Aperçu de Darksburg - un Hack'n'slash coopératif

Ah, Darksburg… Charmante petite bourgade médiévale, ses faubourgs, son port, ses ruelles éclairées à la bougie… et ses hordes de zombies.
Encore ?! Mais qu’est-ce qu’elles ont toutes ces villes à attirer les zombies, vous me direz ? Et bien, c’est ce que nous allons voir.

001

Darksburg est un jeu de survie coopératif jusqu’à 4 joueurs, développé par le studio français Shiro Games, à qui l’on doit notamment « Northgard », un jeu de stratégie se déroulant dans le royaume viking.

Darksburg, quant à lui, est sorti en accès anticipé le 12 février 2020. Qui dit accès anticipé dit jeu toujours en cours de développement. Mon petit doigt me dit que de nouveaux personnages pourraient faire leurs apparitions d’ici quelque temps …

Le jeu se déroule, comme vous l’aurez compris, à Darksburg. Vous et trois autres alliés y êtes pour nettoyer la ville des hordes d’infectés qui rôdent dans les ruelles sombres de la bourgade.

LES PERSONNAGES :

Darksburg nous offre la possibilité d’incarner 4 personnages pour le moment, chacun disposant d’un éventail de capacités actives et passives lui étant propre.

Chaque personnage a des niveaux et au fur et à mesure que vous les jouerez, vous pourrez débloquer des compétences uniques à chaque personnage.

Petit tout d’horizon des personnages jouables :

Sœur Abigail :

Ah ! Abigail, la Prêtresse guerrière équipée d’une croix faisant une fois et demie sa taille. Sa compétence passive « Ferveur » lui permet d’accumuler de la foi au cours des combats. Une fois la jauge pleine, sa vitesse et sa puissance d’attaque sont augmentées. Hors combat, la jauge baisse rapidement. Autant vous dire que ce n’est pas la soigneuse du groupe et qu’avec elle, il faut trancher dans le lard, du moins ce qu’il reste de gras à ses chers infectés… Ne dit-on pas « Le Gras, c’est la vie ? » Bon là ok, les zombies sont moitié vivants, moitié morts, il doit bien leur rester une bonne moitié de gras du coup... non ?

Rose :

La chasseuse de prime accompagnée de son… rat. Est-ce bien raisonnable alors que toute la ville est déjà infectée, franchement ?! À priori, oui ! Twig, de son petit nom, se bat aux côtés de Rose lorsqu’elle fait appel à lui pour aveugler les infectés grâce ses coups de patte. Rose ne laisse rien au hasard : agile et précise, cette combattante à distance enchaîne les carreaux d’arbalètes pour parfaire son tableau de chasse.

Abigail
Rose

Runolf

Runolf, c’est un peu le pote qu’on aimerait tous avoir si une invasion de zombies était à nos portes. Pendant que tout le monde se démène à tenir éloignés les infectés, Runolf, lui, cueille des champignons et en fait des mixtures pour remonter le moral de tous ! Évidemment, lorsqu’il faut taper du zombie, il est là aussi et c’est ce qui fait tout son charme ! Sacré Runolf !

Varag :

Tout le monde, et je dis bien tout le monde, a besoin d’un loup-garou dans son équipe. Varag, c’est à la fois le protecteur et l’assoiffé de sang, celui qui n’hésitera pas une seconde à laisser tomber sa porte qui lui sert de bouclier, celui qui laissera exprimer toute sa bestialité lorsque le besoin s’en fera sentir. Convaincu ?! Ah, vous voyez bien qu’on a toujours besoin d’un loup-garou, j’vous l’avais dit !

Runolf
Varag


LES COMPÉTENCES :


Chaque héros dispose de 4 sorts actifs et d’une compétence passive lui servant soi à terrasser ses ennemis, soit à aider ses coéquipiers dans les ruelles infestées de Darksburg.

À l’instar des MOBA actuels, vous disposez de trois compétences actives et d’une compétence ultime, ayant avec un temps de rechargement plus long. Les touches par défaut sont A, Z, E, et R.

Nos quatre personnages disposent chacun de Huit Talents uniques, déblocables à partir du niveau 5 et par tranche de cinq niveaux, jusqu’au niveau 45 (5, 10, 15... jusqu’au 45). Le niveau maximum est 50.

Ces Talents sont des capacités passives qui leur permettent de mieux combattre, de mieux résister ou de se déplacer plus vite pendant les combats. Vous avez le choix parmi 8 talents au total une fois niveau 45, mais seuls trois peuvent être assigné à votre personnage lors d'une partie.

06

LES MODES DE JEU

Vous avez la possibilité de créer des parties personnalisées pour jouer entre amis, sur invitation ou bien de rejoindre des parties publiques. Dans Darksburg, il existe quatre niveaux de difficulté :

Découverte
Normal
Difficile
Cauchemardesque
Pour le moment, cinq cartes sont disponibles en jeu, dont trois pour le mode Survie en Coopératif :

- Le Port
- Les Faubourgs
- Le Marché
- Le Belvédère (uniquement Mode Dernier Rempart)
- La Ferme (uniquement Mode Dernier Rempart)

03

MODE SURVIE EN COOP : la base du jeu

En mode survie coopératif, un seul objectif : survivre aux zombies qui errent à la recherche de viande fraîche (vous). Vous devez réussir à atteindre le point B en vous dépatouillant tant bien que mal.

MODE SURVIE VERSUS :

En mode versus, vous avez la possibilité de jouer les infectés et de diriger un des zombies nommés, héritant de quelques compétences propres aux zombies. Le mode se joue en 4v4. Si vous voulez goûter au plaisir d’être un vilain, c’est le mode qu’il vous faut.


MODE DERNIER REMPART :

Vous êtes, comme son nom l’indique, le dernier rempart avant la victoire ultime des infectés ! Ici, vous n’avez pas à vous déplacer pour chercher du zombie, ils viennent tout seuls à vous, comme des grands ! Tenez bon face à 20 vagues successives de plus en plus fortes et vous serez reconnu comme un vrai héros de Darksburg par les villageois… ah bah non. Bref ! C’est vous qui serez les plus forts et c’est déjà pas mal !


DÉROULEMENT D’UNE PARTIE : “In your head, in your head, Zombie, Zombie-ie-ie”


Si vous n’êtes pas au complet, le jeu ajoute à votre équipe les autres personnages, gérés par l’IA. Il est impossible de composer l’escouade avec deux fois le même personnage. Une fois le choix de vos personnages et de vos talents terminés, c’est parti pour la frénésie !

Vous voilà dans les ruelles sombres de Darksburg et dès votre départ, vous avez la possibilité d’acquérir des consommables (pansements, baumes de soins, sac d’explosifs, etc.) auprès de la boutique de Ti’Tom’

En tant que débutant, votre inventaire ne comporte qu’un seul emplacement pour consommable, mais vous avez la possibilité d’augmenter ce dernier contre des pièces d’or au fur et à mesure de vos péripéties.

Vous pouvez également acquérir des Ritournelles, sorte de buff temporaire pour toute votre petite équipe, ainsi que des « Petits Boulots » qui modifient considérablement le déroulement de la partie.

Vous pouvez par exemple vous procurer le petit boulot « Sabotage » qui réduit de 50% la durabilité de toutes les barricades de la zone et vous permettre d’avancer plus rapidement.

Une fois que vous quittez la zone de départ, la boutique ne vous est plus accessible.

09

Dès les premiers pas, on remarque que la direction artistique du jeu fait le boulot. Le jeu est beau, les lumières sont sympas et l’ambiance sombre d’une ville en proie à des infectés est là. On aurait quand même préféré une musique un peu moins moderne et un peu plus médiévale ; cela aurait ajouté à l’immersion.
Pour notre première mission, nous commençons l’aventure près du port de Darksburg et alors que nous pénétrons dans la ville plus en avant, au détour d’une ruelle, un zombie nous invective ! Voilà-t-il pas qu’ils ont des sortes de héros dans leur rang, eux aussi ! Des super-zombies qui ont un petit nom et qui offrent un peu plus de résistance que les autres, tout en ayant des capacités spéciales. Nous les retrouvons tout au long de notre aventure, revenant de temps à autre. Au final, les zombies nommés nous offrent peu de challenge en mode normal.

On trouve sur le cadavre de certains zombies de quoi se soigner et poursuivre notre mission dans les ruelles sombres et humides de la bourgade. Des coffres contenant quelques pièces d’or sont également disséminés çà ou là, au détour des rues.


Au fur et à mesure de notre avancée dans la ville, nous rencontrons différents types de zombies comme des porteurs de boucliers, plus résistants, des lanciers, qui nous attaquent à distance, ou des incendiaires, qui explosent à notre contact, faisant des dégâts de zone. Ce sont, de loin, les plus dangereux et les plus à craindre.

Ah ! Voilà la porte du port en vue, enfin ! En nous approchant de la porte, nous nous apercevons rapidement que celle-ci est fermée et qu’il faut trouver la clé pour pouvoir continuer d’explorer l’autre rive de la ville…

Un peu plus loin, près d’un ponton, un requin, sûrement fraîchement pêché de ce matin, est pendu à un crochet. Après quelques coups assénés pour attendrir la viande, il nous crache la clé ! Évidemment, le combat ne fut pas si facile, puisque qu’une horde de zombies nous est tombée dessus au même moment.

Une fois sur l’autre rive, notre nouvel objectif est d’atteindre le quai du bac, où nous attend un zombie en armure lourde de 5 mètres de haut, le Baron Manfred Von Darksburg ! Notre premier vrai challenge de la partie. J’y ai d’ailleurs laissé quelques plumes.

À chaque fois qu’un coéquipier tombe au combat, nous avons la possibilité de le réanimer. En reprenant ses esprits, sa barre de vie est plus courte. Au bout de trois morts, la mission est un échec.

À la fin de chaque mission, un tableau des scores est disponible en guise de résumé de votre partie, moment propice pour rappeler à votre pote qu’il a fait moins de dégâts que vous, alors que vous êtes le soigneur du groupe !

02
10

CONCLUSION : Vous connaissez Left 4 Dead ?


Le jeu se veut être un Hack'n'slash coopératif, les zombies réapparaissant sans cesse et disparaissant aussitôt une fois un bon coup de massue sur la tête. Les différents scénarios sont bien amenés, mais manquent cruellement d’originalité. Les combats sont souvent brouillons dans les ruelles confinées de la ville et le jeu manque parfois de visibilité sur les compétences utilisées notamment, mais ce problème est souvent propre au gameplay des Hack'n'slash.

On apprécie de déambuler dans les rues de Darksburg, pourfendant en boucle du zombie même si nous aurions aimé avoir accès à plus de bâtiments, à plus d’intérieurs et peut-être un peu plus de personnalisation (plus de loot, d’items, etc.) La sensation de couloir est hélas présente ; on aurait préféré avoir plus de choix sur le chemin à prendre pour atteindre la fin des niveaux.

Bien que l’on puisse y jouer en solo, je vous conseille fortement d’y jouer avec des amis, l’IA ne faisant que vous suivre et ne permettant aucune stratégie, ce qui peut poser des problèmes sur certains objectifs, même en mode découverte. De toute façon, vous ne trouverez que très peu de parties publiques.
En résumé, un bon défouloir pour quelques parties et à jouer absolument avec trois autres amis pour profiter pleinement du jeu et du sel de vos potes, lorsque vous êtes submergés. Hélas, Darksburg ne révolutionne pas le genre malgré de bonnes idées et s’avère un peu trop répétitif à la longue. Malgré des graphismes agréables et une direction artistique intéressante, après quelques parties, vous vous lasserez sûrement.

Ce jeu a été testé par Tak Wyvern avec une version fournie par l'éditeur.

Réactions (7)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Darksburg ?

2 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,3 / 10 - Intéressant