Steam Game Festival Summer 2020 - Aperçu des démos présentées lors de l'événement

À l'occasion de la troisième édition du Steam Game Festival, notre équipe a testé un certain nombre de démos disponibles. Voici notre avis sur ces jeux.

Against the Moon par Lianai

C'est quoi ? Un jeu tactique.

Premier jeu du studio Code Heretic, Against the Moon est un jeu tactique en damier se déroulant dans un univers postapocalyptique où les derniers représentants de l’humanité tentent de survivre face aux assauts de créatures, initialement conçues par les humains, mais depuis corrompues par une entité nommée « The Moon ». Pour les vaincre, ils peuvent compter sur la déesse Arx, protectrice de leur dernier refuge ainsi que sur ses Ultori, de puissants guerriers capables d’invoquer des créatures pour les soutenir en combat.

20200619081846 1
20200619091322 1

Au niveau du gameplay, nous sommes face à un jeu tactique en damier sur lequel vous devez placer vos créatures (appelées Minions) afin de contrer les vagues ennemies. Chaque ligne horizontale est indépendante, ce qui signifie que sauf exception, les créatures d’une même ligne ne peuvent toucher que celles qui leur font face. Comme dans la plupart des jeux de cartes type Magic ou HearthStone, chaque créature possède des points de vie, un score d’attaque et un coût d’utilisation. Il est donc nécessaire de bien étudier la situation avant de les placer pour ne pas les sacrifier inutilement. De plus, certaines créatures possèdent des compétences diverses et variées afin rendre les combats plus tactiques. Ainsi, certaines augmentent la défense d’une ligne, d’autres frappent préventivement un ennemi placé symétriquement, etc. En plus des créatures, vous pouvez aussi lancer des sorts (appelés Magicas) soit pour faire des dégâts ou pour affaiblir l’ennemi, soit pour renforcer votre camp. Enfin, vous avez bien entendu accès aux fameux Ultori, ces héros qui, s’ils ne sont pas forcément beaucoup plus forts que vos créatures, possèdent surtout une attaque ultime surpuissante qui vous sauvera la mise plus d’une fois. Quant au but des batailles, elle est simple : protéger votre déesse Arx et éliminer le champion ennemi. Encore une fois, cela se rapproche beaucoup des jeux de cartes actuels.

20200619101852 1
20200619090241 1

Après une bataille gagnée, vous gagnez parfois des Arcana celles ou des Metacubes afin de créer de nouvelles créatures ou de les améliorer.

Visuellement, Against the Moon est très réussi. Un poil minimaliste, il arrive tout de même à sortir du lot ne serait-ce que par les planches qui agrémentent la partie narrative du scénario. Les musiques aussi sont agréables à l’oreille et on ne peut que saluer la présence de doublages sur une grande partie des dialogues, ce qui n’est pas courant pour un jeu développé par un petit studio indé.

Globalement, mon expérience sur cette démo de Against the Moon fut très positive. En plus d’être visuellement plutôt joli, le système de jeu est convaincant, les possibilités sont vastes et l’histoire semble intéressantes. C’est très certainement un jeu à suivre, d’autant plus qu’il doit sortir en juillet.

Niveau d'attente : 4/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1039480/Against_The_Moon/

Ary and the Secret of Seasons par Grim

C'est quoi ? Un jeu d'aventure à la troisième personne.

Développé en Belgique par Fishing Cactus et eXiin, le jeu nous fait rencontrer Ary, une jeune fille enthousiaste qui, pour retrouver son frère disparu, prend la place de son père à la réunion des gardiens des saisons. Parce qu'elle a pris le cristal de l'hiver de son paternel en partant, Ary possède le pouvoir de manipuler l'environnement en générant une sphère d'hiver autour d'elle. Une capacité qui sert bien sûr à résoudre les énigmes qui se dressent sur son chemin, mais qui a aussi une influence sur les monstres présents dans la zone. J'ai ainsi croisé un monstre dont le bouclier disparaissait lorsque j'annulais la sphère d'hiver. Intéressant. On note que le jeu semble proposer des quêtes secondaires et laisse le joueur libre d'explorer le monde à la recherche de divers coffres et secrets cachés. J'ai toutefois de petites réserves sur le système de combat, mais la bonne bouille d'Ary m'a donné envie de la revoir. Sortie prévue cet été.

Niveau d'attente : 3/5

Ary
Ary

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/935570/Ary_and_the_Secret_of_Seasons/

Backbone par Lianai

C’est quoi ? Un point & click en pixel art.

Développé par le studio EggNut, Backbone est un point & click en pixel art se déroulant dans un univers rappelant les polars noirs de la grande époque du cinéma des années 40 à la particularité près qu’ici, les humains ont laissé place à des animaux anthropomorphiques.

Tout commence par une simple enquête autour d’une suspicion d’adultère. La femme du concerné était venue voir le détective Howard pour obtenir des preuves de ses galipettes.  Il faut dire que la pauvre attendait un troisième marmot, alors elle avait de quoi l’avoir mauvaise de voir son Jules rentrer tous les soirs à pas d’heure. Du coup, elle voulait s’assurer un divorce favorable et la garde des gosses. C’est ainsi que commença l’enquête qui allait s’avérer bien moins évidente qu’au premier abord.

20200619110511 1
20200619111229 1

Je pense que le résumé est assez clair, nous sommes ici face à un jeu d’enquête dans la grande lignée des Broken Sword (Chevaliers de Baphomet) dans lequel ce qui semblait être simple et évident s’ouvre sur quelque chose de bien plus vaste, sombre et risqué. Comme dans tous jeux du genre qui se respectent, notre détective raton-laveur a la possibilité d’interagir avec tout un tas de personnages hauts en couleur à qui vous pouvez poser des questions, mais attention : faites les mauvais choix et ils se fermeront comme une huître, ce qui pourrait vous obliger à choisir une autre approche pour avancer, car oui, il n’existe pas qu’un seul et unique chemin pour arriver à vos fins et chacun vous demande de faire les bons choix, que ce soit en mettant la pression à un petit dealer, en brossant dans le sens du poil un vendeur de journaux ou encore en jouant de sarcasme avec un journaliste. Bref, vous devez compter sur votre intuition pour savoir commencer ménager chaque individualité afin d’en soustraire un maximum d’informations pour avancer. C’est simple, mais ultra efficace et surtout ça fonctionne parfaitement grâce à la qualité des dialogues. Vous devez aussi récupérer et utiliser des objets, résoudre des petites énigmes ou encore vous infiltrer en profitant des décors.

20200619110816 1
20200619113849 1

Esthétiquement, le jeu dépote ! C’est superbement réalisé et le pixel art est magnifique avec des animations très réussies. Quant à la patte graphique, elle retranscrit idéalement l’ambiance des polars noirs à la Dick Tracy ou aux films avec Humphrey Bogart avec en plus ce petit côté néon qui donne un peu de peps à l’ensemble. Pour ce qui est de la musique, là encore c’est du tout bon avec des morceaux d’électro-jazz qui s’adaptent parfaitement au style visuel du jeu.

Pour résumer, Backbone est un point & click à surveiller de très près, même si malheureusement il faudra attendre 2021 pour pouvoir toucher à la version finale.

Niveau d'attente : 5/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/865610/Backbone/

Blunt Force par NeoGrifteR

C’est quoi ? Enquête et shoot en VR.

C’est dans un contexte peu original que nous nous retrouvons ici : la Seconde Guerre mondiale. Nous y incarnons un agent aux Pays-Bas. L’action se situe sur deux temporalités : une enquête peu avant que la guerre n’éclate là-bas et des séquences de tir dans les mêmes rues, cette fois dévastées par le conflit. Notre rôle est d'aider d’une manière ou d’une autre à la résistance contre l’envahisseur nazi.
Il faut un certain acharnement pour s’attaquer à la démo de Blunt Force. La maniabilité est souvent hasardeuse (le chemin de croix pour placer le fusil dans son dos), on abandonne donc vite le tir à deux mains pour simplement mitrailler à bout de bras. De plus, un bug peut vous faire passer pour un géant parmi les hommes ; difficile alors de se cacher des tirs adverses quand un abri arrive à peine à la hauteur de votre genou.
Néanmoins, les développeurs en sont conscients. C’est une vieille démo, assurent-ils, et tout a été corrigé quand ils sont passés sur une version plus récente de l’Unreal Engine. Et vu comme les environnements sont déjà beaux, il y a peut-être du potentiel dans ce titre. S’ils arrivent à se hisser au niveau de références comme les Gallery et si les phases d’action gagnent un peu plus en maniabilité, le mélange des deux formules pourraient donner une expérience très intéressante.

OculusScreenshot1592595058.jpeg
OculusScreenshot1592595483.jpeg
OculusScreenshot1592595811.jpeg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/816070/Blunt_Force/

Builders of Egypt par Seiei

C'est quoi ? Un jeu de construction qui se passe dans l'Égypte des pharaons.

20200617134519_1.jpg

Builders of Egypt nous amène à l’époque ancestrale des pharaons, celle des grands rois bâtisseurs. Même si ces derniers étaient plus enclins à construire des nécropoles et que l’Égypte est une nation ouvrière qui vivait essentiellement pour ses morts, c’est bien pour les vivants qu’on se lance dans le jeu, car votre devoir est de construire une cité fonctionnelle dans un jeu de stratégie qui n’est pas sans nous rappeler Pharaon ou Caesar, des jeux qui ont déjà plus de 20 ans.

La sortie du jeu est prévue pour 2021 et, si la démo est très bien fonctionnelle, on n'a qu’un tout petit aperçu des possibilités du jeu. Une chaîne de construction, quelques explications en tutoriel et une mission qui nous occupe une petite heure de jeu. Construire quelques habitations, un puits, quelques bâtiments de production, quelques explications sur l’import/export entre sa cité et les cités voisine et c’est parti. De quoi toutefois se rendre compte que le jeu possède un gameplay qui se rapproche des Anno et qu'il possède un potentiel intéressant, suffisant pour qu’on le garde dans nos tabloïds d’ici sa sortie. Et puis, la monnaie du jeu, c’est du pain et de la bière. C’est bon signe !

20200617142034_1.jpg

Niveau d'attente : 3.5/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/818520/Builders_of_Egypt/

Carrion par NeoGrifteR

C'est quoi ? Une boucherie.

Pléthores de jeux proposent de fuir ou de combattre d'horribles créatures. Et étrangement, peu offrent l’occasion d’inverser les rôles. Dans Carrion, vous incarnez donc un monstre terrifiant, tout en chair et tentacules, doté d’un appétit vorace et d’une soif de sang insatiable. Tout a l’air de l’expérience qui a mal tourné et du sujet qui s’enfuit du laboratoire. Il faut se déplacer dans les conduits, ruser avec les ennemis armés et tout bonnement dévorer les employés qui traînent un peu trop derrière. À votre passage, les hurlements retentissent, les corps se déchirent et le sang gicle sur les plateformes. Et vous en ressortez plus gros, plus puissant. On retrouve ce sentiment de prédateur ultime qu’on avait pu goûter une fois dans les bottes du yautja ou du xénomorphe (Ah, les premiers Aliens vs Predator PC, ces merveilles).
Le jeu est en 2D, vue du côté. Les animations sont très réussies et la créature répond très bien au pad. La démo ne propose qu’un secteur et donne assurément l’envie d’enseigner le concept d’éthique à tous ces imprudents.

20200619193254_1.jpg
20200619194846_1.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/953490/CARRION/

Chinatown Detective Agency par NeoGrifteR

C'est quoi ? Une enquête en point & click.

Année 2032, notre personnage, Amira Darma, est une ancienne flic de Singapour reconvertie en détective privée. Un ancien collègue la met en relation avec un puissant homme d’affaires pour retrouver de l’argent volé par un de ses collaborateurs. C'est le point de départ d’une série d’enquêtes et cela mène probablement vers quelque chose de plus grand. L’ensemble semble quand même cliché, avec les immanquables ombres de Big Brother et de ses terroristes d’opposants en toile de fond.
À première vue, il s’agit d’un classique point’ & click avec du pixel digne des jeux d’aventures des années 90. Les portraits photo-réalistes lors des discussions font d’ailleurs un peu tache dans l’ensemble.
Cependant, il se démarque des autres jeux par le fait que le joueur doit se débrouiller tout seul pour interpréter les indices ; en effet, il n’y a aucun indice en jeu, il faut jouer avec votre moteur de recherche favori pour trouver la donnée attendue par l’aventure. La proposition est assez déstabilisante, car il faut alors jouer du alt-tab pendant la partie. Dans le cadre de la démo, les énigmes sont assez grossières, mais on peut imaginer que ça ira en se complexifiant au fur et à mesure de la progression.
Le jeu propose également une partie gestion avec le budget de la détective et sa santé. L’action peut la mener à hacker des terminaux (un simple jeu de mémoire) ou à se défendre en sortant son arme.
Si l’enrobage est assez classique, la proposition peut être intéressante. À condition que les résultats de recherche ne soient pas d’ici là des solutions ou autres let’s play...

20200618234222_1.jpg
20200618235209_1.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1172190/Chinatown_Detective_Agency/

Cris Tales par Lianai

C'est quoi ? Un RPG hommage aux J-RPG des années 90, mais pas que.

Édité par Modus Games et développé par les studios Dreams Uncorporated et SYCK, Cris Tales est un hommage original aux J-RPG d’antan. Original, parce qu’au lieu de se reposer sur les acquis d’une époque révolue depuis plus de deux décennies, les développeurs ont eu la merveilleuse idée d’aller plus loin, de profiter des possibilités actuelles pour offrir plus, pour bousculer les habitudes et proposer un jeu véritablement unique.

20200618072556 1

Cris Tales, c’est l’histoire de Crisbell, une jeune orpheline qui découvre qu’elle possède le pouvoir de voir le passé et l’avenir d’un lieu où elle se trouve et d’en changer le destin. Accompagnée de son acolyte Matias la grenouille, elle profite de ce pouvoir pour modifier les événements qui l’entourent et contrecarrer les plans de l’Impératrice du Temps, qui n’a nulle intention de la laisser faire à sa guise. Durant son voyage, et comme dans la longue lignée des traditions du J-RPG, elle rencontre de nouveaux compagnons qui se joignent à son combat à travers le temps.

Le résumé peut sembler banal et peu original, mais ce n’est pas sur ce point que le jeu se distingue de ses pairs. Non, ce qui fait toute la différence, c’est le gameplay. En effet, Crisbell possède ce pouvoir de voir le passé, le présent et le futur d’un même lieu, ce qui lui permet d’interagir avec les trois périodes afin de modifier les événements et débloquer des situations. À l’écran, cela se traduit par un découpage en trois parties : à gauche le passé, au centre le présent et à droite le futur. Pour passer de l’un à l’autre, Crisbell fait appel à Matias, qui peut voyager entre chaque époque et interagir physiquement avec les éléments. Par exemple, si la jeune fille plante la graine d’un arbre fruitier dans le présent, la grenouille peut aller chercher son fruit dans le futur. C’est ainsi que se démêleront probablement la majorité des situations, mais ce pouvoir ne sert pas uniquement à résoudre les problèmes : il sert aussi en combat.

20200618075449 1

La base du système de combat est très classique : c’est du tour par tour à l’ancienne comme vous avez pu le vivre sur bien des jeux comme les Final Fantasy, Chrono Trigger, Dragon Quest et la plupart des J-RPG de l’âge d’or. Pour ceux qui ne connaissent pas, sait-on jamais, cela signifie un groupe de héros contrôlé par le joueur face à un autre groupe d’ennemis et chacun joue l’un après l’autre dans un ordre défini. Lorsque c’est le tour d’un personnage contrôlé par le joueur, il a le choix entre plusieurs actions comme attaquer, utiliser une compétence, se défendre ou utiliser un objet. C’est très basique, mais ça fonctionne très bien et Cris Tales reprend ce principe à la lettre. Sauf que le jeu se permet un petit écart grâce au pouvoir de Crisbell. Si cette dernière peut voir et interagir avec le passé et le futur, elle peut aussi y envoyer les ennemis. Ainsi, si vous envoyez le sort poison sur un ennemi, vous pouvez l’envoyer dans le futur pour qu’il prenne tout de suite les dégâts plutôt que de devoir attendre que ce soit son tour. De même, lors de certains combats, il vous est possible d’affaiblir un ennemi en jouant avec le temps comme par exemple lors de l’affrontement contre le boss de la démo. Ce dernier possède une défense à toute épreuve avec son énorme bouclier, mais si vous utilisez un sort d’eau et l’envoyez dans le futur, ce bouclier sera rouillé et donc moins efficace, vous permettant ainsi de frapper sans retenue. Cette mécanique rajoute toute une couche de gameplay supplémentaire avec tout un tas d’interactions possibles entre le pouvoir de Crisbell et les différents personnages du groupe.

20200618121243 1

Que dire de plus si ce n’est qu’en dehors de l’originalité de son gameplay, Cris Tales se démarque aussi par son aspect visuel ? Mélange de patchworks et de dessins de livres pour enfants, le jeu ne peut pas laisser indifférent. Cela ne plaira pas à tout le monde, c’est certain, mais son identité graphique est indiscutable et pour ma part, j’adore. Quant aux musiques, elles sont très réussies du peu que j’ai pu entendre et ne manquent pas de caractère, mais à voir si cela se confirmera tout le long du jeu.

En résumé, ce Cris Tales est intriguant et possède un charme indéniable. Rendant un bel hommage aux J-RPG d’antan, il ne se complaît pourtant pas dans les vieilles recettes et n’hésite pas à proposer d’autres mécaniques originales pour se distinguer. Est-ce qu’il trouvera sa place auprès des joueurs ? C’est trop tôt pour le dire, sa sortie étant prévue pour le 17 novembre, mais il va sans nul doute attiser la curiosité de bien d’entre nous.

Niveau d'attente : 5/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1079830/Cris_Tales/

Dwarfheim par Seiei

C’est quoi ? Un RTS co-op/survie avec des nains, que des nains !

Dwarfheim, produit par Pineleaf Studio, est un RTS médiéval-fantastique prévu pour l’automne de cette année. On y jouera donc… des nains dans un jeu qui se veut coopératif et de survie. La démo nous propose une mission en solo dans laquelle il faut survivre à quelques vagues de troll qui attaquent votre village situé… en surface, au milieu des arbres. Crénom, des arbres…

20200619164557 1

Le gameplay est très classique et emprunte ce qui se fait ailleurs : une mairie, des maisons pour la population, des scieries, des fermes… On démarre avec deux mercenaires, deux bâtisseurs et deux mineurs (les vrais, avec des pioches). Premier constat : le jeu doit encore être pas mal travaillé. Il n’est pas lourd, ce n’est pas une tuerie niveau graphismes, mais au niveau FPS, c’est vraiment ridicule par moments et ça porte à conséquence dans un jeu dans lequel la microgestion est importante.

Second constat : c’est encore loin d’être au point. Des bâtiments, présents sur la carte, n’indiquent absolument rien et il est impossible d’interagir avec eux (ou je n’ai pas trouvé comment), la démo n’ayant absolument aucun tutoriel.

Les unités sont limitées dans cette démo, de nombreux bâtiments constructibles ne sont pas disponibles dans celle-ci.

20200619165344 1

Toutefois, ce jeu amène une nouveauté qui mérite un peu notre intérêt. En effet, la carte est divisée en deux plans : la surface et les mines (aaaaah, soulagé). Au début, je n’avais pas compris… je me doutais bien que le « trou » dans le sol était l’entrée, j’y avais envoyé mes mineurs au début, mais ils avaient disparus. Par après, des troupes passant à proximité avaient aussi disparu… je me suis dit qu’il y avait un bug jusqu’à ce qu’en cliquant sur « unité libre suivante » j’arrive sur le plan du sous-sol, avec tous ces employés en train de se tourner les pouces.

20200619170741 1

Le gameplay du sous-sol est fondamentalement différent de la surface. Il faut creuser la mine et créer une chaîne logistique pour le traitement des minéraux, un peu à l’instar d’un factorio ou d’un satisfactory (en beaucoup plus simple, évidemment ; ce n’est pas le but du jeu). C’est original et indispensable pour atteindre les unités/bâtiments avancées, qu’il faut construire en surface pour vous protéger des envahisseurs.

Le jeu a un petit air de Warcraft Reforged avec son aspect coloré et, en ultra (n’oubliez pas de changer les graphismes avant de démarrer ; par défaut, c’était en low) ce n’est pas vilain. On peut zoomer pour voir les unités de prêt. Par contre, au niveau de la bande originale, là aussi ça laisse vraiment à désirer… ça ne colle pas du tout à un univers nain, mais plutôt à un environnement plein de grandes perches glabres. Vous voyez de quoi je parle ?

Bref, pour le moment, ce n’est pas top, mais il y a de bonnes idées et j’espère que d’ici à la sortie, certains mécanismes seront retravaillés. J’ai tout de même une certaine appréhension envers les RTS de coopération et RTS de survie, que je considère comme étant un moyen trop facile de réaliser un jeu. À quand un vrai RTS multijoueur digne de ce nom afin qu’on puisse se retaper dessus ?

Niveau d’attente : 2.5/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/977650/DwarfHeim/

Everspace 2 par Lianai

Everspace 2 est, comme son nom l’indique, la suite du populaire rogue-lite / jeu d'exploration spatiale du studio ROCKFISH Games. À bord de votre vaisseau, vous chassez du bandit, faites du commerce, résolvez des quêtes voire semez la terreur en devenant vous-même une vermine assoiffée de ferrailles à refourguer au plus offrant afin d’améliorer votre véhicule pour ensuite voyager vers des secteurs toujours plus éloignés. Mais attention, l’espace est dangereux et il vous est facile de mourir sous les feux ennemis ou à travers des débris.

20200619225440 1
20200619234506 1

Dans les faits, cet Everspace 2 se démarque assez peu de son grand frère, mais on ne va pas non plus lui reprocher de ne pas changer une recette qui gagne, car autant le dire de suite : ce nouvel opus est toujours aussi jouissif à prendre en mains. Les aficionados de simulations lui tourneront certainement le dos, mais pour un jeu typé arcade, c’est intuitif, nerveux, précis et piloter notre vaisseau devient vite addictif, d’autant plus quand on commence à le pimper. Comme pour son prédécesseur, l’évolution de votre vaisseau se base en partie sur les pièces détachées que vous trouvez ou achetez, un peu comme pour un hack & slash. Possible que vous puissiez à terme l’améliorer d’autres manières, mais ce n’est pour le moment pas disponible. Bien entendu, vous pouvez aussi augmenter votre collection de vaisseaux et les utiliser en fonction de vos envies et besoins. Quant à la partie narrative, les développeurs prévoient une quête principale d’environ 20 à 30 heures, ce qui est loin d’être négligeable. Pour le moment, il n’y a rien d’autres que des quêtes basiques, donc vous pourrez difficilement vous faire une idée, mais entre le succès du premier Everspace et l’état actuel de ce second épisode, on peut déjà se mettre à espérer.

20200619232751 1
20200619235003 1

Techniquement, le jeu n’est peut-être pas très impressionnant, mais c’est joli et très propre. Ça fourmille de détails dans tous les coins, les vaisseaux sont très réussis et le tout reste parfaitement fluide. Ce n’est pas le cas de tous les jeux spatiaux, donc autant en profiter. Pour ce qui est de la musique, on reste sur de l’électro et de l’ambiant comme on a l’habitude d’en écouter avec ce type d’univers. Par contre, il semblerait que l’on perde la petite pointe de rock du premier opus.

Pour résumer, Everspace 2, c’est du tout bon pour le moment, mais il a de qui tenir. À suivre !

Niveau d'attente : 4/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1128920/EVERSPACE_2/

Exo One par Lianai

C'est quoi ? Un jeu d'exploration expérimental.

Développé essentiellement par Jay Weston sous le nom de studio Exbleative et financé sur Kickstarter à hauteur de 43 000$ australien, Exo One est ce que l’on pourrait considérer comme un jeu expérimental que l’on vit davantage que l’on joue. Poussant à l’exploration, ce dernier vous met aux commandes d’un vaisseau extraterrestre ayant la capacité de contrôler et d’exploiter la gravité. Comment cela se traduit en jeu ? Eh bien, vous vous retrouvez à diriger une boule que vous pouvez faire accélérer afin de lui faire prendre de l’élan au sol et ainsi la faire décoller. À partir de là, vous pouvez lui donner la forme d’un disque et profiter des vents ascendants pour continuer votre chemin, mais attention, car le vaisseau ne peut pas garder cette forme indéfiniment et a tendance à toujours revenir au sol. Est-ce qu’il y a un but à tout cela ? Chercher des indices afin de comprendre l’origine du message extraterrestre, qui a poussé le survivant d’une ancienne mission sur Jupiter à prendre les commandes de ce vaisseau.

20200618143711_1.jpg
20200618143758_1.jpg

Visuellement, le jeu est plutôt agréable et peut se vanter d’offrir quelques panoramas impressionnants. La démo n’étant pas très généreuse en contenu : on n'a à disposition qu’une seule planète sur un court moment, mais on peut déjà se faire une idée de ce que le jeu aura à proposer et une petite vidéo de fin, sûrement encodée par le même type qui faisait nos divx d’il y a plus de 15 ans, se charge de donner un aperçu de ce qui nous attendra à la sortie du jeu, prévue pour 2021. Quant à la musique, c’est de l’ambiant plutôt sympathique, mais qui ne se démarque pas beaucoup des autres, donc à voir, ou à écouter plutôt.

20200618143848_1.jpg
20200618144118_1.jpg

Soyons honnêtes, il est difficile de dire beaucoup de choses sur ce jeu tant il est à part. Malgré tout, il fait partie, comme Flower et d’autres, de ces jeux qui peuvent facilement vous captiver, voire vous hypnotiser en devenant des expériences presque sensorielles. De ce fait, il ne pourra pas plaire à tous, très loin de là, mais il aura au moins le mérite de proposer quelque chose de différent.

Niveau d'attente : 3/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/773370/Exo_One/

Fae Tactics par Oulanbator

C'est quoi ? Un tactical RPG qui s'inspire des plus grands.

Fae Tactics est un tactical RPG du studio Endless Fluff Games, connu notamment pour son titre Valdis Story: Abyssal City. Dans des décors en 3D isométriques, nous prenons part à des affrontement tactiques impliquant de nombreuses mécaniques qui vont des attaques de dos, en hauteur, aux enchaînements ou contres. Le nombre d'éléments est très riche, mais leur mise en place à base d'actions disponibles seulement dans un contexte (par exemple si on n'attaque pas près d'un allié) rend la prise en main plus complexe que nécessaire: un menu, classique listant les actions disponibles ou non aurait rendu nos possibilités plus lisibles et donc notre action plus planifiable. C'est d'autant plus dommage vu la richesse du gameplay. On ne tombe pas dans la complexité d'enchaînements débridée d'un Disgaea ; l'action se veut plus contenue comme dans Fire Emblem, mais l'interface manque de clarté. Il est possible qu'avec le temps et l'habitude ce ne soit cependant pas un défaut.

Malgré une heure et demie de jeu, les personnages n'ont pas su se montrer particulièrement attachants et le fait d'avoir des invocations ne crée pas un grand attachement pour autant. Les dialogues sont assez convenus et sans grand intérêt. Les enjeux ne sont pas clairs et si une narration prétexte est tout à fait acceptable, inutile de la délayer pour autant. L'ambiance sonore est vraiment incroyable dès l'écran titre, mais la musique des combats, bien qu'agréable, devient assez rapidement répétitive.

Difficile avec cette démo de dire si Fae Tactics sera un T-RPG qui marquera les joueurs. Si la dynamique d'apprentissage et d'ajout de nouvelles mécaniques se tasse un peu, laissant plus de place aux situations et permettant au joueur de mieux maîtriser son échiquier, le titre pourrait s'avérer sympa. À l'inverse, s'il continue de se complexifier et de se déliter, il est possible qu'il devienne lassant.

Fae Tactics
Fae Tactics
Fae Tactics

Niveau d'attente : pourquoi pas ?

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/995980/Fae_Tactics/

Fallen Angel par Lianai

C'est quoi ? Un hack & slash en pixel art.

Développé par le petit studio Matrioshka Games, dont c’est le premier jeu, Fallen Angel est un hack & slash typé 16 bit comme on en voit de plus en plus ces dernières années. Ici, on se retrouve dans la peau de Lucifer, l’ange déchu qui combat les armées d’un Paradis aux allures tantôt primitives, tantôt cauchemardesques.

20200618220123 1
20200618220729 1

Au niveau du gameplay, le jeu ne se démarque pas vraiment de ses concurrents. Attaque au corps à corps, attaque à distance par l’intermédiaire d’une arme à feu, saut, dash et vous avez fait le tour des grandes lignes. À cela, on ajoute un vol plané, quelques combinaisons de boutons pour ajouter quelques coups spéciaux et vous avez le reste. La seule particularité réside dans la possibilité pour Lucifer de se transformer en démon lorsqu’une jauge est remplie. Cela lui procure un bonus en attaque, en défense et en vitesse. Plus tard devrait s’ajouter un arbre de compétences, qui devrait donner un peu plus de consistance à l'ensemble.

Visuellement, là encore il a du mal à se démarquer. Ce n’est pas mauvais, loin de là, mais il ne sort pas suffisamment du lot pour se faire remarquer. En comparaison, Children of Morta est bien plus réussi et s’approprie bien mieux le style 16 bit pour en faire un atout esthétique.

20200618221139 1
20200618224047 1

Bref, Fallen Angel risque de ne pas faire grand bruit et de terminer dans l’oubli comme bien d’autres avant lui. Malgré tout, il faut retenir que le jeu est encore dans une phase précoce de son développement et on ne peut que lui souhaiter de s’améliorer d'ici sa sortie prévue à l'automne afin qu’il puisse faire une place dans le milieu assez fermé des hack & slash en pixel art où peu d’élus se frayent un chemin jusqu’au succès.

Niveau d'attente : 2/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1124560/Fallen_Angel/

For the People par Hachim0n

C'est quoi ? Un jeu narratif avec une pointe de gestion.

Comme un mélange de This is the Police et de Papers Please, For the People nous met dans la peau d’une personne à un poste clé dont les actions bouleversent des vies. À la tête d’une communauté dans un État fictif aux relents pas bien subtiles d’URSS, le joueur est contraint de prendre toutes sortes de décisions en veillant à ne pas épuiser le budget de la commune ni de trop se faire détester par ses citoyens. Qu’il s’agisse d’apaiser les tensions, d’affronter des rébellions ou d’empêcher la propagande d’État, l’agent public tient toujours à un fil.

20200618151124_1.jpg
20200618153430_1.jpg

Plus narratif qu’interactif, le jeu des Russes de Brezg Studios nous offre dans cette démo une multitude de dialogues à la localisation anglaise loin d’être irréprochable, avec des choix pas toujours satisfaisants. Ses mécaniques sont classiques, mais peinent pourtant à être correctement expliquées, à l’image de la gestion des ressources qui reste relativement obscure dans ce premier aperçu du jeu. Ce qui est dommage, car le reste : la consultation des doléances des citoyens et les choix liés, les rencontres avec les différents représentants ou même les investigations et enquêtes sur la carte du quartier sont sympathiques. Néanmoins, les différents camps avec lesquels on traite restent bien trop caricaturaux, à tel point que l’on a parfois du mal à se situer face à un jeu qui cherche constamment à nous faire prendre parti pour un camp plutôt que l’autre. Certes, cela a son côté grisant en nous donnant le sentiment d’avoir un impact sur la communauté, néanmoins l’ensemble manque beaucoup trop de finesse pour rester en tête. Prévu pour une sortie cette année, on attend beaucoup plus du jeu complet.

Niveau d'attente : 1/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1146600/For_the_People/

Gestalt: Steam & Cinder par Peredur

Gestalt: Steam & Cinder est un metroidvania qui attire l’œil tout d’abord par son univers steampunk sublimé par sa direction artistique. Cependant, plutôt que de nous plonger directement dans l’action, la démo nous fait parcourir une ville, afin de nous faire découvrir l’univers du jeu, son ambiance et surtout nous montrer qu’il y a une dimension RPG plus importante que ce que l’on peut trouver dans les jeux dans lesquels il puise son inspiration.

Néanmoins, on ne tarde pas non plus à sortir son épée et son pistolet pour commencer à affronter, avec un gameplay exigeant (parfois punitif) des malfrats équipés de prothèses mécaniques, des drones, des chiens qui semblent étranges… pour finir sur un boss qui ne laisse aucun doute qu’il y a quelque chose de plus dans cet univers.

La démo est assez courte et n’est réellement qu’une introduction à l’univers et au gameplay. On peut notamment dès le début voir dans le menu cet onglet « Upgrades » qui nous est complètement bloqué et laisse imaginer un tas de possibilités. On constate au final que le jeu nécessite effectivement encore un peu de travail avant de pouvoir sortir, notamment au niveau des contrôles, mais présente suffisamment d’arguments pour susciter la curiosité et justifier de suivre la fin de son développement.

gestaltville.jpg
gestaltcombat.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1231990/Gestalt_Steam__Cinder/

Grounded par Soviet Suprem

Lorsqu’on pense à Obsibian, on pense forcement à leurs nombreux RPG, dont le récent The Outer Worlds. Pourtant, alors que le genre coule pour ainsi dire dans les veines du studio californien, celui-ci s’attaque aujourd’hui à un genre aussi populaire dans le monde qu’encore inexploré par ses propres développeurs : le jeu de survie. Avec Grounded, l’enjeu est double pour Obsidian : prouver qu’il est capable de sortir de sa zone de confort et amorcer la course aux exclusivités lancée par Microsoft avec le rachat de nombreux studio depuis 2018. Une prise de risque donc, mais pour le moins mesurée. S’il la distance qui nous sépare de la sortie du jeu ne nous permet pas encore de dire si elle sera payante, il est d’ores et déjà possible pour les joueurs PC et Xbox One de se forger un premier avis avec une version de démonstration gratuite.

Après une malencontreuse expérience scientifique, Max, Willow, Pete et Hoops, 4 adolescents qui raviront les fervents partisans de l’inclusion, se réveillent au beau milieu d’une végétation luxuriante qui n’est autre que l’arrière-cour d’une maison. Alors que le joueur découvre peu à peu que les arbres devant lui ne sont pas ce qu’ils semblaient être et que les bruits inquiétants aux alentours sont les prémices d’une lutte féroce avec des insectes devenus plus grand que son personnage, le lecteur aguerri se demande quant à lui ce que peut bien venir faire là l’inclusion. À cela, je répondrai que cette précision tient plus au souhait de présenter la marque particulière de Grounded que d’une volonté d’alimenter les polémiques. En effet, aussitôt plongé dans l’univers, le jeu semble vouloir se démarquer de ses concurrents en évinçant le traditionnel créateur d’avatar habituel au genre : vous incarnez l’un ou l’autre des adolescents quoi qu’il advienne. Une particularité qui s’explique peut-être par l’introduction d’un scénario et d’une quête vers un retour à la taille normale, mais qui dénote avec le trop grand classicisme du titre.

Celui-ci repose entièrement sur des mécaniques de gameplay très classiques : récolter, crafter, répondre aux besoins fondamentaux et coopérer pour survivre. Une base aussi éprouvée qu’éculée donc, mais qui est ici habillement exploitée : la prise en main est rapide autant pour le néophyte que pour le survivaliste de longue date. Pour ce dernier cependant, elle aura peut-être le goût amer du moindre effort. Comme en témoigne la récolte d’une nouvelle ressource qui débloque automatiquement la recette des crafts associés, le plaisir de la découverte se trouve ailleurs. Dans ce monde aux allures d’Arthur et les Minimoys. Dans cette nouvelle perspective offerte sur les objets du quotidien, abandonnés ici dans les entrelacs d’un jardin en friche. Dès lors, on prend plaisir à faire le tour du domaine et on se délecte d’autant plus de chaque découverte, car celle-ci est tantôt utile pour la fabrication d’une nouvelle base tantôt nécessaire à la réalisation d’une quête. Et si cette poursuite de l’objet banal souffre un peu du manque de verticalité du titre, qui ne propose pas à ce jour de vraiment grimper sur la flore locale, et d'un relatif vide du monde, elle s’avère toutefois dynamisée par les nombreux résidents qui y habitent. Araignées, blattes et autres insectes volants sont monnaie courante et réveilleront probablement de nombreuses phobies. Anxiété accentuée par un game design qui privilégie la surprise au nombre et à une faune agressive envers le joueur. Celui-ci ne trouvera de repos qu’à la nuit tombée dans la sécurité d’une base, même sommaire. De ce que l’on peut en voir, les ennemis ne semblent pas différer entre le jour et la nuit.

En conclusion, il est encore trop tôt pour savoir ce que cette nouvelle itération de survie proposera réellement. On peut cependant acter que si le titre répond au cahier des charges du genre et propose tout ce à quoi le survivaliste est en droit de s’attendre, il demeure bien trop fidèle à ses concurrents et ne se démarque que par son univers. Pour les curieux, il est possible d’aller s’abreuver de goutte d’eau (après avoir au préalable coupé l’herbe sur laquelle elle repose) et se mesurer à son entomophile jusqu’au 26 juin sur PC dans le cadre du Steam Festival ou sur Xbox One par le biais du programme Xbox Insider.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/962130/Grounded/

Hazel Sky par Grim

C'est quoi ? Un jeu d'aventure à la troisième personne.

Cette démo nous introduit Shane, un jeune garçon issus d'une famille d'Ingénieur, un ordre vénéré dans la ville de Gideon, une cité flottante. Shane est envoyé sur une île, seul, pour y passer les épreuves qui doivent faire de lui un ingénieur. Le peu de ce que l'on peut voir durant cette démo s'annonce assez classique. Shane doit réparer un petit avion au moyen des composants qui traînent, pour la plupart, à quelques pas de l'avion. Rien de révolutionnaire, mais c'est juste le début et le personnage semble partir explorer l’île pour la suite. La démo semble bien proposer quelques interactions ici et là (on peut y jour de la guitare) et semble introduire un second personnage dont on se doute qu'il poussera Shane à s'interroger sur sa place dans ce monde. Je ne vais pas mentir, le contenu de cette démo est trop léger pour se faire une idée précise du potentiel du jeu dont la sortie est toujours prévue pour cette année.

Hazel Sky
Hazel Sky

Niveau d'attente : 2/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1094920/Hazel_Sky/

Hellbound par NeoGrifteR

C'est quoi ? Un fast-FPS.

Le FPS des années 90 qui arrive 20 ans plus tard scande la phrase d’accroche. Qui arrive 4 ans en retard serait plus juste. La posture du personnage sur la page d’accueil, les crânes qui encadrent les menus, ces espèces d’arènes dans un décor rougeâtre qui rappelle les enfers… L’animal ne se cache pas de vouloir marcher dans les pas de DOOM. Mais après le renouveau de la licence reine en 2016 et sa confirmation avec Eternal cette année, la recette du fast-FPS façon 90’ semble se résumer ici à des graphismes aux allures carrées, à des ennemis un peu bêbêtes et à des armes dont on ne ressent pas la puissance. Non, le vide a déjà été comblé et la nostalgie a ses limites.

20200618225648_1.jpg
20200618230016_1.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/753590/Hellbound/

Hundred Days par Alandring

C'est quoi ? Un jeu de gestion dans lequel vous dirigez une exploitation viticole.

Je m'attendais à un Stardew Valley, j'ai eu droit à un Game Dev Tycoon. En effet, l'agriculture se résume à placer des pièces sur une surface limitée ; ne comptez donc pas arroser vous-même vos vignes ni récolter le raisin avec de belles machines. Le coeur du jeu ne se trouve pas là, mais dans la gestion du raisin : comment désirez-vous le presser ? Souhaitez-vous le faire vieillir ? Quelle bouteille choisir, à quel public vendre le produit ?

Le joueur intervient à de nombreuses étapes, avec pour ambition de créer le meilleur vin possible. Le jeu ne demande donc ni réflexes ni répétition des efforts, mais seulement une bonne planification. La formule fonctionne bien et a de bonnes chances de satisfaire son public. En effet, c'est la seule limite du jeu : il se destine avant tout aux amateurs de vin, car il faut une bonne connaissance du sujet pour réellement prendre du plaisir. Faut-il privilégier un goût plus doux ? Faut-il donner un maximum de corps au breuvage ? Ne buvant pas du tout d'alcool, j'ai été perdu face à ces choix, mais j'imagine que vous vous y connaissez mieux que moi.

1.jpg
2.jpg
3.jpg

Niveau d'attente : 1/5, mais c'est parce que comme dit plus haut, ce jeu ne m'est pas adressé.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1042380/Hundred_Days__Winemaking_Simulator/

InMost par NeoGrifteR

C'est quoi ? De la plateforme avec une lourde ambiance.

Difficile de cerner ce que veut nous raconter Inmost. La démo fait se succéder plusieurs séquences avec des personnages différents : un enfant, un chevalier, un petit vieux… Chacun a son propre objectif et donc un gameplay sensiblement différent. Il s’agit en gros d’un mélange entre plateforme et aventure dans lequel il faut se frayer un chemin vers la sortie, récupérer des objets à utiliser plus loin ou combattre des ombres gluantes. Les niveaux cachent de nombreux secrets à trouver, sous la forme d’éclats lumineux.
Cependant, cela suffit pour être conquis par son ambiance sombre et glauque, surtout quand une voix de petite fille s’attaque à la narration (en anglais sous-titré en français). Et vu l’avertissement en début de partie, ce n’est pas fait pour devenir plus joyeux par la suite. L’aspect graphique n’est pas en reste avec un superbe pixel-art souligné par de beaux effets de lumière.
Les personnages répondent bien une fois le pad en main. Il est toutefois déstabilisant de voir à certains moments la touche à utiliser affichée à l’écran, tandis qu’il faut découvrir quoi faire par soi-même à d’autres instants.

Inmost 1
Inmost 2

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/938560/INMOST/

Le Donjon de Naheulbeuk - L'Amulette du Désordre par Alandring

C'est quoi ? Une adaptation en jeu de rôle tactique de la meilleure licence francophone.

"Inégale" est probablement le meilleur adjectif pour décrire la démo disponible pour Naheulbeuk. Si certains doublages sont de qualité (comme la voix du narrateur), d'autres le sont nettement moins (telle l'Elfe). Si on sent la volonté de créer un gameplay riche, avec beaucoup de possibilités offertes au joueur, on regrette un système basé sur l'aléatoire. Si la technique est globalement correcte, notre partie s'est terminée sur un bug bloquant. En somme, le meilleur cadeau qu'on puisse faire à cette démo, c'est probablement de ne pas y jouer, en attendant une version plus aboutie du jeu.

Niveau d'attente d'Alandring : élevé, bien que peu convaincu par la démo.

Niveau d'attente de Seiei : 4/5

DonjondeNaheulbeul.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/970830

Mars Horizon par Aragnis

C'est quoi ? Une simulation de gestion d'agence spatiale.

Quand je me suis intéressé à ce jeu, c'était évidemment en pensant à Kerbal Space Program. Mais étant développé en collaboration avec l'European Space Agency, on est là en face de quelque chose de beaucoup plus sérieux.
Tout d'abord, la démo permet de choisir entre trois agences spatiales (5 normalement au final) : ESA, NASA et Russia. On démarre alors dans la première ère de la conquête spatiale en 1957 qui doit nous amener à mettre en place un satellite et/ou envoyer un animal dans l'espace. Sachant que la création de l'ESA date de 1975, celle de la NASA de 1958 et qu'à l'époque on ne parlait pas de "Russia" mais de USSR, on n'est pas là pour suivre l'histoire mais plutôt pour la ré-écrire.
En permanence, on peut contrôler l'avancement des agences concurrentes, ce qui n'exclut pas une petite collaboration de temps en temps pour progresser plus vite.
Pour ce faire, on dispose d'un budget qui limite ce que l'on peut construire et de crédits de recherche qui définissent le temps nécessaire pour développer de nouvelles technologies, agrandir et moderniser ses locaux ou encore construire des aires de lancement.
Les recherches suivent un arbre dont il est impossible de sauter les étapes, mais qui permet de s'orienter vers des technologies plus à risque et moins chères ou moins à risque, mais plus chères, plus ou moins performante, etc. In fine, cela aboutit à une première fusée qu'on assemble puis on définit une date pour l'essai, chose très importante, car selon les mois de l'année et ce qu'on souhaite faire, un lancement est plus ou moins conseillé.
En avançant dans le jeu, d'autres paramètres deviennent importants, comme le temps accordé à des tests théoriques qui renforcent la fiabilité du vrai lancement.
En définitive, tout ce qui fait en sorte que votre essai sera couronné de succès ou pas, c'est cette préparation : pas d'assemblage à la main ni de pilotage. Le jeu vous indique systématiquement selon les choix faits les chances de succès. Et ça peut être frustrant, j'imagine que je n'aurais pas apprécié que mon lancement à 99% de réussite échoue. Mais en un sens, c'est un reflet de la réalité : on ne peut pas réellement tout micro manager et si l'on fait des choix risqués, si l'on ne vérifie pas assez, les variables d'échec peuvent s'accumuler. L'explosion de la navette Discovery en 1986 a résulté d'erreurs qui auraient pu être évitées.
Graphiquement, rien de folichon, mais ça reste agréable à regarder et on évite des écrans surchargés de données, tout est clair et lisible.
J'ai donc trouvé cet aperçu du jeu intéressant. Reste à voir si dans son entièreté le jeu saura rester intéressant et quelle sera sa rejouabilité.

Niveau d'attente d'Aragnis : 3/5
Niveau d'attente de Seiei : 3/5

launchday
lune
controlroom

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/765810/Mars_Horizon/

Mr. Pepper par Alandring

C'est quoi ? This War of Mine dans une dystopie autoritaire.

Vous connaissez le topo : à une époque non définie, dans un pays non défini, un régime autoritaire a été instauré, supprimant les libertés des citoyens. Comme le totalitarisme, ce n'est pas super cool, vous cherchez à vous enfuir. Pour cela, vous avez un super plan, découpé en de nombreuses étapes.

Mr. Pepper rappelle énormément This War of Mine : vous devez créer de nombreux aménagements dans vos souterrains afin de préparer votre évasion. Vous pouvez aussi faire du troc et explorer la ville pour obtenir de nouvelles ressources. Le tout en veillant à ne pas créer de soupçons chez les autorités.

La démo était très courte, donc difficile de dire ce que vaut réellement le jeu, mais le potentiel est là.

1.jpg

Niveau d'attente : 3/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/761830/Mr_Prepper/

Omno par Grim

C'est quoi ? Un jeu d'aventure à la troisième personne

Nous avions découvert Omno lors de sa campagne Kickstarter fin 2018. J'espérais donc avoir quelque chose de nouveau à mettre sous la dent quand j'ai vu une démo du jeu être disponible lors de ce Festival. Hélas, rien de neuf à l'horizon puisque c'est exactement le même contenu que lors du Kickstarter qui était proposé. Soit une version alpha du jeu. Le titre se veut toujours être un mélange entre le jeu d'aventure en monde ouvert, avec son lot de secrets à trouver, et le jeu de plateforme. La mécanique de base semble résider dans le bâton que porte le personnage, qui est utilisé pour collecter des petites orbes lumineuses servant à alimenter des "temples" en énergie. Les phases de plateformes sont pour l'heure assez basiques et font juste appel au dash aérien dont dispose le personnage. Ça semble toujours aussi tranquille et l'idée de surfer sur son bâton fait (un peu) rêver. Sortie toujours prévue en 2020 pour les plus optimistes.

Niveau d'attente : 2/5

Omno

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/969760/Omno/

Papetura par Grim

C'est quoi ? Un jeu d'aventure en point & click.

Probablement l'une des démos les plus courtes que j'ai testées. Deux écrans, deux énigmes, moins de cinq minutes pour terminer ce qui était proposé et ce fut pourtant suffisant pour tomber amoureux du jeu. Avec ses graphismes intégralement faits à partir de papier et sa superbe musique, Papetura rappelle un peu Machinarium avec ses personnages étranges et son ambiance si particulière. Clairement un gros coup de cœur en ce qui me concerne. Il devrait sortir cet été.

Niveau d'attente : 5/5

Papetura
Papetura

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/593640/Papetura/

Radical Rabbit Stew par Oulanbator

C'est quoi ? Un jeu de puzzles arcade typé 16 bits.

Le scénario de Radical Rabbit Stew tient sur un coin de serviette et est suffisamment crétin pour justifier qu'on fasse passer à la casserole des hordes de lapins. Armé de notre fidèle cuillère en bois, nous résolvons de petits puzzles en vue du dessus. Il faut lancer des lapins dans des marmites, en les projetant sur des ressorts et à travers les murs. Si le pitch simpliste ne casse pas trois pattes à un canard, le jeu arrive assez bien à faire apprendre ses mécaniques sans aucune bulle de dialogue. La démo étant extrêmement courte, on apprend pour l'instant des choses très simples : casser des briques, utiliser des ressorts, tirer dans une direction et faire une attaque chargée nous donnant la puissance d'un ressort. Les quelques tableaux présents nous laissent surtout présager d'un jeu qui pourrait s'avérer fort fun une fois plus de compétences débloquées. La jolie carte terriblement clairsemée laisse d'ailleurs penser que beaucoup de tableaux sont encore cachés.

Si les quelques niveaux sont assez simples à enchaîner, le premier boss demande un petit peu plus de réflexion pour comprendre ce qu'on attend de nous. C'est d'ailleurs ce dernier boss, qui ne reprend pas du tout les mécaniques du premier monde, qui séduit le plus, car on peut le défaire en jouant plutôt tactique ou plutôt bourrin - ce qui est un bon présage pour les puzzles à venir.

La traduction française est surprenante et mon cœur balance entre originalité assumée ou Google trad éhontée. L'ambiance est relativement convenue dans le déjanté, mais on déplore les rots que fait le jeu chaque fois qu'un lapin finit en civet. Annoncé pour le 16 juillet sur de nombreux supports, avec un mode multijoueur annoncé, Radical Rabbit Stew pourrait faire office d'apéro sympa, avec quelques rondelles de saucisson.

Niveau d'attente : lapin compris ?
Page Steam : https://store.steampowered.com/app/1232010/Radical_Rabbit_Stew/

Rise Eterna par Zekkangel

C'est quoi ? Un rpg tactique.

Le jeu débute par le pillage d'un village par une troupe de bandits qui tourne mal. Nathéal trouve la seule rescapée (et responsable ?) du massacre et le vagabond accompagne Lua dans une grand ville des environs pour y trouver des réponses. C'est tout ce qui est visible sur cette démo ; les développeurs promettent une histoire assez riche et centrée sur la relation entre ces deux protagonistes

Au niveau gameplay, c'est assez simple ; pensez à Fire Emblem. Une carte du monde avec des points d'étapes, une bataille s'enclenche et l'écran passe sur une carte en damier. Chaque camp joue tout à tour, déplaçant ses personnages et lorsque celles-ci sont suffisamment proches d'un ennemi pour attaquer, l'écran change encore pour afficher une petite scénette de combat. Chose curieuse sur la démo, seul l'initiateur de l'affrontement attaque, pas de riposte du défenseur ; cela alourdit un peu le gameplay et rend les batailles plus longues. Il semble y avoir un genre de système de soutien : attaquer un ennemi alors qu'un de nos alliés se trouve à portée d'attaque fait apparaître se dernier dans la scénette. Malheureusement, pas d'explications sur le système, possiblement des bonus de stats pour l'affrontement comme sur les récents Fire Emblem ?

Particularités du jeu, il y a un système d'artisanat pour fabriquer potions et autres consommables, mais aussi ce qui ressemble à un arbre de talents. En effet, chacun des personnages possède un petit arbre de passifs pour l'améliorer, comme un regain de points de vie au début de chaque tour. Il y a aussi un système de runes, mais totalement inactif sur la démo.

En l'état, difficile de dire grand chose du jeu, la démo étant limitée à trois cartes de batailles et à quatre personnages, plus des systèmes de jeu apparemment non entièrement implémentés ou expliqués. Le jeu possède au moins un chara design sympathique, pas trop générique, pareil en ce qui concerne le pixel art des personnages en combats. Le systèmes visibles en partie semble intéressants ou au moins montrent un peu de profondeur de jeu. Donc pourquoi pas ? Un jeu à suivre pour voir s'il parvient à devenir un bon Fire Emblem-like.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/995070/Rise_Eterna/

Rogue Heroes: Ruins of Tasos par Zekkangel

C'est quoi ? Un jeu d'aventure Rogue-lite.

Vous voyez les Zelda en 2D vue de dessus ? Et l'opus à 4 joueurs qu'est Zelda Four Swords ? Rogues Heroes, c'est un peu ça. Plusieurs aventuriers partent à l'aventure dans des donjons pour y affronter moult ennemis, résoudre quelques énigmes et trouver un puissant boss à défaire. Un bouton pour l'attaque de base, un pour l'équipement actif, un pour parer, un pour interagir ; voilà l'essentiel du gameplay. Chaque donjon se solde par l'inventaire des rubis récoltés et un classement de chaque joueur, là encore du pur Zelda Four Swords.

Au menu des originalités, le jeu propose plusieurs classes (mais seulement celle de base est disponible sur la démo) et diverses améliorations de statistiques et équipements via le village. Ce dernier est améliorable via la dépense de rubis, pour débloquer toute une variété de bâtiments fonctionnels. Cela promet une bonne diversité pour les personnages jouables.

En l'état, difficile de se faire un avis précis sur le jeu vu qu'une seule classe est disponible, qu'il y a peu de bâtiments et un seul donjon. Néanmoins, pour l'avoir parcouru à 3 (et avec Crowser comme joueur, il y avait presque un malus) la session fut assez agréable. Point d'interrogation sur la durée de vie du titre vu que le nombre de donjons semble de 4, plus apparemment un donjon infini, mais sans plus de précision. À petit prix pour de petites sessions entre potes, cela pourrait néanmoins représenter un bon petit jeu.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/787810/Rogue_Heroes_Ruins_of_Tasos/

Shores Unknown par Grim

C'est quoi ? Un jeu de rôle tactique au tour par tour.

Une armée mystérieuse qui débarquent d'une mer remplie de brouillard, une armée locale qui élimine les témoins et un petit groupe de mercenaires coincé au milieu qui essaye de survivre, voilà le programme de Shores Unknown. Le jeu se décrit comme un jeu de rôle tactique dont la principale particularité est l'absence de la classique grille de déplacement. Les personnages se placent donc d'eux-même pour attaquer leur cible, ce qui donne un côté assez brouillon aux combats, d'autant que des mécaniques comme les attaques de flancs sont possibles. Sortie prévu courant 2020.

Niveau d'attente : 2/5

Shores Unknown
Shores Unknown

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/899460/Shores_Unknown/

Snowtopia par Seiei

C'est quoi ? Un jeu de gestion de piste de ski

Je l’ai pris parce que je me dis « ah, un jeu de gestion de station de ski, pourquoi pas ? » et 5 minutes après l’avoir lancé, tout ce que je peux dire c’est « euuh… OK, c’est tout ? ». Pas de tuto (juste quelques objectifs à accomplir), 4 bâtiments différents, un bouton pour créer une piste et… c’est tout. Il n’y a vraiment rien d’autre : pas de musiques, aucune interaction avec les skieurs, nada. Bon, ben… next ?

20200618223605 1
20200618223702 1
20200618223826 1

Niveau d'attente : 0/5

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1124260/Snowtopia_Ski_Resort_Tycoon/

Solace State par Alandring

C'est quoi ? Un visual novel se déroulant dans une dystopie autoritaire.

Le synopsis du jeu est d'une banalité affligeante : vous êtes une hacker et enquêtez pour retrouver une amie disparue peu après la prise de contrôle d'une ville jusqu'alors libre par un pays totalitaire. Si l'histoire n'est pas intéressante, sa mise en scène, riche en animations pour passer d'une page à l'autre, a su conserver notre attention. Les choix proposés sont aussi plaisants, même s'il est évidemment trop tôt pour mesurer leur impact.

En revanche, je dois avouer m'être senti dépassé par le niveau d'anglais exigé par le jeu, uniquement disponible dans cette langue. J'ai pourtant déjà joué à plusieurs jeux exclusivement en anglais, y compris des visuals novels, mais c'est la première fois que je ressens réellement que ce sera un problème. Est-ce lié au contexte, au vocabulaire, à la nature très désincarnée de la narration ou tout simplement à ma fatigue lorsque j'ai testé cette démo ? Difficile de le dire, mais pour l'heure, le jeu est peut-être à réserver aux personnes ayant un excellent niveau d'anglais.

1.jpg

Niveau d'attente : 2/5 en anglais, 3/5 si une traduction française voit le jour.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/928000/Solace_State/

Spiritfarer par NeoGrifteR

C'est quoi ? De la plateforme, un peu d'artisanat, plein de bienveillance.

Stella est une petite fille souriante et énergique. Accompagnée de son chat Daffodil, elle est la navigatrice d’un bateau qui a pour charge de recueillir les âmes perdues (des animaux anthropomorphes) afin de les aider à rejoindre l’au-delà. Il est d’ailleurs possible de contrôler ces deux personnages en coopération locale.
La première chose à faire dans cette démo alpha est de construire la cabine d’une vieille dame serpent avant de l’aider à retrouver un souvenir de son passé. Cela permet d’aborder les différents points proposés par ce titre : un bateau entièrement modulable, des phases de plateforme et d’exploration et des activités annexes comme la pêche ou l’agriculture. Il faudra également veiller à ce que les passagers gardent un bon moral et ce à coup de câlins ou de petits plats cuisinés. Pour l’aider dans ces tâches, l’héroïne et son félin disposent chacun d’une lanternelle, un orbe qui peut se transformer en un peu tout et n’importe quoi. Ce pouvoir peut lui aussi évoluer au rythme de l’aventure.
La maniabilité est bonne et les animations réussies. Les graphismes donnent au jeu un agréable côté dessin-animé, appuyés par divers effets comme un cycle jour-nuit ou une météo changeante. Bon, les habitants et les passagers se répètent un peu trop en dehors des parties scénarisées, mais le jeu est toujours en développement et tout cela peut donc évoluer. Le jeu dégage une aura de gaîté et de bienveillance malgré son thème à priori grave. S’ils arrivent à proposer un voyage suffisamment varié, Spiritfarer pourrait être une agréable expérience.

Spiritfarer 1
Spiritfarer 2

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/972660/Spiritfarer/

Starmancer par NeoGrifteR

C'est quoi ? De la gestion de station spatiale.

Sur le papier, ce jeu de gestion de station spatiale à de quoi séduire. Le joueur contrôle l’intelligence artificielle de l’installation et il doit établir des alliances, repousser les ennemis et gérer ses colons de manière plus ou moins éthique. À lire ça, on pourrait presque penser à un mélange entre Dungeon Keeper et le jeu de rôle Paranoïa.
Cependant, il faut calmer ses hardeurs, car cette version alpha se consacre essentiellement à la partie gestion. Pendant une heure, il faut restaurer la station et la faire évoluer avec les différents équipements mis progressivement à disposition. Ici, la ressource de base est la biomasse : c’est elle qui est extraite pour ensuite être transformée en nourriture, en fuel ou en… colon. Il est possible de donner des emplois à ces habitants pour maintenir le bazar en marche ou pour produire de nouvelles choses. Il est également possible de les envoyer en mission dans l’espace afin de récolter d’autres types de ressources. Il faut aussi garder un œil sur leur moral, surtout qu’ils ont tous des traits de caractère propres. Il est enfin possible de réagencer cette base pour créer de nouvelles pièces et de les aménager, tout en jonglant entre l’énergie nécessaire à tout alimenter et les coûts de production.
En l’état, la démo peut vite devenir routinière et on finit par accélérer pour voir les choses se produire plus vite. Il n’y a finalement pas grand-chose à faire à part amasser des ressources et observer ses habitants vaquer à leurs occupations, comme aller se goinfrer à table ou s’endormir dans les chiottes. On peut espérer que la version finale apportera un peu plus d’évènements pour pimenter l’expérience.

Starmancer 1
Starmancer 2

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1062000/Starmancer/

The Hand of Merlin par Seiei

C'est quoi ? Un mix de rogue-lite jeu de tactique au tour par tour dans le mythe arthurien qui se fait envahir par des extraterrestres.

20200617220616_1.jpg

Je ne l’avais pas sélectionné dans ma short list, c’est une petite pub Facebook qui a attiré mon attention dessus, via son synopsis. On se retrouve en pleine invasion alien durant la période… du Roi Arthur (ou peu de temps après, quand Camelot est en décadence). On incarne quelques chevaliers, partis chercher le Graal pour lutter contre les forces extra-terrestres dans un jeu de tactique au tour par tour.

Entre les missions, on se déplace sur la carte à l’instar d’un rogue-lite avec toute une petite série d’évènements, positifs ou négatifs, qui ont de l’influence sur vos soldats de départ : un chevalier, une archère et un mage.

Bref, dans ce mélange des genres (rogue-lite, tactique au tour par tour), il faut bien avouer que la partie tactique est beaucoup, beaucoup trop classique pour m’avoir intéressé. On joue, puis l’ennemi, puis nous, etc. 4 capacités par personnages (on en a 3 dans la démo), un petit level up pour voir qu’on a des possibilités d’évolutions assez différentes et c’est tout. La démo se termine rapidement. D’ailleurs, on n’arrive pas à la fin de la première carte avec cette démo, mais bon, c’est normal. Bref, j’adore le cadre, le mélange des univers, mais j’aime beaucoup moins le travail réalisé sur le gameplay… Enfin, on verra si ça s’améliore d’ici à la sortie.

Niveau d'attente : 2/5

20200617221200_1.jpg

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/600610/The_Hand_of_Merlin/

The Last Spell par Zekkangel

C'est quoi ? Un mélange de rpg et de tower defense.

Le pitch est simple : des sorciers incantent un ultime sort pour débarrasser le monde des hordes de zombis et il faut les protéger jusqu'à ce qu'ils aient terminé. Chaque nuit arrive l'invasion de zombis et il faut tenir les défenses de la ville en contrôlant un petit groupe de personnages. Le jeu se compose de deux grandes phases, le jour et la nuit. 

La journée consiste à s'occuper des héros en les équipant ainsi qu'en améliorant leurs caractéristiques et à modifier les défenses de la ville. L'inventaire pour un personnage se compose de diverses pièces d'armures influençant plusieurs statistiques et de deux slots d'armes. Ce sont ces dernières qui définissent les compétences actives disponibles. Il est possible de construire divers bâtiments pour obtenir des bonus et des défenses variables comme des palissades, des murailles ou des catapultes.

Lorsque le soleil se couche, les zombis prennent d'assaut la ville. Le jeu passe alors au tour par tour. Chaque personnage dispose d'un certain nombre de points d'actions, de mana et de mouvements. Une fois tout dépensé pour le groupe, il suffit de cliquer sur le bouton de fin de phase pour faire jouer les zombis, puis c'est de nouveau au tour des Héros. Le but est de repousser la vague en subissant le moins de dégâts possible, un score étant attribué au lever du jour. Ce dernier est accompagné de diverses récompenses pour préparer la prochaine invasion.

Avis mitigé sur ce bref aperçu du jeu. Les fonctionnalités principales du titre semble toutes actives, mais l'équilibrage est encore à faire. En l'état, difficile de faire passer la deuxième nuit à la ville, tant la horde semble grande et les moyens défensifs limités, donc pas vraiment d'opinion à donner pour l'intérêt et les possibilités sur la longueur. Il est possible que cela vienne d'une mauvaise compréhension et et d'une mauvaise utilisation de mécaniques (mais peu probable en faisant partie de l'Élite JoLienne). Le coeur du gameplay semble bon, la variété des personnages et des armes est relativement correcte même si avoir quelques équipements de plus ne serait pas du luxe. J'ai en revanche quelques doutes sur la boucle de gameplay et la répétitivité de la chose : il n'y a par exemple pas d'événements aléatoires pour briser un peu la monotonie. C'est donc un "à voir" avec un peu de curiosité pour la chose.

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1105670/The_Last_Spell/

The Slormancer par Peredur

The Slormancer est un action-rpg français puisant ses inspirations dans les hack n slash et le dungeon crawler. Il se laisse découvrir (en attendant une sortie en accès anticipé) par une démo simple, mais efficace, qui parvient à occuper quelques heures en présentant les principales mécaniques du jeu tout en réservant la surprise sur ce qu’ils nous réservent.

Ainsi, on peut se lancer avec le Chevalier, le Mage ou la Chasseresse pour affronter les squelettes infestant le cimetière à travers des expéditions de 1 à 3 niveaux. En plus de nous faire progresser en niveau et en influence, c’est l’occasion de sauver quelques PNJ qui repeupleront ensuite la ville qui sert de hub, de trouver de l’équipement et surtout de récolter les Slorms, qui servent à améliorer les compétences de nos personnages.

Si la démo montre effectivement un minimum de choses, elle parvient néanmoins à montrer de façon efficace le genre de mécaniques que le studio veut mettre en œuvre (ou à montrer des pistes de ce qu’il sera possible) et l’univers qu’il cherche à développer. Pour tout amateur du genre, il s’agit définitivement d’un titre à suivre avec comme réserve tout de même que les développeurs ne se perdent pas en route dans l’équilibrage de tout ce qu’ils cherchent à réaliser.

Je vous invite pour en découvrir plus à consulter la présentation et l’interview des développeurs qu’on a réalisé.

Gallery 7

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/1104280/The_Slormancer/

The Uncertain : Light at the End par Grim

C'est quoi ? Un jeu d'aventure à la troisième personne

Destinée à l'origine à être un jeu en format épisodique, The Uncertain est depuis devenue une série dont chaque épisode est autonome. Ce Light at the End constitue en effet le second épisode. On y progresse dans un monde post-apocalyptique où les robots se sont révoltés contre leurs créateurs humains et où ils se sont débarrassé d'une bonne partie de l'humanité. Tandis que le premier épisode nous proposait de jouer un robot, Light at the End nous met aux commandes d'une rescapée humaine qui, dans la grande tradition des jeux où les humains sont une espèce menacée, profite de cette démo pour cambrioler une pharmacie. On y retrouve les classiques du jeu d'aventure : collecte d'objets, énigmes et QTE. Malheureusement, si 4 ans se sont écoulés depuis Last Quiet Day, rien n'a vraiment changé du côté du gameplay : les déplacements sont toujours aussi rigides, les énigmes toujours aussi obscures et la petite séance d'infiltration consistant à éviter des lasers balayant une pièce est plombée par le temps que met le personnage à répondre aux commandes du joueur. Rien de nouveau à l'est donc. Sortie toujours prévue pour cette année.

Niveau d'attente : 0.5/5

The Uncertain
The Uncertain

Page du magasin Steam : https://store.steampowered.com/app/925570/The_Uncertain_Light_At_The_End/

Réactions (7)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Festival des Jeux Steam Edition d'été ?

1 aime, 0 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen