moins agréable à parcourir. Si sa carrière n'est pas bien passionnante avec un enchaînement de grand prix sans qu'on ne s'intéresse trop à la - sommaire - personnalisation du pilote et aux sponsors, parcourir les dix-huit étapes à travers le monde nous permet d'explorer des environnements très différents, aussi bien dans le désert que dans des régions montagneuses. Néanmoins, l'essentiel se joue sur la piste : avec la déformation de piste et la physique propre aux jeux Milestone, c'est un vrai plaisir de lancer chaque course, qui offre toujours un challenge différent. Sur des pistes boueuses, surtout en temps de pluie (qui peut arriver et s'intensifier à mi-course), les motocross déforment les tracés et s'enfoncent dans des lignes qui rendent les tours suivants plus difficiles. Sans être insurmontable, MXGP 2019 s'adressant à tout le monde, on apprécie cette donnée que l'on avait déjà observée dans Monster Energy Supercross 2 il y a quelques mois. D'autant plus que la physique de la moto et du pilote est toujours aussi agréable à gérer, avec un poids que l'on ressent parfaitement dans les courbes, surtout quand on choisit dans les options de jouer avec une physique "réaliste" qui ne laisse que peu de place à l'erreur. Les pistes sont souvent glissantes et le pilote doit jouer de tout son poids pour tourner ou se poser en sécurité après un saut et c'est quelque chose que le moteur de Milestone reproduit plutôt bien.

20190828132702_1.jpg
Néanmoins, MXGP perd ce côté un peu fou de Monster Energy Supercross ; c'est quelque chose d'inhérent à la compétition adaptée. Le championnat international de motocross MXGP est plus technique et moins orienté show que son pendant exclusivement américain. Exit les stades et les feux d'artifice, on est dans une compétition plus féroce sur des pistes étroites à la philosophie différente. Les pistes sont plus difficiles à aborder et beaucoup moins rapides et les virages serrés sont nombreux, au contraire du championnat américain où la vitesse est une composante essentielle. On est vraiment dans deux idées très différentes. Cela dépend des préférences de chacun, mais Milestone s'en sort plutôt bien d'un côté comme de l'autre. Même si on aurait aimé un mode carrière plus fourni et engageant.

Les dangers d'une glissade

20190828165046_1.jpg
En effet, l'enchaînement de grand prix en carrière laisse assez peu de place pour le reste. S'il propose un système de "sponsor", pour lequel l'on choisit entre contrats à la course ou à la saison, l'essentiel sert à gagner de l'expérience et des crédits pour débloquer de nouveaux éléments de customisation (casque, combinaison, gants, bottes...). Pas d'influence visible sur les performances de la moto en dehors de quelques réglages sommaires et surtout le jeu peine à offrir le moindre sentiment d'accomplissement lorsque l'on progresse en carrière avec notre pilote créé de toute pièce. Aussi, le plus souvent, on préfère participer à un grand prix indépendant avec l'un des pilotes officiels, nous amuser sur le "Playground", un monde semi-ouvert où on peut se balader avec notre moto sur une zone libre, ou faire des contre-la-montre sur des circuits créés de toute pièce par la communauté. 

20190829152816_1.jpg
On peut d'ailleurs compter sur la communauté pour étendre la durée de vie. L'éditeur de circuits est en effet plutôt complet et permet de créer nos tracés dans trois environnements différents. Grandes bosses ou au contraire une multitude de virages techniques, le jeu laisse libre court à notre imagination avant de partager les tracés en ligne. Testé sur PC, le jeu dispose déjà d'une communauté assez active qui a proposé plusieurs tracés sympathiques, allant de pistes très rapides à d'autres qui mettent notre concentration à rude épreuve.  C'est vraiment un élément important du jeu, qui permet de renouveler l'expérience une fois qu'on a fait le tour des dix-huit circuits officiels. Des circuits à parcourir autant en solo qu'en multijoueur, puisque le mode en ligne est bien présent et très fonctionnel. Timide dans ses modes de jeu, il nous a toutefois permis de faire quelques courses sans gros problème à signaler. 

Enfin, MXGP 2019 s'avère très solide techniquement. Le jeu ne souffre d'aucun problème particulier sur PC, en dehors d'une poignée de saccades dans nos premières courses, qui ont fini par totalement disparaître par la suite. Solide dans ses performances sans être trop exigeant en ressources, il est dans la continuité des autres jeux proposés par le studio et tournera sans trop de mal pour la plupart des joueurs PC tout en restant plutôt correct visuellement malgré quelques textures assez crades dans les environnements. Cependant, la piste fait le boulot tandis que la modélisation des pilotes et des motos est passable.

Conclusion

Solide, mais sans grande nouveauté, MXGP 2019 est un point d'entrée sympathique pour les néophytes, tandis que les joueurs de son prédécesseur MXGP Pro n'y verront pas grand chose de nouveau. Milestone a déjà prouvé ses qualités dans le genre des jeux de moto et confirme encore une fois son expertise. Néanmoins, on aimerait que le studio dépasse le modèle qu'il applique sans cesse, notamment du côté des modes de jeu - en particulier la carrière - pour offrir quelque chose de différent. Toutefois, on reste admiratif du travail effectué sur la physique des motos et de la piste, qui se déforme au fil du temps, car sans être une simulation pointue, MXGP propose un gameplay suffisamment profond pour donner un vrai sentiment de progression lorsque l'on commence à maîtriser l'enchaînement des sauts.

Test réalisé par Hachim0n sur PC à partir d'un version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de MXGP 2019 ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,6 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.