Aperçu de Baldur's Gate 3 - Qu'attendre de l'accès anticipé ?

Le 24 septembre 2000 sortait un jeu qui allait marquer de son empreinte tout un pan de l'histoire du jeu de rôle PC : Baldur's Gate 2. Un peu plus de 20 ans plus tard, les joueurs peuvent découvrir en accès anticipé Baldur's Gate 3. Un épisode forcément différent.

Parlons contenu

Attaquons sans plus attendre avec la partie chiffres. L’accès anticipé de Baldur’s Gate 3, c’est:

  • Un prologue servant de tutoriel et le premier acte du jeu.
  • 8 races: Elfe, Tieffelin, Drow, Humain, Gythyanki, Nain, Demi-Elfe, Halfelin. Chacune possède plusieurs sous-races pour atteindre un total de 16 possibilités.
  • 6 classes dotées d’au moins deux sous-classes : Guerrier, Clerc, Rôdeur, Roublard, Démoniste, Magicien.
  • 600 personnages
  • 46000 lignes de dialogues
  • 146 sorts et actions
  • 80 combats
  • Du multi jusqu’à 4 joueurs
  • L’intégration de l’API Twitch (et Stadia Crowd Choice) pour les streamers

Le tout est disponible en version anglaise pour les voix avec un sous-titrage français. Cela représente une vingtaine d’heures de jeu et devrait conduire le joueur jusqu’au niveau 4. Un contenu que Larian nous encourage à parcourir à de multiples reprises pour en découvrir les richesses. Un contenu qui est également appelé à s’agrandir avec le temps. De nouvelles classes devraient ainsi rejoindre le casting d’ici la sortie et il n’est pas impossible que d’autres races suivent le mouvement.

20201003172510_1.jpg
20201003200343_1.jpg

Vous devez réunir votre groupe avant d’aller plus loin

Résumons également un peu ce que l’on sait sur l’histoire jusqu’ici. Vous débutez le jeu en tant que prisonnier d’un vaisseau Illithid lorsque celui-ci est attaqué, ce qui vous libère. Votre premier objectif est donc de vous échapper du vaisseau et, une fois sur la terre ferme, de trouver un moyen de vous débarrasser de la larve que vos geôliers vous ont implémentée avant qu’elle ne vous transforme en flagelleur mental. En route, vous découvrez d’autres anciens captifs du vaisseau avec lesquels vous pouvez (ou non) vous associer dans votre quête commune. La suite vous appartient.

Il y aura des cryptes humides...
Il y aura des cryptes humides...
et des pièges mortels
et des pièges mortels

On remarque en tout cas avec plaisir que Larian a franchi un cap dans la narration. Un grand nombre de cinématiques marquent votre progression dans l'histoire, ce qui contribue à vous immerger dans le jeu. Même constat du côté des compagnons qui semblent moins un peu moins plats que d'habitude. Ceux-ci jugent vos choix, réagissent aux évènements et les réunions autour du feu de camp qui précède une bonne nuit de sommeil m'a déjà offert quelques discussions orageuses où la confiance ne règne pas vraiment. C'est prometteur même si ça semble manquer de la légèreté que l'on retrouvait chez certains compagnons de Baldur's 2.

Petite discussion au coin du feu
Petite discussion au coin du feu

Pour l’heure, le jeu ne vous permet que de partir à l’aventure avec un personnage créé par vos soins ; il n’est pas encore possible d’incarner l’un des compagnons que vous croisez durant l’aventure. Ce passage par l’éditeur risque d’ailleurs de faire grincer quelques dents tant les options de personnalisation semblent légères. Larian a en effet fait le choix de proposer un nombre de visages limités plutôt qu'un éditeur de personnage complet. Pour le reste, on retrouve les grandes règles de D&D 5. Les six caractéristiques habituelles sont là, chacune influençant une ou plusieurs compétences qui ont une utilité en jeu au travers de lancers de dés, parfois passifs (la perception pour détecter les pièges ou d’autres éléments cachés), parfois actifs (lorsque vous utilisez votre compétence Supercherie pour convaincre un brigand de vous ouvrir une porte, par exemple). Vous n’avez plus qu’à nommer votre personnage pour partir à l’aventure. Enfin presque, puisque le jeu vous demande encore de créer un autre personnage dont l’utilité m’est pour le moment inconnue.

20201003164049_1.jpg
20201003165000_1.jpg

Vise les yeux Bouh !

Difficile de nier le lien de famille entre ce Baldur’s Gate 3 et les Original Sin de Larian, bien qu’il ne soit peut-être pas aussi fort qu’on aurait pu le penser. On note évidement une ressemblance graphique, le jeu utilisant une version améliorée du moteur d’Original Sin 2 pour un rendu plus fin et moins cartoon que précédemment. Larian a également totalement revu son approche de la narration avec une vue plus cinématique des dialogues. Ceci dit, ces améliorations ont un coût : Baldur’s Gate 3 est actuellement bien plus gourmand que ne l’était Original Sin 2. J’irais même plus loin : si votre configuration ressemble à la configuration minimale de la page Steam du jeu, il vaut peut-être mieux passer votre tour pour l’instant. Accès anticipé oblige, l’optimisation n’est pas encore au rendez-vous, autant être prévenus.

Baston !
Baston !

Du côté du gameplay par contre, les différences se marquent déjà un peu plus. Bien que le jeu ait abandonné le temps réel au profit du tour par tour, on est ici devant un système D&D. Durant les combats, chaque personnage a ainsi le droit à un déplacement (dont la longueur est symbolisée par une barre jaune sur l’interface) et une action (attaque, lancer de sort, utilisation d’un objet, etc). On ajoute la possibilité d’utiliser gratuitement une action simple lors de chaque tour : un saut pour atteindre des positions surélevées, la possibilité de plonger son arme dans certaines surfaces proches (des flammes pour ajouter des dégâts de feu par exemple), la possibilité de repousser un adversaire (à utiliser sans modération pour tenter d’éviter une attaque d’opportunité) et enfin la furtivité.

20201003171534_1.jpg
20201005031123_1.jpg

On peut déjà voir que le système de combat de Baldur’s Gate 3 semble s’orienter vers un combat de positions bien plus subtil qu’il n’y paraît. Le jeu ne propose pour l’instant pas de niveaux de difficulté et on remarque vite que foncer dans le tas vous conduira seulement au cimetière. On note également qu’il est possible de passer en tour par tour à tout moment pour, par exemple, déplacer votre groupe au milieu d’une salle dont vous avez activé les pièges. Par contre, j’ai déjà eu quelques occasions d’être exaspéré par l’interface dont la version actuelle semble plus bordélique que pratique. Je croise les doigts pour qu’elle gagne en lisibilité avec le temps.

En conclusion

Baldur’s Gate 3 est un jeu ambitieux et attendu au tournant par une horde de fans de la série. Des fans qui seront d'ailleurs difficiles à convaincre. Ces quelques heures sur cette version de l’accès anticipée n’ont pas apaisé toutes mes craintes, mais offrent tout de même de l’espoir. Celui de voir Larian proposer un jeu à la narration mieux maîtrisée qui marquera autant que Baldur’s Gate 2 l’a fait il y a 20 ans. Le plus difficile commence maintenant.

L'accès anticipé est disponible sur Steam, GoG et Stadia.

Aperçu réalisé par Grim sur PC grâce à un code fourni par le développeur

Réactions (117)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Baldur's Gate 3 ?

5 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (7 évaluations | 0 critique)
5,7 / 10 - Assez bien

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.