Test de Nexomon Extinction sur Switch : un jour je serai le meilleur jeu Pokémon

Si vous avez insisté auprès de votre compagnon/compagne pour appeler votre enfant Sacha ou que vos proches en ont assez de vous entendre chanter tous les matins sous la douche qu'un jour vous serez le meilleur dresseur... Nexomon : Extinction est peut-être fait pour vous !

capture 1

Introduction - Quoi que c'est un Nexomon ?

Un Nexomon, ça ressemble très fortement à un Pokémon, mais avec quelques petites choses en plus, et aussi quelques petites choses en moins...

Vous êtes un jeune dresseur en herbe, dans un monde rempli de petites et grosses bebettes à attraper. Il vous faut les faire combattre pour devenir le meilleur, le plus grand.
Vous pouvez collectionner une foultitude d'animaux-monstres, qui appartiennent à des grandes familles, les sélectionner pour constituer une équipe compétitive de 6 créatures, avec chacune 4 attaques différentes.
Chaque combat, au tour par tour, vous fait gagner de l'expérience, pour faire évoluer vos petits protégés, et chaque victoire vous fait aussi remporter de l'argent pour vous équiper en potions diverses ainsi qu'en pokeballs Nexotraps et compléter ainsi votre collection.

On retrouve la physique 2D des premières générations, où vous fouliez avec vos petits pas horizontaux et verticaux les hautes herbes et les grottes, en évitant à l'occasion de croiser les regards de vos adversaires dresseurs.

- Bah c'est exactement pareil que Pokémon donc ?...
Et bien, oui et non Régis !

A) Un jeu avec une vraie identité, une histoire travaillée au sein d'un univers original

Dans le fond et dans la forme, ça serait, en effet, un euphémisme de dire que Nexomon est un Pokémon-like... Mais son ambition est plus profonde.

La volonté de ses créateurs est de redonner une âme à ce type de jeu et de faire renaître l'émoi que vous avez pu connaître dans vos premières aventures.

En effet, les structures narratives de Pokémon se sont peu renouvelées au fil de ses nombreuses générations : starters de 3 créatures, 8 badges à récupérer, la Team Rocket à éliminer et la grande League à affronter pour terminer... L'émerveillement et l’originalité de Pokémon Bleu/Rouge a depuis longtemps perdu de sa superbe pour tomber dans la routine du dresseur, voire dans une certaine lourdeur assez rébarbative diront certains.

Nexomon prend le parti d'apporter de l'audace, de sortir des sentiers battus et du cadre trop rigide de la licence originelle.

Dès le début de l'aventure, vous avez la possibilité de choisir votre « starter », votre premier Nexomon, parmi 9 types, chaque famille ayant un avantage sur une autre et une faiblesse contre une autre (eau>feu>feuille>eau, par exemple).

Pour se démarquer, Nexomon a fait le choix de bien travailler son scénario, ses dialogues et ses nombreux personnages secondaires. Et c'est une vraie réussite de ce côté-là !

Le synopsis initial est celui d'un monde dans lequel les Nexomons et humains vivent en harmonie, suite à la chute d'Omnicron, le « Roi » des Nexomons qui avait asservi l'humanité (jusqu'à être finalement renversé).

On découvre très rapidement que cet équilibre est en réalité bien précaire. Dragons et Tyrans (deux variétés très puissantes, et bien souvent gigantesques, de Nexomon) se livrent toujours une lutte pour la suprématie et certains humains, via notamment « la Guilde », essaient tant bien que mal de conserver le pouvoir et de maintenir un semblant de paix.

Vous intégrez la Guilde et appréhendez les conflits qui éclatent à nouveau, d'abord en tant que simple spectateur, puis en tant qu'acteur de premier plan de cette guerre nouvelle. L'ampleur du conflit et les forces en présence apportent très vite du sens à votre parcours et l'envie d'aller plus loin pour comprendre ce qu'il se passe autour de vous.

Vous ne rêvez pas simplement de devenir le « meilleur dresseur », mais bien de sauver le monde de sa destruction.

L'histoire et la trame principale sont pleines de rebondissements et les thématiques abordées assez sérieuses (sans être trop dures pour un public jeune). Les personnages principaux qui croisent votre route sortent des clichés manichéens que l'on peut observer habituellement dans ce type de jeu.

Si la traduction n'est pas exempte de critiques et contient quelques coquilles (fautes de frappe ou des mots anglais qui semblent avoir été oubliés à la relecture...), ces réserves ne constituent pas un frein majeur à l'immersion et elles n'entachent en rien l'humour omniprésent contenu dans cette œuvre.

Nexomon joue beaucoup avec les codes du genre, de Pokémon bien sûr, mais plus largement du jeu d'aventure/RPG. Votre personnage (muet) est accompagné d'un chat-humanoïde, appelé Coco. Ce dernier assiste en bon « sidekick » comique aux événements de votre aventure.

Outre la trame principale de l'aventure dont nous avons déjà relevé la qualité, le jeu contient un nombre très important de quêtes et d'objectifs secondaires. Vous trouvez, en effet, dans les villes et le long des routes beaucoup de Personnages Non-Joueurs avec une étoile dorée ou argentée sur la tête (selon l'importance de la mission). Ces derniers vous demandent de leur rendre service d'une manière ou d'une autre. Ils recherchent en général un Nexomon précis à échanger ou bien une série d'objets. Ces mini-quêtes sont parfois plus loufoques : par exemple, un personnage fantôme vous implore d'effacer l'historique de son ordinateur afin que ses proches ne fassent pas des découvertes douteuses sur lui...

Ces petits défis/objectifs supplémentaires apportent de la variété et contribuent à étoffer cet univers. Les récompenses proposées sont motivantes, car elles peuvent, par exemple, améliorer la vitesse d'évolution de vos petits protégés ou diminuer les prix de l'ensemble des commerçants...

Si la 2D a été privilégiée par rapport à la 3D des dernières générations de Pokémon, il faut saluer la réussite des créateurs qui ont su proposer un univers plein de vie et de couleurs. Les différentes régions possèdent toutes une identité propre, avec des paysages et une Nexo-faune atypiques. Les villes et les cartes parcourues sont remplies de petits détails et de personnages qui part leurs dialogues viennent ajouter à l'ambiance et donner de l'épaisseur à l'histoire locale.

Les musiques, sans être inoubliables, sont elles aussi assez variées et elles changent régulièrement en fonction des zones traversées et des moments de l'aventure.

 

B) De Pokémon à Nexomon : une foultitude de petites retouches au tableau original

Comme relevé en introduction, le système de jeu est un copier/coller de Pokémon. Cependant, nous pouvons mettre en avant plusieurs modifications intéressantes aux mécanismes de base et à la dimension JDR et stratégique.

- Si la limitation à 4 compétences reste effective, le système des « PP », qui limite l'utilisation de chacune, a été transformé en une unique jauge d'énergie propre à chaque Nexomon.
Ainsi, les compétences les plus puissantes consomment plus d'énergie. Il faut donc penser à cette donnée si vous souhaitez que votre créature ne soit pas épuisée dès le premier affrontement.

- Outre les passages de niveaux pour améliorer vos créatures, vous avez la possibilité de leur donner à chacune jusqu'à 4 gemmes. Ces dernières apportent une augmentation dans une caractéristique (attaque/défense/points de vie/énergie/expérience/capacité à résister à une altération de statut). Vous pouvez bien sûr opter pour 4 gemmes identiques si vous souhaitez orienter d'avantage votre Nexomon dans une direction bien précise.
Ces gemmes se déclinent en 3 niveaux de puissance et elles sont très rares au début de l'aventure. Pour les obtenir, il faut réaliser des quêtes ou bien vous rendre dans les mines pour récolter des minéraux qui vous permettent de les créer avec les composants trouvés.

- Les combats aléatoires des premières générations ont aussi été modifiés. Les hautes herbes que vous traversez ne générent des rencontres que si elles sont agitées (visuel particulier). À l'extérieur, il vous est ainsi possible d'éviter quasiment tous les combats/rencontres si vous faites un peu attention. Seules les grottes présentent encore des rencontres aléatoires en fonction de votre nombre de pas.

- Le jeu contient au total 381 Nexomons (en comptant les différentes évolutions). Chaque capture vous permet de voir la rareté du spécimen attrapé (commun, rare, ultra-rare, légendaire...), ce qui en général est corrélé à sa force et à son potentiel.
Le nombre important de créatures est plaisant. Il devient difficile de se constituer une équipe stable, car vous tombez sous le charme de nombreuses de vos rencontres !
Par ailleurs, les adversaires profitent eux aussi de cette diversité, ce qui conduit à des combats variés et régulièrement renouvelés.

- Les statistiques ont été simplifiées. On retrouve 5 catégories : Point de VIE / Énergie / Attaque / Défense / Vitesse. On écarte donc l'idée des attaques et défenses SPE.
Contrairement à Pokémon, il semble que chaque Nexomon progressa à l'identique : les statistiques sont fixes selon l'espèce. Le Nexomon évolue au fil des niveaux de la même manière quelque soit son parcours (attrapé tôt ou non, et peu importe le type d'adversaires affrontés).
Certains regretteront la complexité et les possibilités d'optimisation de Pokémon sur ce volet, d'autres se réjouiront de retrouver un système moins contraignant et en pratique beaucoup plus plaisant à jouer.

- Vous ne débloquerez pas de « CS » au fil de l'aventure. Ces compétences spéciales étaient assez lourdes et elles venaient occuper et bloquer des places de compétences de vos créatures.
C'est ici le héros qui va acquérir progressivement de nouveaux pouvoirs lui permettant de parcourir le monde dans sa globalité (en gagnant la possibilité de sauter les crevasses, par exemple).
Pour les déplacements, la capacité « Vol » a été remplacée par un système de téléportation, ce qui vous permet de vous rendre en un instant auprès des différents portails (villes, points d'intérêt...) que vous aurez déjà trouvé et activé physiquement une première fois.

- Le système de capture a été un peu complexifié par rapport aux premières versions de Pokémon. Pour espérer attraper le Nexomon sauvage rencontré, il faut bien sûr d'abord l'affaiblir en diminuant ses PVs et en altérant éventuellement son statut. À ce stade, la capture est théoriquement possible, mais vos chances de réussite se situent généralement en dessous de 25% (le pourcentage exact est précisé par le jeu !). Pour augmenter cette statistique, vous pouvez nourrir votre proie en fonction de ses goûts et de ce que vous avez dans votre besace à lui proposer, mais aussi opter pour une Nexotrap plus spécialisée en fonction de son type (feu, plante...).
La dernière étape pour confirmer l'opération est de réussir en moins de 6 secondes à valider une série précise de 8 touches imposées (« XYYBAXBA » par exemple), pour que la bête ne s'échappe pas au dernier moment.

- Nexomon se démarque également par son challenge et sa difficulté. Il n'est pas possible de compter sur une seule de vos créatures pour aller loin. D'abord en raison de l'énergie qui lui manque rapidement si elle combat seule, mais aussi parce que les attaques font très mal et ce même parfois lorsque les types sont opposés et théoriquement en votre faveur.

S'il est nécessaire de composer une équipe nombreuse, solide et équilibrée, c'est aussi parce que vos adversaires montent en puissance en fonction de votre avancée. Le système de montée de niveau est dans le principe assez proche de celui qu'on retrouve dans The Elder Scrolls V - Skyrim, avec une évolution constante de vos ennemis (level scalling).
Scénaristiquement, cela est justifié par le fait que vos adversaires continuent de s’entraîner eux aussi de leur côté (et vous pouvez très régulièrement les ré-affronter en retournant les voir !).


Ce changement important ne contentera pas tout le monde. En effet, il peut sembler un peu frustrant de ne jamais se sentir vraiment surpuissant dans cet univers, ni de pouvoir exploser tous les adversaires d'un claquement de doigt. Il faut ainsi penser à bien faire progresser toutes nos créatures et parfois à en utiliser certaines alors qu'elles ne sont pas adaptées au combat ni au type de la zone dans laquelle on se trouve.
De plus, l'augmentation continue des niveaux concerne aussi les Nexomons sauvages, ce qui paraît un peu plus discutable dans le fond (et un peu humiliant lorsqu'on se fait éliminer par ces derniers)...
Ces réserves sont finalement assez proches de celles que l'on peut adresser à Skyrim où de simples rats pouvaient devenir de vrais calvaires à affronter si votre personnage n'était pas bien optimisé. Cependant, ce système a le mérite de composer un vrai challenge tout au long de l'aventure.

Conclusion - Nexomon, c'est mieux que Pokémon alors ?

Nexomon : Extinction frappe fort. Il s'agit du second opus de cette licence. Un premier Nexomon était déjà sorti en 2017 sur Android/Ios. Moins aboutie, cette première version avait néanmoins posé les bases d'un univers original et elle avait permis de donner naissance à cette suite bien plus complète sur nos PC et consoles.

Ce vent de fraîcheur fait beaucoup de bien et apporte un renouveau salutaire. Les amateurs du genre pourront s'y plonger avec curiosité et ravissement, mais l'oeuvre vidéoludique saura aussi séduire les néophytes et ceux qui n'ont pas connu l'âge d'or de la Gameboy.

On souhaite à cette franchise de continuer à innover et à oser comme elle le propose dans ce genre qui a été longtemps trop cloisonné.

Le succès qu'on lui espère lui permettra peut-être à terme de combler le principal manque que l'on peut lui reprocher  : l'absence de multijoueur local ou en ligne !

Quel dommage, en effet, de ne pouvoir échanger nos Nexomons pour faciliter le titanesque travail de collecte, ni d'avoir la possibilité de faire affronter nos chères petits monstres contre ceux de nos connaissances - comme Pokémon l'avait proposé dès sa toute première version, ce qui lui avait valu le succès planétaire qu'on lui connaît.

Combien d'amitiés sont nées de cette idée géniale de proposer à l'époque deux versions d'un même jeu, induisant de fait la nécessité pour l'apprenti dresseur de trouver un partenaire/rival pour l'accompagner dans ce périple inédit ?

Au demeurant, l'absence d'un mode multijoueur n'altère en rien toutes les qualités relevées, et l'aventure proposée par Nexomon reste grande et vraiment plaisante.

On croise les doigts pour qu'un troisième volet puisse se concrétiser avec davantage de moyens et que ses développeurs pourront continuer à se battre sans répit pour être vainqueurs et gagner ce défi...

Test réalisé sur Switch par Miaou à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (17)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Que pensez-vous de Nexomon : Extinction ?

0 aime, 0 pas.

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.